Metz - Belfort (Division 3, carré final, 2e journée)

2010-04-10-Metz-Belfort2La Metz est dite

Ce match sera riche d'enseignements pour la suite du carré final. On va enfin savoir si c'est Toulon qui est au-dessus de tous les autres (thèse belfortaine) ou si c'est Belfort qui est en dessous, thèse à laquelle souscrivent préferentiellement les autres équipes, dont Metz qui aura besoin de battre les Varois demain après sa défaite initiale contre Orléans.

Le jeu de Metz paraît moins rapide et rythmé que celui de Toulon. En revanche, les Lorrains semblent l'équipe la plus précise du tournoi. Un style de jeu qui pourrait les rendre plus à la portée de Belfort, avec ses vieilles jambes mais pas mal de métier.

Metz a cependant récupéré Mathieu Bertrand, qui n'était pas là hier car il travaillait. Les "Graoully" peuvent ainsi jouer à trois lignes, ce qui leur avait manqué hier pour tenir le rythme.

La différence se fait d'abord sur les supériorités numériques : Metz en a une seule, bien posée techniquement. Djamel Zitouni tire de la bleue et l'ex-international junior Yann Vannienwenhove prend le rebond à gauche du but (1-0, 04'06"). De l'autre côté, un vrai plaquage de Mathieu Moïse sur Trebaticky puis une charge avec la crosse de Michaël Richard donnent une minute et demie à 5 contre 3 pour Belfort. Le gardien messin Cédric Dietrich capte d'une jolie mitaine le lancer de Leclancher, et détourne de la botte la tentative de Trebaticky bien décalé à gauche par Sevcik. Les Lions ont encore un jeu de puissance, et l'organisateur attitré Jiri Sevcik réussit encore un décalage parfait, une passe transversale pour Tomas Hentek... qui manque le cadre alors qu'il avait la cage grande ouverte.

2010-04-10-Metz-BelfortLe match semble encore équilibré, mais va basculer sur deux actions "horizontales" typiques de l'école de l'est (et on ne parle pas de l'est de la France). Sur une belle contre-attaque collective, la passe de la gauche Renars Undelis traverse devant la cage pour Youri Essipov. Neckar se déplace rapidement mais le palet est placé (2-0, 14'51"). Passe identique d'Undelis, mais de la droite : cette fois Essipov préfère rendre la rondelle au Letton au lieu de tirer, dans un esprit très collectif, et lui offrir le but - photo de gauche (3-0, 21'22"). Un esprit tellement collectif qu'une seconde assistance sera accordée sur ce une-deux...

À partir de cet instant, Belfort lâche complètement et Metz marque un but à chaque action. Tir rasant du cercle gauche de Sergueï Chesterikov. Passe de derrière la cage de Vologhzanin pour Rumysantsev au milieu du slot. Temps mort de Belfort... et une minute plus tard, nouveau but de Kuznetsov sur palet sorti de derrière la cage par Undelis (6-0, 24'36").

Petit répit de quelques minutes, même si, pendant une courte supériorité numérique, Undelis décale côté gauche Kuznetsov qui trouve l'extérieur du poteau. La curée reprend par un fantastique festival technique de Renars Undelis, qui commence par un contrôle dos au but en entrée de zone et se termine par un palet caressé pour le glisser sous Neckar. C'est reparti : Kuznetsov s'infiltre dans l'enclave pour le 8-0, puis Rumyantsev gagne l'engagement et conserve le palet pour le placer au ras du poteau droit. Le vase déborde en supériorité numérique avec un tir de la bleue de Chesterikov dévié par la jambe de Vannienwenhove (10-0, 36'54"). Neckar hurle au but du patin, mais c'était dans le mouvement.

2010-04-10-Metz-Belfort3Vladimir Kuznetsov, l'entraîneur messin qui a rechaussé les patins spécialement pour ce carré final à 54 ans (!), a décidé que c'était suffisant et a pris sa douche pour revenir sur son banc en civil. Son équipe ne force plus son talent. Belfort peut essayer de revenir, mais n'arrivera pas à priver Cédric Dietrich de blanchissage. William Robert réussira juste un poteau, avant de regagner prématurément les vestiaires avec une méconduite à cinq minutes de la fin.

