Slovaquie – Lettonie (match de préparation 1)

Il était moins deux !

De la dernière confrontation entre la Slovaquie et la Lettonie, en février dernier lors des Jeux de Vancouver, il ne reste plus grand monde dans les rangs de la Double-Croix. Seul le gardien Rastislav Sta?a était de la partie canadienne. Et encore ! Doublure de Jaroslav Halák, le portier du Severstal Cherepovets avait simplement suivi la rencontre depuis le banc. Autant dire que la sélection dirigée depuis peu par Glen Hanlon n’a plus grand-chose à voir avec l’épopée olympique, à l’inverse de leurs adversaires baltes, dont douze étaient déjà présents il y a deux mois.

Le vingtième duel entre les deux jeunes républiques, disputé à Skalica, ne pouvait donc respecter la logique du dernier match de la poule B où les Lettons avaient pris un sévère 0-6. Après leurs deux succès il y a une dizaine de jours contre la France (4-1 puis 2-0), les coéquipiers de Mikelis Redlihs ont remis le couvert jeudi dernier contre la Biélorussie (3-2), adversaires des Slovaques la semaine prochaine à Cologne. Une formation en confiance, donc, opposée à une sélection de Slovaquie toujours en quête de repères à moins de quatre jours de l’ouverture des Mondiaux.

GronSi certains légionnaires d’Outre-Atlantique vont bientôt alimenter l’équipe, Hanlon a déjà profité de la fin des Extraligas tchèque et slovaque pour enrôler cette semaine les néo-champions Rastislav Špirko (Pardubice), Stanislav Gron et Vladimír Dravecký (Košice), auxquels il faut ajouter le gardien malheureux de Slovan Bratislava, Branislav Konrád, choisi un peu contre toutes attentes aux dépens de Július Hudá?ek, héros de la finale slovaque. Špirko n’aura pourtant fait qu’une brève apparition sous le maillot bleu ; blessé au genou gauche dès les premières minutes du match, sa saison s’est prématurément arrêtée hier.

Les locaux ont beau débuter activement les débats, inquiétant rapidement Edgars Masalkis, leur avantage numérique est mort-né lorsque Gron file en prison vingt secondes à peine après Stals. On joue alors depuis moins de trois minutes. Il n’en fallait pas plus pour remettre en place les idées des Lettons qui figent l’assistance en ouvrant déjà le score. Martins Karsums contourne les cages de Sta?a puis tire ; le palet est détourné dans les buts par le patin de l‘infortuné Peter Frühauf qui marque ainsi dans le dos de son gardien (0-1, 3'13").

Les Slovaques tentent malgré tout de revenir à égalité mais connaissent de grande difficulté dans la finalisation de leurs actions offensives. Et lorsqu’ils parviennent à se mettre en position favorable de tir, Masalkis est toujours prompt à réagir. Alors qu’il bénéficie de deux nouveaux power-play avec les sorties de Saulietis puis Karsums, la bande à Richard Lintner galvaude l’occasion en construisant de vaines combinaisons. Si bien que les « Blancs et Grenats », qui se montrent sporadiquement dangereux en contre-attaque, retournent aux vestiaires avec un but d’avance.

Milan Bartovi? menace aussitôt revenu sur la glace le portier letton mais le tigre blanc de Liberec manque de précision dans sa frappe. À l’inverse des Baltes, moins dominateurs mais beaucoup plus inspirés en attaque. Andris Dzerins et Lauris Darzins partent ainsi à l‘assaut et se retrouvent à deux contre un ; au lieu de passer à son coéquipier démarqué, Dzerins choisit de tirer. Bien lui en a pris. Sta?a est de nouveau battu (0-2, 24'27"). Une demi-minute plus tard, c’est au tour de Sergejs Pecura de profiter d’une erreur de la défense locale et, malgré le retour de Tomáš Tatár, porte à trois buts l’avance des siens (0-3, 24'51"). Pas brillants mais opportunistes les Lettons !

Glen Hanlon utilise alors un temps mort pour remettre ses troupes dans le droit chemin. Le Canadien semble plutôt avoir réussi. De nouveau en supériorité, la Slovaquie sonne la charge par son capitaine Lintner qui glisse le palet entre les jambières de Masalkis moins de deux minutes après la réalisation balte (1-3, 26'36").  Tatár aurait pu lui aussi réduire le déficit des locaux à la demi-heure de jeu, tout comme Andrej Podkonický qui touche le poteau gauche à la 48e. Ce dernier aura l’occasion de se rattraper.

