Suisse - Italie (Mondiaux 2010, groupe B, 2e journée)

20100510-Suisse-Italie-3261Impossible catenaccio

Le mandat de Sean Simpson aux commandes de la Nati a commencé idéalement par une victoire sur l'adversaire direct, la Lettonie. Il s'agit maintenant de surmonter le piège italien pour valider la présence au deuxième tour. Il faudra pour cela battre Daniel Bellissimo, logiquement titularisé à la place d'Adam Russo après sa bonne entrée avant-hier contre les Canadiens.

Comme à ce premier match, l'Italie commence par une erreur grossière d'un défenseur "oriundo". Au lieu d'écarter au loin après un rebond, Matt De Marchi porte le palet devant sa cage et se le fait voler par Damian Brunner, à qui il doit infliger un coup de crosse pour l'empêcher de tirer. L'entraîneur italien Rick Cornacchia hoche la tête de dépit face à cette pénalité stupide : il laissera à De Marchi quatre autres présences, mais le laissera sur le banc ensuite. Le jeu de puissance suisse cherche des passes mortelles au poteau opposé, mais Zisser et Strazzabosco lisent bien les actions adverses.

Les occasions sont toutes helvétiques, et fort nombreuses. Damien Brunner contourne le gardien mais tire sur le côté de la cage. Bellissimo pare du bouclier une tentative de Thomas Déruns dans l'enclave. Martin Plüss reçoit une longue passe et s'échappe en solitaire, mais le portier d'Asiago réussit un grand écart magnifique qui lui vaut les applaudissements mérités de toute la patinoire. Grâce aux exploits de son gardien, l'Italie tient donc un score vierge.

20100510-Suisse-Italie-3313Une obstruction de Damien Brunner lui confère donc une chance idéale de prendre l'avantage. Martin Gerber lâche un rebond sur un lancer de Borgatello, et dans la mêlée qui s'ensuit, Thomas Déruns enterre le palet. 1'41" à 5 contre 3 pour l'Italie !

La double supériorité numérique est proprement installée, et à deux reprises, Luca Ansoldi trouve une passe en retrait en direction de Roland Ramoser dans l'enclave. La première fois, le capitaine italien manque son tir, écrasé et écarté de la botte par Gerber. La seconde fois, Kévin Romy plonge héroïquement pour détourner la passe avant qu'elle ne parvienne à destination.

De retour à cinq contre cinq, la Suisse réussit à faire rentrer Steve Hirschi dans les filets italiens. Par contre, en ce qui concerne la petite rondelle de caoutchouc vulcanisé, il n'y a toujours pas moyen. Daniel Bellissimo termine le premier tiers-temps avec 18 arrêts.

Guère le temps de se reposer dans le vestiaire que le gardien italo-canadien doit de nouveau descendre à la mine face à Damien Brunner qui s'est infiltré jusque dans le slot, puis devant le capitaine Mathias Seger sur le rebond. L'assaut est repoussé, mais la vague suivante le submerge Bellissimo : Thibaut Monnet entre en zone côté droit et utilise le défenseur comme écran pour le battre à mi-distance, d'un tir croisé à mi-hauteur (1-0, 21'20").

20100510-Suisse-Italie-3306La Suisse continue son travail de sape pendant la deuxième période. Même un peu moins incisive maintenant qu'elle mène au score, elle continue de mettre de la pression dans les bandes, secteur où elle est clairement dominatrice.

L'Italie se met en grande difficulté au début du troisième tiers-temps. Helfer puis Egger ne sortent pas le palet de leur zone quand ils le peuvent, et la Suisse reste longtemps installée. La première ligne contrôle le jeu, et Damien Brunner prend le relais avec une excellente passe diagonale pour la reprise d'Ambühl. C'est toujours Bellissimo qui sert de dernier rempart, mais la muraille reçoit de plus en plus de boulets. Il perd deux fois sa crosse sur des slaps puissants. La forte pression rouge finit par envoyer Armin Helfer en prison, et Damien Brunner s'avance entre les cercles pour nettoyer la lucarne (2-0, 46'39").

La Suisse poursuit le siège de la zone offensive et un slap de Roman Josi heurte le dessus de la transversale (49'33"). L'Italie n'est jamais en position de revenir, sauf quand Lemm prend une pénalité de retard de jeu à trente-trois secondes de la fin. Cornacchia sort son gardien pour jouer à 6 contre 4, mais Martin Plüss intercepte le palet et file seul vers les filets déserts (3-0, 59'44").

