Bordeaux - Angers (Espoirs Excellence)

Mariage_Nicolas__Fribault_Bertrand_2

Les Espoirs bordelais sont de retour à Mériadeck, près de deux mois après leur dernière rencontre à domicile. La dernière fois, c'était contre Anglet et les Boxers avaient fait un grand pas en avant pour la qualification en demi-finale en battant leur collègue basque (7-3). Depuis, ils ont définitivement validé leur billet en s'imposant à Cholet (3-4). Du coup, le match du jour, contre les Ducs d'Angers, désignera le champion de la zone ouest. Enfin, la désignation est déjà faite à 90% car pour rafler le titre, les Bordelais devront s'imposer par plus de dix buts d'écart.

Cet avantage (énorme), Angers avait su le prendre au match aller, où les Bordelais avaient complètement baissé les bras, encaissant huit buts dans la dernière période. Ce jour-là, les Ducs bénéficiaient de tous les joueurs évoluant avec la Magnus alors que les Bordelais étaient privés des habituels titulaires de D1. Aujourd'hui, c'est l'inverse : les Magnusiens d'Angers étaient la veille à Briançon et ne sont pas rentrés disputer cette rencontre quasiment sans enjeu, alors que les Bordelais sont au grand complet, dans l'optique d'effacer l'affront de la première rencontre. 

Ce match permet également au portier remplaçant des Ducs, Benjamin Deschamp, de commencer la rencontre en lieu et place de l'imposant titulaire Lucas Normandon. Et malheureusement, pour lui, la rencontre débute mal : profitant d'un changement de ligne, Lambert passe à Poigt qui déboule côté gauche et tire au but. La mitaine "trouée" de Deschamp fait le reste et sur cette cagade, les locaux ouvrent le score (1-0, 01'03"). Quelques secondes plus tard, les Bordelais sont les premiers à se mettre à la faute, mais leur infériorité est au point. Ramonatxo n'a pas trop de soucis à se faire sauf lorsque Hébert centre pour Fribault dont la reprise est stoppée par les jambes du gardien bordelais. Si au retour en égalité, les locaux se créent une belle action par le duo Jaffeux-Schue, ce sont les visiteurs qui prennent la mainmise sur la rencontre. En quelques secondes, les Ducs manquent plusieurs occasions d'égaliser : Hébert, derrière la cage, passe à Neveu dont le lancer trouve le poteau, puis Collaisseau, seul face au gardien voit sa tentative avortée de fort belle manière par Ramonatxo… Il faut dire que les Bordelais perdent peu à peu leurs moyens et accumulent les erreurs : Arrouy et Baccot se retrouvent ainsi tous les deux à défendre du côté gauche, laissant un couloir béant de l'autre côté, sans parler des relances à la bleue, plein axe, alors qu'on procède à un changement de ligne… À ce moment là, les Boxers peuvent s'estimer heureux de pointer avec un but d'avance.
Deschamp_Benjamin

Ce sont les Angevins qui vont les remettre dans le bon sens en se faisant pénaliser pour une charge incorrecte d'Eon. Vincent Cadren passe derrière la cage, remet dans le slot à Thomas Ramonatxo dont la déviation est repoussée par Deschamp sur… Schue qui pousse le palet au fond (2-0, 12'40"). Les Bordelais reprennent vie ! Poigt envoie une passe diagonale à Lambert qui déborde à gauche et centre pour Moreau et Poigt qui manque le palet…

Mais une faute bordelaise laisse l'opportunité aux Angevins de revenir. Léonard Nalliod-Izacard est sur la gauche du but, il s'avance, Hébert gêne la vision du gardien et Nalliod-Izacard tire en force entre les jambes de son attaquant. Surpris et masqué, Ramonatxo concède le rebond mais la reprise passe à côté. Sur cette action, Castaings et Hébert en profiteront pour s'échanger les diverses amabilités d'usage et iront faire un tour en prison. Les visiteurs sont toujours un de plus sur la glace et s'installent de nouveau dans la zone offensive. Lorsque les locaux parviennent à se sortir de la zone, c'est pour que Cadren offre un break que Mariage ne convertit pas. La relance angevine envoie au fond et Parade, le premier sur la rondelle, manque sa reprise, offrant ainsi sur un plateau la réduction du score à Mounier (2-1, 16'40"). Peu après, la première ligne bordelaise fait de nouveau parler la poudre : Cadren déborde à gauche et décale Mariage qui, à son tour, décale sur un pas Ramonatxo au second poteau dont la reprise transperce le gardien adverse (3-1, 18'11").

