Valence - Reims (Division 1, 26e journée)

Après une semaine d’interruption qui a permis à plusieurs équipes de rattraper leur retard, les Phénix retrouvent les joutes du championnat avec un dernier déplacement à Valence, en guise de clôture. A une semaine des play-offs, ce match, sans importance apparente, va servir à déterminer les adversaires des Rémois en quart de finale. Il reste donc à la formation de François Dusseau à se remettre dans le bain et à peaufiner les derniers détails dans son jeu, afin d’aborder les play-offs dans les meilleures conditions.

Valence, pour son denier match de la saison, a fait le plein au Polygone et n’a plus d’espérance particulière pour ce match. Ayant joué le week-end dernier, les Lynx semblent mieux trouver le rythme en début de match. Toutefois, la défense rémoise se met bien en place et contient au mieux les assauts des locaux. Valence, devant un public venu en nombre, joue sans retenue et avec plus d’intensité. Mais les Lynx sont emportés par leur enthousiasme et se retrouvent très tôt à un homme de moins (02’04).

L’attaque massive des Phénix peine à se mettre en place et les locaux parviennent sans mal à tenir le coup. Mieux, sur la fin de l’infériorité, ils arrivent à obtenir à leur tour une supériorité. A quatre sur le glaçon, les Phénix se montrent solides, à défaut d’être inspirés offensivement. Jusque-là Fournier est bien tranquille dans ses cages, contrairement à Kubis, qui ne peut pas en dire autant. Le portier rémois continue d’être sollicité par les Lynx et repousse tout ce qui se présente à lui. Et comme le pressing des locaux gêne assez les partenaires de Martin-Whalen, Kubis n’a pas le temps de se reposer. Ce dernier doit sortir le grand jeu avec sa mitaine magique sur un essai d’Alexis Pelisse pour empêcher les locaux de prendre logiquement les devants. Valence continue de bourdonner en zone offensive, bien aidé par l’indiscipline champenoise.

Heureusement, les Phénix peuvent compter sur un Kubis royal pour frustrer les avants des Lynx et rester à 0-0. Pour preuve, sur une descente à deux des Lynx, Medeiros fixe Kubis et sert au deuxième poteau Sangiorgio, dont la reprise instantanée est sauvée d’un plongeon par ce même Kubis. Au milieu de la domination drômoise, les Phénix pointent le bout du nez par Martin-Whalen puis Jérémy Sabatier, mais Lucas Fournier reste serein dans ses buts. La fin du tiers approche et les locaux buttent encore et toujours sur la muraille Kubis. Et c’est suite à un énième sauvetage du portier tchèque, que Martin-Whalen sert son compatriote Savoie, qui déborde toute la défense des Lynx pour marquer de près (0-1, 17’12).

C’est la douche froide pour les Lynx et leurs partisans. Sur sa première véritable occasion et contre le cours du jeu, Reims ouvre la marque ! Valence réagit dans la foulée et obtient un nouveau jeu de puissance, sans toutefois parvenir à le faire fructifier avant la sirène. Les Phénix peuvent rentrer dans leur chambre, tout heureux de mener, notamment grâce à un Kubis de gala (23 arrêts contre 2 seulement pour Fournier !).

A la reprise, les Lynx reviennent gonflés à bloc, sans doute vexés d’être menés après avoir dominé les débats dans le premier acte. Il reste en plus un reliquat de la pénalité rémoise, offrant d’entrée aux locaux une opportunité de revenir. Bien installée en jeu de puissance, l’attaque massive des Lynx se met en marche et Dirnbach, après un premier essai infructueux, trouve enfin la faille chez Kubis d’un tir à ras glace (1-1, 20’43).

Seulement, les locaux ont à peine le temps de savourer cette égalisation, que Reims va vite reprendre les choses en mains au score. Sur l’engagement, Vrielynck monte le puck en zone d’attaque et le transmet sur l’aile à Rehor, dont le tir précis prend en défaut Lucas Fournier, qui semble pourtant bien placé (1-2, 21’35). Mais Valence va jouer le même tour aux Rémois. Sur l’engagement, Antoine Pelisse profite d’un relâchement rémois pour tromper de près Kubis et remettre les compteurs à égalité (2-2, 21’52).

Le match connaît un moment d’euphorie et Valence tente de poursuivre sur sa lancée. Cependant, Reims ne s’affole pas et reprend petit à petit le contrôle des opérations. Les supériorités offertes par les Lynx viennent conforter cette impression et les Phénix vont même en tirer profit. Suite à une pénalité de Medeiros, l’attaque massive rémoise se retrouve à l’œuvre et fait parler d’elle (27’55). Savoie, servi par Kaisjoki, se retrouve en bonne position pour attaquer la cage et marquer en deux temps (2-3, 28’40).

Cette fois-ci, les Marnais semblent décidés à garder l’avantage et poursuivent leur forcing dans l’optique de faire un break. Celui-ci va se produire assez rapidement. A la 33ème, suite à un palet perdu par les Lynx en zone neutre, Rehor part en contre et sert au deuxième poteau Florian Sabatier, qui ne laisse aucune chance à Valentin, entré à mi-match (2-4, 32’10).

