Angers - Rouen (Ligue Magnus, finale, match 4)

koenig_trevor_090926_169Julien Albert suit ce quatrième match depuis son lit d'hôpital, victime d'un décollement de la rate après un coup pris à l'abdomen hier. Sa finale est eonc terminée. Ses coéquipiers aimeraient bien que la leur se finisse ce soir...

Le début de partie est plus équilibré qu'hier et n'est pas soumis à la furia des Dragons cette fois. Angers domine et bénéficie d'une supériorité numérique non concrétisée. Tomas Baluch commet cependant une obstruction sur la première bonne attaque rouennaise : opportunité immédiatement transformée en but par Éric Doucet (0-1, 09'44"). Rouen aurait même pu ajouter un deuxième but sur un lancer de Daniel Babka, détourné (13e). Malgré de beaux mouvements de la ligne Laprise-Bellemare-Fortier, le score est donc à l'avantage des visiteurs après vingt minutes.

Comme hier, Marko Kiprusoff ne reparaît plus sur la glace après le premier tiers-temps, toujours en délicatesse avec ses adducteurs. Angers s'était jusqu'ici contenté de jouer à huit attaquants et de laisser Mathieu Frécon sur le banc, mais l'espoir remonte maintenant sur la glace, afin que Hermanni Vidman passe en défense.

Baluch et Metsäranta ont les premières occasions du deuxième tiers-temps. Mais l'arme fatale du Dragon est toujours son jeu de puissance : deux occurrences, deux buts. Pendant que Simon Lacroix est en prison, Carl Mallette double la mise (0-2, 25'58"). Les "trois Fantastiques" restants, regroupés sur le même bloc à égalité comme en supériorité, se sont réveillés au cours de ces duels au Haras.

thinel_marcandr_090926_225Angers s'échine offensivement, mais il n'y a rien à faire face à la défense rouennaise, physique et homogène. En l'absence de Magnus Eriksson, qui a pris un coup à la tête hier, d'autres comme David Holmqvist abattent le double de travail et se sacrifient utilement. Quant au gardien Trevor Koenig, il répond parfaitement à la prestation que son vis-à-vis Aubry avait réalisée à Rouen et se montre infranchissable. Angers croit peut-être à un coup de pouce du destin en fin de tiers quand Jonathan Zwikel tire sur le poteau, mais dans la même minute, Mallette conclut une contre-attaque (0-3, 39'48").

Le but opportuniste de Marc-André Thinel à la reprise (0-4, 40'49") achève le moral angevin. Le mental coule à son tour à la suite du physique. Les jambes locales ne répondent plus. Les deux équipes font tourner leur effectif et Quentin Berthon en profite pour marquer au passage son premier but en Ligue Magnus. Angers ne peut que sauver l'honneur en toute fin de match par Éric Fortier (1-6) alors que Thiery Poudrier vient de prendre 2'+10' pour une charge à la tête.

Le Haras, survolté comme jamais hier, a paru éteint aujourd'hui. Les supporters rouennais, qui ont réussi à venir à 150 (le double de leur quota de places), se sont presque comportés en maîtres des lieux. Il faut dire que leurs protégés ont pris la mesure de la petite patinoire angevine. Avec uniquement des victoires à l'extérieur, cette finale défie tous les pronostics de l'avantage de la glace. Mais le Dragon compte bien triompher dans son antre désormais.

Commentaires d'après-match (dans le Courrier de l'Ouest)

Heikki Leime (entraîneur d'Angers) : "On avait besoin d'un but dans le deuxième pour se booster un peu, mais on a manqué de réussite, et Trevor Koenig a fait un match énorme. Quand tu n'est pas au top physiquement, les 4 contre 5 sont très durs. On n'a pas eu beaucoup de temps après Briançon, on a besoin de deux jours pour récupérer. Deux jours, ça nous suffit, on sera un peu plus frais, on montrera un autre visage. Chaque match a son histoire."

Kevin Igier (défenseur d'Angers) : "Après le 4e but, il n'y a plus personne sur la glace, moi le premier. C'est scandaleux de notre part. On n'a pas le droit de faire ça. Franchement, une journée sans hockey, ça va faire du bien. Faire n'importe quoi, aller au resto par exemple, mais ne pas penser à la série."


Angers - Rouen 1-6 (0-1, 0-2, 1-3)
Samedi 10 avril 2010 à 18h30 au Haras. 1097 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Bachelet et Nicolas Barbez assistés de Pierre Dehaen et Jérémy Rauline.
Pénalités : Angers 18' (2', 4', 2'+10') ; Rouen 8' (4', 4', 0').
Évolution du score :
0-1 à 09'44" : Doucet assisté de Holmqvist (sup. num.)
0-2 à 25'58" : Mallette assisté de Thinel et Doucet
0-3 à 39'48" : Mallette assisté de Thinel et Romand
0-4 à 40'49" : Thinel assisté de Zwikel
0-5 à 52'23" : Lampérier assisté de Romand et Salmivirta
0-6 à 52'35" : Berthon assisté de Thinel et Mallette
1-6 à 57'50" : Fortier assisté de Bellemare (inf. num.)


Angers

Gardien : Peter Aubry [sorti à 58'18"].

Défenseurs : Marko Kiprusoff [puis Vidman à 20'] – Per Braxenholm ; Lauri Lahesalu – Kévin Igier ; Simon Lacroix ; puis Charlie Doyle.

Attaquants : Pierre-Luc Laprise – Jonathan Bellemare (C) – Éric Fortier ; Juho Jokinen – Matias Metsäranta – Hermanni Vidman puis Mathieu Frécon à 20' ; Tomas Baluch (A) – Thiery Poudrier ; puis Nicolas Primout.

Remplaçants : Lucas Normandon (G), Clément Genièvre, Nicolas Hébert. Absents : Pavol Mihalik (épaule), Julien Albert (rate).

Rouen

Gardien : Trevor Koenig.

Défenseurs : Daniel Carlsson – Daniel Babka ; Petri Virolainen - Kai Öhberg ; David Holmqvist.

Attaquants : Ilpo Salmivirta – Jonathan Zwikel (A) – Luc Tardif Jr ; Éric Doucet (A) – Carl Mallette (C) – Marc-André Thinel ; Lionel Tarantino – Loïc Lampérier – Jérémie Romand ; puis Alexandre Mulle, Quentin Berthon.

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G), Aurélien Gréverend, Cédric Custosse. Absents : Julien Desrosiers (cheville), Anthony Rech (équipe de France U18), Magnus Eriksson (commotion cérébrale).