Rouen - Angers (Ligue Magnus, finale, match 1)

2010-04-06-Rouen-Angers3Angers, logiquement !

Depuis son accroc à domicile contre Briançon, il y a tout juste une semaine, Angers accumule les victoires. Deux fois, contre les dauphins du championnat, finaliste de la dernière coupe de France et à Rouen ce soir ! Les Ducs prennent une longueur d’avance dans cette finale et retourne à leur avantage l’atout de la glace. Un renversement acquis sans vraiment forcer malgré un Trevor Koenig fidèle à sa réputation de pompier (au minimum le gardien rouennais est à créditer de 8 sauvetages) et d’un David Holmqvist au four et au moulin.

En ce début de match, même si ce sont eux qui tirent les premiers sur la cage, les Dragons ne semblent pas dans le rythme et livrent de l’ordinaire. À l’image des trois confrontations contre Grenoble lors de la demi-finale, à part les barbes de circonstance, les Normands ne donnent pas l’impression de jouer des play-offs. Le RHE encaisse dès le deuxième tir des Angevins. Julien Albert n’hésite pas, à mi-distance, excentré à droite : le jeune ailier envoi à ras la glace et surprend un Trevor Koenig un peu fébrile sur cette action (0-1 à 3’27). Ensuite, Tomas Baluch (5’47) ne parvient pas à doubler le score. Et puis surtout, Julien Albert, encore lui, manque le cadre alors que le buteur des Ducs est en bonne position dans le slot (8’03) !

Heureusement pour les joueurs du tandem Garnier-Pouget, Luc Tardif ne manque pas l’égalisation de près en déviant implacablement une forte passe très bien adressée de la droite par Ilpo Salmivirta, lorsque qu’un surnombre à deux-contre-un s’est présenté à eux (1-1 à 8’14). Les Rouennais semblent avoir fait le plus dur, mais finalement ils sont sous l’eau. Tevor Koenig maintient presque à lui seul la ligne de flottaison. Juho Jokinen (12’05 & 15’17) et Tomas Baluch (12’34) font briller le gardien local ! Tout comme Marko Kiprusoff, qui en supériorité envoie un lancer de loin qui ne fait pas mouche grâce à la vista de Koenig (15’54). Les deux équipes se neutralisent jusqu’à la première pause.

2010-04-06-Rouen-AngersSur les premières vingt minutes, les Dragons s’en tirent plutôt bien. Ils abordent le deuxième tiers avec un léger meilleur état d’esprit. Heureusement pour l'ASGA, Marko Kiprusoff coupe une passe entre Lionel Tarantino et Jérémie Romand durant un surnombre à deux-contre-un (22’20). Puis, Eric Doucet, servi par Carl Mallette, inquiète fortement Peter Aubry qui réalise là sa première sérieuse parade du match (22’30). La première ligne rouennaise s’est (enfin) mise en évidence, alors c’est au tour des "Fantastiques" d’en face de briller en se heurtant à un très solide Koenig (22’40). Sur la remise en jeu après l'arrêt du portier normand, remportée par Bellemare dans le cercle gauche, Lauri Lahesalu lance de loin à ras la glace et double la marque pour les Ducs (1-2 à 22’58).

Le jeu est ensuite haché par des pénalités. Matias Metsäranta est d'abord envoyé en prison (24’26). Mais, depuis quelques semaines, les leaders du championnat traînent comme un fardeau leur jeu de puissance. Toutefois, Luc Tardif aidé par Holmqvist se crée une occasion (25’58). C’est au tour de Carl Mallette (26’46) puis de Thiery Poudrier (28’05) et enfin de Daniel Carlsson (32’56) d’essuyer les bancs des cachots. Sur la prison de l'arrière suédois, Trevor Koenig fera un nouvel étalage de tout son talent sur un autre lancer de Marko Kiprusoff (34’02) !

Après ces saccades de jeu, les Ducs, par l’intermédiaire de Jonathan Bellemare, à la déviation d’un lancer à tête chercheuse de Vidman, se créaient une nouvelle opportunité de marquer. La dernière du tiers médian car les Dragons prennent l’ascendant.