Reims semble avoir fait le plus dur et Valence avoir pris un coup sur la tète. Peu après, les locaux vont avoir une occasion de se remettre en scelle, avec une pénalité rémoise. Toujours dans le trouble, les Lynx balbutient leur hockey et Florian Sabatier en profitait pour percer plein champ, mais le Rémois semble être stoppé irrégulièrement. Le corps arbitral ne bronche pas sur l’action, ce qui n’est pas du goût du banc rémois qui proteste. Sans doute un peu, trop car l’arbitre sanctionne cela et Reims se retrouve dès lors en double infériorité. Valence s’installe très vite dans la zone offensive et Samson, positionné à la bleue, y va d’un tir puissant en espérant un rebond. Cette configuration se produit à la 35ème, quand Alexis Pelisse arrive à point nommé pour convertir en but un tir de la bleue que Kubis n’a pu bloquer (3-4, 34’19). Ce but redonne de la vigueur aux fans et joueurs des Lynx. La fin de tiers ne donne lieu à plus rien de concret, chaque équipe se fait pénaliser tour à tour. Ainsi, malgré les rebondissements durant cette deuxième période, Reims parvient à garder le score à son avantage.

A l’aube du troisième tiers, Reims peut attendre son adversaire et espérer un éventuel contre pour faire la décision dans cet ultime match. Parallèlement à cela, les hommes de François Dusseau savent qu’une victoire les maintient à la cinquième place, avec en prime un possible affrontement avec Montpellier. Contrairement aux tiers précédent, le jeu semble plus fermé. Les Lynx essaient de revenir, mais ne parviennent pas à trouver la solution, Reims étant bien en place. Valence jette ses dernières forces dans la bataille, Reims reste patient, sachant qu’il peut toujours compter sur son portier pour tenir la baraque.

Les Phénix se font toutefois quelques frayeurs. Dusseau, puis Lohou viennent aider leur gardien, en sauvant des palets brûlants au devant de Medeiros. Le temps s’égrène et on approche des deux dernières minutes de jeux, le score restant toujours à 4-3. On s’attend à voir Valence sortir son gardien pour un ultime coup de poker, mais les locaux vont forcer la décision. A un peu plus de deux minutes du terme, Quentin Fournier s’extirpe de la bande, s’avance vers Kubis et déjoue ce dernier d’un revers (4-4, 57’31). Le public peut exulter et Valence de croire à un succès de prestige pour finir en beauté sa saison. Face à la pression locale, Reims fait le dos rond et tient bon jusqu’à la sirène, qui les voit pour la septième fois de la saison jouer au-delà des 60 minutes de jeu.

Après quelques instants, le jeu reprend pour une prolongation indécise. A 4 contre 4, les espaces sont plus nombreux, mais aucune équipe ne prend de risques. Medeiros cherche bien à prendre en défaut l’arrière-garde rémoise, mais Kubis veille au grain. Reims se crée lui aussi son occasion de tirer le gros lot, avec une reprise Vesely sur un service de Savoie, mais la reprise du Tchèque frôle le montant de Valentin. Dans la continuité, Vrielynck, sur un raid en solo, adresse un tir précis que Valentin stoppe in extremis du gant. Plus rien n’est à signaler dans les dernières secondes et on va assister aux tirs de barrage, une habitude pourrait-on dire pour les Phénix.

Suite au tirage au sort, Reims a le redoutable honneur de débuter :
Savoie est le premier tireur côté rémois. Le sniper québécois s’avance vers Valentin, le feinte sur la droite et tire à gauche, hélas hors cadre (0-0).
Sangiorgio s’élance à son tour et tente le tir entre les bottes, sans toutefois surprendre Kubis (0-0).
Rehor part à son tour en duel avec Valentin, essaie sa feinte du revers et revient sur son coup droit, mais Valentin ferme la porte au dernier moment (0-0).
Au tour de Dirnbach de défier Kubis, le Slovaque feinte le slap et tente un petit tir malin, mais Kubis ne se fait pas surprendre (0-0).
Dernier tireur rémois de cette série, Florian Sabatier s’avance vers Valentin et parvient à faire une double feinte pour éliminer le portier et marquer dans un but grand ouvert (0-1).
Antoine Pelisse porte les derniers espoirs des Lynx dans sa palette. L’avant drômois s’approche de Kubis et tente le tir en force, qui finit sur le poteau du Tchèque et offre la victoire aux Rémois (0-1).

Les Rémois remportent quelque peu dans la douleur une victoire qui leur permet de conserver leur cinquième place. Ils obtiennent même un petit bonus. Nice remporte un succès à Montpellier et offre du même coup la quatrième place du classement aux Rémois, au bénéfice d’une triple égalité avec Bordeaux et Montpellier.

Valence salue son public après un match courageux et Reims peut se tourner vers les play-offs, qui leur offrent des retrouvailles avec les Vipers de Montpellier en ¼ de finale pour un duel qui s’annonce très serré.


Valence - Reims 4-5 tab (0-1, 3-3, 1-0, 0-1).
Samedi 27 mars 2010 à 20h00 au Polygone. 932 spectateurs.
Arbitrage de Fabrice Hurth assisté de Yannick Moreau et Matthieu Pretat.
Pénalités : Valence 18' (2', 6'+10', 0', 0'), Reims 26' (8', 8'+10', 0', 0').
Évolution du score :
0-1 à 17'12" : Savoie assisté de Martin-Whalen et Kaisjoki
1-1 à 20’43" : Dirnbach assisté de An. Pelisse et Sangiorgio (sup. num.)
1-2 à 21‘35" : Rehor assisté de Vrielynck et F. Sabatier
2-2 à 21'52" : An. Pelisse assisté de Cabare
2-3 à 28’40" : Savoie assisté de Kaisjoki et F. Sabatier (sup. num.)
2-4 à 32‘10" : F. Sabatier assisté de Rehor
3-4 à 34'19" : Al. Pelisse assisté de Savajol et Samson (double sup. num.)
4-4 à 57’31" : Fournier assisté de Masson et Bidoli