Russie - République Tchèque (LG Hockey Games, 3e journée)

MozyakinSergeiFin de règne ?

L'équipe tchèque qui se présente aujourd'hui est quasiment la même qui ouvrira son championnat du monde dans une semaine contre la France : entre-temps, elle n'enregistrera que trois renforts, la star offensive Jaromir Jagr et les défenseurs Michal Rozsival (New York Rangers) et Filip Novak (MVD).

La Russie, pour sa part, est en plein processus de sélection. Pour faire place aux attaquants-vedettes (Ovechkin, Kovalchuk, Semin et Radulov) et aux cadres défensifs (Nikulin et Grebeshkov), trois ailiers et deux arrières doivent "sauter" ce soir.

De plus, on a appris hier soir qu'Ilya Bryzgalov s'était déclaré blessé et ne viendrait pas aux Mondiaux. Voilà qui ouvre de toutes nouvelles perspectives à Anton Khudobin, le jeune gardien du Minnesota Wild qui joue aujourd'hui son premier match international et peut maintenant croire à la sélection.

Qui sera le plus motivé ? Le groupe soudé et assuré de rester tel quel, ou celui en pleine compétition pour les dernières places ? La réponse n'est pas si évidente.

Le premier tiers-temps est d'abord favorable aux Russes. Jiri Novotny est contré en entrée de zone offensive par le patin de Ryasensky, et Sergei Fedorov hérite du palet. Le vétéran a encore assez de jambes pour partir en contre, résister au retour de Gregorek et conclure du revers (1-0). Novotny prend sa revanche en début de deuxième période : profitant du piètre repli défensif de la ligne de Mozyakin, il est servi en troisième homme sur une contre-attaque rapide et prend son propre rebond (1-1).

Les Tchèques ont ensuite trois supériorités numériques, sans en profiter. Et à cinq contre cinq, ce sont les Russes qui prennent l'ascendant. Le junior Vladimir Tarasenko en particulier met le feu dans la défense ; Krstev le châtie sans être pénalisé. Voyant son équipe faiblir, Vladimir Ruzicka demande soudain son temps mort. Il remet en jeu sa première ligne et ça va tout de suite beaucoup mieux, avec un beau une-deux Cervenka-Klepis. Ils sont imités par Petr Vampola, qui rate sa passe pour sa part mais n'est pas loin du coup de glisser le palet sous le gardien. Petr Koukal, laissé seul devant la cage par la paire Korneev-Kulyash, prend le rebond et concrétise ce temps fort (1-2). Le temps mort tchèque paraissait avoir été pris à un curieux moment, mais son effet a été spectaculaire !

Hormis un tour de cage de Mozyakin, la Russie ne fait vraiment pas grand-chose pour égaliser en troisième période. Les Tchèques obtiennent une supériorité numérique à six minutes de la fin, puis restent installés même à cinq contre cinq, grâce à un bien meilleur travail dans les coins. Petr Vampola finit par dévier un tir de la bleue de Tomas Mojzis (1-3).

C'est un peu tard que les Russes réagissent, avec un lancer lointain dans le trafic de Denis Kulyash (2-3). Une altercation devant la cage, déclenchée par Afinogenov, leur permet de faire sortir un joueur de chaque côté et de reprendre le jeu à 5 contre 4 en faisant sortir leur gardien. Les Tchèques interceptent cependant le palet et Cervenka conclut en cage vide (2-4).

La Russie ne gagnera pas l'Euro Hockey Tour, qu'elle avait pourtant largement dominé depuis deux ans. Est-ce un signe avant-coureur de la fin de règne des doubles champions du monde ? Ils ont paru en deça physiquement : rechignaient-ils à s'engager pleinement ? Se réservaient-ils pour la suite ?

En tout cas, le couperet est tombé comme prévu. En attaque, les jeunes Lisin et Tarasenko, sans avoir démérité, sont sacrifiés en même temps qu'Oleg Saprykin. Celui qui avait participé aux deux buts de la finale 2009 ne défendra donc pas son titre ! Une saison à oublier de bout en bout pour lui. En défense, Kulyash paye ses multiples erreurs défensives pendant la préparation, et Evgeni Ryasensky apprend sa mise à l'écart... après avoir été élu meilleur arrière du tournoi !

Commentaires d'après-match

Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous sommes très heureux du résultat. C'est bien de battre les Russes, nous ne l'avions pas fait dans le temps réglementaire depuis deux ans. Mais c'est juste une préparation pour le championnat du monde, c'est là que se décidera le bilan de la saison. Ces gars travaillent avec beaucoup de combativité et d'engagement. Certains joueurs ne s'imaginaient pas aller au Mondial, et soudain, la porte s'est ouverte. Au total, j'ai compté 25 refus pour diverses raisons. En défense, nous ferons les choix définitifs jeudi. Mais en attaque, tout le monde sera du voyage. S'il y a un blessé, je vais devoir rappeler un de ceux que j'ai renvoyé précédemment à la maison, comme Gulasi, Kveton, Kurka ou Vondrka."

 

Russie - République Tchèque 2-4 (1-0, 0-2, 1-2)
Dimanche 2 mai 2010 à 12h00 au Globen de Stockholm. 3545 spectateurs.
Arbitrage de Patrik Sjöberg et Christer Lärking (SUE) assistés de Johannes Käck et Daniel Winge (SUE).
Pénalités : Russie 24' (2', 6', 6'+10') ; République Tchèque 10' (6', 0', 4').
Tirs : Russie 27 (10, 4, 13) ; République Tchèque 32 (8, 13, 11).
Évolution du score :
1-0 à 02'32" : Fedorov assisté de Ryasensky
1-1 à 21'57" : Novotny assisté de Kaspar
1-2 à 37'57" : Koukal assisté de Kvapil et Mojzis
1-3 à 56'49" : Vampola assisté de Ruzicka et Mojzis
2-3 à 57'33" : Kulyash assisté de Belov et Gorovikov
2-4 à 59'45" : Cervenka assisté de Rolinek (cage vide)


Russie

Gardien : Anton Khudobin [sorti de 59'08" à 59'45"].

Défenseurs : Nikolaï Belov (2') - Evgeny Ryasensky (2') ; Dmitri Kulikov - Vitali Atyushov ; Konstantin Korneev - Denis Kulyash ; Denis Denisov - Dmitri Kalinin (2').

Attaquants : Viktor Kozlov - Sergei Fedorov (2') - Nikolai Kulemin ; Maksim Sushinsky (2') - Konstantin Gorovikov - Sergei Mozyakin ; Evgeni Artyukhin - Aleksandr Svitov - Maksim Afinogenov (2'+10') ; Enver Lisin (2') - Artem Anisimov - Vladimir Tarasenko.

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G). En réserve : Aleksandr Eremenko (G), Oleg Saprykin.

République Tchèque

Gardien : Ondrej Pavelec.

Défenseurs : Petr Cáslava - Karel Rachunek ; Miroslav Blatak - Ondrej Nemec ; Michal Barinka - Petr Gregorek ; Angel Krstev - Tomas Mojzíš (2').

Absents : Jakub Klepis (2') - Roman Cervenka - Tomas Rolinek ; Petr Hubacek (2') - Jan Marek (2') - Jakub Voracek ; Jiri Novotný - Petr Vampola (2') - Lukas Kaspar ; Marek Kvapil - Petr Koukal - Martin Ruzicka.

Remplaçants : Tomas Vokoun (G). En réserve : Jakub Stepanek (G), Jakub Nakladal (poignet), Jan Kovar.