Les favoris au rendez-vous

Aucune surprise en quart de finale de la série A ; mais s'arrêter à ce constat serait faire injure aux équipes éliminées, surtout dans le cas de Pontebba et Fassa. Voyons en détail les quatre séries.

Renon - Valpellice 4 à 1 : 8-2, 7-2, 4-2, 3-4(t.a.b.), 6-2

Les deux équipes se sont rencontrées 11 fois dans la saison (5 en saison régulière, 5 en play-offs et 1 en coupe) et l'unique victoire de la Valpe est celle du match 4 aux tirs au but. La supériorité de l'équipe de Collalbo n'a jamais été en discussion ; on peut admirer le "coeur" de la formation piémontaise qui, devant plus de 2000 tifosi (Valpellice a la plus grande affluence de la saison) a amené la série à un cinquième match. L'équipe du duo Canale/Grossi, substituts improvisés de Vogin (aucune nouvelle sur le futur du Franco-Canadien), n'a rien pu faire de plus. Renon continue sa saison splendide après avoir gagné la Supercoupe et la Coupe d'Italie.

Val Pusteria - Alleghe 4 à 0 : 5-4, 2-1(t.a.b.), 4-1, 3-2

Autre série avec un favori clair, puisque les loups de Brunico ont toujours battu Alleghe cette saison. Mais les chouettes, sans avoir réussi à éviter l'élimination en quatre manches, ont livré bataille et se lamentent encore du pénalty marqué par Vince Rocco au match 2 et pas vu par l'arbitre. L'épisode n'enlève rien à la supériorité de Val Pusteria, mais console un Alleghe plutôt mal parti avant sa résurrection dans les mains de McKenna (déjà confirmé pour la saison prochaine). Après son départ de feu et son calage dans les mois de janvier et février, Val Pusteria semble revenu comme en automne avec une bonne défense et les buts de la ligne Oberrauch-Sirianni-Desmet. En demi-finale, les loups seront favoris contre Asiago (4 victoires sur 5 saison régulière), mais Stefan Mair, unique entraîneur italien de la série A, devra redonner à l'équipe le merveilleux jeu collectif du début.

Asiago - Fassa 4 à 2 : 1-3, 2-3, 2-1(t.a.b.), 5-2, 2-1, 5-0

On ne saura jamais comment se serait terminée cette série sans la blessure qui a privé Fassa de son gardien Adam Dennis pour les deux parties décisives. On ne le saura pas parce que Michel Favre, le substitut de Dennis, s'est bien débrouillé, et parce que John Harrington a su rebattre les cartes de son Asiago et utiliser son meilleur potentiel offensif après deux défaites inattendues. Il reste à Fassa la satisfaction d'avoir fait un très beau championnat (meilleure défense et meilleur gardien) malgré les départs de Felicetti et Marchetti, et d'avoir trouvé avec Sterling, prolongé deux années supplémentaires, un coach de grande valeur technique. L'Asiago a dans son gardien Daniel Bellissimo un bon point de référence : il lui faudra maintenant plus de constance défensive, quitte à renoncer à marquer quelques buts. L'impression est que les prestations de Strazzabosco, Lehtinen et leurs compagnons de la défense seront déterminantes.

Bolzano - Pontebba 4 à 3 : 3-4(t.a.b.), 2-4, 7-1, 3-5, 4-3(t.a.b.), 3-2, 3-2(t.a.b.)

Le quatrième et le cinquième devaient forcément livrer le quart de finale le plus disputé, mais personne n'aurait imaginé qu'il faudrait 435 minutes (dont trois prolongations de cinq minutes) et trois séances de tirs au but pour trouver le vainqueur. Pontebba a longtemps cultivé le rêve d'éliminer le tenant du titren, et aurait même mérité d'y parvenir. Mais les grandes équipes sont grandes surtout dans les moments difficiles, et le penalty d'Egger, dans l'ultime confrontation, maintient en jeu ce Bolzano 2009/10 contradictoire. le championnat y gagne, car il aurait perdu avec les loups une équipe au très haut potentiel engluée dans une saison à oublier. Le Renon actuel n'est pas un adversaire adapté à une résurrection, mais Bolzano est peut-être l'unique équipe qui peut lui faire peur : si la série est longue, Bolzano aura une possibilité de la gagner, sinon ce sera Renon.

Dates des demi-finales : 23, 25, 27, 30 mars, 1er, 3 et 6 avril.