Quarts de finale de conférence (NHL, match 1)

Départ totalement inattendu pour ces play-offs puisque toutes les têtes de séries ont été battues à domicile… sauf Phoenix, tête de série surprise et qui a battu les Red Wings de Detroit.

Retour sur les 4 premiers matchs de play-offs d’hier soir : Pittsburgh Penguins - Ottawa Senators, New Jersey Devils – Philadelphia Flyers, Phoenix Coyotes – Detroit Red Wings et San José Sharks – Colorado Avalanche


Pittsburgh Penguins – Ottawa Senators : 4-5
Ottawa mène la série 1 match à 0

Les Penguins de Pittsburgh, champions en titre, ouvraient hier le bal des matchs de play-offs en recevant l’équipe des Senators d’Ottawa. Ils ont été surpris devant leur public par une équipe des Senators, qui a parfaitement géré le match pour finalement l’emporter devant les locaux.

Le match commence pourtant bien avec une situation de supériorité numérique pour Pittsburgh obtenue grâce à un accrochage du Senator Peter Regin (2’50). L’équipe spéciale des Penguins entre en scène (Crosby-Malkin-Guerin en attaque et Goligoski-Gonchar en défense). Une mise au jeu remportée plus tard, les Penguins s’installent dans la zone des visiteurs, Gonchar est à la manœuvre au niveau de la bleue, il passe le palet à sa droite à Malkin qui le reprend de volée pour l’envoyer à gauche du gant d’Elliott (1-0, 3’03). Les fans exultent : Pittsburgh ne pouvait pas mieux commencer.

Mais les Senators défendent parfaitement, empêchent les Penguins de tirer sur Elliott et en profitent pour contre-attaquer. Alfredsson récupère le palet à l’entrée de sa zone défensive, le transmet à Spezza qui rentre en zone offensive et tire du poignet sur Fleury. Ce dernier concède un rebond, Regin devance Gonchar et marque (1-1, 8’45). Les Penguins ont l’opportunité de reprendre l’avantage avec une nouvelle supériorité numérique mais elle n’aboutit pas. Ensuite, après une mise au jeu, le palet se retrouve en l’air, il est récupéré par Chris Neil qui trouve la lucarne sur le côté fermé de Fleury (1-2, 14’08).

La deuxième période commence mal pour les locaux. En supériorité numérique, l’équipe d’Ottawa marque à nouveau : sur un lancer en profondeur, Fleury sort pour dégager mais est surpris par le rebond du palet sur la bande et Chris Kelly marque dans le but vide (1-3, 21’20). Pittsburgh réduit le score grâce à un nouveau but d’Evgeni Malkin, dans une situation proche de son premier but, mais cette fois d'un tir du poignet (2-3, 30’22). Mais les Senators ont de la ressource et, lors d’une supériorité numérique, le défenseur rookie Erik Karlsson profite d’un rebond devant les buts pour redonner deux buts d’avance à son équipe (2-4, 33’14).

En troisième période, la course-poursuite continue. Adams réduit le score d’un lancer du revers mais Jarkko Ruutu répond pour Ottawa en reprenant un centre de Chris Neil. En toute fin de match, Goligoski marque pour Pittsburgh, ce qui leur permet de revenir à un but des Senators mais ce ne sera pas suffisant : les Senators résistent à l’arrivée d’un sixième patineur sur la glace dans la dernière minute de jeu pour l’emporter.

Enorme déception, donc, pour le tenant du titre et une défaite qui s’explique par une soirée difficile pour Fleury (5 buts encaissés sur 26 tirs reçus) alors que les stars Crosby et Malkin ont plutôt bien produit. Le gardien canadien n’avait pas été épargné par les critiques en fin de saison régulière, ce match n’est sans doute pas la réponse qu’il espérait pour les faire taire. Quant à Ottawa, ils confirment que l’époque où leur attaque se concentrait sur une seule ligne s’est bien terminée avec le transfert de Heatley : seul leur premier but a été marqué par la première ligne.

14_04_1

Erik Karlsson (65) trompe Marc-André Fleury pour le quatrième but de son équipe, sous les yeux de Kris Letang (en noir) et Mike Fisher (en blanc) - Photo : Getty Images


Evolution du score :
1-0 à 3’03 : E. Malkin (assistances : S. Gonchar et S. Crosby) en sup. numérique
1-1 à 8’45 : P. Regin (J. Spezza et D. Alfredsson)
1-2 à 14’08 : C. Neil (A. Volchenkov et C. Kelly)
1-3 à 21’20 : C. Kelly (C. Campoli et E. Karlsson) en sup. numérique
2-3 à 30’22 : E. Malkin (S. Gonchar et S. Crosby) en sup. numérique
2-4 à 33’14 : E. Karlsson (M. Fisher et M. Cullen) en sup. numérique
3-4 à 45’16 : C. Adams (P. Dupuis et M. Talbot)
3-5 à 49’40 : J. Ruutu (C. Neil et C. Kelly)
4-5 à 57’36 : A. Goligoski (S. Crosby et E. Malkin)

