Neuilly-sur-Marne - Mont-Blanc (Ligue Magnus, barrage de maintien, match 5)

Neuilly-sur-Marne - Mont-Blanc (Ligue Magnus, barrage de maintien, match 5)La fin de l'aventure

Ce soir, il n'y aura plus de rémission. Un club sera relégué en division 1. De poteaux en transversales, les Bisons de Neuilly-sur-Marne n'ont pu conclure en Haute-Savoie, et s'ils gardent l'avantage de la glace, la situation psychologique est plus favorable au Mont-Blanc, qui a prouvé qu'il savait jouer dos au mur en remontant ses deux manches de retard.

Le public francilien s'est mobilisé autour de ce match décisif puisque la patinoire est pleine. Et même si le déplacement officiel organisé par le HC Mont-Blanc a été annulé faute de remplir le quota de 35 personnes, une quinzaine de supporters en rouge et vert a fait le déplacement.

 

L'arbitre M. Fabre marque son territoire d'entrée en sifflant une faute sur l'engagement : Shawn Snider y a fait trébucher Croz. Non seulement le Mont-Blanc n'arrive pas à s'installer, mais en plus Cocar retient Hordelalay et annule la pénalité. Dans les minutes suivantes, les visiteurs restent un peu plus longtemps en zone offensive, sans se créer beaucoup d'occasions.

Le deuxième jeu de puissance du Mont-Blanc est plus convaincant, puisqu'un lancer de l'ex-Nocéen Francis Ballet heurte le poteau droit. Neuilly-sur-Marne bénéficie ensuite de son premier avantage numérique complet, mais manque de force de frappe à la bleue. Snider, servi dans l'enclave, tire dans le plastron de Buysse. Dès la fin de sa pénalité, Alexandre Gagnon participe à la contre-attaque et Josselin Besson sert en retrait Sébastien Subit qui marque d'un tir rasant (0-1, 16'28").

Alors que Croz est déjà en prison, Subit au forechecking laisse traîner son genou sur Leonard : le Mont-Blanc est réduit à trois et Neuilly-sur-Marne commencera donc le deuxième tiers-temps en double supériorité numérique. Snider lance de la bleue, puis trouve Leonard à droite de la cage, mais Buysse fait barrage. Alors que les Bisons ont démarré fort grâce à ce powerplay, le Mont-Blanc transforme son premier tir de la période : Francis Ballet lève le palet au-dessus de la mitaine de Petrik (0-2, 24'10").

2010-03-27-Neuilly-MB2Sur l'action suivante, Jérôme Veret tire et Pierre-Charles Hordelalay hérite du rebond à l'opposé, mais Henri-Corentin Buysse réussit un sauvetage très précieux. Au lieu d'une réduction du score, c'est le Mont-Blanc qui enfonce le clou : retenir de Dermigny, engagement gagné par Orset, et troisième but marqué de l'enclave, par Andrej Rajcak cette fois (0-3, 24'58"). Jérôme Pourtanel appelle son temps mort, mais son équipe n'est toujours pas sortie de l'auberge puisqu'elle doit encore tuer une pénalité de Hordelalay.

Lorsque Neuilly peut repasser à l'attaque, la réussite est enfin au rendez-vous. Après un tir excentré de la droite de Snider, le palet est poussé dans les jambières de Buysse par Seth Leonard (1-3, 29'55"). Mais une action fait basculer le match définitivement : Gaël Guilhem est derrière la cage adverse et effectue une passe en retrait vers la bleue... via la bande. Le mauvais rebond dans la balustrade trompe Mathieu Wathier qui voit le palet s'élever par-dessus sa crosse. Josselin Besson peut alors partir en contre et centrer pour son capitaine Thierry Nicoud, qui achève sa carrière par ce but capital (1-4, 36'08").

Neuilly-sur-Marne domine pendant toute la troisième période. Le palet rentre après un tir flottant de la bleue de Snider, mais Buysse proteste contre une déviation trop haute et le but est refusé (44'39"). Une minute plus tard, Jordan Revel tire sous le bras droit de Petrik, et Nicolas Pousset en fracasse sa crosse de rage sur le banc (1-5, 45'43"). Ses coéquipiers passent pourtant aussitôt à l'attaque pour un but de près de Sébastien Dermigny (2-5, 45'58").

L'écart reste toujours conséquent, à trois buts. On atteint les cinq dernières minutes, Cerny retient une crosse, et Petrik quitte sa cage peu après pour provoquer une situation de 6 contre 4. Rien n'y fait. Le Mont-Blanc part en contre à la fin de la pénalité, et la passe en retrait de Garip Saliji offre à Romain Orset le but en cage vide (2-6, 57'54").

L'aventure du HCNM93 en Ligue Magnus s'achève donc au bout de deux ans. Il y aura acquis de l'expérience, la conscience d'avoir touché ses limites actuelles et... du plexi ! Tout vient à point à qui sait attendre. C'est en effet en présentant le bon de commande signé par la municipalité que Neuilly-sur-Marne a pu obtenir de disputer ce play-down à domicile au lieu d'aller jouer à Viry, alors que la dérogation de début de saison ne valait que pour la saison régulière.

