Brest - Mulhouse (D1, demi-finale, match 2)

Les Albatros s’envolent vers la finale

Corrigés mercredi à l’Illberg sur le score de 7-2, les Scorpions n'ont pas le choix s’ils veulent atteindre la finale du championnat. Ils doivent vaincre par deux fois en autant de jours les Albatros sur leur patinoire. Quand on sait que Brest ne s’est incliné qu’une fois à domicile en deux ans (c’était face à Avignon), on mesure l’ampleur de la tâche qui attend les Mulhousiens. De leur côté les Albatros veulent en finir au plus vite afin de bénéficier d’un jour de repos supplémentaire avant la finale. À noter que le Rïnkla n’est pas franchement rempli avec seulement 816 spectateurs. Un manque d’engouement surprenant qui s’était déjà constaté en quart de finale face à Avignon.

Mulhouse laisse passer sa chance

Martel titularisé dans les cages par Eriksson va très vite se rendre compte qu’il va être occupé tout au long de la soirée. On joue depuis 1'20" lorsque Krayzel met le feu à la défense visiteuse en logeant le palet sous la barre transversale. Aucun bruit ne se fait entendre, le palet semble avoir frappé le filet intérieur du but avant de ressortir immédiatement. L’arbitre considère qu’il n’y a pas but et le jeu se poursuit.

L’occasion pour Mulhouse de prendre les devants intervient peu de temps après. En effet Fournier puis Prunet sont expédiés en prison à quelques secondes d’intervalle. Les Scorpions bénéficient donc d’une supériorité numérique à 5 contre 3 pendant 1'54". Quoi de mieux pour prendre les devants d’entrée de jeu ? Hélas pour les Alsaciens, leur jeu de puissance manque cruellement de vivacité et d’ingéniosité dans la transmission de palet.

La machine brestoise se lance

Après quelques occasions locales franchement gâchées, les Albatros trouvent enfin l’ouverture. Sur une offensive menée par le duo Brunelle-Prosvic, le Canadien transmet le palet sur sa gauche à l’ancien Caennais qui tire sur Martel. Le portier laisse un rebond que Brunelle exploite instantanément (1-0). Un manque de finition se fait encore sentir dans les minutes qui suivent mais on sent la défensive mulhousienne prête à céder à tout moment. À 17'40" Kiska s’engouffre sur l’aile droite avant de remettre le palet en arrière pour Ignatovics qui marque d’une frappe limpide (2-0). Le « lutin letton », qui avait été déjà très en vue mercredi à l’Illberg, signe un doublé moins de deux minutes plus tard. Il décoche un tir pas forcément très puissant de la ligne bleue qui trompe un Martel complètement masqué. Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur le score de 3-0.

Avec un tel retard et au vu de la physionomie du match les chances alsaciennes semblent bien compromises. Borzik ne laisse pas espérer ses adversaires bien longtemps en marquant au bout de 18 secondes dans le deuxième tiers (4-0). Les premières minutes sont une véritable démonstration des Albatros. Le bloc Brunelle-Prosvic-Fournier se promène dans la défense adverse et force Martel à effectuer des arrêts miraculeux. Mulhouse perd énormément de palet dans sa zone face au pressing brestois.

Les Mulhousiens laissent passer l’orage et réagissent enfin quelques minutes plus tard. Stopar trouve tout d’abord la mitaine de Bozik (25'42") puis Marez lance de la bleue un palet que Bozik repousse de la jambière. Pierrel en embuscade devant le but récupère le rebond et ouvre le score pour les siens (4-1). La réponse brestoise intervient 30 secondes après  lorsque Martel est surpris par la déviation de Motreff sur un tir initial de Borzik (5-1). Quelques secondes plus tard Brunelle porte l’estocade à 6-1 en marquant sur une belle remise de Prosvic.

