Amiens - Deuil/Garges (U15)

Les U15 amiénois prouvent encore leur bon niveau avec leur prestation de ce samedi 27 mars 2010 dans l'enceinte du Coliséum. Ils s'imposent facilement 8 buts à 0 face à la modeste équipe de Deuil/Garges, à l'effectif inférieur et au jeu plus faible.

2010-03-27-amiens-deuil-minCe sont les minimes amiénois qui s’emparent de la rondelle dès l’engagement en zone neutre et Fabien Kazarine ne perd pas de temps pour s’infiltrer dans la zone offensive. Ne se voyant pas attaquer, il se place au centre et tire directement sur le gardien de Deuil, Maxime Broutin, qui ne réussit pas à stopper le palet (1-0 ; 0’05’’). Ca commence fort donc pour les jeunes amiénois.
C’est ensuite à Maurin Bouvet de s’illustrer, son tir rebondit sur le poteau de la cage adverse mais personne ne peut reprendre.


A la 1ere minute, Deuil est stoppé en zone neutre, juste avant l’entrée dans leur zone offensive alors que les amiénois repartent à l’attaque. Pourtant, c’est un joueur de Deuil qui intercepte le palet à son tour dans la zone neutre mais son action n’ira pas bien loin : les jeunes Gothiques reviennent bien en défense et le puck est dégagé de leur zone défensive rapidement. Force est de constater que même si les deux équipes évoluent dans le même championnat, les minimes amiénois ont l’air d’avoir un niveau plus élevé et un jeu un peu plus musclé.


Ensuite, un tir amiénois échoue dans le plastron de Broutin sur une mauvaise relance de Rémy Le Goffic dans sa zone défensive. La première pénalité de la rencontre est pour l’équipe de Deuil et son numéro 59, Jonathan Panto, pour faire trébucher à la 2e minute. Gabin Da Silva en profite pour doubler la marque des amiénois en passant le palet entre les jambières de Broutin une minute plus tard (2-0). Da Silva, à nouveau, triple le score après avoir repris le rebond laissé par le gardien deuillois suite au tir de Jason Thorrignac (3-0).


Le Goffic fait une bonne interception du puck dans sa zone défensive mais Deuil ne parvient toujours pas à se dégager. Fabien Métais envoie un gros lancer sur le gardien de Deuil de la bleue, dévié, mais Guillaume Leclerc reprend le rebond sans pour autant pouvoir pousser la rondelle dans les filets. Broutin est encore l’auteur d’un bon arrêt sur un jeu amiénois au deuxième poteau. C’est alors que l’on se rend bien compte du rythme que prend le match : le jeu est essentiellement amiénois et s’effectue la plupart du temps dans la zone offensive de ces derniers alors que Deuil essaie de pénétrer maladroitement dans la zone de défense des Amiénois sans que, toutefois, leurs tentatives soient inquiétantes pour Mattis Bonvento le gardien amiénois en ce début de rencontre.


2010-03-27-amiens-deuil-min-2Amiens se procure encore une occasion dangereuse qui est bien dégagée par Mélanie Thepot. A la 10e minute, Deuil a enfin une opportunité mais le tir d’un de ses attaquants trouve le plastron de Bonvento. Les jeunes amiénois repartent et c’est encore M.Thepot qui sauve son équipe d’un nouveau but en reprenant le palet sur la ligne de but avant qu’il en rentre totalement alors que son gardien était complètement battu. Malheureusement pour Deuil, le but ne tarde pas à être inscrit grâce à une bonne combinaison de Mindjimba et Hugo Gallet (4-0). Da Silva hérite à nouveau d’un palet devant la cage adverse et oblige le gardien à s’allonger de tout son long sur le puck pour stopper le jeu. Par la suite, c’est le capitaine amiénois, Maurin Bouvet qui va louper de peu la même action.


C’est alors au tour d’Amiens d’évoluer en infériorité numérique et on peut voir Deuil tenter d’installer un semblant de jeu de puissance : Panto envoie un bon tir non cadré vers Bonvento avant que les amiénois ne se dégagent mais Jordan Dana revient à la charge et rentre dans sa zone offensive. Il est repris de suite par deux défenseurs Gothiques et les quinze premières minutes du match s’achèvent sur la bonne avance des minimes amiénois.

 

A la reprise, c’est Fabien Métais qui rentre dans la zone offensive amiénoise mais Jonathan Panto est en défense et effectue une bonne interception de la crosse. Antoine Thepot tente alors un contre et tire du revers en arrivant à toute vitesse mais Bonvento est vigilant et dévie le lancer du bras alors que A. Thepot termine sa course dos contre la balustrade et reste un peu sonné.


A gauche de la cage du gardien de Deuil, Fabien Kazarine sert Pierre-Antoine Picard devant la cage et ce dernier tire, mais pas dans le palet.
C’est M. Thepot à nouveau qui tente un contre. Mais la défense amiénoise fait bien son travail et l’empêche de pénétrer dans sa zone offensive. Alors, le puck revient dans la zone d’attaque d’Amiens et les tires se succèdent : Leclerc, d’abord, lance directement sur Broutin et Delbecque au rebond ne peut mettre le palet dans les filets, César Boucault envoie un tir non cadré de la bleue puis c’est la capitaine amiénois, Maurin Bouvet, qui slap et troue le gardien de Deuil qui n’était pas sur ses appuis (5-0).


