Skellefteå - Färjestad (Elitserien, 1/4 de finale, match 7)

HagosYared1Les joueurs de l'équipe de France sont-ils capables de se montrer à la hauteur d'un septième match dans un quart de finale de grand championnat européen ? La situation est encore nouvelle pour eux, hormis dans la LNA suisse voisine. Après Yorick Treille hier en Extraliga tchèque, c'est au tour de Pierre-Édouard Bellemare de relever ce défi en Elitserien.

Il devra y parvenir sans son centre Erik Forssell : même s'il avait essayé de revenir sur la glace après sa blessure au genou avant-hier, le meilleur joueur de ces play-offs au pourcentage de mises au jeu gagnées (avec son coéquipier Yared Hagos) a dû déclarer forfait ce soir.

Avec le soutien de son public, Skellefteå part favori. Mais le champion en titre Färjestad tient à se faire respecter et, à l'extérieur ou non, il a décidé de faire un départ-canon. Il entre sur la glace avec une intensité énorme et reste installé plus de trente secondes pendant que l'arbitre a le bras levé pour signaler une faute de Söderberg sur Blindenbacher. Le défenseur suisse, décidément d'inspiration offensive, s'est créé deux occasions à gauche de la cage pendant cet intervalle. La supériorité numérique poursuit la pression totale des blancs. Un palet s'envole sur la jambières de Hadelöv, frappe le plexi et retombe à côté de la cage ouverte pour Dragan Umicevic... mais le gardien voit venir l'action à temps et repousse d'un bon réflexe de la botte.

L'incroyable se produit pourtant : sur la toute première action de Skellefteå, en infériorité, Yared Hagos reçoit une passe de Bellemare, entre seul en zone, prend un lancer, va chercher son propre rebond dans la bande et tire de derrière la ligne de but... Le jeune gardien Robin Rahm s'attend à tout sauf à ça et comprend trop tard en sentant le palet ricocher derrière sa botte et entrer dans les filets (0-1, 03'00"). Pierre-Édouard Bellemare enchaîne avec un tir rasant puis repousse de façon musclée un défenseur : le SAIK est dans son match.

RahmRobinPour autant, le score est très chanceux au vu de la physionomie du jeu. Les locaux passent encore tout près d'encaisser un but quand un slap ricoche sur la jambe d'un défenseur puis sur l'épaule de Hadelöv. Le jeu s'équilibre par la suite et, clairement, Färjestad n'a pas été payé de sa stratégie de forte poussée initiale.

Très doué dans le contrôle du palet, Jimmie Ericsson se fait accrocher par Mattsson pour le premier avantage numérique local (16'03"). C'est le défenseur international junior David Rundblad qui dirige le jeu de puissance de Skellefteå. Bonne présence aussi de Bellemare, avec un tir du cercle gauche et une courageuse lutte à un contre deux dans la bande, qui reflète quand même un manque de solution collective en supériorité numérique. La pénalité de Vallin (18'45"), découpée par la pause, ne corrigera pas cette carence.

En deuxième période, Johan Andersson, l'international spécialiste du jeu en infériorité, est pénalisé en zone offensive (23'26"). Skellefteå s'installe proprement, mais Forsberg à côté de la cage ouverte n'arrive pas à exploiter un palet traînant, écarté dans l'enclave vers Bellemare qui est contré à son tour.

Le suivant à visiter la geôle est Ivan Majesky (32'25"). La première pénalité locale avait abouti à un but en infériorité, mais cette fois son effet va dans le sens commun. Dragan Umicevic reprend une belle passe transversale d'un cercle à l'autre de Marcus Johansson, sous les yeux impuissants de Bellemare et de son gardien (1-1, 34'03"). En fin de tiers, l'incorrigible Majesky se fait encore pénaliser pour avoir fait trébucher en zone neutre un Mikael Johansson qui arrivait trop rapidement en contre pour le défenseur slovaque (39'09"). Pas de conséquence cette fois.

MoranBradDick Axelsson perd le palet dans sa zone et est obligé de retenir Pierre-Édouard Bellemare qui en avait hérité (42'59"). Le jeu de puissance de Skellefteå, avant-dernier en saison régulière et dernier dans ces play-offs, ne s'arrange toujours pas... Ne pas désespérer... Cent fois sur le métier, il faut remettre son ouvrage. Alors, un gros effort collectif dans les bandes en fond de zone aboutit à une pénalité de Kent McDonell qui a accroché Skrbek (48'21"). C'est la bonne ! Le lancer de Jimmie Ericsson frôle le cadre, mais Brad Moran récupère le palet et effectue une passe décisive de derrière la cage à Fredrik Warg, qui aura marqué trois des cinq buts en supériorité du SAIK dans ces play-offs (2-1, 48'51"). Johan Forsberg est tout proche d'enfoncer le clou en s'échappant avec le paquet pesant d'un défenseur adverse sur le dos.

Les joueurs locaux reculent moins qu'à 1-0 et maintiennent un pressing sur leurs adversaires. À force de voir le chronomètre défiler, les tribunes de Skellefteå s'emplissent de chants joyeux et ininterrompus.