La messe est dite depuis longtemps. Christer Eriksson prend son temps mort et remplace Martel par Gasnier. L’intensité baisse alors, Brest s’illustrant notamment par un inhabituel jeu mou et peu inspiré en supériorité numérique. Gasnier tient mieux la baraque que son collègue canadien et ne cèdera qu’en milieu de dernière période. Sur une contre-attaque en infériorité, Brunelle capte une passe de Prosvic qui semblait ne pas lui être destiné, le meilleur buteur de D1 pivote et trompe Gasnier à bout portant (7-1). Motreff lui aussi sur un pivot quelques minutes plus tard frappe le montant adverse (50’11). André Péloffy profite de l’ampleur du score pour faire tourner ses troupes par exemple en remplaçant Bozik par Pierre Pochon.

À peine rentré, Pochon est pris à froid sur une contre-attaque mulhousienne orchestrée par Gadoury (plutôt transparent ce soir) qui trouve sur sa droite Romain Pierrel. Ce dernier signe un doublé de belle manière sur une feinte conclue du revers (7-2). Le dernier mot revient finalement à Brest par l’intermédiaire inévitable de Brunelle qui signe un quadruplé. Le Canadien, en se dirigeant derrière le but, remet le palet en arrière dans une foule de patins qui le dévie de manière un peu chanceuse dans la cage (8-2).

Cette série qui s’annonçait pourtant la plus indécise des demi-finales n’aura donc pas offert un grand suspense. Les Brestois ont été intraitables lors des deux matchs face à des Mulhousiens qui n’ont pas démérité pour autant. Les Scorpions sont simplement tombés sur plus fort qu’eux. Brest attend maintenant son adversaire pour une finale qui promet d’être chaude.

Brest – Mulhouse 8-2 (3-0, 3-1, 2-1)
Samedi 17 avril 2010 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 816 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Peronnin assisté de Jérémie Douchy et Nicolas Piedigrossi.
Pénalités : Brest 22' (6', 0', 6'+10’), Mulhouse 26' (4', 4', 8’+10’).
Évolution du score :
1-0 à 13'20" : Brunelle assisté de Prosvic et Fournier
2-0 à 17'47" : Ignatovics assisté de Kiska et Krayzel
3-0 à 19'28" : Ignatovics assisté de Holik et Krayzel (sup. num)
4-0 à 20'18" : Borzik assisté de Brunelle et Fournier
4-1 à 26'19" : Pierrel assisté de Marez et Bidoli
5-1 à 26'50" : Motreff assisté de Borzik
6-1 à 27'30" : Brunelle assisté de Prosvic et Holik
7-1 à 48'40" : Brunelle assisté de Prosvic (inf. num)
7-2 à 52'22" : Pierrel assisté de Gadoury et Delisle
8-2 à 56'51" : Brunelle assisté de Prosvic

Brest

Gardien : Mojmir Bozik puis Pierre Pochon à 50'11".

Défenseurs : Ivan Borzik (A) – Lilian Prunet (C) ; Vladimir Holik – Peter Macek ; Juraj Sadlon ; Clément Gonzales [à partir de 37'20"].

Attaquants : Mathieu Brunelle - Jaroslav Prosvic - Guillaume Fournier ; Andrej Ignatovics – Ludek Krayzel - Matej Kiska ; Juraj Ocelka [puis Jérémy Cormier à 52'22"] – Nicolas Motreff [puis Ocelka à 52'22"] – Tomas Kaspar (A).

Remplaçants : William L’Arvor, Maxime L’Arvor. Absents : Alexey Volkov (blessure à l’œil), Serge Toukmatchev, Julien Legall.

Mulhouse

Gardien : Marc-André Martel puis Mickaël Gasnier à 27'30".

Défenseurs : Maximilien Tromeur – Roman Jasko (A) ; Domen Vedlin – Lars Markus Forsberg ; Yann Marez – François Delisle.

Attaquants : Anthony Pernot – Jens Eriksson – Olli Ruokamo ; Jure Stopar – Julien Aubry (C) – Kevin Gadoury ; Vincent Bringuet (A) – Romain Pierrel – Mathieu Bidoli.

Remplaçants : Benoît Salvin, Arnaud Fuss. Absents : Lucas Tremellat, Adrien Dufournet.