En début de troisième opus en effet, Bartovi? trouve son camarade de club d’une passe croisée et  Podkonický conclut l’action avec succès (2-3, 41'48"). Si les Lettons étaient parvenus jusqu’ici à faire bonne figure malgré une faible présence offensive, ils sont inexistants sur cette fin de match et se reposent uniquement sur les prestations de Masalkis. Le gardien réussit à stopper les frappes lointaines et se montre efficace en un contre un. Bartovi?, pourtant en position idéale, ne peut ainsi trouver que la poitrine du portier balte.

Les ouailles de Hanlon poursuivent leur siège et, après plusieurs essais infructueux, égalisent enfin par Marek Zagrapan (3-3, 54'00"). L’attaquant de 23 ans aurait même pu donner l’avantage à son équipe après que Masalkis ait repoussé avec chance sa frappe. C’est finalement Ivan Majeský qui soulage tout le monde en toute fin de rencontre. Le défenseur du club suédois de Skelleftea reçoit le palet de Gron et se lance dans un deux contre un avec Tomáš Bulík. A l’instar de Dzerins sur le deuxième but letton, il préfère y allait seul et conclut élégamment le travail (4-3, 57’33). Ouf ! La Slovaquie s’impose in extremis après avoir dominé la rencontre mais dû courir derrière le score pendant sa quasi-totalité. La troisième victoire en cinq piges pour le technicien Hanlon.

Commentaires d’après-match (source : www.szlh.sk)

Glen Hanlon (entraîneur de la Slovaquie) : "La victoire fait toujours plaisir. J’ai apprécié la ferme détermination du groupe qui a su retourner une situation difficile en leur faveur. Quand il y avait 0-3, j’ai dit aux gars qu’on l’on pouvait encore connaître le succès. Demain (lundi), on va un peu changer la composition de l’équipe, il y a de fortes chances pour que Kukumberg, ?iernik, Hamerlík voire Chovan viennent l’intégrer. On aura bientôt du renfort d’outre-Atlantique : Sekera va venir en Slovaquie, Svatoš et Budaj nous rejoindront directement en Allemagne."

Richard Lintner (défenseur et capitaine de la Slovaquie) : "On s‘est un peu compliqué la tâche dès le début ; il était clair qu’on a perdu le rythme des matches cette semaine. Je suis très admiratif du fait qu’à 0-3 on n’a pas lâché l’affaire, qu’on ne s’est pas mis à paniquer et que l’on a poursuivi tranquillement notre système de jeu. Cette victoire nous donne davantage de force psychologique."

 

Slovaquie – Lettonie : 4-3 (0-1, 1-2, 3-0)

Dimanche 2 mai 2010 à 17h00 à la Max Aréna de Skalica. 2540 spectateurs.
Arbitres : Vladimír Baluška et Daniel Konc assistés de Martin Horínek et Jozef Tvrdo? (tous SVK).
Pénalités : Slovaquie 12' (2', 4', 6'), Lettonie 14' (6', 6', 2')
Tirs : Slovaquie 29 (8, 10, 11), Lettonie 20 (7, 8, 5)

Évolution du score :

0-1 à 03'13" : Karsums 
0-2 à 24'27" : A. Dzerins assisté de Redhlis et Galvins
0-3 à 24'58" : Pecura
1-3 à 26'36" : Lintner assisté de Gra?ák et Pánik (sup. num.)
2-3 à 41'48" : Podkonický assisté de Bartovi? et Slovák
3-3 à 54'00" : Zagrapan assisté de Pánik et Gra?ák
4-3 à 57'33" : Majeský assisté de Gron

Slovaquie

Gardien : Rastislav Sta?a

Défenseurs : Ivan Majeský – Tomáš Starosta ;  Richard Lintner – Dominik Gra?ák ; Ivan Švarný – Peter Frühauf ; Tomáš Slovák – Vladimír Mihalik.

Attaquants : Milan Bartovi? – Andrej Podkonický – Miroslav Zálešák ; Richard Pánik – Marek Zagrapan – Rastislav Špirko [Marcel Haš?ák à 21‘] ; Marek Bartánus – Michal Macho – Stanislav Gron ; Tomáš Tatár – Tomáš Bulík – Vladimír Dravecký.

Remplaçant : Peter Hamerlík (G)

Lettonie

Gardien : Edgars Masalskis

Défenseurs : Arvids Rekis – Georgijs Pujacs ; Maris Jass – Guntis Galvins ; Kristaps Sotnieks – Janis Andersons ; Maksims Sirokovs – Oskars Cibulskis.

Attaquants : Martins Karsums – Janis Sprukts – Kaspars Daugavins ; Mikelis Redlihs – Andris Dzerins – Lauris Darzins ; Juris Stals – Sergejs Pecura – Gints Meija ; Kaspars Saulietis – Armands Berzins – Roberts Jekimovs.

Remplaçant : Martins Raitums (G)