Djurgården - Linköping (Elitserien, demi-finale, match 5)

2010-04-08-Djurgarden-Linkoping2

La résurrection du hockey au Globen

Quand le Globen de Stockholm a été construit en 1989 pour accueillit les championnats du monde, c'était la plus belle salle sportive d'Europe. Cette sphère géante était le centre d'attraction du hockey suédois. Elle avait alors deux clubs résidents, l'AIK et Djurgården, et ce dernier était devenu champion un mois à peine après l'inauguration.

C'était il y a plus de vingt ans. Depuis deux saisons, plus aucun match de championnat ne s'était joué ici. Les deux clubs de Stockholm, en difficulté financière, ont tour à tour déménagé au Hovet, la précédente grande salle du pays, plus petite et moins chère d'utilisation. Ils se sont résignés à la régression irrémédiable du hockey, qui perd du terrain dans la capitale suédoise au profit du football, plus naturellement populaire chez les immigrants.

Et puis, cette année, Hardy Nilsson est revenu à Djurgården, neuf saisons après le dernier titre lors des années Torpedo. L'ancien sélectionneur a repris en main une équipe sans vraie superstar. Une équipe vouée au ventre mou qui n'a pourtant peur de rien, avec l'insouciance de la jeunesse encadrée par quelques cadres de grande expérience.

2010-04-08-Djurgarden-LinkopingQuand le DIF était en passe de se qualifier lors du quart de finale, il a décidé de revenir au Globen - rebaptisé Ericsson Globe depuis un an car une compagnie de téléphonie a racheté les droits - et l'a rempli de nouveau de ses 13850 places. Hier et aujourd'hui, il a remis ça. Pour des play-offs, la fièvre du hockey s'est de nouveau emparée de Stockholm. Et plus rien ne semble arrêter Djurgården, qui mène 3 victoires à 1 et n'est plus qu'à un pas de la finale.

Le Globen est en fête et n'a pas longtemps à attendre pour l'ébullition. Marcus Krüger attend entre les cercles pendant que ses coéquipiers contrôlent le jeu derrière la cage. Il frappe même la glace pour réclamer le palet. Mais quand il le reçoit, au lieu de la reprise instantanée que tout le monde attend, il décale Nicklas Danielsson à droite de la cage. Une passe géniale pour l'ouverture du score (1-0, 01'30").

Linköping réussit à réagir après ce départ-catastrophe. Les visiteurs parviennent à de belles actions collectives, notamment avec le meilleur marqueur des play-offs Tony Mårtensson, absent hier pour un problème à l'aine et qui a tenu à revenir ce soir. Il reçoit une transversale et centre aussitôt pour l'autre joueur-clé, le défenseur offensif Magnus Johansson, monté en troisième homme. Mais dans la cage, le gardien Gustaf Wesslau ne se laisse pas impressionner par ces internationaux de renom. Personne ne l'attendait à ce niveau, mais il atteint 95% d'arrêts dans ces play-offs.

2010-04-08-Djurgarden-Linkoping3Et du coup, en contre-attaque, Jacob Josefson centre pour Patrick Cehlin seul au second poteau... qui se fait accrocher par Joakim Eriksson. Une "faute utile", pourrait-on se dire, puisqu'elle a empêché une occasion de but. Il n'y a pas de faute utile, répondra le moraliste, qui sera content de savoir qu'il y a une justice : Andreas Engvist gagne une mise au jeu en zone offensive et sert Timmy Pettersson dont le tir flottant de la ligne bleue est dévié par le dos de Mathias Tjärnqvist (2-0, 14'13"). C'est déjà une action similaire - un tir dans le trafic de Pettersson - qui avait donné la victoire à Djurgården hier dans la prolongation.

Linköping encaisse de nouveau un contre fatal dès le début du deuxième tiers-temps. Mathias Tjärnqvist s'échappe côté gauche et centre pour Nichlas Falk qui a pris de vitesse le défenseur Victor Ekbom et ajuste le gardien à bout portant (3-0, 22'40").

Deux minutes plus tard, le vétéran de NHL Marcus Ragnarsson déborde Erik Andersson et centre pour Cehlin... qui se fait encore accrocher par Joakim Eriksson ! Deuxième pénalité des blancs dans le match, deuxième faute identique du même joueur... et deuxième but ! La boîte de Linköping se fait couper par une passe transversale rapidement exécutée par Marcus Krüger pour le défenseur américain Kyle Klubertanz, et elle n'empêche pas non plus l'écran décisif de Tjärnqvist, dont le père n'est pas vitrier, malheureusement pour le gardien Fredrik Norrena (4-0, 26'30"). Le LHC accuse le coup et met de longues minutes à s'en remettre. Sa défense se fait transpercer trop facilement par les dribbles adverses. Les chants n'en finissent plus de résonner dans le Globen.

LenerSlavomirDjurgården finira le match à 75% de réussite en supériorité numérique en marquant dans les dernières secondes d'une pénalité de Nicklas Hävelid, qui a fait trébucher Ölvestad dans la bande. Après une rapide action collective des rouges, Andreas Pihl perd sa crosse en essayant d'écarter la rondelle, et Andreas Holmqvist s'avance sur ce palet traînant qu'il reprend à pleine vitesse dans la lucarne opposée (5-0, 53'24").

Jan Hlavac prive Wesslau de blanchissage en reprenant un centre en retrait de Jaroslav Hlinka, mais il ne lève même pas les bras (5-1, 55'29"). Les deux Tchèques savent qu'ils se réveillent bien trop tard. Cela fait bien longtemps que leur compatriote, l'entraîneur Slavomir Lener, se gratte la tête et n'a plus de solutions. Son temps en Suède s'achève puisqu'il va rentrer au pays pour raisons personnelles.