Composition des équipes :

Pittsburgh Penguins

Gardien : Marc-André Fleury

Défenseurs : Brooks Orpik - Sergei Gonchar (A) ; Mark Eaton – Kris Letang ; Alex Goligoski – Jordan Leopold

Attaquants : Chris Kunitz – Sidney Crosby (C) – Bill Guerin ; Alexei Ponikarovski – Evgeni Malkin (A) – Ruslan Fedotenko ; Matt Cooke – Jordan Staal – Tyler Kennedy ; Pascal Dupuis – Craig Adams – Maxime Talbot

Remplaçant : Brent Johnson (G)

Ottawa Senators

Gardien : Brian Elliott

Défenseurs : Chris Phillips (A) – Anton Volchenkov ; Andy Sutton – Erik Karlsson ; Chris Campoli – Matt Carkner

Attaquants : Peter Regin – Jason Spezza – Daniel Alfredsson (C) ; Milan Michalek – Mike Fisher (A) – Matt Cullen ; Jarkko Ruutu – Chris Kelly – Chris Neil ; Nick Foligno – Zach Smith – Jesse Winchester

Remplaçant : Pascal Leclaire (G)

3 étoiles du match : Chris Kelly (Ottawa), Chris Neil (Ottawa) et Evgeni Malkin (Pittsburgh).

 


 

New Jersey Devils – Philadelphia Flyers : 1-2
Philadelphia mène la série 1 match à 0

Personne n’attendait Brian Boucher. Celui dont on rappelait (non sans mauvais esprit) qu’il n’avait pas enchaîné deux matchs de play-offs d’affilée depuis que Clinton avait quitté la Maison Blanche a remis les pendules à l’heure. Face aux Devils, il a fermé la porte et effectué 23 arrêts sur 24 tirs reçus.

Il a ainsi repoussé les tirs de Kovalchuk, Zajac et Elias en première période pour permettre à son équipe (qui n’a tiré que 4 fois lors de cette période contre 9 pour les Devils) de rester en course. En milieu de deuxième période, les Flyers profitent d’une supériorité numérique pour ouvrir le score grâce au travail de Chris Pronger devant le but, qui marque en reprenant un rebond dans le trafic devant Martin Brodeur (0-1, 30’22). Kovalchuk tente de répliquer par une remontée rapide du terrain mais après avoir éliminé deux joueurs adverses, il ne parvient pas à tromper Boucher. Avec 4 tirs, Kovalchuk aura été l’un des Devils les plus dangereux du match, même s’il n’a pas marqué, ce qui est logique pour un joueur qui en 8 saisons ne jouait hier que le cinquième match de play-offs de sa carrière (sans en gagner aucun). Ce sont finalement les visiteurs qui marquent à nouveau : Ian Laperriere contre une relance de Martin Skoula depuis sa ligne bleue, il trouve Mike Richards d’une passe en pivot et ce dernier trompe Brodeur (0-2, 36’27).

En troisième période, Boucher continue de tenir le résultat mais les Devils mettent toujours la pression et il finit par encaisser un but de Zajac, qui voit son tir de la bleue involontairement dévié par Laperriere (1-2, 57’17). Malgré le sixième patineur dans la dernière minute, New Jersey ne reviendra pas : la dernière tentative, signé Patrik Elias, est repoussée par Boucher. Ce dernier signe ainsi sa première victoire en play-offs depuis le 20 mai 2000 (également face aux Devils). Si les Devils ont signé un bon match défensif en ne laissant les Flyers tirer que 14 fois, ils n’ont pas réussi à faire un travail offensif suffisant pour gagner, notamment en situation de supériorité numérique (aucun but sur 4 tentatives).

14_04_2

Arrêt de Brian Boucher face à Zach Parise sous les yeux de Scott Hartnell - Photo : Getty Images


Evolution du score :
0-1 à 30’22 : C. Pronger (assistances : S. Gagne et M. Richards) en sup. numérique
0-2 à 36’27 : M. Richards (I. Laperriere)
1-2 à 57’17 : T. Zajac (A. Greene et Z. Parise)


New Jersey Devils

Gardien : Martin Brodeur

Défenseurs : Andy Greene – Paul Martin ; Bryce Salvador – Martin Skoula ; Colin White – Mike Mottau

Attaquants : Zach Parise (A) – Travis Zajac – David Clarkson ; Ilya Kovalchuk – Dainius Zubrus – Patrik Elias (A) ; Brian Rolston – Rob Niedermayer – Jamie Langenbrunner (C) ; Dean McAmmond - Rod Pelley – Pierre-Luc Letourneau-Leblond

Remplaçant : Yann Danis (G).