C'est sur ce score que les deux équipes rejoignent les vestiaires. Et pendant que Tatiana égaye un peu celui des arbitres, les Boxers, sous la férule de Jeff Savage, mettent au point leur tactique pour le deuxième vingt.

Celui-ci commence par une supériorité numérique bordelaise stérile mais finalement, c'est en cinq contre cinq que les locaux sont les plus dangereux. Schue, bien lancé par Ramonatxo, voit son lancer stoppé entre les jambières de Deschamp. Puis, c'est Moreau qui s'infiltre, passe derrière le but et adresse une passe que Lambert, dans le slot, reprend victorieusement du revers (4-1, 24'13"). On assiste ensuite à un échange de pénalité : Jo Ly-Jimenez envoie discrètement un Angevin s'écraser contre la bande avant que quelques minutes plus tard, Vincent Jacquemin, bien inspiré par l'action précédente, décide à son tour de balancer un Bordelais dans les balustrades.

Lambert_Cyril

Si pendant cette période médiane du deuxième tiers, ce sont les Angevins qui plantent la première banderille (Guérin s'infiltre, raffute le défenseur qui se présente puis voit son tir détourné par Ramonatxo), les Bordelais multiplient les chances d'accroître le score. C'est tout d'abord une relance de Parade, bien relayée par Ly-Jimenez qui permet à Jaffeux de se présenter devant le but. Mais sa feinte ne trompe pas Deschamp. Puis, c'est au tour de Coste d'effectuer un superbe débordement, d'effacer deux joueurs, de centrer pour Schue dont la reprise est à nouveau stoppée par Deschamp. Enfin, une combinaison très rapide entre Coste, Jaffeux et Schue se conclut par un but, logiquement refusé car marqué par un coup de patin du dernier nommé. Ces trois actions furent groupées en cinq minutes, et les Ducs sont tout heureux d'avoir vu leur gardien repousser avec autorité les tentatives adverses.

On repart ensuite très vite vers une nouvelle salve de pénalités : on cingle de part et d'autre, puis Coste est envoyé en prison pour accrocher. Les visiteurs s'installent mais le puck est intercepté par Cadren qui lance inévitablement son compère Mariage. Bien plus rapide que les défenseurs adverses, celui-ci part pour un break mais l'ultime défenseur angevin se jette par derrière dans les jambes de l'attaquant bordelais. La sanction tombe, inévitable, tir de pénalité ! Nicolas Mariage, épuisé par son rush, préfèrerait laisser Vincent Cadren tirer, mais le coach bordelais lui demande d'exécuter lui-même la sentence. Cela tombe bien, le coach d'Angers se perd une nouvelle fois dans d'inutiles discussions avec l'arbitre, laissant à Mariage le temps de souffler. Quand tout le monde est prêt, il s'élance, file côté gauche, repique au centre, attend que Deschamp se couche et lève le palet au-dessus du gardien (5-1, 37'55"). Le tiers se termine avec une nouvelle pénalité contre Angers qui permettra aux locaux de débuter l'ultime période par 1'56" de supériorité.

Il ne faudra pas attendre tout ce laps de temps pour voir un but, mais celui-ci sera signé… Angers ! Revenus avec un nouveau gardien (le cadet Alexis Neau remplace Deschamp) et un regain de motivation, les Ducs ne perdent pas de temps : Fribault lance Neveu qui trompe un Ramonatxo encore froid (5-2, 40'18"). Les Boxers tentent de se rebiffer aussitôt. Le tir de Poigt est joliment capté par Neau. Les Bordelais marquent le but qui semble sceller l'issue de la rencontre : Mariage, à la bleue, envoie à Cadren au fond. Le passeur, accompagné de Ramonatxo, se rue dans le slot et c'est le massif attaquant bordelais qui reprend victorieusement le centre à ras-glace de Cadren (6-2, 43'46").

Genivre_Clment

La suite de la partie devient houleuse. En infériorité, les Ducs parviennent à dégager au loin. Ramonatxo sort pour relancer sur Mariage. Seulement, Fribault qui a suivi oublie très légèrement de s'arrêter et percute le portier bordelais qui se retrouve les quatre fers en l'air. Le sang de Mariage ne fait qu'un tour, il pose les gants et se rue sur Fribault qui ne demande pas son reste… Les deux hommes sont envoyés en prison et l'on pense que tout le monde va se concentrer sur le jeu.

Que nenni ! Si Lambert sollicite Neau à mi-distance, ce sont surtout par les fautes de Moreau et Cadren que les Boxers se font remarquer. Les visiteurs ne savent pas profiter de cette double supériorité : Alexandre Mounier pénètre, met en retrait pour Genièvre qui décale Collaisseau. Mais ce dernier hésite, prend trop de temps avant d'armer son tir et de déclencher sa frappe, laissant tout le temps à Ramonatxo de se placer idéalement sur la trajectoire de la rondelle.

