Quarts de finale aller D1 : seul le Bordeaux se conserve

On n'a pas senti de grande mobilisation dans les différentes patinoires pour les quarts de finale de division 1 (300 personnes à Cergy, 450 à Avignon, 765 à Végapolis). Même à Mériadeck - 1165 spectateurs - il y avait bien de monde que la semaine dernière pour la même affiche en saison régulière. Pas de culture hockey, pas de culture de play-offs ?

Cergy, qui avait surpris l'an passé face à Bordeaux avant de gêner Caen, pouvait-il rééditer son exploit et renverser la hiérarchie ? Caen a bien vite démenti cette hypothèse en marquant trois fois en 3'24". Score final 1-6 et match plié.

Le défi était aussi difficile pour Avignon face à son ancien gardien Mojmir Bozik, aujourd'hui à Brest. Le duo Kumeliauskas-Couturier et les Castors ont mené 3-2 pendant... seize secondes. Prosvic a égalisé pour un doublé personnel, Krayzel a enchaîné une minute plus tard et deux buts de Matej Kiska en fin de match ont donné une avance confortable à Brest (3-6) avant le retour dans le Finistère la semaine prochaine.

Reims avait pris la quatrième place in extremis, mais est-ce vraiment un avantage de recevoir au match retour ? Quand on a trois buts d'avance, sûrement ! Avec un but en supériorité numérique pour chacun des frères Sabatier, les Phénix sont allés gagner à Montpellier, qui n'a évité de se faire blanchir qu'à trois minutes de la fin (1-4). Il reste de la marge.

Il n'y a donc qu'un quart de finale où le suspense demeure pleinement : c'est le duel Bordeaux-Mulhouse. Un match serré où la moindre faute compte. Tous les buts ont été marqués en avantage numérique. Pour être précis, Jens Eriksson a ouvert le score une seconde après la fin de la première pénalité bordelaise, mais c'est bien sûr pareil en pratique. Un doublé d'Alexandre Carignan a donné l'avantage aux Boxers, mais Mathieu Bidoli a égalisé en troisième période pour Mulhouse (2-2). Les deux équipes devront se départager à l'Illberg.