Philadelphia Flyers

Gardien : Brian Boucher

Défenseurs : Chris Pronger (A) – Matt Carle ; Lukas Krajicek – Kimmo Timonen ; Oskars Bartulis – Braydon Coburn

Attaquants : Simon Gagne – Mike Richards (C) – Dan Carcillo ; Scott Hartnell – Jeff Carter (A) – Danny Brière ; James Van Riemsdyk – Claude Giroux – Arron Asham ; Darroll Powe - Blair Betts - Ian Laperriere

Remplaçant : Johan Backlund (G)

3 étoiles du match : Brian Boucher (Philadelphia), Mike Richards (Philadelphia) et Chris Pronger (Philadelphia)


 

Phoenix Coyotes – Detroit Red Wings : 3-2
Phoenix mène la série 1 match à 0

Phoenix revient dans les play-offs (pour la première fois depuis 2002) et en position de tête de série, mais face à cette équipe surprise se présentent les finalistes de la dernière coupe Stanley : les Red Wings de Detroit. Les statistiques n’étaient pas en faveur des Coyotes car ils restaient sur 7 premiers matchs de play-offs perdus d’affilée (depuis 1992, en comptant l’époque où la franchise était à Winnipeg). Il faut noter également que le match se jouait à guichets fermés, ce qui est plutôt rare pour les Coyotes.

Le match démarre difficilement pour les Coyotes qui ne parviennent à tirer que 7 fois sur Howard dans la première période alors que les Red Wings en sont à 20 tirs dans le même temps. La première vraie alerte vient sur un tir de Zetterberg, venu du côté droit de la glace, mais qui ne trouve que le poteau de Bryzgalov (3’42). Grâce à un rebond chanceux (un dégagement d’un défenseur de Detroit le long de l’arrière de son but heurte une crosse abandonnée), Winnik se retrouve seul face à Howard mais manque le cadre (11’13). Bryzgalov, héroïque lors de la saison régulière, finit par encaisser un but venant d’un tir anodin du poignet de Holmström (colosse généralement habitué à faire écran devant le gardien) qu’il n’a pas réussi à attraper de la mitaine (0-1, 12’17). Mais les Coyotes réagissent vite et deux minutes de jeu plus tard, lors d’une supériorité numérique, le tir de Keith Yandle de la bleue trompe Howard, sans qu’il ait été dévié (1-1, 14’13). Tout va se jouer dorénavant sur les supériorités numérique : Lidstrom inscrit un but dans une position quasi-identique à celle de Yandle (1-2, 16’27).

Au fur et à mesure du match, les Coyotes inversent la tendance grâce notamment à leur jeu physique (43 charges pour les Coyotes contre 20 pour les Wings) : après 7 à 20 au niveau des tirs à la première période, le score des tirs passe à 8-10 en seconde période et termine à 20-10. Cette tendance se traduit au score par deux buts en supériorité numérique lors des deux dernières périodes qui permettent à Phoenix de s’adjuger le premier match de la série : Wojtek Wolski égalise d’une reprise de volée (2-2, 26’15) et Derek Morris, après avoir signé une assistance sur deux des buts précédents, donne finalement l’avantage à son équipe d’un tir puissant face à Howard (lors que les défenseurs adverses n’avaient pas encore eu le temps de se replacer après une mise au jeu (3-2, 42’19). Phoenix a essayé ensuite d’aggraver le score mais Howard arrêtera toutes les tentatives. C’est ainsi qu’il faut noter un bon match des deux gardiens : 32 arrêts sur 35 tirs pour Howard et 38 arrêts sur 40 tirs pour Bryzgalov.

14_04_3

Communion du public avec les joueurs des Phoenix Coyotes après le but de Derek Morris (bras levés) - Photo : Getty Images


Evolution du score :

0-1 à 12’17 : T. Holmstrom (assistance : B. Rafalski)
1-1 à 14’13 : K. Yandle (D. Morris et M. Lombardi) en sup. numérique
1-2 à 16’27 : N. Lidstrom (P. Datsyuk et J. Franzen) en sup. numérique
2-2 à 26’15 : W. Wolski (K. Yandle et D. Morris) en sup. numérique
3-2 à 42’19 : D. Morris (M. Lombardi) en sup. numérique


Phoenix Coyotes

Gardien : Ilya Bryzgalov

Défenseurs : Zybnek Michalek (A) – Ed Jovanovski (A) ; Sami Lepisto – Adrian Aucoin ; Keith Yandle – Derek Morris

Attaquants : Wojtek Wolski – Matthew Lombardi – Shane Doan (C) ; Taylor Pyatt – Vernon Fiddler – Lee Stempniak ; Petr Prucha – Martin Hanzal – Radim Vrbata ; Lauri Korpikoski – Petteri Nokelainen – Daniel Winnik