Il restera bien quelques escarmouches de ci, de là. Elles seront surtout angevines puisque Nalliod-Izacard ne parvient pas à convertir un raid en solo issu d'un changement de ligne raté par les Boxers… Pendant ce temps, Fribault, complètement hors-sujet sur cette fin de match, bouscule Jaffeux qui retournait au banc et ne trouve rien que de tenter de lui mettre un coup de crosse lorsqu'il vient lui réclamer des comptes… Heureusement, les autres joueurs sont là pour calmer tout le monde et on peut finir le match sans encombre. Une fin de match au ralenti, tout juste marqué par la belle passe en "aile de pigeon" de Mounier… Un geste rare, risqué si jamais ça touche la lame, mais c'était bien tenté…

Au final, les deux équipes se serrent la main, mais Fribault en rajoute une dernière couche en montant sur la glace en bombant le torse et en criant à tout va… Bon, ok, là, c'est sûr, ça part en sucette… Les deux arbitres (excellents tout le match) séparent certains protagonistes mais ne peuvent empêcher Fribault de vouloir rejoindre le vestiaire en forçant le passage au milieu des Bordelais. Déjà dans le coup avant, Mariage le coince contre la porte et lui demande des explications, mais l'Angevin, tout penaud, calme le jeu et on achève ici ces moments totalement inutiles…

Le classement n'est finalement pas modifié, les Bordelais ne l'ayant pas remporté sur un écart de buts suffisant pour empêcher les Ducs d'Angers de fêter leur titre régional. Les Bordelais ont réussi à faire la différence grâce à un meilleur power-play, où Jeff Savage n'hésite pas à aligner cinq attaquants pour avoir plus de percussions (Schue, Lambert, Ramonatxo, Cadren et Mariage). Mais les deux équipes sont appelées à se retrouver le mois prochain dans la demi-finale sud du championnat où l'on retrouver aussi Chamonix, relégué d'élite cette saison, et Clermont-Ferrand, médaillé de bronze du dernier championnat. Un beau plateau et un beau spectacle en perspective !

 

Bordeaux – Angers 7-2 (3-1, 2-0, 2-1)
Dimanche 4 avril à 12h45 à la patinoire de Mériadeck. 100 spectateurs environ.
Arbitrage de Laurent Garbay et Vincent Champion.
Pénalités : Bordeaux 20' (6', 6', 8') ; Angers 22' (6', 6', 10').

Évolution du score :
1-0 à 01'03" : Poigt assisté de Lambert
2-0 à 12'40" : Schue assisté de T. Ramonatxo et Cadren (sup. num.)
2-1 à 16'40" : Mounier
3-1 à 18'11" : T. Ramonatxo assisté de Mariage et Cadren (sup. num.)
4-1 à 24'13" : Lambert assisté de Moreau
5-1 à 37'55" : Mariage (tir de pénalité, double inf. num.)
5-2 à 40'18" : Hébert assisté de Fribault (inf. num.)
6-2 à 43'46" : T. Ramonatxo assisté de Cadren et Mariage
7-2 à 57'02" : T. Ramonatxo assisté de Mariage et Cadren (sup. num.)


Bordeaux

Gardien : Arthur Ramonatxo.

Défenseurs : Adrien Baccot – Thomas Arrouy ; David Castaings – Jean Raobelisona ; Aymeric Mangé – Florent Parade ; Guillaume Miranda [à partir de 46'55"] – Quentin Lamirault [à partir de 46'55"].

Attaquants : Nicolas Mariage – Vincent Cadren – Thomas Ramonatxo (A) ; Cyril Lambert – Florent Poigt (A) – Louis Moreau (C) ; Léonard Schue – Romain Coste – Ugo Jaffeux ; Kévin Lopez – [centre tournant] – Jonathan Ly-Jimenez.

Remplaçante : Shirlay Duquesne (G). Absents : Steve Jaffeux, Nicolas Landes.

Angers

Gardien : Benjamin Deschamp puis Alexis Neau à 40'00".

Défenseurs : Adrien Collaisseau (A) – Clément Genièvre (C) ; Thibault Eon – Paul Bahain.

Attaquants : Nicolas Hébert – Bertrand Fribault (A) – Léonard Nalliod-Izacard (A) ; Vincent Jacquemin – [Fribault ou Hébert] – Alexandre Mounier ; Bastien Guérin – Adrien Ricou – Pierre Neveu.

Absents : Lucas Normandon, Charlie Doyle, Mathieu Frécon (retenus à Briançon avec la Magnus), Ronan Bigot, Thomas Gainche.