La seule chose qui les arrête, c'est une pénalité - indiscutable - contre Jimmie Ericsson qui a laissé traîner sa jambe et fauché Ari Vallin (56'55"). Le powerplay de Färjestad se déploie alors sous les huées. Le défenseur et capitaine Christoffer Norgren casse sa crosse, et l'attaquant Warg lui prête la sienne : il y a le feu devant la cage. La première échauffourée du match éclate. Faute de crosse à tenir, Warg utilise ses bras ballants à empoigner un adversaire, avant d'être frappé au sol par Per Åslund. Les deux joueurs vont en prison, fort justement (58'06"). Les arbitres ne se laissent pas intimider par l'entraîneur de Färjestad, Per-Erik Johnsson, qui se résout à demander son temps mort et à sortir son gardien.

WargFredrikApplaudissements nourris pour le guerrier Yared Hagos qui se couche devant un lancer de Vallin (59'01"), puis sifflets pour une pénalité simultanée contre Ericsson et Axelsson (59'28"). Une sanction en principe équilibrée, mais favorable dans les faits aux visiteurs : comme Färjestad a sorti son gardien, cela lui permet de jouer à 5 contre 4 au lieu de 6 contre 5. La fin de match est interminable, car l'arbitre appelle le juge vidéo pour savoir combien de secondes il reste exactement. Le public, lui, fête déjà la victoire dans une communion générale. La réponse arrive : six secondes, avec engagement en zone neutre. Pas assez pour empêcher le SAIK de nager dans le bonheur.

La question introductive a trouvé sa réponse : oui, Pierre-Édouard Bellemare a su lui aussi fournir une prestation solide dans un match à fort enjeu. Plus généralement, Skellefteå a livré une belle prestation collective, et on peut être assez épaté par cette équipe qui aligne trois défenseurs juniors. David Rundblad a déjà tout d'un cadre et mérite un grand coup de chapeau, Tim Erixon a été convaincant ce soir avec des interventions défensives sûres. Un petit bémol sur Adam Larsson, coupable d'une perte de palet à la bleue, même si ses coéquipiers auraient dû lui parler sur cette action. La réserve vient surtout du fait que Larsson, réputé pour son gabarit à 17 ans (188 cm, 95 kg), a souvent paru battu dans les coins ce soir.

Ironie du sort : Färjestad est éliminé le jour même où un de ses dirigeants, Bo Lennartsson, a été désigné président du nouvel "European Trophy" qui fait suite aux projets de son manager Håkan Loob. Des grands plans pan-européens que les grands clubs suédois ont concocté en délaissant leurs homologues du nord, pas invités au festin. Skellefteå, seul club nordiste encore en lice, prouve que le mérite sportif ne se décide pas à la tête du client et que le coeur du hockey suédois, près du cercle polaire, n'a pas l'intention de se laisser déposséder... Prochain adversaire, HV71, le vainqueur de la saison régulière.

 

Skellefteå - Färjestad 2-1 (1-0, 0-0, 1-1)
Mardi 30 mars 2010 à 19h00 à la Löfbergs Lila Arena. 6754 spectateurs.
Arbitrage de Thomas Andersson et Ulf Rönnmark assisté de Jan Sandström et Peter Sabelström.
Pénalités : Skellefteå 12' (2', 4', 6') ; Färjestad 14' (4', 2', 8').
Tirs : Skellefteå 19 (7, 4, 8) ; Färjestad 23 (7, 9, 7).
Évolution du score :
1-0 à 03'00" : Hagos assisté de Bellemare (inf. num.)
1-1 à 34'03" : Umicevic assisté de Ma. Johansson et Bartecko (sup. num.)
2-1 à 48'51" : Warg assisté de Moran (sup. num.)


Skellefteå AIK

Gardien : Andreas Hadelöv.

Défenseurs : Pavel Skrbek (TCH) - Adam Larsson ; Tim Erixon - Ivan Majesky (SVK) ; Christoffer Norgren - David Rundblad ; Jyri Marttinen (FIN).

Attaquants : Jimmie Ericsson - Brad Moran (CAN) - Fredrik Warg ; Anders Söderberg - Yared Hagos - Christian Söderström ; Pierre-Édouard Bellemare (FRA) - Oscar Lindberg - Johan Forsberg ; Tomas Surovy (SVK) - Martin Lundberg - Melker Karlsson.

Remplaçants : Nicklas Dahlberg (G), Martin Sandgren. Absents : Petr Tenkrat (blessé), Erik Forsell (genou).

Färjestads BK

Gardien : Robin Rahm [sorti à 58'11"].

Défenseurs : Sanny Lindström - Angel Krstev (TCH) ; Arto Laatikainen (FIN) - Severin Blindenbacher (SUI) ; Ari Vallin (FIN) - Jonas Holøs (NOR).

Attaquants : Emil Kåberg - Johan Andersson - Marius Holtet (NOR) ; Lubos Bartecko (SVK) - Marcus Johansson - Dragan Umicevic ; Mikael Johansson - Jesper Mattsson - Dick Axelsson ; Per Åslund - Anders Bastiansen (NOR) - Kent McDonnell (CAN).

Remplaçants : Henrik Karlsson (G), Robin Sterner, Marcus Paulsson. Absent : Fredrik Lindgren (surnuméraire).