Brest - Valence (Division 1, match en retard de la 16e journée)

Fin des espoirs pour les Lynx

Une semaine après le très grand match opposant Brest à Caen, le soufflet est un peu retombé et le Rïnkla stadium est moins garni que d’habitude (853 spectateurs contre 1400 samedi dernier). Il est vrai que l’affiche est moins alléchante et l’horaire inhabituel (20h40). Pourtant, pour les visiteurs de la Drôme, c’est un match capital puisqu’une victoire est la seule issue possible afin d’espérer se qualifier pour les play-off. Pour Brest, la deuxième place étant acquise, André Péloffy peut faire tourner l’effectif en titularisant Pierre Pochon dans les cages et Clément Gonzales en défense.

Les espoirs de qualification pour les blancs et rouges ne vont pas durer très longtemps. On joue depuis un peu plus de sept minutes que les locaux mènent déjà 2-0 grâce à deux échappées concrétisées de belle manière par Prosvic (2'59") et Ignatovics (7'32"). La domination brestoise est totale dans ces premières minutes et force Valence à commettre des fautes et à être pénalisé. Sur une de ces supériorités numériques offertes à Brest, Fournier porte la marque à 3-0 d’une frappe limpide (14'09").

La tornade bleue ralentit un peu en fin de tiers, de quoi permettre aux Lynx de solliciter un peu Pochon. Les tentatives d’Alexis Pelisse, Filip (15') ou Gaulier (19'40") sont toutes stoppées par les jambières ou la mitaine très sûre du gardien français. Cette poussée valentinoise se poursuivra durant cinq bonnes minutes dans le deuxième tiers avec Medeiros (22'18) et Sangiorgio (24'04) qui viennent frapper de manière dangereuse à la porte de Pochon. Mais un joueur va retenir l’attention et faire très mal à cette réaction visiteuse.

Mathieu « Rocket » Brunelle

Dans les années 40 et 50 les Glorieux Canadiens de Montréal avaient dans leur rang un buteur hors-pair en la personne de Maurice Richard surnommé « le Rocket ». Sa soif de but et sa rage de vaincre en avaient fait l’idole de tout le peuple québécois. Hier soir, même si le contexte et les deux joueurs n’ont absolument rien à voir, l’envie et la fougue développées par Mathieu Brunelle et sa soif de but pouvaient être considérées comme un petit écho aux exploits du Rocket à une modeste échelle de D1 française.

Le speaker du match rappelait en début de match que le chouchou du public avait pris le commandement des meilleurs pointeurs et marqueurs de D1. Son concurrent Carl Lauzon étant au repos, l’occasion était belle de le distancer un peu plus. Le « Rocket » local se jette comme un mort de faim sur la glace et flotte littéralement au-dessus de la glace. En tout juste dix minutes dans le deuxième tiers, il signe un coup du chapeau et porte l’estocade à 6-0. Cependant, si les talents de finisseur de Brunelle sont incontestables, il serait injuste qu’ils obscurcissent l’excellent travail de ses compères de ligne Prosvic et Fournier qui lui distillent d’excellent palets avec précision. La paire défensive Prunet-Borzik n’est pas en reste également. À lui seul ce bloc va inscrire huit des dix buts brestois.

Le remplacement de Valentin par Fournier dans les cages adverses ne change pas vraiment la donne puisque Kiska obtient un contre favorable face à Lacaes et s’en va seul tromper le nouvel entrant (7-0). À noter sur l’action l’excellent écran d’Ignatovics qui empêche Simon Pélisse de revenir en défense. Les Lynx retrouvent cependant des couleurs en fin de tiers sur deux belles frappes en hauteur de Gaulier tout d’abord (37'40") puis Antoine Pélisse (39'23") qui trompent un Pochon peut-être trop rapidement en papillon. Le tiers se termine sur la marque de 7-2.

Le dernier tiers voit Brest creuser son avance et les esprits s’échauffer un peu. Brunelle, encore bien servi par Fournier, continue son show et signe un quadruplé. Quelques frictions apparaissent par la suite. Ignatovics, du haut de ses 1m 68, n’hésite pas à défier un Antoine Pélisse qui le toise de presque vingt centimètres. La combativité du Letton fait plaisir à voir face aux quelques mauvais coups donnés par cette équipe valentinoise. Pochon confirme par la suite son bon match en effectuant quelques arrêts magistraux avec ses jambières dans des positions parfois peu orthodoxe. Antoine Pelisse, Savajol, Medeiros en savent quelque chose ! Le trio infernal Fournier-Prosvic-Brunelle parachève cette large victoire avec deux nouveaux buts pour atteindre la dizaine. L’ultime buteur est... devinez qui ? Mathieu Brunelle bien sûr ! Le goléador signe un époustouflant quintuplé.

Fin des espoirs donc pour Valence mais il n’y avait pas vraiment à espérer. Une classe d’écart sépare les deux équipes qui n’évoluent pas avec les mêmes moyens c’est évident. Les Lynx auront fait tout de même preuve d’une belle combativité en ayant quelques bonnes séquences de jeu. Insuffisant tout de même pour faire douter les Albatros. Bref, un bon match utile pour engranger de la confiance avant les play-off.

 

Brest – Valence 10-2 (3-0, 4-2, 3-0)
Samedi 20 mars 2010 à 20h40 au Rïnkla Stadium. 853 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Perronin assisté de Frédéric Leberre et Jérémie Douchy.
Pénalités : Brest 12' (2', 0', 10'), Valence 40' (8', 2', 10'+10'+10').
Évolution du score :
1-0 à 02'59" : Prosvic assisté de Prunet
2-0 à 07'32" : Ignatovics assisté de Kiska et Holik  
3-0 à 14'09" : Fournier assisté de Prosvic et Brunelle (sup. numérique)  
4-0 à 21'31" : Brunelle assisté de Prosvic et Borzik
5-0 à 30'05" : Brunelle assisté de Prosvic (sup. numérique)
6-0 à 32'14" : Brunelle assisté de Prosvic et Fournier
7-0 à 34'20" : Kiska  
7-1 à 37'40" : Gaulier
7-2 à 39'23" : Antoine Pelisse assisté de Gaulier et Filip
8-2 à 45'47" : Brunelle assisté de Fournier et Prosvic
9-2 à 52'36" : Fournier
10-2 à 54'59" : Brunelle assisté de Fournier et Prosvic

 

Brest

Gardien : Pierre Pochon.

Défenseurs : Vladimir Holik – Clément Gonzales [puis Maxime L’Arvor à 40’] ; Ivan Borzik – Lilian Prunet ; Juraj Sadlon – Peter Macek.

Attaquants : Andrej Ignatovics – Serge Toukmatchev – Matej Kiska ; Mathieu Brunelle – Jaroslav Prosvic – Guillaume Fournier ; Juraj Ocelka – Nicolas Motreff – Tomas Kaspar ; Jérémy Cormier, William L’Arvor.

Remplaçants : Mojmir Bozik (G). Absents : Alexey Volkov (blessure à l’œil), Ludek Krayzel, Julien Le Gall.

Valence

Gardien : Jérémy Valentin puis Lucas Fournier à 32'14".

Défenseurs : Milan Dirnbach – Marko Filip ; Vincent Lacaes – Simon Pelisse.

Attaquants : Sébastien Savajol – Antoine Pelisse – Thomas Gaulier ; Alexis Pelisse – Éric Medeiros – Bastien Sangiorgio ; Jonathan Manon – Quentin Fournier – François Hernandez.

Absents : Damien Cabaré, Samson Samson, Goeffrey Bidoli.