Toulon - Belfort (Division 3, carré final, 1re journée)

2010-04-09-Toulon-Belfort2Les Toulonnais sont venus en force

Les équipes de Toulon et de Belfort étant issues de la même poule, elles ont déjà appris à se connaître. Les Belfortains ont assez peu goûté à la médecine varoise, ni par les résultats (0-10 et 1-9) ni par la manière. Ils ont même décliné l'hôtel prévu par les organisateurs orléanais, s'évitant ainsi d'avoir à croiser les joueurs toulonnais. Ils ont réservé à l'hôtel Ibis tout proche... qui risque pourtant d'être habillé de jaune et bleu ! C'est en effet là que les deux cars de supporters varois se sont posés !

Des supporters qui mettent l'ambiance, plus bruyante que pour le match d'Orléans un peu plus tôt. À défaut d'avoir été choisi comme club organisateur, Toulon a tous les ingrédients pour dominer ce tournoi, même le public, qui s'est déplacé en nombre. Début d'une démonstration ? C'est en tout cas l'avis des Belfortains, qui sont persuadés que les autres équipes n'auront aucune chance face à l'armada de la rade toulonnaise.

Le match démarre dans un très bon rythme, au point qu'on n'a pas du tout l'impression d'assister à un match de division 3. Les Toulonnais, qui ont un niveau de haut de tableau de division 2, prennent assez vite l'ascendant. Ils tentent d'abord beaucoup de tirs rasants sur Franta Neckar : une stratégie ? En tout cas, le vétéran franco-tchèque a encore les jambières agiles.

Toulon passe deux minutes entières à 5 contre 3, avec Jozef Drzik en organisateur à la pointe, mais ses collègues restent imprécis dans leurs tirs et dans leurs passes. Finalement, c'est à 5 contre 5 que vient l'ouverture du score, et c'est loin d'être le plus beau tir qui va au fond : un lancer d'Olivier Lyon que Neckar touche sans l'arrêter (1-0, 11'05"). Le gardien se fait une autre frayeur quand un tir simple d'Autran s'échappe de sa mitaine.

2010-04-09-Toulon-BelfortL'arbitre M. Telliez n'hésite pas à arrêter le jeu pour exiger de la table de marque qu'elle fasse arrêter la musique qui continuait pendant l'action. Le silence revenu, M. Telliez peut se concentrer sur sa tâche, et par exemple observer que Toulon joue à six sur la glace. C'est la première supériorité numérique pour les Lions de Belfort, mais ils ne s'installent même pas !

Cette impuissance belfortaine, même avec l'avantage d'un homme, se vérifie encore au deuxième tiers. Après une vilaine charge de Drzik, on ne recense qu'un tir axial de la bleue... de Martin Domian pour Toulon ! Pendant la prison d'Olivier Lyon, le palet ne passe qu'une seule fois la ligne bleue varoise... et c'est un Toulonnais qui était en possession de la rondelle et reculait avec ! On le sentait venir : la faute suivante de Lecompte aboutit à un but en infériorité. Domian dépasse Louis en deux coups de patin, repique dans l'axe et ajuste Neckar au-dessus de sa jambière droite (2-0, 27'41").

Richard Brodeur dépasse Prongué pour arriver seul devant le but, recevoir un centre de la gauche de Petr Burda et lever le palet dans le haut du filet. C'est superbe et ça va trop vite pour Belfort (3-0, 30'37"). Toulon campe dans la zone offensive. Martin Domian rate sa reprise sur la passe diagonale d'Olivier Lyon, mais le palet n'est pas perdu pour tout le monde : il arrive dans la crosse de Willy Autran qui le propulse dans les filets (4-0, 33'12").

Belfort sort la tête de l'eau en fin de deuxième période. Christophe Théry s'échappe en supériorité numérique (car c'est bien sûr Toulon qui attaque avec un homme de moins), mais son tir tout doux va droit dans la mitaine Søren Nielsen. Puis le gardien danois s'allonge bien sur un second break de Hentek. Malgré ces occasions, c'est encore Toulon qui marque avec un centre de Jan Katrusin dévié à bout portant entre les bottes de Neckar par Jozef Drzik (5-0, 39'10").

La leçon continue par un nouveau but en infériorité. Jozef Drzik bat Neckar côté mitaine (6-0, 44'26"). Le gardien belfortain multiplie pourtant les exploits derrière une défense totalement dépassée en patinage. Il remporte à lui seul trois face-à-face avec le rapide Petr Burda, et il faut y ajouter une fantastique interception de la crosse sur un 2 contre 0 de Damian et Burda. Un arrêt inutile, car sur l'action suivante, Richard Brodeur place un revers au poteau opposé (7-0, 48'09").

