France - Danemark (match international)

IgierLe Danemark est l'adversaire le plus important dans la préparation de l'équipe de France, parce que c'est celui qui ressemble plus à la Norvège, l'adversaire décisif de la poule des Bleus pour éviter le maintien.

Les deux équipes sont pareillement loties vis-à-vis des absences. Le Danemark attend deux joueurs tout juste éliminés de play-offs NHL, Peter Regin, qui a pleinement gagné une place de titulaire pour sa deuxième année à Ottawa, et Mikkel Bødker, qui a en revanche perdu la sienne pendant sa deuxième saison à Phoenix. De son côté, la France est privée depuis deux semaines de Stéphane Da Costa, qui ne fera son retour de blessure qu'aux Mondiaux, mais aussi de Yorick Treille : son contrat avec Vitkovice s'achevant au 30 avril (il a signé pour le Sparta Prague l'an prochain), il ne peut jouer avec l'équipe de France qu'à partir de demain, pour une histoire d'assurance.

Le staff tricolore semble avoir choisi, de manière assez transparente, de réserver des postes aux absents pour souder déjà les autres en leur absence. On peut donc supposer qu'Erwan Pain "chauffe" la place de Stéphane Da Costa en deuxième ligne. Quant à Kévin Igier, il n'est bien sûr qu'un bouche-trou provisoire sur la première ligne offensive à la place de Treille.

Le défenseur angevin n'est évidemment pas un attaquant, et cela se voit quand il tire à un mètre de la cible, bien décalé par Laurent Meunier à 2 contre 1. La France est bien entrée dans son match. Jesper Duus perd son duel derrière la cage avec Hecquefeuille et le fait trébucher d'un grand swing de la crosse. Pendant deux minutes, on constatera surtout le bon travail en infériorité de Mads Christensen, révélé en DEL cette saison. Les Danois ne feront pas mieux en avantage numérique après une charge dans le dos inutile de Tardif.

La principale différence entre les deux équipes réside dans le trafic engendré devant la cage pour obstruer la vue des gardiens adverses. Lors du tir de Damien Raux sur un engagement de Meunier, le gardien Fredrik Andersen a la vue parfaitement ouverte et capte donc aisément le palet de la mitaine. En revanche, lorsque Mads Bødker tire à son tour de la bleue, c'est l'heure de pointe dans l'enclave. Le palet est dévié sur Baptiste Amar et trompe ainsi Lhenry (0-1).

Le Danemark enchaîne avec un slalom de Sundberg complété par la présence physique de Staal dans le slot : l'action provoque une faute de Sacha Treille. À la fin de la pénalité, Kaspar Degn, derrière la cage, ressort le palet du revers au nez et à la barbe de Gras et de Roussel, et Auvitu resté seul dans le slot ne peut pas empêcher le tir en angle de Thor Dresler dans le haut du filet (0-2).

Une réaction d'orgueil est attendue de la part de l'équipe de France, et elle survient dès le début de la deuxième période avec deux énormes occasions. Tout d'abord, Luc Tardif tire sur le poteau lors d'un rebond alors que le gardien est couché. Puis le patinage de Laurent Gras laisse sur place Jesper Duus, mais pas le portier Fredrik Andersen qui suit bien le mouvement et ferme la porte.

L'attaquant de circonstance Kévin Igier a encore deux très bons palets de but. Il choisit un tir dans le plastron, sans danger, lors d'une situation de 3 contre 2. Puis il va parfaitement se placer devant la cage en 2 contre 1 et échoue cette fois d'un rien à bout portant : le palet ricoche sur la jambière du gardien et retombe juste derrière, avant le retour juste à temps du défenseur. Le coach danois - qui vient de perdre Morten Green blessé au genou - demande alors son temps mort pour recadrer ses joueurs qui prennent l'eau, et le staff français saisit l'occasion pour faire rentrer Eddy Ferhi à la place de Fabrice Lhenry, comme prévu.

