Canada - Suisse (Mondiaux 2010, groupe B, 3e journée)

20100512-Canada-Suisse-5136Jour noir pour l'Amérique du nord

C'est le premier match à Mannheim qui se joue à guichets fermés. Maillots rouges à croix blanche et autres déguisements de vaches ne laissent aucun doute sur la nationalité majoritaire du public qui a envahi la patinoire. Après deux victoires initiales, l'équipe de Suisse du nouvel entraîneur Sean Simpson suscite un nouvel engouement, et les spectateurs rêvent d'un exploit contre le Canada, auteur d'une démonstration de jeu de puissance avant-hier face aux Lettons.

Simpson a modifié ses blocs. Déruns prend la place de Lemm aux côtés du duo Plüss-Rüthemann dont on avait souligné l'excellence au dernier match. Pour ce qui est du tout jeune Nino Niederreiter, dont on avait noté les limites à ce niveau, il est laissé sur le banc. Morris Trachsler fait son entrée dans l'alignement pour son premier match de championnat du monde. Son coéquipier à Genève-Servette, Tobias Stephan, est aligné dans les cages à la place de Gerber qui avait joué les deux premières rencontres.

L'annonce du nouveau capitaine canadien a recelé moins de surprise : c'est l'autre vétéran, Ray Whitney, qui a été choisi pour remplacer Ryan Smyth blessé. Si ce dernier tenait un rôle plus important dans les vestiaires que sur la glace, il n'en va pas de même pour Steven Stamkos, qui quitte la glace plié en deux et regagne brièvement les vestiaires (05'50"). Il s'agit du buteur numéro 1 de la NHL et du Canada, et le perdre également serait un gros coup dur.

20100512-Canada-Suisse-5114Les Suisses ont mis leur système en place et sont vigilants défensivement dans ce début de match. Après sept minutes de jeu, ils perdent toutefois un palet dans leur zone face à Steve Downie qui se présente seul face à Martin Gerber, étendu de tout son long pour faire barrage. Malgré cet arrêt miraculeux, cette action se paye quand même par une pénalité de Félicien Du Bois. En l'absence de Stamkos, la deuxième unité de powerplay canadienne entre en scène mais est imprécise dans le dernier geste : Downie ne convertit pas deux beaux services de Myers et de Duchene ; Russell trouve Bourque au poteau droit mais celui-ci vise les nuages.

Confortée par sa bonne résistance, la Suisse part à l'avant. Brent Burns se couche d'abord pour empêcher Romano Lemm de remettre le palet dans le slot. Les joueurs à croix rouge réussissent un peu plus tard à s'installer et ouvrent le score avec pas mal de chance : un slap raté de Thomas Déruns devient un lent palet à ras glace... qu'Ivo Rüthemann dévie au fond des filets (0-1, 11'47"). La même ligne remet ça sur sa présence suivante : Rüthemann, sur la ligne de fond, centre au bon moment pour Martin Plüss venu placer sa crosse devant la cage (0-2, 14'03"). Deux buts d'avance pour la Suisse contre le Canada !

20100512-Canada-Suisse-5109Le Canada ramène vite la SAP-Arena au calme. Matt Duchene, dos au but, envoie le palet du revers vers la cage, où John Tavares, oublié dans son dos par Bezina, fusille Gerber à bout portant (1-2, 14'29"). Les supporters canadiens isolés fêtent le but, radieux et un peu soulagés. Ils le sont aussi d'avoir vu Stamkos revenir avec un temps de jeu important, même s'il ne semble pas dans sa meilleure forme.

Le ciel va pourtant leur tomber sur la tête, et plus précisément sur la tête de Chris Mason. Andres Ambühl marque en effet un but de filou, depuis l'arrière de la cage, en faisant rebondir le palet derrière la jambe du gardien (1-3, 21'38"). Mason n'a plus qu'à se retourner, dépité, pour constater les dégâts pendant qu'Ambühl lève les bras - photo de droite.

Tavares part en prison dans la foulée, sans conséquence. Et juste avant la mi-match, lorsque Damien Brunner remet le palet en retrait pour Thibaut Monnet seul face à Mason, on est vraiment tout près d'un écart plus grand encore.