Commentaires d'après-match

Ibrahim Soubra (président de Neuilly-sur-Marne) : "On est capable de rebondir, on ne va pas se laisser abattre. On a appris beaucoup pendant ces deux saisons. Mais ce sera plus dur de remonter car les clubs de D1 n'ont rien à envier au bas de tableau de Magnus. J'espère qu'on aura autant de public l'an prochain que ce soir, ça ferait de bonnes entrées de billetterie. Aujourd'hui, on n'a pas d'autonomie financière suffisante par les partenaires privés ou la billetterie. On reste dépendant à 80% des subventions publiques. Le département nous avait déjà annoncé une baisse de 15% à 20% de sa subvention. Avec la descente, il faudra voir ce qu'il en sera."

Jérôme Pourtanel (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : "C'est le sport. Il faut savoir avaler les échecs. Dans la série, nous avons été supérieurs à eux, mais dans ce cinquième match, je n'ai pas reconnu mes joueurs. Cela manquait de volonté, d'agressivité. Ce fut une série de gardiens : Buysse a été exceptionnel, Petrik aussi mais pas ce soir où il a simplement été bon. Il faut s'inspirer de Caen qui s'est servi de la redescente pour structurer le club. Il faut que Neuilly s'organise en D1 pour avoir des joueurs de niveau Magnus qui soient 'déstabilisables'. On ne peut pas continuer avec 5-6 personnes qui tiennent le club à bout de bras. Avec tous les gens présents ce soir, peut-être y a-t-il des volontaires pour rejoindre l'association."

Christopher Lepers (entraîneur de Mont-Blanc) : "On a un groupe de 21 voire 25 joueurs qui jouent régulièrement. Il y a des vieux en fin de cycle, des jeunes en début de cycle. Tous travaillent pour gagner leur place, et on ne fait de cadeau à personne. Cet amalgame se traduit sur le quatrième but où un 1990 [J. Besson] donne le palet à un ancien [T. Nicoud]. Ce soir, c'est la récompense pour ces joueurs, un club, un président et des bénévoles. C'est important pour nous de rester en élite car nous sommes un club formateur qui fait jouer beaucoup de jeunes. On a des jeunes qui attendent juste derrière et qui sont prêts à remplacer les trois anciens qui devaient déjà arrêter l'an passé et qui ont fait une dernière saison pour aider le club [Subit et les frères Nicoud]."

 

Neuilly-sur-Marne - Saint-Gervais/Megève 2-6 (0-1, 1-3, 1-2)
Samedi 27 mars 2010 à 18h30 à la patinoire de Neuilly-sur-Marne. 853 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Thibaud Juret et Benjamin Gremion.
Pénalités : Neuilly 14' (6', 6', 2') ; Mont-Blanc 18' (8', 2', 8').
Tirs : Neuilly 40 (8, 12, 20) ; Mont-Blanc 32 (10, 12, 10).
Évolution du score :
0-1 à 16'28" : Subit assisté de J. Besson et Gagnon
0-2 à 24'10" : Ballet assisté d'Orset
0-3 à 24'58" : Rajcak assisté de A. Cocar (sup. num.)
1-3 à 29'55" : Leonard assisté de Snider et Dermigny
1-4 à 36'08" : T. Nicoud assisté de J. Besson
1-5 à 45'43" : Revel assisté de T. Nicoud (inf. num.)
2-5 à 45'58" : Dermigny assisté de Steiner
2-6 à 57'54" : Orset assisté de Saliji (cage vide)

Neuilly-sur-Marne

Gardien : Stanislav Petrik [sorti de 56'20" à 56'48" et de 57'03" à 57'54"].

Défenseurs : Sébastien Dermigny (A) - Mathieu Wathier ; Nicolas Pousset - Jérôme Wagner (A) ; Alexis Birolini - Michael Steiner.

Attaquants : Seth Leonard - Shawn Snider (C) - Romain Gentilleau ; Jérôme Veret - Kévin Dugas - Pierre-Charles Hordelalay ; Gaël Guilhem - Miroslav Kecka - Casey Bartzen.

Remplaçants : Eddy Persico (G), Hugo Delecour, Luc Tanésie. Absents : Roman Svaty (déchirure aux adducteurs), Clément Rey (acromio), Benjamin Galmiche (muscles cervicaux), Jimmy Persico (poignet).

Saint-Gervais/Megève

Gardien : Henri-Corentin Buysse [sorti de 57'50" à 58'08"].

Défenseurs : Edgars Adamovics - Francis Ballet (A) ; Ales Cerny - Arthur Cocar ; Alexandre Gagnon.

Attaquants : Sylvain Nicoud - Étienne Croz - Sébastien Subit (A) ; Andrej Rajcak - Romain Orset - Garip Saliji ; Jordan Revel - Thierry Nicoud (C) - Josselin Besson.

Remplaçants : Luc Saccomano (G), Sébastien Borini, Antoine Vigier, Quentin Jacquier, Patxi Biscard. Absents : Julien Payraud (adducteurs), Robin Gaborit (genou).