LNA 1/2 finales : "home sweet home"...

g_servetteAu coude à coude avec Zoug dans sa demi finale, Genève-Servette a repris la main en s'imposant une nouvelle fois à domicile, pour désormais mener deux victoires à une.

Ce large succès (6-3) acquis aux Vernets qui s'est dessiné dès la quatrième minute de jeu, au terme d'un gros travail collectif des Grenats en zone offensive. Comme souvent cette saison, le danger est venu de cette fameuse ligne Déruns-Savary-Salmelainen. Un trio qui peut s'appuyer sur l'imposante carrure de Goran Bezina. Une mauvaise passe de Thomas Déruns vers Tony Salmelainen profite au défenseur d'origine croate,  bien placé dans l'enclave pour fusiller Jussi Markkanen (1-0).

La défense genevoise plie mais ne rompt pas en ce début de match. Tout l'inverse d'une arrière-garde zougoise prise de vitesse par un contre supersonique de Salmelainen. Le Finlandais, toujours aussi explosif, profite d'une récupération de Déruns en zone défensive pour filer à grandes enjambées vers la cage adverse. Fixant au besoin Markkanen pour mieux lui glisser la rondelle entre les jambières (2-0). Pour ceux qui en doutaient encore, Tony Salmelainen est bel et bien l'arme fatale de Genève-Servette cette saison. Et dire qu'il était annoncé blessé, après le deuxième match perdu à Zoug samedi (2-4)...

Malik se rate... mais Genève gagne

Chris McSorley n'est pas seulement le roi de l'intox. C'est aussi un fin technicien qui, parfois, peut se tromper. Le "grand manitou" du hockey genevois n'a pas été convaincu, cette saison, par l'une de ses recrues, le défenseur Marco Maurer, qu'il n'hésite pas à utiliser aux avant-postes. Maurer, qui portera le maillot "eisblau" de Rapperswil l'an prochain, va pourtant se montrer décisif.

Après ce premier tiers bien maîtrisé, les Romands vont s'égarer dans le deuxième. Tout commence sur un contre mené par l'inévitable Josh Holden, qui profite d'une absence de repli défensif pour servir Dale McTavish côté opposé. En one-timer, le vétéran réduit la marque (2-1). Mais ce petit courant d'air défensif n'est rien comparé à l'énorme boulette "réussie" par Marek Malik. Alors que l'EVZ a dégagé le palet pour un changement de ligne, le palet glisse derrière la cage de Tobias Stephan, qui attend l'arrivée de Marek Malik. Le Tchèque, pressé par un adversaire, récupère le disque et finit de contourner la cage pour rapidement relancer.

Malik, avec ses 691 matchs de NHL, n'est pourtant pas le premier venu mais confond vitesse et précipitation dans sa transmission... qui s'en vient taper contre le patin gauche l'infortuné Stephan, qui se replaçait devant le filet (2-2). Fabian Lüthi, dernier zougois a avoir touché le puck, marquant ainsi le but le plus facile de sa carrière...

Les Servettiens filent alors un bien mauvais coton. Paul Di Pietro s'amène dans le coin gauche et ressort sur Wesley Snell à la bleue. Le Canado-Suisse prend un lancer dévié en lucarne par Jannick Steinmann (2-3). Et c'est-là qu'intervient Maurer, ancien zougois de son état. Florian Conz met la défense sans dessus mais perd le contrôle du palet dans sa tentative de lancer excentré. Pas grave puisque "Super" Marco Maurer est là pour finir le travail (3-3).

Une déviation de Jeff Toms plus tard (4-3), il remet ça. Tout part d'un forecheck de Florian Conz en zone offensive, qui profite à Stefan Hürlimann, lequel pousse Markkanen à concéder un rebond. Et devinez qui va tirer les marrons du feu ? Marco Maurer, évidemment (5-3). Ce diable de Salmelainen passe la dernière couche dans une cage vidée de son occupant (6-3)...

Berne toujours invaincu

Le Genève-Servette de Chris McSorley paraît un ton au-dessus de l'EV Zoug de Doug Shedden. Mais pas autant que Berne face à Kloten, même si les Aviateurs sont de farouches contradicteurs. Cela s'est encore vérifié hier soir, dans la capitale. Une déviation gagnante du Canadien Mark Bell sur un slap de Félicien Du Bois, ouvre ainsi les hostilités (0-1). La muraille Ronnie Rüeger se lézarde sur un plomb du défenseur Dominic Meier (1-1) et craque, en double infériorité numérique, sur une "praline" de Roman Josi (2-1). Le cinquième but en playoffs, déjà, pour ce jeune défenseur résolument offensif... et qui a encore franchi un palier cette année.

Ces tirs lointains sont fatals à Rüeger, battu sur un slap de Martin Plüss, toujours en supériorité numérique (3-1). La réussite de Kimmo Rintanen, joliment emmenée et bien terminée par le maître à jouer finlandais, ne changera rien à l'affaire. Kloten est encore battu d'un petit but (3-2). Les hommes de Larry Huras, eux, remportent un septième succès d'affilée dans ces playoffs...

Bienne revient, Viège gaspille

Si Bienne s'est complètement relancé dans ces barrages en battant Langnau à domicile (4-2), Viège, en finale de LNB, a tout gâché face à Lausanne. Dans leur Litternahalle, où il n'est jamais simple de s'imposer, les Haut-Valaisans sont tout simplement passés à côté de leurs match. Flurin Randegger, décidément excellent en playoffs, profite d'un box-play passif pour ouvrir le score en supériorité numérique (0-1).

Jonas Müller, le gardien viégeois, est également livré à lui-même face au top-scoreur Alain Miéville, qui fait parler son poignet d'un shoot à mi-distance (0-2). Viège rate ensuite un nombre incalculable d'occasions. Un manque de réussite illustré par ce "coup de barre" de Luca Triulzi en fin de première période. La chance sourie à Lausanne, qui peut compter sur un Gianluca Mona des grands soirs devant le filet et sur un Jonathan Roy retrouvé. L'ex-Tourangeau, pourtant une valeur-sûre de la division, n'aura pas été épargné par les critiques (ni par les blessures) cette saison. En pressant Fernando Heynen et en lui chipant la rondelle en zone neutre, Jonathan Roy s'ouvre le chemin du but (0-3).

Dos au mur, Viège presse, encore et encore et n'obtient qu'une maigre récompense. Un but de Triulzi consécutif à une relance hasardeuse de Julien "trois poumons" Staudenmann (1-3). Les Vaudois ont repris l'avantage de la glace pour mener 2 à 1 dans cette finale. Mais Viège, malgré le mutisme de Corey Pecker et Dominic Forget, ses deux meilleurs compteurs, n'a pas dit son dernier mot...