Remplaçant : Jason LaBarbera (G)

Detroit Red Wings

Gardien : Jimmy Howard

Défenseurs : Nicklas Lidstrom (C) – Brian Rafalski ; Brad Stuart – Nicklas Kronwall ; Andreas Lilja – Jonathan Ericsson

Attaquants : Johan Franzen – Pavel Datsyuk - Tomas Holmström ; Valteri Fillipula – Henrik Zetterberg (A) – Todd Bertuzzi ; Dan Cleary – Darren Helm – Patrick Eaves ; Drew Miller – Jason Williams – Kris Draper (A)

Remplaçant : Chris Osgood (G)

3 étoiles du match : Derek Morris (Phoenix), Keith Yandle (Phoenix) et Matthew Lombardi (Phoenix)


 

San José Sharks – Colorado Avalanche : 1-2
Colorado Avalanche mène la série 1 match à 0

Rien de nouveau sous le soleil pour les fans de San José. Comme l’année dernière, les Sharks ont perdu à domicile le premier match de la série. Cette fois, rien à dire sur la prestation du portier Nabokov (qui réalise 28 arrêts sur 30 tirs reçus), souvent mis en cause lors des défaites dans la série de l’an passé face aux Ducks d’Anaheim, mais c’est toujours l’offensive qui pose problème. Ainsi, les principaux leaders offensifs de l’équipe comme Joe Thornton et Patrick Marleau n’ont jamais réussi à retrouver en play-offs leur production de saison régulière. Ce match n’a pas dérogé à la règle : aucun des joueurs majeurs n’a eu le moindre point.

La première période est plutôt disputée avec une quasi parité au niveau des tirs (12 à 11 pour les Sharks) mais des actions plus franches pour les locaux (notamment deux frappes de Setoguchi). Curieusement, San José baisse de régime en deuxième période et ne tire que 3 fois au but et ils concèdent plus de pénalités que leurs opposants (3 dans la période contre 1 pour l’Avalanche). Les visiteurs en profitent alors pour ouvrir le score par un tir lointain de John-Michael Liles sur une supériorité numérique (0-1, 32’38).

Les Sharks reviennent en troisième période avec de meilleures intentions et réussissent à égaliser par Ryan Clowe, dont le tir en pivot (alors qu’il était face à la bande, du côté droit de la glace) trompe Anderson, masqué par le trafic devant lui (1-1, 47’59). Le match semble alors se diriger vers les prolongations mais, dans la dernière minute du temps règlementaire, la première ligne du Colorado entre en piste. Stastny, derrière le but des Sharks, trouve sur le côté droit de la patinoire Stewart, qui passe pour Galiardi, placé comme écran devant Nabokov, mais c’est Rob Blake qui dévie involontairement le palet dans ses cages (1-2, 59’10).

Les commentateurs se refusent encore à penser que l’Avalanche puisse réussir à éliminer les Sharks et penchent toujours pour une victoire de San José. Toutefois, le prochain match entre les deux équipes sera très important pour l’équipe californienne qui cherchera à faire une bonne impression devant des fans qui commencent déjà à huer leur équipe.

14_04_4

Arrêt de Craig Anderson face à Joe Pavelski, devant John-Michael Liles - Photo : Getty Images


Evolution du score :

0-1 à 32’38 : J-M Liles (assistances : M. Duchesne et P. Stastny) en sup. numérique
1-1 à 47’59 : R. Clowe (D. Setoguchi et M-E Vlasic)
1-2 à 59’10 : C. Stewart (P. Stastny et T.J. Galiardi)


San José Sharks

Gardien : Evgeni Nabokov

Défenseurs : Douglas Murray – Dan Boyle (A) ; Rob Blake (C) – Marc-Edouard Vlasic ; Niclas Wallin – Kent Huskins

Attaquants : Patrick Marleau – Joe Thornton (A) – Dany Heatley ; Ryane Clowe – Joe Pavelski – Devin Setoguchi ; Manny Malhotra – Logan Couture – Torrey Mitchell ; Jamie Mc Ginn – Scott Nichol – Jason Demers

Remplaçant : Thomas Greiss (G)

Colorado Avalanche

Gardien : Craig Anderson

Défenseurs : Scott Hannan – Kyle Quincey ; John-Michael Liles – Ryan Wilson ; Kyle Cumiskey – Adam Foote (C)

Attaquants : T.J Galiardi – Paul Stastny (A) – Chris Stewart ; Brandon Yip - Matt Duchene - Milan Hejduk (A) ; Cody McLeod - Ryan O'Reilly - Kevin Porter ; Darcy Tucker - Stephane Yelle - Matt Hendricks

Remplaçant : Peter Budaj (G)

3 étoiles du match : Craig Anderson (Colorado), Ryane Clowe (San José) et Scott Hannan (Colorado)