2010-04-06-Rouen-Angers2Pendant une dizaine de minutes, entre la 38e et la 47e, à cheval sur le second repos, c’est le tournant du match où Rouen obtient quatre chances, soit les deux tiers de leur total d'occasions sur la rencontre. D’abord Carl Mallette ne trouve pas le cadre, lors d’un nouveau surnombre à deux-contre-un, quand Marc-André Thinel semble tarder un peu à redoubler la passe de son capitaine (37’15). Loïc Lampérier fait le plus dur en s’extirpant de la défense et semble-t-il en mettant dans le vent Peter Aubry, mais son bâton est trop court pour glisser du revers la rondelle dans les filets (38’59). Au retour de la dernière relâche, Carl Mallette part en seul en échappée, mais malgré une belle tentative, le joueur de centre ne trompe pas un Aubry très solide (42’51). Enfin, Jérémie Romand frappe fort en dehors du cadre un excellent palet de Loïc Lampérier (46’37).

Les Dragons semblent avoir laissé passer là leur chance. Surtout lorsque Jonathan Bellemare est à deux doigts de dévier le puck dans les filets (52’25). À un peu plus de deux minutes encore à jouer, à l’issue d’un temps mort, les coaches normands tentent le tout pour le tout et sortent leur gardien au profit d’un attaquant supplémentaire. Les Dragons ne sont pas dangereux devant la pugnacité des Ducs. Ces derniers, eux, sont un peu maladroits dans les dernières secondes, au moment où Bellemare dans le slot envoie sur Kai Öhberg qui réalise l’arrêt (60e).

Cette rencontre, qui est au minimum une déconvenue pour Rouen, est autant due aux Angevins, qui ont fait simplement la différence parce qu’ils ont été beaucoup plus créatifs que les Dragons, qu’au manque de tempo des joueurs locaux. Si les Normands trouvent enfin le rythme nécessaire aux play-off (pendant 60 minutes et non dix), un peu de clairvoyance en supériorité, et leur jeu dominant dans la bande, ils auront une véritable chance de faire durer la série plus longtemps. Dans le cas contraire, si Rouen se repose sur une réussite toute aléatoire (qui n’a pas eu lieu ce soir), Angers, aux lignes plus homogènes, a une voie royale toute ouverte devant lui en reproduisant les même matches plein de sérieux, de volonté et d’ambition qu’aujourd’hui.

Commentaires d'après-match

Christian Pouget (entraîneur de Rouen) : "On ne s'attendait pas à gagner forcément. Angers est rentré très fort dans le match, il faut tirer un coup de chapeau à sa défense qui a su tenir le coup et à son gardien. Angers est une équipe bien organisée qui, pour moi, a marqué deux buts chanceux. C'était l'équipe ce soir la plus en jambes... On s'est peut-être cru invincible ce soir, chez nous. Les joueurs d'Angers ont battu Briançon en cinq matches, ils sont en confiance et sont expérimentés."

 

Rouen - Angers 1-2 (1-1, 0-1, 0-0)
Mardi 6 avril 2010 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2800 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau et Frédéric Bachelet assistés de Pierre Dehaen et Jérémy Rauline.
Pénalités : Rouen 6' (2', 4', 0') ; Angers 6' (0', 4', 2').
Tirs : Rouen 32 (9, 13, 10) ; Angers 32 (13, 13, 6).
Occasions : Rouen 6 (0, 4, 2) ; Angers 12 (6, 4, 2).
Évolution du score :
0-1 à 03'27" : Albert assisté de Baluch
1-1 à 08'14" : Tardif assisté de Salmivirta et Zwikel
1-2 à 22'58" : Lahesalu assisté de Bellemare

 

Rouen

Gardien : Trevor Koenig (28/30 soit 93,3%).

Défenseurs : Petri Virolainen – Magnus Eriksson ; Daniel Carlsson – Daniel Babka ; Kai Öhberg – David Holmqvist.

Attaquants : Éric Doucet (A) – Carl Mallette (C) – Marc-André Thinel ; Ilpo Salmivirta – Jonathan Zwikel (A) – Luc Tardif Jr : Lionel Tarantino – Loïc Lampérier – Jérémie Romand.

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G), Aurélien Gréverend, Cédric Custosse, Alexandre Mulle et Quentin Berthon. Absents : Julien Desrosiers (cheville) et Anthony Rech (?).

Angers

Gardien : Peter Aubry (31/32 soit 96,9%).

Défenseurs : Marko Kiprusoff – Per Braxelhom ; Lauri Lahesalu – Kévin Igier ; Simon Lacroix.

Attaquants : Pierre-Luc Laprise – Jonathan Bellemare (C) – Eric Fortier ; Tomas Baluch (A) – Thiery Poudrier – Julien Albert ; Juho Jokinen (A) – Matias Metsäranta – Hermanni Vidman.

Remplaçants : Lucas Normandon (G), Clément Genièvre, Charlie Doyle, Nicolas Primout et Mathieu Frecon. Absent : Pavol Mihalik (blessé).