Biélorussie - Slovaquie (Mondiaux 2010, Groupe A, 2e journée)

Des Slovaques renversants !

Andrei_STAS_Belarus_-_2009-7598« L’amitié devra être mise de côté pendant deux heures et demie. » Richard Lintner avait prévenu. Le défenseur du Dynamo Minsk avait beau jouer contre dix de ses coéquipiers, il ne fallait attendre de sa part aucun cadeau pour ses potes de la sélection biélorusse. Et le capitaine de la Slovaquie a tenu ses promesses ; très actif hier, il a été étroitement lié à deux buts des siens et est reparti de la Lanxess Arena avec une victoire dans la besace. Tout comme son sélectionneur, Glen Hanlon, l’ancien technicien de la Biélorussie et du club de la capitale. « Je n’aime pas battre des amis » confiait-il d’ailleurs à l’issue de la rencontre. N’allez cependant pas croire que le Canadien ait caché son plaisir au moment de filer aux vestiaires !

Car l’affaire était quand même bien mal embarquée. Non pas que les Slovaques n’avaient pas su se créer des occasions, au contraire ; Ivan ?iernik décalait devant les buts biélorusses pour Richard Pánik, démarqué, mais celui-ci ne parvenait pas à viser juste (2'39"). Mais leur manque de mordant dans les premières minutes allait rapidement leur coûter cher. Andrei Stas et Sergei Demagin lançaient ainsi la contre-attaque après avoir récupéré le palet en zone neutre sur une mauvaise passe d’Andrej Podkonický. Stas centrait pour Dmitri Meleshko qui ratait complètement son tir. Qu’à cela ne tienne, la rondelle ricochait sur le patin gauche de Dominik Gra?ák puis sur la jambière de Peter Budaj et Demagin n’avait plus qu’à la glisser au fond de la cage (1-0, 4'29").

Les ouailles d’Eduard Zankovets poursuivaient leur élan offensif. Dominik Gra?ák, auteur d’une surprenante bévue, donnait bêtement une balle de break aux Biélorusses (5'05") tandis que Demagin (6'34") puis Mikhail Stefanovich (7'46") ne concluaient avec succès de belles combinaisons. Stas - encore lui - voyait son slapshot repoussé par la défense blanche mais récupéré dans le coin droit par Aleksei Kaluyznhy qui, pratiquement perpendiculaire aux buts slovaques, trouvait de façon incroyable la voie des filets, le palet passant juste sous l’aisselle droite de Budaj, qui levait ici son bras à peine trop tard (2-0, 9'03"). Le portier de l'Avalanche du Colorado pouvait frapper la glace de dépit à l’aide de sa crosse et Glen Hanlon se gratter dubitativement le menton ; les Slovaques prouvaient encore leur penchant à se spécialiser dans les débuts de match catastrophiques !

Dès le deuxième acte, Hanlon se passait des services de Stanislav Gron, Roman Kukumberg et Miroslav Zálešák, son équipe évoluant désormais avec seulement dix attaquants. Ses décisions portaient rapidement ses fruits. Vladimír Dravecký puis Tomáš Bulík redonnaient un peu d’allant à leurs coéquipiers en inquiétant enfin Vasili Koval. Ainsi pressés, les « Rouges » commettaient des fautes et Aleksandr Ryadinski quittait la glace pour un séjour en prison. Le défenseur de Yunost Minsk n’allait pourtant pas y rester longtemps. Une demi-minute plus tard en effet, Lintner contournait les buts biélorusses vers la gauche et frappait. Koval s’interposait mais Ivan ?iernik était bien placé pour reprendre le rebond au second poteau et signait ainsi dans sa patinoire de club sa quinzième réalisation internationale (2-1, 22'42").

Vladimir_DENISOV_Belarus_-_2009-7549Les joueurs à la Double-Croix offraient un visage bien différent du premier tiers-temps. Ils étaient maintenant plus rapides, plus agiles, plus précis. Et ce qui devait arriver arriva. Richard Pánik passait le long des bancs des équipes à Milan Bartovi? qui filait dans l’axe et égalisait du revers de sa crosse (2-2, 30'07").

La moitié de la rencontre était encore à disputer et, même si les Biélorusses n’abdiquaient pas, les Slovaques maîtrisaient la partie. Un peu comme contre les Russes deux jours avant ou contre les Canadiens en demi-finales des Jeux Olympiques, il avait fallu connaître le pire pour voir le meilleur de la Slovaquie. La machine était désormais lancée. Attention toutefois à ne pas se laisser griser par un tonus offensif retrouvé ; Mikhail Grabovski et Kalyuzhny se sont montrés toujours prêts à profiter des rares relâchements de la défense slovaque.

L’équipe des Tatras bénéficiait d’un nouvel avantage numérique au tout début du dernier opus après une faute de Kalyuzhny sur Tatar (40'25") mais le galvaudait ; paradoxalement, la Biélorussie monopolisait les attaques via Stas, Demagin, Michalev, Meleshko ou encore Evgeni Kovyrshin ! Malheureusement pour les « Rouges », ils se retrouvaient de nouveau en infériorité dans la foulée du retour à cinq et, cette fois-ci, les Slovaques allait guère sous-exploiter le power-play ; Marek Zagrapan permettait à la Slovaquie de menait pour la première fois du match (2-3, 44'07"). Les Biélorussie s’énervaient alors. Cinq fautes au total viendront sanctionner leur indiscipline dans le troisième tiers-temps.