Deux joueurs sont vraiment sortis du lot. Comment ne pas être épaté par Marcus Krüger ? Sa vitesse d'exécution et sa technique sont exceptionnelles, et il les combine avec une vision du jeu merveilleuse à seulement 19 ans. Le joueur drafté l'an passé par Chicago a été un véritable enchanteur ce soir.

Mathias Tjärnqvist, sur sa quatrième ligne, est l'autre héros du match. Il a été impliqué dans trois des buts et a abattu un remarquable travail de fond. On l'a même vu se coucher devant un tir en infériorité numérique alors que le score était déjà de 4-0. Quelle consécration pour Tjärnqvist, qui a manqué les deux tiers de la saison régulière à cause d'une blessure à l'épaule ! En août dernier, on s'était moqué de lui quand il avait justifié son départ de Rögle - club de sa région natale la Scanie - pour Djurgården par la volonté de "jouer dans une équipe capable de gagner le titre". Un champion potentiel, le DIF ? À l'époque où Tjärnqvist y jouait au tournant du siècle, oui, mais aujourd'hui, allons donc !

TjarnqvistMathiasEt pourtant, aussi étonnant que cela paraisse, Djurgården est bien en finale. Ce sera contre HV71, le vainqueur de la saison régulière qui a écarté parallèlement Skellefteå en cinq manches. Et il y a aura encore un match au Globen, libre le jour du troisième match.

La finale ne commence que jeudi prochain, mais toute l'attention de la Suède est maintenant reportée sur les Kvalserien, la poule de promotion/relégation. En effet, alors que l'on s'acheminait vers un duel Rögle/Leksand, ces deux équipes ont perdu ce soir. L'AIK a en revanche gagné en prolongation à Södertälje - désormais assuré du maintien - et a pris la deuxième place (que trois autres équipes convoitent encore à une journée de la fin...). S'il s'impose dimanche contre Växjö, il sera de retour en élite !

Et si l'autre club de la capitale revenait lui aussi bientôt au Globen ? Cela fait tellement longtemps que cette patinoire mythique ne s'était pas enflammée pour un derby...

Commentaires d'après-match (sur Kanal 9)

Slavomir Lener (entraîneur de Linköping) : "Nous avons laissé beaucoup d'énergie physique et mentale hier dans le match en prolongation. Les deux buts en première période ont entamé notre confiance. Nous avons essayé de réagir en deuxième période mais nous avons commis des erreurs et perdu des palets en zone offensive. C'était serré. Je n'ai rien à dire contre mon équipe, les joueurs ont travaillé dur, mais les autres étaient meilleurs."

Mathias Tjärnqvist (attaquant de Djurgården) : "C'est fantastique d'être de retour. C'est maintenant que ça se passe, et c'est cool d'en être. J'ai parfois pensé à la finale pendant ma convalescence. Nous avons une équipe homogène avec quatre lignes capables de marquer et un très bon gardien. C'est important dans le hockey moderne. Je pense que ce sera une finale palpitante avec beaucoup de combat rapproché."

 

KrugerMarcusDjurgården - Linköping 5-1 (2-0, 2-0, 1-1)
Jeudi 8 avril 2010 à 19h00 au Globen. 13050 spectateurs.
Arbitrage de Morgan Johansson et Marcus Vinnerborg assistés de Fredrik Ulriksson et Conny Ekenberg.
Pénalités : Djurgården 4' (2', 2', 0') ; Linköping 8' (2', 2', 4').
Tirs : Djurgården 25 (10, 8, 7) ; Linköping 29 (11, 8, 10).
Évolution du score :
1-0 à 01'30" : Danielsson assisté de Krüger et Engqvist
2-0 à 14'13" : Tjärnqvist assisté de Pettersson et Engqvist (sup. num.)
3-0 à 22'40" : Falk assisté de Tjärnqvist
4-0 à 26'30" : Klubertanz assisté de Krüger et Pettersson (sup. num.)
5-0 à 53'24" : Holmqvist (sup. num.)
5-1 à 55'29" : Hlavac assisté de Hlinka


Djurgårdens IF

Gardien : Gustaf Wesslau.

Défenseurs : Marcus Ragnarsson - Andreas Holmqvist ; David Printz - Kyle Klubertanz (USA) ; Timmy Pettersson - Oscar Eklund ; Alexander Deilert.

Attaquants : Jimmie Ölvestad - Kristofer Ottosson - Marcus Nilson ; Nicklas Danielsson - Andreas Engqvist - Marcus Krüger ; Tim Eriksson - Jacob Josefson - Patrick Cehlin ; Christian Eklund - Nichlas Falk - Mathias Tjärnqvist ; Daniel Brodin.

Remplaçant : Stefan Ridderwall (G). Absent : Mike Zigomanis (CAN, épaule).

Linköpings HC

Gardien : Fredrik Norrena (FIN).

Défenseurs : Magnus Johansson - Viktor Ekbom ; Andreas Pihl - Daniel Fernholm ; Nicklas Hävelid - Erik Andersson.

Attaquants : Mikael Håkanson - Tony Mårtensson - Jan Hlavac (TCH) ; Andreas Jämtin - Jaroslav Hlinka (TCH) - Mattias Carlsson ; Fredrik Emvall - Joakim Eriksson - Jari Tolsa ; Victor Wahlqvist - Sebastian Karlsson - Martin Ylven Laumann (NOR).

Remplaçants : Christian Engstrand (G), Dennis Bozic, Klas Dahlbeck. Absents : Pontus Petterström (fracture du poignet), Patrik Zackrisson (pied cassé).