On a donc la réponse à l'interrogation initiale. Dans cette division 3, il y a bel et bien trois équipes de niveau D2. Le problème, c'est que deux seulement seront promues. Pour l'instant, les Messins sont troisièmes. Pourront-ils battre Toulon demain pour changer leur destin ? Techniquement, ils ont le niveau. Physiquement, ils sont moins durs, à l'exception de Michaël Richard dont on a pu apprécier les mises en échec, avec notamment une bonne charge à la hanche à la ligne bleue défensive à chaque match. Reste la vitesse de jeu qu'il sera peut-être difficile d'égaler.

Commentaires d'après-match

Vladimir Kuznetsov (entraîneur de Metz) : "On a perdu 2 matchs seulement dans la saison. C'était donc difficile de gérer la défaite d'hier par un but en fin de match. On ne baisse pas les bras, on joue pour gagner et on fera pareil demain. On pensait gagner, mais pas 10-0. On a retrouvé notre jeu habituel. Je pense qu'eux n'ont pas d'ambitions ici. [...] C'est la fédération qui a inventé les problèmes [d'effectifs de hockey mineur]. Les U11 ont commencé le championnat fin janvier, le calendrier était prévu comme ça, ce n'est pas de notre faute. Les U13 jouent depuis le début, ils ne sont pas forts, c'est vrai, mais il faut bien commencer un jour. Au dernier match, ils étaient 18 enfants, je n'en avais jamais vu autant en quinze ans à entraîner Amnéville ! Le problème vient des créneaux. Comme le patinage artistique était tout seul quand il n'y avait pas de hockey, on nous a juste fait une place entre 17h et 18h. Mais les enfants ont école, ils arrivent à 17h15 et sont sur la glace à 17h30... [...] Ce dont mes joueurs se plaignent, c'est qu'il n'y a pas de douche dans les vestiaires. Il faut faire plus de 50 mètres à l'extérieur pour aller dans celles du palais des sports. Les vestiaires ne font pas partie des premiers travaux de la patinoire prévus cet été, mais on devrait avoir un chemin intérieur pour rejoindre ceux du Palais des sports, reconstruit en 2000 et donc neuf."

(photos de Christian Seznec)

 

Metz - Belfort 10-0 (2-0, 8-0, 0-0)
Samedi 10 avril 2010 à 16h00 à la patinoire du Baron. 100 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Elbaze et Christian Maltaverne.
Pénalités : Metz 14' (6', 2', 6'), Belfort 24' (2', 6', 6'+10').
Tirs : Metz 35 (11, 17, 7), Belfort 22 (9, 5, 8).
Évolution du score :
1-0 à 04'06" : Vannienwenhove assisté de Zitouni (sup. num.)
2-0 à 14'51" : Essipov assisté d'Undelis et E. Kuznetsov
3-0 à 21'22" : Undelis assisté d'Essipov et E. Kuznetsov
4-0 à 22'20" : Chesterikov assisté de Vannienwenhove et Bertrand (sup. num.)
5-0 à 23'23" : Rumyantsev assisté de Vologzhanin
6-0 à 24'36" : E. Kuznetsov assisté d'Undelis et Essipov
7-0 à 31'17" : Undelis assisté de E. Kuznetsov
8-0 à 32'10" : E. Kuznetsov assisté de Rumyantsev
9-0 à 33'18" : Rumyantsev
10-0 à 36'54" : Vannienwenhove (sup. num.)


Metz

Gardien : Cédric Dietrich.

Défenseurs : Vladimir Kuznetsov - Ivan Vologzhanin ; Michaël Richard - Djamel Zitouni ; Gilles Hamri (A).

Attaquants : Evgeni Kuznetsov - Youri Essipov - Renars Undelis ; Sergueï Chesterikov - Mathieu Bertrand - Yann Vannienwenhove (C) ; Youri Drain (A) - Artem Rumyantsev - Mathieu Moïse.

Remplaçant : Julien Delétang (G). Absent : Yannick Hamri (suspendu).

Belfort

Gardien : Frantisek Neckar.

Défenseurs : Olivier Veyrunes et/ou Guillaume Leclancher et/ou Jiri Sevcik ; Gilles Heintz et/ou Cyril Prongué et/ou Xavier Rénier (C).

Attaquants : Jean-Nicolas Louis - Christophe Théry (A) - Roman Trebaticky (A) ; David Oulik - Tomas Hentek - David Robert ; Tomas Bartousek.

Remplaçant : Joël Prongué (G).