Italie - Kazakhstan (match 2)

Dernière chance de se montrer pour les Italiens puisque les dernières coupures auront lieu après le match. Adam Russo, l'ex-Tourangeau, fait son entrée dans les cages italiennes.

Le Kazakhstan montre encore son indiscipline avec trois pénalités en quatre minutes et demie. Un point faible qui risque de coûter cher pour les Mondiaux, même si l'Italie en rodage ne sait pas en profiter, y compris pendant un passage à 5 contre 3. Au contraire, dès la première pénalité locale contre De Marchi, le Kazakhstan fait mouche avec un tir de Savchenko dévié involontairement par Trevor Johnson. Matt De Marchi cherche à se rattraper de sa faute par un parfait service pour Pat Iannone, seul au second poteau, qui se loupe complètement.

L'Italie part fort au deuxième tiers-temps avec une déviation à bout portant de Giulio Scandella. Mais peu à peu, elle subit de nouveau l'intensité adverse. La défense gère bien la situation, avec notamment un beau plongeon d'Armin Hofer qui sauve une contre-attaque de Solarev. Le gardien Adam Russo effectue de bons arrêts à mi-tiers, et il s'avère que la première réussite du Kazakhstan en jeu de puissance n'était pas vraiment le signe d'une excellence dans le domaine. C'est d'ailleurs l'Italie qui égalise en supériorité numérique, par son éternel capitaine Roland Ramoser : seul joueur à rivaliser dans les coins face aux grands gabarits adverses, il s'impose aussi dans le slot pour dévier un tir de Scandella.

En début de troisième période, le palet s'arrête sur la ligne de but après une occasion de Parco et Egger. Mais l'Italie n'arrive pas à faire la différence, pas même pendant une nouvelle double supériorité bêtement gâchée par une pénalité de Scandella. Cette incapacité à fructifier les powerplays a été la limite la plus évidente de l'équipe locale. Le coach Rick Cornacchia a essayé à plusieurs reprises de changer les joueurs en piste, mais aucun quintet n'a su garantir la vitesse nécessaire dans la circulation du palet pour démarquer un joueur en position de lancer.

Les décisions ont donc été prises pour la sélection mondiale. Egger, sorti du jeu commotionné, sera de la partie. La mise à l'écart de Gallace, arrière lent et auteur d'une mauvaise saison, prouve qu'une origine canadienne ne suffit pas à être sélectionné. Mais dans l'ensemble, outre Felicetti et le gardien Hell, ce sont les jeunes qui sont les principales victimes : Willeit, Pichler et les deux espoirs du pays Anton Bernard et Marco Insam. Encore une fois l'Italie se présentera avec une moyenne d'âge de trente ans.

Désignés joueurs du match : Adam Russo pour l'Italie et Aleksei Litvinenko pour le Kazakhstan.

 

Italie - Kazakhstan 1-1 (0-1, 1-0, 0-0)
Dimanche 2 mai 2010 à 18h00 au PalaOnda de Bolzano. 1100 spectateurs.
Arbitrage de Glauco Colcuc et Daniel Gamper (ITA) assisté de David Tschirner et Max Rebeschin.
Pénalités : Italia 16', Kazakhstan 26'.
Évolution du score :
0-1 à 11'33" : Savchenko assisté de Starchenko et Dudarev (sup. num.)
1-1 à 39'30" : Ramoser assisté de Scandella et De Marchi (sup. num.)


Italie

Gardien : Adam Russo.

Défensurs : Michele Strazzabosco - Nick Plastino ; Trevor Johnson - Armin Hofer ; Stefano Marchetti - Steven Gallace ; Matt De Marchi.

Attaquants : Mike Souza - Alexander Egger - Max Oberrauch ; Giorgio De Bettin - John Parco - Roland Ramoser (C) ; Patrick Iannone - Jonathan Pittis - Giulio Scandella ; Stefano Margoni - Manuel De Toni - Stefan Zisser ; Thomas Pichler.

Remplaçant : Thomas Tragust (G). En réserve : Daniel Bellissimo (G), Günther Hell (G), Armin Helfer, Christian Borgatello, Nicola Fontanive, Luca Ansoldi, Luca Felicetti, Marco Insam, Anton Bernard.

Kazakhstan

Gardien : Vitali Eremeïev.

Défenseurs : Maksim Semenov - Roman Savchenko ; Aleksei Litvinenko - Aleksei Vasilchenko ; Vladimir Antipin - Aleksei Koledaïev ; Evgeni Fadeev - Anton Kazantsev.

Attaquants : Dmitri Dudarev - Roman Starchenko - Konstantin Shafranov ; Vadim Krasnoslobotsev - Ilya Solarev - Evgeni Bumagin ; Talgat Zhailauov - Andrei Gavrilin - Aleksandr Koreshkov ; Evgeni Rymarev - Andrei Spiridonov - Aleksandr Shin ; Konstantin Savenkov.

Remplaçant : Aleksei Kuznetsov (G).