Cologne sauvé... pour l'instant

CologneLe siège de la DEL se situe à Cologne, et ce n'est pas un hasard. C'est la plus grande ville de la région la plus riche du pays, avec un club incontournable présent à haut niveau depuis plus de trente ans. La Kölnarena a été un modèle de salle multifonctions qui a depuis fait des émules. Pourtant, cette vitrine s'est ébréchée ces derniers temps.

Le mois dernier, le manager de Cologne, Thomas Eichin, a annoncé qu'il fallait trouver 500 000 euros en deux semaines pour simplement finir la saison et ne pas se mettre en faillite ! La ville est alors passée en état de mobilisation générale. La municipalité a apporté une aide d'urgence. De nombreux sponsors ont annoncé des opérations caritatives/promotionnelles : telle brasserie locale a annoncé qu'elle verserait 10 centimes au KEC par pack de bière acheté. Et même le club de football de la ville a fait un geste en acceptant que soient vendus dans son stade les T-shirts "sauvez les Haie" au prix d'ami (du hockey) de 15 euros.

Dans cette ambiance de solidarité, certaines voix critiques se sont quand même exprimées. Il est vrai qu'on peut se demander comment un club de ce calibre est réduit à de telles extrémités pour simplement assurer les dépenses courantes, sans même parler de réduire sa dette qui serait de 1,5 million d'euros. Un journaliste local a ainsi pointé du doigt le recrutement récent de trois jokers canadiens, difficilement explicable pour un club en déficit puisque cela implique de payer à chaque match deux étrangers surnuméraires dont un gardien (c'était au tour de Kévin Hecquefeuille d'être en tribune au dernier match contre Iserlohn). Que n'avait-il pas fait là ! L'entraîneur Bill Stewart l'a publiquement invectivé après un match sur écran géant en expliquant que les renforts étaient utiles et que ce malfaisant ne connaissait rien au hockey. Au hockey, peut-être, mais au simple bon sens financier ? Il est vrai que le raisonnement peut ricocher sur Stewart lui-même : combien a coûté le changement de coach en cours de saison ? S'agissait-il d'une dépense indispensable ?

Le bilan sportif ne rosit pas vraiment le bilan financier. Depuis la trêve olympique, Cologne a gagné 2 matchs sur 8 et s'est donc qualifié en play-offs par la peau des fesses, grâce à la contre-performance de ses rivaux. Vendredi soir, il a perdu son duel direct contre Iserlohn (1-3) et n'a dû qu'à la défaite de Krefeld à Berlin d'être presque qualifié. Exempt à la dernière journée, Cologne devait simplement espérer qu'Iserlohn ne batte pas Mannheim par huit buts d'écart. Le score est resté dans les limites du raisonnable (6-4) et le KEC est donc dixième, à la différence de buts. Il jouera les "pré-play-offs" contre Ingolstadt.

Les classements finaux de DEL (avec marqueurs, affluences et élection des meilleurs joueurs)