Il aurait fallu que l'Italie transforme son 5 contre 3 pour avoir une chance dans ce match. À défaut, elle s'est contentée de résister le plus longtemps possible en s'arc-boutant sur son gardien Daniel Bellissimo. Elle a éprouvé beaucoup de difficultés à sortir de sa zone et sait que le maintien sera difficile puisque les États-Unis risquent de jouer la poule de relégation.

20100510-Suisse-Italie-3249Après deux rencontres de la Suisse à la sauce Simpson, on note déjà des changements. À l'époque de Ralph Krueger, il n'y avait jamais de première ligne qui se détachait, mais toujours des trios homogènes aux rôles similaires. Cette année, un premier trio intéressant se dégage, avec en son centre un Martin Plüss techniquement impeccable qui est revenu à son meilleur niveau. Il est parfaitement complété par Ivo Rüthemann, solide travailleur dans les bandes (duo en photo ci-contre). L'autre satisfaction vient de l'intégration réussie de la révélation offensive de Zoug, le numéro 96 Damien Brunner (grande photo ci-dessous), qui joue pleinement son rôle de poison sur une troisième ligne également dominante dans les duels. La seule déception vient du prodige Nino Niederreiter, qui semble encore un peu tendre en découvrant ce niveau senior.

La Suisse devient donc la première équipe qualifiée pour la suite des réjouissances... avant d'être rejointe quelques minutes plus tard par l'étonnant Danemark !

Désignés joueurs du match : Thibaut Monnet pour la Suisse et Daniel Bellissimo pour l'Italie.

Commentaires d'après-match

Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : "Nous savions que l'Italie serait très organisée. Même si on a souvent joué chez eux, ils étaient forts dans leur zone en un contre un et c'était difficile d'aller à la cage. Le Danemark vient de battre les États-Unis en prolongation, il faut avoir du respect pour tout le monde. [...] On joue peut-être un peu plus offensivement que sous Ralph Krüeger, avec plus de forechecking, mais ce n'est pas du hourra-hockey. On reste stable défensivement, on n'a pris qu'un but en deux rencontres."

Rick Cornacchia (entraîneur de l'Italie) : "Je dois féliciter la Suisse qui a très bien utilisé sa vitesse et nous a mis sous pression tout le temps. Malheureusement ce n'est pas du football, on ne peut pas jouer le nul..."

 

20100510-Suisse-Italie-3232

 

Suisse - Italie 3-0 (0-0, 1-0, 2-0)
Lundi 10 mai 2010 à 16h15 à la SAP Arena de Mannheim. 5971 spectateurs.
Arbitrage de Rafaïl Kadyrov (RUS) et Daniel Piechaczek (ALL) assistés de David Brown (USA) et Jussi Terho (FIN).
Pénalités : Suisse 10' (4', 2', 4'), Italie 10' (2', 4', 4').
Tirs : Suisse 52 (18, 19, 15), Italie 15 (7, 6, 2).
Évolution du score :
1-0 à 21'20" : Monnet assisté de Seger et Vauclair
2-0 à 46'39" : Brunner assisté de Savary et Déruns (sup. num.)
3-0 à 59'44" : Plüss (cage vide)


Suisse

Gardien : Martin Gerber.

Défenseurs : Julien Vauclair - Mathias Seger (C) ; Goran Bezina - Steve Hirschi ; Félicien du Bois - Roman Josi ; Timo Helbling.

Attaquants : Ivo Rüthemann (A) - Martin Plüss - Romano Lemm ; Nino Niederreiter - Paul Savary - Thomas Déruns ; Thibaut Monnet (A) - Andres Ambühl - Damien Brunner ; Paolo Duca - Kévin Romy - Marcel Jenni.

Remplaçant : Tobias Stephan (G). En réserve : Daniel Manzato (G).

Italie

Gardien : Daniel Bellissimo [sorti de sa cage de 59'27" à 59'44"].

Défensurs : Armin Helfer - Christian Borgatello (A) ; Michele Strazzabosco (A) - Nick Plastino ; Trevor Johnson - Matt De Marchi puis Armin Hofer à 10'.

Attaquants : Nicola Fontanive - Luca Ansoldi - Roland Ramoser (C) ; Patrick Iannone - Alexander Egger - Giulio Scandella ; Mike Souza - John Parco - Max Oberrauch ; Stefano Margoni - Manuel De Toni - Stefan Zisser.

Remplaçant : Adam Russo (G). En réserve : Thomas Tragust (G), Jonathan Pittis (blessé, décision au jour le jour).