A la moitié de cette deuxième période, Amiens se permet de changer de gardien et le coach Guillaume Mennessier remplace Bonvento par Loick Porquet. L’équipe de Deuil se montre alors un peu plus accrocheuse, souhaitant sans doute tester ce nouveau gardien. Jordan Dana est repris dans la zone puis Panto part en un contre un mais son contrôle de palet un peu long arrive dans les patins de l’amiénois face à lui.
Maurin Bouvet s’illustre encore et trouve à nouveau le chemin des filets : sur la gauche, il centre au deuxième poteau et la rondelle ricoche sur celui-ci avant d’atterrir dans les filets de Broutin (6-0 ; 24’09’’).

2010-03-27-amiens-deuil-min-3
Le fils du célèbre gardien amiénois Mindjimba, Théo, rate son face à face en étant chargé de façon non régulière par Remy Le Goffic qui prend alors deux minutes de pénalité à 24’43’’. Deuil réussit à se dégager et Loick Porquet est obligé de geler le palet, concédant un engagement en zone défensive amiénoise car Valentin Barat se présentait face à lui. Amiens ne perd pas de temps à remonter : Métais essaie par deux fois de marquer avant que Deuil ne se dégage à nouveau et réussisse à tuer cette pénalité. 


Pourtant, le jeu s’effectue toujours dans leur zone défensive et les minimes amiénois bombardent littéralement la cage de Broutin qui résiste tant bien que mal en déviant de la jambière et en utilisant sa mitaine à bon escient.
Du côté de Deuil, Valentin Barat s’offre un contre mais on assiste alors à un bon retour d’un amiénois qui se couche et place sa crosse devant les patins de Barat pour l’empêcher de continuer son action.
Encore une fois, Deuil hérite d’une pénalité pour charge incorrecte. Le Goffic envoie en fond de glace tout de suite puis Deuil va au pressing derrière sa cage mais Amiens repart sans toutefois marquer avant la fin de ce deuxième tiers.

 

De retour sur le glaçon, les jeunes amiénois mettent à profit leur supériorité numérique débutée dans le tiers précédent. Leclerc puis Gallet slapent de la bleue mais trouvent la mitaine de Broutin. Peu après ce début de dernière période, Kazarine allonge encore la confortable avance des amiénois. Il arrive sur la droite de Broutin et envoie directement le palet dans la lucarne opposée (7-0 ; 31’35’’).


Dana joue avec la balustrade pour permettre à Deuil de s’installer dans sa zone offensive mais ce n’est pas assez puissant. Malgré cela, Jonathan Panto se saisit tout de même du puck et envoie un slap puissant sur Porquet, assez tranquille dans cette partie.
L’arbitre coupe le jeu à la 34 e minute pour envoyer le 66 de Deuil, Barat, sur le banc de la prison pour retenir. La supériorité ne tarde pas à payer : après un premier lancer de Métais au deuxième poteau sur Broutin, Maurin Bouvet inscrit son triplé dans ce match. Da Silva peut facilement lui passer la rondelle devant la cage ouverte, après avoir déporté Broutin sur la droite (8-0 ; 33’38’’).


Par la suite, le jeu se fait plus équilibré et Deuil réussit à prendre quelques tirs face au but amiénois sans parvenir toutefois à concrétiser. Quentin Levrey par exemple, effectue une jolie passe en retrait pour Dana qui slape mais voit son tir dévié par le bout de la crosse de Porquet au dessus de sa cage.
Amiens reprend le contrôle du puck et Picard lance une première fois à côté puis un défenseur de Deuil l’empêche de reprendre le rebond. Ca repart dans la zone d’attaque de Deuil avec Le Goffic qui cadre son tir mais celui-ci rebondit sur un défenseur amiénois.


2010-03-27-amiens-deuil-min-4L’équipe de Deuil ne joue plus vraiment et envoie le plus possible le palet en fond de glace, histoire de se dégager et de limiter les dégâts sans doute.
Sur une action contre la balustrade, le jeune A. Thepot se fait bien chargé par un amiénois et reste un moment sur la glace, allongé sur le dos. Il rejoint son banc sous les applaudissements des quelques personnes venues voir le match. Pour cette faute, Marc-Antoine Herbet écope d’une pénalité. Il est rejoint une minute plus tard par son coéquipier Antoine Buriez qui prend lui aussi deux minutes pour charge incorrecte.


L’occasion de sauver les meubles en inscrivant un premier but pour l’équipe de Deuil est là mais les joueurs ne se montrent pas réellement dangereux : seul Remy Le Goffic tente un lancer d’abord dévié puis dégagé de la zone défensive amiénoise. Ensuite, Barat vise trop haut et Amiens peut se dégager et tuer tranquillement ses deux prisons.
Adrien Josse s’essaie face à Broutin mais ce dernier capte la rondelle dans sa mitaine alors que Josse venait de procéder à une jolie esquive du défenseur de Deuil dans la zone offensive.


La dernière action du match est pour Mélanié Thepot : elle se retrouve en zone neutre mais n’ose pas tirer de sa place. Elle choisit de passer son palet mais le buzz final retentit dans l’enceinte du Coliséum et sacre la réussite amiénoise.

 

Ainsi, les Minimes amiénois restent sur cette large victoire de 8 buts à rien dans un match où ils ont montré leur supériorité sur leurs adversaires. Pour autant, l’équipe de Deuil n’a pas déméritée puisqu’ils se seront battus jusqu’au bout en jouant leur jeu aussi bien que possible. Ils rentrent donc au vestiaire sans oublier de saluer leurs supporters ayant fait le déplacement qui les applaudissent bien fort.