2010-04-09-Toulon-Belfort3Belfort aura au moins un but de consolation. Il est signé Gilles Heintz, qui a pris le train après ses coéquipiers pour raisons professsionnelles et qui n'est arrivé qu'au deuxième tiers. Il marque en hauteur côté plaque en reprenant un centre contré de Trebaticky (7-1, 54'59"). Toulon s'est nettement relâché dans cette fin de match, et c'est donc le "moins gros score" dans les trois confrontations entre ces équipes.

Les Toulonnais ont impressionné dans ce match, mais le défaut de cette confrontation déséquilibrée est qu'ils n'ont pas vraiment travaillé leur discipline, qui demanderait à être démontrée dans le cas d'un score plus serré.

L'intensité de jeu était beaucoup trop élevée ce soir pour les jambes vieillissantes des Belfortains, qui s'en doutaient. Il faudra maintenant qu'ils passent une bonne nuit de récupération... si les supporters toulonnais ne font pas trop de bruit à l'hôtel. À les entendre parler de fête, de bière, etc, on n'est pas sûr qu'ils soient décidés à dormir de sitôt.

Commentaires d'après-match

Richard Brodeur (attaquant de Toulon) : "Je ne pense pas qu'on ait fait un grand match, mais j'espère que ça nous servira de rodage. On a le meilleur 5 contre 4 du championnat, mais on n'y arrivait pas trop. Orléans et Metz sont de grosses équipes, il faudra être plus vigilant en défense. Orléans est le favori, patine bien et sera l'équipe à battre."

Christophe Théry (capitaine de Belfort) : "On savait qu'ils étaient très forts. En vitesse, en technique, en physique, ils sont au-dessus du lot. Ce soir, l'objectif était juste de limiter la casse. On a bien joué au premier tiers, on a voulu jouer défensif et placé. Mais on s'est épuisé physiquement et on a connu un passage à vide au deuxième tiers. Sur une équipe comme ça, on ne peut pas revenir. On avait une équipe performante il y a trois-quatre ans, mais on a maintenant une moyenne d'âge élevée. On a commencé par les plus forts, tant mieux, ils nous donnent un rythme soutenu pour la suite. On joue la deuxième place, car on veut prouver qu'on était dans la poule la plus forte."

(photos de Christian Seznec)

 2010-04-09-Toulon-Belfort4

 

Toulon - Belfort 7-1 (1-0, 4-0, 2-1)
Vendredi 9 avril 2010 à 20h30 à la patinoire du Baron. 175 spectateurs.
Arbitrage de Pascal Telliez et Thierry Fraysse.
Pénalités : Toulon 18' (2', 10', 6'), Belfort 20' (8'+10', 2', 0').
Tirs : Toulon 47 (17, 13, 17), Belfort 14 (3, 5, 6).
Évolution du score :
1-0 à 11'05" : Lyon assisté d'Anais
2-0 à 27'41" : Domian assisté de Drzik (inf. num.)
3-0 à 30'37" : Brodeur assisté de Burda
4-0 à 33'12" : Autran assisté de Domian et Lyon
5-0 à 39'10" : Drzik assisté de Katrusin
6-0 à 44'26" : Drzik assisté de Brodeur (inf. num.)
7-0 à 48'09" : Brodeur assisté de Simoni
7-1 à 54'59" : Heintz assisté de Trebaticky et Théry


Toulon

Gardien : Søren Nielsen.

Défenseurs : Jozef Drzik (A) - Maxence Boulard ; Olivier Lyon - Bruno Simoni ; Romain David.

Attaquants : Martin Domian - Richard Brodeur - Petr Burda ; Jan Katrusin - Willy Autran (C) - Emmanuel Anais ; Thomas Merbah - Maxime Raffaelli - Emmanuel Lecompte.

Remplaçant : Xavier Bolomier (G).

Belfort

Gardien : Frantisek Neckar.

Défenseurs : Guillaume Leclancher - Jiri Sevcik ; Olivier Veyrunes - Cyril Prongué ; Tomas Bartousek ; puis Gilles Heintz à 20'.

Attaquants : Jean-Nicolas Louis - Christophe Théry (C) - Roman Trebaticky (A) ; David Robert - Tomas Hentek - David Oulik.

Remplaçant : Joël Prongué (G). Absent : Xavier Rénier (raisons professionnelles, arrive à minuit).