Norvège - France (Championnats du Monde U18, 2e journée)

En s'inclinant 7 buts à 4 face au Danemark pour le match d'ouverture, l'équipe de France U18 aura subi son plus sérieux revers en championnat du monde depuis 2007 et un cinglant 8-3 encaissé face au Kazakhstan. Quoi u'il en soit, les Bleuets n'auront guère eu le temps de s'apitoyer sur leur sort et déjà se profilait à l'horizon un adversaire tout aussi redoutable avec un rendez-vous difficile face à la Norvège. Vainqueurs de leur premier match 10-2 face à la République de Corée, les Norvégiens se présentaient sur la glace de la patinoire d'Herning en favori de la rencontre et en prétendant sérieux à l'accession à l'élite mondiale, une saison après avoir été relégué au terme des championnats du monde disputé aux Etats-Unis à Fargo et Moorhead.

Un statut d'ogre que les Norvégiens assumaient d'entrée de jeu face à des Français légèrement tendus. Ainsi, alors qu'ils évoluaient en désavantage numérique, les scandinaves profitaient d'un palet laissé libre pour filer vers la cage tenue par Dylan Celestin. Sur le banc la veille, le portier cadet rémois pour le premier match de sa carrière en championnat du monde devait s'incliner face à Jonas Knustsen (03'45) Un scénario idyllique pour les Nordiques, catastrophique pour les français. Fort heureusement pour les bleuets, avides de panser au plus vite leurs bleus à l'âme, la réplique française ne tardait pas à survenir. Toujours en situation d'avantage numérique, Eliot Berthon, buteur la veille, se muait en passeur pour servir le but égalisateur au pensionnaire de Tampere en Finlande Dimitri Thillet (04'19) En revenant très rapidement à parité, les Français reléguaient loin dans leur mémoire le début de match difficile d'autant plus que dans la foulée Fredrik Lovdahl regagnait prématurément le vestiaire (06'17) laissant aux bleuets une large séquence en avantage numérique de cinq minutes. Un power-play qui se transformera même en double avantage numérique (09'49) alors que le buteur norvégien Knutsen s'en allait à son tour s'asseoir sur le banc du cachot de la patinoire d'Herning. Pour autant, en début d'une situation très favorable, les joueurs de Lionel Charrier ne parviendront pas à trouver la combinaison du coffre-fort norvégien une deuxième fois. En effet, en dépit d'une large domination au nombre de lancer sur la période (16 contre 7), les joueurs aux coqs regagneront le vestiaire à la première sirène sans être parvenus à prendre l'avantage dans la rencontre.

franceU18

Dans l'impossibilité de trouver l'ouverture durant la longue séquence en power-play de la première période, paradoxalement c'est en infériorité numérique que les français trouveront leur salut. Déjà buteur la veille face au Danemark dans une situation analogue, l'attaquant de Genève-Servette, Eliot Berthon, faisait des buts en infériorité numérique son arme secrète en compilant le deuxième filet tricolore (28'15) Symétrie parfaite de la première période, le deuxième tiers offrira comme réplique au but en désavantage numérique tricolore une égalisation norvégienne en power-play, celle de Sondre Olden qui ramenait les deux équipes à égalité (29'14) peu avant la mi-match. Un score de 2-2 resté en l'état jusqu'à la fin de la deuxième période, les deux équipes ne parvenant toujours pas à se départager. En dépit d'une outrecuidante domination française aux lancers (29-12), les Tricolores continuaient de buter sur le portier scandinave Lars Volden qui sortait après quarante minutes de jeu un pourcentage d'arrêt parfait de 93.1%

Oubliés les affres de la défaite de la veille face aux Danois, les bleuets semblaient plus à l'aise dans leurs patins face à un adversaire pourtant d'un gros calibre. Quoiqu'il arrive avant d'aborder l'ultime manche, les joueurs au coq pouvaient d'ores et déjà se montrer satisfait de leur tenue malgré le manque de réussite chronique devant la cage. A la recherche de leur 12e succès aux championnats du monde U18 de Division I pour leur 42e rencontre (11 victoires, 4 nuls, 26 défaites avant la rencontre face à la Norvège), le capitaine français Romain Gutierrez et les siens tenteront de mettre à profit les vingt dernières minutes pour faire pencher enfin la balance de leur coté. S'appropriant la devise « facebookienne » du « très anglo-saxon » défenseur u18 Florian Chakiachvili « A sportsman dreams his life, a champion live his dreams », les Français vivront leurs rêves en début de troisième période en prenant pour la première fois de la rencontre la main sur un but du parisien Hugo Vinatier (42'05)  Une joie de courte durée pour le banc français puisque moins de cinq minutes plus tard, l'égalisation en avantage numérique surgissait par l'intermédiaire de Sondre Olden, auteur du doublé sur cette partie (46'53) Pas de quoi endiguer l'enthousiasme d'une équipe de France qui avait vraisemblablement un très joli coup à jouer sur cette rencontre. A tel point qu'à l'amorce des cinq dernières minutes, la colonie française exultait alors que Romain Gutierrez alimenté par ses deux compères Nicolas Ritz et Anthony Rech poussait le palet au fond des filets norvégiens (55'10) Encore cinq longues minutes à jouer dans cette rencontre pour les bleuets qui en profitaient même dans l'euphorie la plus complète pour faire le break au tableau d'affichage par Anthony Rech (56'51) Cette fois la messe semblait dite et bien dite pour les Norvégiens qui ne parviendront pas qu'à édulcorer la note en fin de match. Des dernières minutes qui feront perler sur le front des Français des grosses gouttes de frayeurs alors que Florian Chakiachvili se voyait éconduit à son tour de la partie (58'17) Un double avantage numérique du fait de la sortie du portier danois (57'28) qui permettra aux Norvégiens de revenir au score sans pour autant empêcher les Français de remporter leur première victoire de ces championnats du monde U18 à Herning.

Relancé dans la course à la médaille avec une probante réaction face à la Norvège, les tricolores pourront profiter de la journée de repos de mercredi pour digérer et savourer leur succès avant de continuer l'aventure dès jeudi face à la Corée du Sud, l'un des deux promus de la Division 2, étonnant vainqueur de l'Autriche aux tirs au but.

Norvège – France 4-5 (1-1, 1-1, 2-3)
Mardi 13 avril 2010 à 16h45 à la patinoire d'Herning (Danemark) 127 Spectateurs
Arbitrage de Nigel Boniface (Gbr) assisté de Mikko Hekalainen (Fin) et Oliver Storgaard (Dan)
Pénalités : Norvège 37' (31', 2', 4'), France 35' (2', 4', 29')
Tirs : Norvège 25 (7, 5,13), France 43 (16, 13,14)
Évolution du score :
1-0 à 03'45'' : Knutsen assisté de Olden (inf. num)
1-1 à 04'19'' : Thillet assisté de Berthon (sup. num)
1-2 à 28'15'' : Berthon (inf. num)
2-2 à 29'14'' : Olden assisté de Stenersen et Martinsen (sup. num)
2-3 à 42'05'' : Vinatier assisté de Ares
3-3 à 46'53'' : Olden assisté de Haga (sup. Num)
3-4 à 55'10'' : Gutierrez assisté de Ritz et Rech
3-5 à 56'51'' : Rech assisté de Bedin
4-5 à 59'42'' : Stenersen assisté de Olden et Knutsen