20100512-Canada-Suisse-5273Le Canada réplique cependant par une contre-attaque qui envoie Romy en prison (30'41"). La première unité de powerplay, au grand complet, découvre une boîte suisse plus agressive et plus difficile à bouger que son homologue balte. La meilleure occasion est même helvétique, en infériorité : le tir croisé de Thomas Déruns passe à quelques centimètres de la cage. Déruns se fait alors charger dans le coin, et se venge d'un méchant coup de crosse. Les arbitres laissent se développer un jeu rugueux, mais sanctionnent un peu plus tard une charge avec la crosse de Monnet (33'41") : les Canadiens tardent à s'installer en zone offensive, puis Seger et Duca bloquent toutes les positions de lancer. Leur travail accompli en infériorité, les Suisses se créent ensuite un 3 contre 1 : Brunner sert un palet en or à Ambühl... qui manque le cadre ! C'est la seconde "passe décisive" de Brunner qui est vendangée alors qu'elle aurait pu faire 1-4...

Les chants des supporters helvétiques montent très haut dans la patinoire pour fêter la performance grandiose de leur équipe. Rien ne peut déstabiliser ces joueurs à croix blanche de leur objectif, même pas la pénalité de Seger (38'27") : Helbling puis Vauclair écartent les palets chauds.

20100512-Canada-Suisse-5350Le Canada essaie de partir fort en troisième période, mais n'arrive pas à faire sortir la Suisse de ses gonds. En contre-attaque, Thomas Déruns s'avance côté droit, jusque dans le cercle, et son tir derrière le défenseur passe sous les jambières de Mason, coupable sur celui-ci (1-4, 45'29"). Privé pour de bon de Stamkos qui ne rentre plus en jeu, Craig MacTavish a perdu la clé du coffre-fort suisse.

On entre dans les dix dernières minutes et une ola fait le tour de la SAP-Arena. L'ambiance est aux réjouissances, mais elle redevient sérieuse qand Mathias Seger se fait pénaliser à sept minutes de la fin. Encore et toujours, les Suisses repoussent la plupart des tirs avant qu'ils parviennent à la cage. Seul Downie de la bleue trouve la botte de Tobias Stephan.

L'équipe canadienne, maladroite et perturbée, perd son hockey en cette fin de match. Le sens collectif, la précision technique, tout a disparu, comme englouti dans une crevasse au fond des Alpes suisses. Elle s'est heurtée à un match parfait des hommes de Sean Simpson.

On a vécu ce soir un condensé des grandes heures du hockey helvétique, de la précédente victoire sur le Canada à Turin pendant l'ère Krueger aux succès internationaux des ZSC Lions de Simpson. Les mêmes ingrédients étaient présents, une abnégation de tous les instants et un sacrifice total de tous les joueurs présents, quels que soient leurs temps de jeu ou leur réputation offensive ou défensive.

20100512-Canada-Suisse-5167La Nati forme une marée humaine autour du gardien Tobias Stephan, qui vit la plus grande victoire de sa vie. Il peut la partager avec tous ses coéquipiers, car s'il a arrêté 31 tirs, ses collègues en ont bloqué encore plus avant qu'ils n'arrivent à destination.

Les États-Unis sont en poule de maintien et le Canada est tombé de son piédestal face à une Suisse conquérante : la soirée est sombre pour l'Amérique du nord, trois mois seulement après la finale olympique entre ces deux pays. Bien sûr, il ne reste qu'un joueur dans chaque équipe qui a doublé JO et Mondiaux (Corey Perry et Jack Johnson, qui n'ont rien à se reprocher), mais si les Américains n'ont pas encore la densité suffisante, les Canadiens sont normalement capables de toujours aligner une équipe forte. Et puis l'excuse serait déplacée : la Suisse, dont la progression en profondeur est remarquable, n'a que sept joueurs en commun avec la formation qui a poussé le Canada aux tirs au but aux derniers JO, dont un seul défenseur (l'inoxydable Seger).

Comment expliquer alors les difficultés canadienne ? Les jeunes talents offensifs (Tavares et Duchene) sont au rendez-vous, mais le Canada ne semble pas avoir la ligne d'attaque "défensive" qui est souvent son atout dans la conquête du titre. Le trio Laich-Ott-Downie n'apporte rien offensivement, mais pas plus défensivement (-2 ce soir). Les petits coups de Downie ou de Kane n'ont intimidé personne, et Steve Downie a subi et non donné la plus belle mise en échec du match, pleine glace. Pour le deuxième tour, le Canada peut ajouter deux renforts, sûrement en attaque, où cela devient urgent avec la perte de Smyth et le doute sur Stamkos. Le génial junior Jordan Eberle est déjà sur place, mais un peu d'expérience ne ferait pas de mal. Et il y a toujours un poste libre dans les cages, où Chris Mason a été tout sauf transcendent.

