Suède - Russie (LG Hockey Games, 2e journée)

2010-05-01-Suede-RussieNantis d'un beau temps de jeu, les juniors font une telle percée en équipe de Suède qu'on se demande ce qui pourra leur résister. La sélection aux championnats du monde ? Probablement pas... Après son bon Mondial junior puis sa grosse fin de saison à Timrå aux côtés de Laurent Meunier, l'ailier Magnus Päärjävi-Svensson est en forme, et ses belles prestations sont récompensées d'une place en première ligne avec le duo Weinhandl-Mårtensson.

Päärjävi-Svensson se crée d'ailleurs une belle occasion. Sa déviation à bout portant, sur un centre de Weinhandl, est repoussée par Vassili Koshechkin, qui marque des points dans la concurrence entre les trois gardiens russes (face à Eremenko et à Khudobin, le portier du Minnesota qui apparaîtra demain). La Suède a de l'allant dans cette première période, avec un bon forechecking. Mais en fin de tiers, une pénalité de Jonas Andersson est exploitée par un tir du haut de l'enclave d'Evgeni Ryasensky, qui marque son premier but en équipe nationale en trompant Markström, masqué (0-1).

La Russie accélère le rythme en deuxième période, la Suède rivalise et se crée des occasions. Après la mi-match, Päärjävi-Svensson s'échappe dans le dos de Belov qui a raté le palet à la bleue et remet en retrait à Mårtensson, qui manque la conclusion. Mais encore une fois, tout se joue en fin de tiers sur les supériorités numériques. Les Russes en convertissent deux sur deux : déviation dans le slot de Sushinsky, puis slap de la bleue de Vitali Atyushov (0-3).

Au début du troisième tiers-temps, Nikolaï Kulemin tire dans les bottes du gardien, fait le tour de la cage, et récupère son propre rebond dans l'angle. À 0-4, le score est lourd pour la Suède, mais elle réduit le score grâce à deux buts sur des mises au jeu gagnées en zone offensive par Niklas Persson, pour des tirs d'Oliver Ekman-Larsson de la ligne bleue puis de Johan Harju à mi-distance (2-4).

Il s'agit du premier but en équipe nationale pour le défenseur de 18 ans Ekman-Larsson, recruté à Leksand il y a deux ans par l'ex-sélectionneur français Mikael Lundström et qui partira en NHL à Phoenix l'an prochain. Avec sa prestation ce soir, il devient lui aussi un candidat crédible pour le Mondial. Les anciens comme Michael Nylander, qui n'a rien créé de bon, peinent à convaincre en comparaison à cette jeune génération.

La Suède n'a pas trop à craindre d'une défaite surtout due au jeu de puissance, mais son souci est que l'écart avec l'adversaire du jour pourrait se creuser à cause des renforts : les Scandinaves viennent d'apprendre que Niklas Bäckström ne serait pas aux Mondiaux, ayant fait savoir par son agent Gunnar Svensson qu'il était blessé à l'épaule, alors que ses coéquipiers à Washington (Ovechkin et Semin) seront présents sous le maillot russe...

Commentaires d'après-match

Sergei Fedorov (attaquant de la Russie) : "L'équipe a continué dans le même esprit que la seconde moitié du match à Helsinki. Nous avons joué à un bon rythme, avec d'excellentes combinaisons impliquant les quatre lignes. Tous les gars se sentent plus confortables dans leurs positions. [Kulemin] avait eu quelques problèmes de visa avant le match en Finlande. En conséquence, il avait un peu raté son match. Maintenant il paraît bien, le quatrième but en est un bon exemple. Avec Viktor [Kozlov], nous sommes très contents qu'il joue dans notre trio."

Bengt-Åke Gustafsson (entraîneur de la Suède) : "Les unités spéciales ont déterminé le sort du match. En plus, le gardien adverse [Koshechkin] a bien joué. Nous avons pris beaucoup de tirs, mais sans concrétiser. L'équipe est très déçue. Nous voulions gagner devant nos supporters. Mais l'échec fait partie du hockey. Il reste une chance d'améliorer notre moral. Le match contre la Finlande promet d'être intéressant."

 

Suède - Russie 2-4 (0-1, 0-2, 2-1)
Samedi 1er mai 2010 à 15h30 au Globen de Stockholm. 9332 spectateurs.
Arbitrage de Tom Laaksonen et Sami Partanen (FIN) assistés de Jimmy Dahmén et Daniel Winge (SUE).
Pénalités : Suède 12' (4', 4', 4') ; Russie 22' (6', 4', 12').
Tirs : Suède 36 (10, 8, 18) ; Russie 31 (8, 11, 12).
Évolution du score :
0-1 à 16'11" : Ryasensky assisté de Belov (sup. num.)
0-2 à 38'33" : Sushinsky assisté de Denisov et Kalinin (sup. num.)
0-3 à 39'41" : Atyushov assisté de Kulikov (sup. num.)
0-4 à 40'34" : Kulemin assisté de Fedorov
1-4 à 44'23" : Ekman-Larsson assisté de Persson (sup. num.)
2-4 à 56'57" : Harju assisté de Persson


Suède

Gardien : Jacob Markström [sorti de 57'24" à 59'28"].

Défenseurs : Magnus Johansson - Carl Gunnarsson ; Victor Hedman (2') - Sanny Lindström ; David Rundblad - Christian Bäckman (2') ; Johan Fransson - Oliver Ekman-Larsson (2').

Attaquants : Mattias Weinhandl (2') - Tony Mårtensson - Magnus Päärjävi-Svensson ;  Andreas Engqvist - Rickard Wallin - Jimmie Ericsson ; Marcus Nilson - Michael Nylander - Jonas Andersson (2') ; Niklas Persson (2') - Johan Harju - Linus Omark.

Remplaçant : Jonas Gustavsson (G). En réserve : Anders Lindbäck (G), Fredrik Pettersson, Niclas Bergfors.

Russie

Gardien : Vassili Koshechkin.

Défenseurs : Nikolaï Belov (2') - Evgeny Ryasensky (2') ; Dmitri Kulikov - Vitali Atyushov (2') ; Konstantin Korneev (2') - Denis Kulyash ; Denis Denisov - Dmitri Kalinin.

Attaquants : Viktor Kozlov (2') - Sergei Fedorov (2') - Nikolai Kulemin (2') ; Maksim Sushinsky - Artem Anisimov - Sergei Mozyakin ; Maksim Afinogenov (2') - Aleksandr Svitov (2') - Evgeni Artyukhin (4') ; Enver Lisin - Konstantin Gorovikov - Vladimir Tarasenko.

Remplaçant : Anton Khudobin (G). En réserve : Aleksandr Eremenko (G), Oleg Saprykin.