Le Danemark reprend la maîtrise du match après son temps mort. Le pressing de Christensen contraint Manavian à une obstruction, et pendant la supériorité numérique, Lars Eller côté droit prend deux bons tirs sur Ferhi, salué par le public isérois. La France ne s'en sort pas depuis la mi-match, et le gardien grenoblois dévie de l'épaule gauche un lancer de Morten Madsen en échappée. Quel contraste entre la première et la seconde moitié de ce deuxième tiers-temps ! Le jour et la nuit pour l'équipe de France.

Seule consolation après ces dix dernières minutes difficiles, Mads Bødker s'est fait pénaliser à deux secondes de la fin. La France reprend donc le jeu en avantage numérique, Kevin Hecquefeuille entre en zone dans l'axe à pleine vitesse et décale du revers Teddy Da Costa qui tire... sur la transversale ! C'est la seconde fois que les Bleus touchent le cadre, et ils ne sont décidément pas en réussite, eux qui restaient déjà sur un match sans but en Lettonie.

L'intensité tombe ensuite en fin de match, et deux nouvelles supériorités numériques ne font que confirmer le constat de carence du jeu de puissance tricolore, très gêné par le pressing rapide imposé par le Danemark, et restant à travailler. L'autre impression est que les Français ont eu du mal à conserver leur rythme dans les fins de tiers : il faut espérer que la préparation physique puisse leur permettre de retrouver cette endurance d'ici la semaine prochaine. Enfin, le retour des absents est évidemment attendu car les automatismes collectifs ont été inférieurs à ceux des Danois ce soir.

Désignés joueurs du match : Lars Eller pour le Danemark et Eddy Ferhi pour la France.

Commentaires d'après-match (sur Sport +)

Laurent Meunier (capitaine de la France) : "On a peiné physiquement aujourd'hui, mais ce n'est pas grave, on est dans l'optique des championnats du monde. On a encore deux-trois lacunes à corriger. En quatre supériorités numériques, on prend seulement deux ou trois tirs, ils nous ont pressés et on a été mauvais. On a encore deux-trois joueurs qui doivent intégrer le powerplay."

 

France - Danemark 0-2 (0-2, 0-0, 0-0)
Vendredi 30 avril 2010 à 20h00 à Pôle sud. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Marc Mendlowictz et Bruno Colleoni assistés de Guillaume Gielly et Geoffrey Barcelo.
Pénalités : France 6' (4', 2', 0') ; Danemark 8' (2', 2', 4').
Tirs : France 29 (6, 13, 10) ; Danemark 32 (10, 5+8, 9).
Évolution du score :
0-1 à 15'29" : Ma. Bødker assisté de Damgaard et Jakobsen
0-2 à 18'12" : Dresler assisté de Degn et Lykkeskov


France

Gardien : Fabrice Lhenry puis Eddy Ferhi à 29'35".

Défenseurs : Baptiste Amar (A, -1) - Vincent Bachet (A, -1) ; Nicolas Besch - Antonin Manavian (2') ; Thomas Roussel (-1) - Yohann Auvitu (-1) ; Benoît Quessandier.

Attaquants : Kévin Igier - Laurent Meunier (C) - Damien Raux ; Kévin Hecquefeuille - Erwan Pain - Pierre-Édouard Bellemare ; Teddy Da Costa (-1) - Laurent Gras (-2) - Anthoine Lussier (-1) ; Sacha Treille (-2, 2') - Loïc Lampérier - Luc Tardif (2').

En réserve : Florian Hardy (G), Brian Henderson (épaule), Stéphane Da Costa (cuisse), Yorick Treille (problème d'assurance).

Danemark (2' pour surnombre)

Gardien : Fredrik Andersen.

Défenseurs : Mads Bødker (+1, 2') - Jesper Damgaard (C, +1) ; Stefan Lassen - Philip Larsen (2') ; Mads Bech Christensen - Jesper Duus (+1) ; Daniel Nielsen (+1, 2').

Attaquants : Frans Nielsen (A) - Lars Eller - Morten Madsen ; Nichlas Hardt (+1) - Morten Green (A, +1) - Julian Jakobsen (+1) ; Kim Lykkeskov (+1) - Thor Dresler (+1) - Kasper Degn (+1) ; Kim Staal - Mads Christensen - Alexander Sundberg.

En réserve : Patrick Galbraith (G), Philip Hersby, Jesper Jensen.