20100512-Canada-Suisse-5320Désignés joueurs du match : Matt Duchene (en photo ci-contre face à Déruns) pour le Canada et Tobias Stephan pour la Suisse.

Commentaires d'après-match

Craig MacTavish (entraîneur du Canada) : "J'étais content de notre départ dans les dix premières minutes. C'était du travail accompli. Puis la Suisse nous a fait ce qu'elle avait dans les deux rencontres précédentes, elle a contrôlé le palet qui était dur à récupérer. On a une haute dose de respect pour l'équipe de Suisse qui a dominé ses deux précédents adversaires [Italie et Lettonie] avec près de cent tirs au total, et on s'attendait à ce niveau de jeu. [...] Stamkos finissait sa charge, Helbling s'est tourné sur lui et il a pris un coup de coude. Il va dormir avec, on va voir demain ce qu'il en est."

Chris Mason (gardien du Canada) : "Ce troisième but, je n'aurais jamais dû le prendre. À 1-2, ce ne serait plus le même match. Il faut leur donner crédit, ils nous ont bien pressés. C'est une dure défaite, mais le tournoi est encore long."

Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : "C'était un match rempli d'émotion pour moi. Je suis canadien, et je ne serais sans doute pas ici aujourd'hui si Hockey Canada ne m'avait pas donné ma chance sur la scène internationale. Nous avions les quatre buts en powerplay du Canada contre la Lettonie. Nous avons beaucoup pratiqué notre jeu en infériorité, qui a été très bon. Choisir le gardien n'était pas évident, mais Tobias Stephan a fait une grande saison, il a effectué un gros match et c'était le bon choix."

Félicien du Bois (défenseur de la Suisse) : "C'était une bonne prestation sur l'ensemble des soixante minutes. Tout le monde s'est jeté sur les shoots, ce sont des détails comme ça qui font la différence. On a un système de base solide en défense, mais on forechecke. On n'a pas joué différemment parce que c'était le Canada. Cette victoire démontre qu'on peut aller plus loin. Il faut bien gérer les deux jours de repos et ne pas décoller les pieds de la terre."

 

20100512-Canada-Suisse-5032

 

20100512-Canada-Suisse-5344Canada - Suisse 1-4 (1-2, 0-1, 0-1)
Mercredi 12 mai 2010 à 20h15 à la SAP Arena de Mannheim. 12500 spectateurs.
Arbitrage de Tom Laaksonen (FIN) et Thomas Sterns (USA) assistés d'Ivan Dedioulia (BLR) et Jussi Terho (FIN).
Pénalités : Canada 4' (0', 2', 2'), Suisse 10' (2', 6', 2').
Tirs : Canada 32 (14, 9, 9), Suisse 18 (6, 5, 7).
Évolution du score :
0-1 à 11'47" : Rüthemann assisté de Déruns et Plüss
0-2 à 14'03" : Plüss assisté de Déruns et Rüthemann
1-2 à 14'29" : Tavares assisté de Duchene et Whitney
1-3 à 21'38" : Ambühl assisté de Romy et Josi
1-4 à 45'29" : Déruns assisté de Plüss et Rüthemann


Canada

Gardien : Chris Mason.

Défenseurs : Kris Russell - Mark Giordano ; Marc Staal - Brent Burns ; Kyle Cumiskey - Tyler Myers ; François Beauchemin (A) - Michael Del Zotto.

Attaquants : René Bourque - Steven Stamkos [sorti à 40'] - Corey Perry (A) ; Ray Whitney (C) - Matt Duchene - John Tavares ; Brooks Laich - Steve Ott - Steve Downie ; Evander Kane - Rich Peverley.

Remplaçant : Chad Johnson (G). Absent : Ryan Smyth (C, fracture de la cheville gauche).

Suisse

Gardien : Tobias Stephan.

Défenseurs : Julien Vauclair - Mathias Seger (C) ; Félicien du Bois - Roman Josi ; Goran Bezina - Steve Hirschi ; Timo Helbling.

Attaquants : Ivo Rüthemann (A) - Martin Plüss - Thomas Déruns ; Thibaut Monnet (A) - Andres Ambühl - Damien Brunner ; Kévin Romy - Paul Savary - Romano Lemm ; Marcel Jenni - Morris Trachsler - Paolo Duca.

Remplaçants : Martin Gerber (G), Nino Niederreiter. En réserve : Daniel Manzato (G).