Tatar n’ajustait pas sa frappe alors qu’il était idéalement placé entre les deux cercles à dix minutes du gong puis, à plusieurs reprises, ?iernik n’arrivait pas à conclure les belles passes croisées de Marek Svatoš. En défense, les Bleus réduisaient parfaitement les espaces devant Budaj et la pression offensive biélorussie en supériorité à moins de quatre minutes du dénouement (faute de Bulík à 56'30") n’aboutissait sur aucune occasion concrète de but. La messe fut dite lorsque Pánik se défaisait de Denisov côté droit et, quasi allongé, passait à Bartovi? qui inscrivait son second but de la rencontre (59'06"). Les supporters slovaques parsemés dans la Lanxess Arena pouvaient exulter : leurs favoris, avec courage, ont mouillé le maillot pour se défaire d’une désagréable situation.

Evgeni Kovyrshin (Biélorussie) et Milan Bartovi? (Slovaquie) ont été élus hommes du match.

Commentaires d’après-match (source : www.szlh.sk)

Eduard Zankovets (sélectionneur de la Biélorussie) : « On a eu une parfaite entame de match, c’était exceptionnel pour nous. Cela a un peu déchanté dans le deuxième tiers où l’on a commis beaucoup de fautes et où on n’a pas su jouer activement. Notre adversaire est alors parvenu à égaliser. Dans les vingt dernières minutes, on a gâché nos chances de faire un meilleur résultat à cause d’une incroyable indiscipline. Nous devons désormais travailler sur le psychique du groupe. »

Glen Hanlon (sélectionneur de la Slovaquie) : « Je retiens surtout la performance de toute l’équipe. Nous avons au demeurant réalisé un match relativement bon. Peter Budaj a de nouveau bien gardé nos cages. Après le premier tiers, j’ai demandé aux joueurs de ruser comme sur la fin de rencontre contre les Russes et ils se sont battus. Il nous restait encore quarante minutes et nous croyions à notre système de jeu. Ce fut le meilleur match de la Slovaquie depuis que je la dirige. La Biélorussie a vraiment été un adversaire difficile. »

Peter Budaj (gardien de la Slovaquie) : « Le premier but biélorusse a été un peu chanceux, mais bon, il compte quand même. Le second, en revanche, je peux l’arrêter. Je suis ensuite revenu dans le match, j’ai fait quelques très bonnes sorties et je me suis alors senti à mon aise. Les gars m’ont parfaitement aidé dans la tâche en défendant admirablement ; ils n’ont donné aucune chance à l’adversaire. L’équipe a montré un grand cœur. La Biélorussie a plein de joueurs talentueux qui ont su se créer des occasions et les utiliser avec succès. À partir du deuxième tiers-temps, on a mieux patiné qu’eux et on parvenus à récolter trois précieux points. »

 

Biélorussie – Slovaquie 2-4 (2-0, 0-2, 0-2)

Mardi 11 mai 2010 à 20h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 8862 spectateurs.
Arbitres : Christer Larking (SUE) et Chris Savage (CAN) assistés de Roger Arm (SUI) et Daniel Bechard (CAN).
Pénalités : Biélorussie 12' (0', 2', 10'), Slovaquie 8' (0', 4', 4')
Tirs : Biélorussie 27 (11, 10, 6), Slovaquie 24 (5, 11, 8)

Évolution du score :
1-0 à 04'29" : Demagin assisté de Stas et Meleshko
2-0 à 09'03" : Kaluyzhny assisté de Stas et Meleshko
2-1 à 22'42" : ?iernik assisté de Lintner (sup. num.)
2-2 à 30'07" : Bartovi? assisté de Pánik et Lintner
2-3 à 44'07" : Zagrapan assisté de Sekera (sup. num.)
2-4 à 59'06" : Bartovi? assisté de Pánik et Podkonický

 

Biélorussie

Gardien : Vitali Koval.

Défenseurs : Ruslan Salei (C) - Sergei Kolosov ; Nikolai Stasenko - Vladimir Denisov ; Aleksandr Ryadinski - Viktor Kostyuchenok ; Aleksandr Makritski.

Attaquants : Aleksei Ugarov - Aleksei Kaluyznhy (A) - Mikhaïl Grabovski – Dmitri Meleshko - Andrei Stas - Sergei Demagin ; Aleksandr Kulakov - Mikhaïl Stefanovich - Evgeni Kovyrshin ; Andrei Mikhalev - Yaroslav Chupris - Artyom Senkevich.

Remplaçants : Andrei Mezin (G), Kirill Gotovets. En réserve : Sergei Shabanov (G).

Slovaquie

Gardien : Peter Budaj.

Défenseurs : Ivan Majeský (A) - Andrej Sekera ; Dominik Gra?ák - Richard Lintner (C) ; Tomáš Starosta - Vladimír Mihálik.

Attaquants : Marek Zagrapan - Richard Pánik - Marek Svatoš ; Andrej Podkonický - Roman Kukumberg - Milan Bartovi? (A) ; Vladimír Dravecký - Tomáš Bulík - Tomáš Tatar ; Michal Macho - Miroslav Zálešák - Ivan ?iernik ; Stanislav Gron.

Remplaçant : Rastislav Sta?a (G).