Autriche - Ukraine (Championnats du monde de Division I, Groupe A, cinquième journée)

2010-04-25-autriche-ukraine-4L’Autriche retrouve l’élite

Les deux favoris du groupe se retrouvent pour l'heure de vérité, à l'issue d'une semaine assez bien négociée aux détriments du poil à gratter japonais. Si les deux pays ont partagé la descente en 2007, l’ascenseur n’est pas resté bloqué pour les Autrichiens, désormais habitués au va-et-vient entre l‘élite et la Division 1.

En plus de la faveur du pronostic, les équipiers de Gerhard Unterluggauer disposent d’un avantage non négligeable : l’appui du public. En effet, les maillots jaunes et bleus et les quelques encouragements de Néerlandais ne font pas le poids face à la tribune rouge et blanche qui aura bien égayé la cité batave durant la semaine. Forts de cet appui infaillible, les hommes de Bill Gilligan prennent le meilleur départ. À l'issue de premières secondes très âpres contre la bande, Oleksandr Materukhin inaugure la prison. Pock en profite pour chauffer Kostyantin Simchuk, et Roland Kaspitz délivre une passe idéale pour Thomas Raffl, seul face à la cage (1-0 à 01'56").

Les charges continuent de plus belle, et à ce petit jeu les jaunes sont encore punis : le trop plein d’enthousiasme de Timchenko lui vaut une méconduite, et expose un peu plus ses équipiers, malgré les efforts de Varlamov pour conserver le disque. Un rideau se déploie alors devant Thomas Koch, contré, forçant Trattnig à tenter sa chance en solitaire, avant que la botte de Simchuk ne contrecarre le premier tir frappé de Darcy Werenka.

Cette pénalité tuée, les hommes de Mikhail Zakharov réagissent par un très entreprenant Dmitro Tsyrul, suivi par Kotiantyn Kasianchuk, pour autant d’actions bien amenées mais à la conclusion défaillante car imprécise. Sur leur premier avantage numérique, Matvychuk, sans solution, opte pour un lancer bien capté par Divis. Le dégagement hors limites de Pewal expose un peu plus le portier, bien en place sur les tirs à la bleue de Tolkunov et Pobiedonostsev.

2010-04-25-autriche-ukraineSortis sans encombre de cette grosse alerte en double infériorité, les rouges et blancs reprennent leurs assauts, par Thomas Pöck, contrarié par une jambière solide, comme un peu plus tard Werenka et Unterluggauer de loin et Pewal de la droite. La succession de fautes ukrainiennes oblige en effet Kostyantin Simchuk à se démultiplier. Une nouvelle charge trop appuyée, de Blagoï en zone neutre, a même pour conséquence d’offrir à Raffl l’occasion du doublé, sur une action similaire à son ouverture du score, la conclusion différant toutefois sensiblement.

Au début du deuxième tiers, le scénario évolue peu : l’Ukraine est à la faute, par Shafarenko, et l’Autriche tarde à contourner un carré assez solide, que seul Christoph Harand, en relais avec Thomas Pock, parvient à percer pour solliciter la botte du très communiquant portier de Kiev. À égalité numérique, elle poursuit son travail de sape, dans la foulée de Roland Kaspitz, très en vue, pour contenir les principaux acteurs adverses. Andryi Mikhnov fait ainsi l’objet d’un marquage très serré, l’empêchant de prendre la vitesse nécessaire à relancer l’attaque.

L’omniprésent Kotiantyn Kasianchuk parvient à s’extraire de la défense et à forcer Divis à un arrêt difficile sur un tir en pivot. Le danger ukrainien provient avant tout de contre-attaques, souvent létales. Serhyi Klimentiev n‘hésite pas à abandonner son poste, et un jeu à trois rapide entre Varlamov, Kasianchuk et Shakhraïchuk est anéanti par un réflexe de Reinhard Divis (31'47"), à la renverse. Le déboulé de Roman Salnikov est également repoussé, et c’est désormais aux Autrichiens de jouer en contre, et de manquer l’occasion de creuser l’écart car Roland Kaspitz, lancé dans le dos de Klimentiev, ne trouve que le gant de Simchuk, imperturbable (36'27").

L’Autriche peut rapidement regretter cette occasion, Shafarenko étant chargé trop vertement par Trattnig, avant un surnombre. En double avantage, Kasianchuk hérite de deux opportunités de changer le cours du match. D’abord sur un service de Shakhraïchuk au deuxième poteau, ensuite en forçant la décision sur un lancer initial de Klimentiev, mais il avait auparavant commis un cinglage, une seconde avant le deuxième coup de sirène.

Les Autrichiens peuvent ainsi reprendre le jeu lesté d’un certain poids, même si l’écart n’est pas irrémédiable. Ils s’échinent à se mettre à l’abri dès l'entame de la période décisive, par leur première ligne. La reprise à bout portant, sur un palet levé, de Thomas Koch est encore repoussée par Simchuk (40‘33"). La troisième ligne contient quant à elle le danger le plus loin possible de sa zone, notamment par Latusa et Pewal. Les jaunes et bleus, tenus à distance, ne peuvent alors lancer que de très loin, comme Oleksandr Pobiedonostsev, ce qui constitue une aubaine pour Divis.

