L'équipe-surprise appelée à disparaître ?

MVD

Les play-offs 2010 de KHL vont peut-être changer la face du hockey russe. Jusqu'ici, la victoire n'était convoitée que par quelques gros clubs très riches. Cette oligarchie était bien installée, et la plupart des équipes n'étaient que des faire-valoir. Mais cette année, une formation totalement inattendue, le HK MVD, vient de se qualifier pour la finale, avec seulement le quinzième budget de la ligue. Du jamais vu depuis que le capitalisme règne en Russie !

Et pourtant, en plein milieu de ce succès historique, le club pourrait disparaître aussi vite qu'il a été créé ! Mais ne brûlons pas les étapes...

Le MVD, donc n'a aucun joueur de renom, et pourtant il écrabouille tout sur son passage. Il a même... écrabouillé le visage d'une pauvre pom-pom-girl ! Elle se trémoussait lors du deuxième match de la série contre Yaroslavl lorsqu'elle a reçu en pleine face un lancer du défenseur local Aleksandr Boïkov. Avec une double fracture du nez et une vilaine cicatrice, la jeune fille devra subir une opération de chirurgie esthétique, que le club s'est dit prêt à financer. Le malheureux Boïkov s'est bien sûr excusé et a donné à la jeune fille son maillot dédicacé. Elle aurait sans doute préféré ne jamais recevoir son "autographe" au milieu du nez...

Dans la finale de Conférence ouest, le MVD était opposé au Lokomotiv Yaroslavl, entraîné depuis trois mois par Piotr Vorobiev. Jusqu'ici, c'était lui, le coach capable d'amener une équipe d'anonymes aux plus grands exploits, grâce à son autoritarisme et à sa stratégie défensive. Mais cette année, il a trouvé son maître, le moustachu Oleg Znarok, l'entraîneur de la Lettonie et du MVD.

Une ligne avait terrorisé ces play-offs : Mikhnov-Vasicek-Irgl. Monstrueuse de puissance, elle était l'arme fatale de Yaroslavl et avait battu à elle seule le Spartak au tour précédent. Cependant, Znarok a trouvé la parade en neutralisant ce trio physique par la ligne de Gorbunov. Au match 4, Vorobiev a cependant trouvé la parade. Il a remplacé Mikhnov par l'international slovaque Richard Zednik pour ajouter de la vietsse à ce trio. La modification a parfaitement fonctionné : non seulement Mikhnov a retrouvé son efficacité en se faisant oublier sur la quatrième ligne, mais Zednik - auteur de très bons Jeux Olympiques mais en retrait dans son club - a réussi un doublé dès son arrivée sur la ligne-phare. Le Lokomotiv l'a emporté 6-1, et a enchaîné par une victoire 4-0 à l'extérieur qui lui permettait de récupérer l'avantage de la glace. À cette heure, tout le monde prédisait un remake de la finale 2009 entre Yaroslavl et Kazan.

Comme le gardien Georgi Gelashvili avait retrouvé son meilleur niveau après de fréquentes erreurs, le Lokomotiv n'avait plus l'occasion de douter. Mais il s'est cassé les dents sur la défense du MVD et n'a pas pu trouver la faille (1-3 et 1-2). Vorobiev pris à son propre piège...

Mais pendant ces succès sportifs, le club du Ministère de l'Intérieur vit des temps tourmentés en coulisses. Créé il y a cinq ans dans la ville de Tver, le MVD joue depuis la saison passée dans la patinoire de Balashikha, mais son président s'est plaint sur le site officiel du club du peu de soutien des autorités municipales en arguant passer trop rarement à la télévision locale. Un transfert à Moscou a été envisagé... Coïncidence (ou pas), la KHL vient d'infliger au MVD des amendes pour divers manquements liées à des problèmes de surfaçage, à une caméra utilisé par les juges vidéo qui ne fonctionnait pas, etc, en précisant que "la Balashikha Arena était sous la juridiction de la ville".

La semaine dernière, coup de théâtre lors du Conseil d'Administration du Dynamo présidé par le Général Pronichev, qui dirige les douanes russes. Celui-ci a évoqué une possible fusion entre le Dynamo - qui était historiquement le club de la police à l'époque soviétique - et le MVD, l'actuel club officiel du Ministère de l'Intérieur. Or, le ministre lui-même, Rashid Nurgaliev, lui-même membre de l'assemblée (il n'y a pas qu'au CAC 40 que les conseils d'administration sont consanguins...), s'est montré enthousiaste.

On pourrait donc assister cet été à une fusion entre le Dynamo Moscou, qui a dépensé des fortunes pour des stars décevantes (le centre tchèque Jiri Hudler et les Suédois "inséparables" Omark et Harju qui vont se quitter après une saison ratée pour signer chacun de leur côté en NHL) avec des résultats déplorables, et le MVD, qui n'a aucune vedette mais qui a des résultats. Pas sûr que l'association des contraires conserve les qualités de chaque équipe...