2010-04-25-autriche-ukraine-3Trattnig libère toute une tribune

Alors que Unterluggauer et Pöck lancent dès que possible, trouvant la cage avec plus de facilité, une obstruction de Raffl dans la défense remet les Ukrainiens dans le sens de la marche. Sur un tir de Dmytro Tolkunov, Divis se fait une petite frayeur en boxant le disque en catastrophe. Le numéro 4 a peut-être senti le portier de Salzbourg sur le point de céder et décale sitôt Sryubko, dont le lancer puissant de volée trouve la lucarne opposée (1-1 à 50'06").

La rencontre devenue indécise, Setzinger puis Mikhnov, peu en vue jusque là, héritent tour à tour de l’opportunité de remettre leur formation respective sur le devant à moins de dix minutes du terme. Comme un symbole, c’est du généreux Roland Kaspitz que vient le but de l’espoir, après un effort sur la gauche relayé derrière la cage par son compère Raffl, pour mettre Matthias Trattnig en position de lancer en force (2-1 à 51'55").

Les décibels redoublent dans la tribune située derrière la cage de Divis. Toutefois, huit longues minutes séparent encore les fans venus de Villach ou Klagenfurt de la libération. Salnikov provoque une première frayeur en reprenant au ras du poteau le centre de Matvychuk. La deuxième alerte vient de... David Schuller, coupable d’une charge trop appuyée sur Klimentiev contre la balustrade (53’15"). Monsieur Brueggemann indique la voie de la prison au fautif, avant de s’enquérir de l’état de santé de la victime. Voyant les difficultés du défenseur du Sokil à se relever, l’arbitre exclut le numéro 28 autrichien, sous les huées de toute une tribune.

2010-04-25-autriche-ukraine-2Serhyi Varlamov prend place aux côtés de sa première ligne offensive pour accentuer la pression. Toutefois, les Autrichiens ne sont aucunement disposés à abdiquer et font preuve d’une résistance à toute épreuve, comme l’illustre Elick face à Mikhnov. La première occasion ukrainienne de cette longue pénalité est signée... Thomas Koch, qui dévie un centre en direction de son but, bien gardé par Divis ! Alors que Kaspitz se sacrifie comme souvent, le retour de Klimentiev permet un décalage sur la droite pour Varlamov, à son tour déjoué. La pénalité tuée, le pressing autrichien reprend de plus belle, repoussant même la sortie de Simchuk. La sirène retentit enfin sur cette prestation aboutie de la troupe autrichienne, suffisamment organisée pour contrecarrer les plans de Varlamov, expulsé, qui n’assistera pas à la remise des médailles.

Les bruyants supporters ayant rejoint les Pays-Bas par centaines peuvent célébrer leurs protégés, qui devront encore empêcher l’ascenseur de redescendre d’un cran l’an prochain. Mais de cela il sera question bien plus tard, car pour l’heure il s’agit de reprendre inlassablement le rythme du tube de Boney M « Rivers of Babylon » dans les rues de Tilburg...

Désignés meilleurs joueurs : Matthias Trattnig pour l'Autriche et Vadim Shakhraïchuk pour l'Ukraine.

Désigné meilleur gardien du tournoi : Yutaka Fukufuji (Japon).
Désigné meilleur défenseur du tournoi : Matthias Trattnig (Autriche).
Désigné meilleur attaquant du tournoi : Kotiantyn Kasianchuk (Ukraine).

 

Autriche - Ukraine 2-1 (1-0, 0-0, 1-1).
Dimanche 25 avril 2010 à 20h30 à l'Ijssportcentrum de Tilburg. 1 750 spectateurs.
Arbitrage de Lars Brueggemann (ALL) assisté de Andrew Dalton (GBR) et Trpimir Piragic (CRO).
Pénalités : Autriche 60' (4', 4, 2'+5'+20'), Ukraine 76' (10’+10‘, 6', 2x5'+2x20').
Tirs : Autriche 22 (11, 6, 5), Ukraine 28 (4, 11, 13).
Évolution du score :
1-0 à 01’56" : Raffl assisté de Kaspitz et Unterluggauer (sup. num.)
1-1 à 50'06" : Sryubko assisté de Tolkunov (sup. num.)
2-1 à 51'55" : Trattnig assisté de Kaspitz et Raffl

Autriche
Gardien : Reinhard Divis.
Défenseurs : Matthias Trattnig - Darcy Werenka ; Gerhard Unterluggauer (C) - Thomas Pock (A) ; Mickey Elick - Robert Lukas ; Johannes Kirisits.
Attaquants : Daniel Welser - Thomas Koch (A) - Oliver Setzinger ; Markus Peintner - Thomas Raffl - Roland Kaspitz ; Manuel Latusa - Marco Pewal - Patrick Harand ; David Schuller - Johannes Reichel - Christoph Harand.
Remplaçant : Bernhard Starkbaum (G).

Ukraine
Gardien : Kostyantin Simchuk.
Défenseurs : Artem Ostroushko - Serhyi Klimentiev ; Oleg Blagoï - Denys Isayenko ; Yuri Navarenko - Andrei Sryubko ; Dmytro Tolkunov - Oleksandr Pobiedonostsev.
Attaquants : Kotiantyn Kasianchuk - Vadim Shakhraïchuk - Andryi Mikhnov ; Dmitro Tsyrul - Serhyi Varlamov - Roman Salnikov ; Oleg Timchenko - Oleg Shafarenko - Oleksandr Materukhin ; Oleksandr Matvychuk - Artem Bondariev - Dmytro Nimenko.
Remplaçant : Vadym Seliverstov (G).