Demi-finales de conférence (NHL, match 7)

Résumés des matchs du 12/05 : Pittsburgh Penguins – Montréal Canadiens et Philadelphia Flyers - Boston Bruins

Si la conférence Ouest offre une finale au sommet entre le premier (San José) et le second (Chicago), la conférence Est continue de laisser la part belle aux outsiders. Ainsi, après l'élimination des trois champions de division au premier tour, le dernier favori en lice (Pittsburgh) a été éliminé par la huitième équipe de la conférence (Montréal) lors du septième match de la série. La finale de conférence verra donc une opposition entre le huitième de conférence et, soit le sixième (Boston), soit le septième (Philadelphie).


Pittsburgh Penguins – Canadiens de Montréal 2-5
Montréal remporte la série 4 matchs à 3

Qui aurait pu s’attendre à un scénario pareil ? Le champion en titre, Pittsburgh, a été laminé à domicile lors d’un septième match de série. Car, si la victoire de Montréal n’est pas extraordinairement étonnante au vu de la capacité du club à gagner des matchs même en étant outrageusement dominé, c’est la forme qui surprend. Certains observateurs s’attendaient à un match historique, un classique, mais ce fut loin d’être le cas et ce pour une raison simple : le naufrage de Marc-André Fleury. Le gardien québécois des Penguins a connu hier une soirée cauchemardesque, encaissant 4 buts sur 13 tirs. Cette contre-performance étonne de la part d’un gardien qui s’est toujours montré, dans sa jeune carrière, à la hauteur des septièmes matchs de série auxquels il a participé (on pense notamment aux séries de l’an passé face à Washington, ou à Detroit en finale).

En face, Halak continue d’aligner les performances extraordinaires avec 37 arrêts sur 39 tirs et, grâce à des arrêts décisifs face à Crosby et Malkin, il a assuré une victoire facile pour les Canadiens. Cette équipe de Montréal est portée par plusieurs joueurs qui réalisent des playoffs parfaits jusqu’à présent : Halak, Michael Cammalleri et Brian Gionta. Cammalleri et Gionta ont signé 6 des 11 derniers buts de leur équipe, dont le manque de profondeur offensive est bien connu (10e attaque des playoffs et 26e de la saison régulière). Le pourcentage de tirs de Cammalleri est de 25%, ce qui veut dire qu’il marque actuellement en moyenne un but tous les 4 tirs… Ce pourcentage est évidemment « insoutenable » (il devrait se situer aux alentours des 12 ou 15%) : Cammalleri a obtenu un pourcentage de 11,9% en saison régulière. La remarque est identique pour Halak, dont le pourcentage de 93,3% d’arrêts semble difficilement « soutenable ».

Le match aurait pu être historique si les Penguins étaient revenus au score, mais cela était trop difficile même si l’on a pu penser qu’ils en étaient capables. La machine se grippe dès le début du match : après à peine dix secondes de jeu, Sidney Crosby écope d’une pénalité pour charge contre la bande et, sur la supériorité numérique, Gionta redirige une passe de Subban devant les buts pour tromper Fleury malgré l’angle fermé par le gardien (0-1, 0’32). Montréal prend un avantage plus conséquent grâce à un tir lointain de Moore qui surprend Fleury (0-2, 14’23).

Pittsburgh semble alors avoir touché le fond. Las, le début de deuxième période sera encore plus mauvais : sur un palet récupéré dans le zone des Penguins, Spacek combine avec Plekanec puis Cammalleri en triangle et ce dernier décoche une reprise qui trompe Fleury (0-3, 23’32). Les Canadiens récoltent ensuite une pénalité mais, sur une contre-attaque, Moen parvient à faire un petit pont à Gonchar (qui oppose peu de résistance) et son tir trompe le gardien des Penguins (0-4, 25’32). Après ce but plutôt faible, Fleury est remplacé par Brent Johnson.

Menés 4 à 0, les Penguins n’ont plus d’autre choix que de faire le siège du but d’Halak pour espérer l’emporter. Cela semble porter ses fruits quand Kunitz profite d’un palet qui rebondit sur le patin d’un arbitre (suite à un rebond de Halak) pour réduire le score (1-4, 28’36). Pittsburgh parvient même à revenir à deux buts d’écart quand un tir lointain de Ponikarovsky est dévié par Staal devant Halak (2-4, 36’30). Le public reprend espoir : marquer deux buts lors de la dernière période semble de l’ordre du possible. Mais, face aux Penguins, il y a Halak et le gardien slovaque va fermer la porte lors de cette troisième période, réalisant 18 arrêts. Ce sont même les Canadiens qui vont marquer le dernier but du match, grâce une nouvelle fois à Gionta.

12_05_1
Sidney Crosby, qui manque une opportunité de marquer face à Jaroslav Halak – Photo : Getty Images

Tirs cadrés : Pittsburgh 39 (8, 13, 18), Montréal 20 (10, 7, 3)

Évolution du score :
0-1 à 0’32 : B. Gionta (assistances : P.K. Subban et S. Gomez) en sup. numérique
0-2 à 14’23 : D. Moore (R. Hamrlik)
0-3 à 23’32 : M. Cammalleri (T. Plekanec et J. Spacek)
0-4 à 25’14 : T. Moen en inf. numérique
1-4 à 28’36 : C. Kunitz (K. Letang et P. Dupuis)
2-4 à 36’30 : J. Staal (A. Ponikarovsky et A. Goligoski)
2-5 à 50’00 : B. Gionta (M. Cammalleri et S. Gomez) en sup. numérique


Pittsburgh Penguins

Gardien : Marc-André Fleury puis Brent Johnson à 25'14".

Défenseurs : Sergei Gonchar (A) - Brooks Orpik ; Kris Letang – Mark Eaton ; Alex Goligoski – Jordan Leopold

Attaquants : Chris Kunitz – Sidney Crosby (C) – Pascal Dupuis ; Alexei Ponikarovsky – Evgeni Malkin (A) – Bill Guerin ; Matt Cooke – Jordan Staal – Tyler Kennedy ; Mike Rupp – Maxime Talbot – Craig Adams

En réserve : Chris Conner, Eric Godard, Ben Lovejoy, Nick Johnson, Mark Letestu, Ruslan Fedotenko, Jay McKee et Deryk Engelland.

Montréal Canadiens

Gardien : Jaroslav Halak.

Défenseurs : Josh Gorges – Hal Gill (A) ; Roman Hamrlik – Jaroslav Spacek ; Marc-André Bergeron – P.K. Subban.

Attaquants : Michael Cammalleri - Tomas Plekanec - Andrei Kostitsyn ; Travis Moen - Scott Gomez (A) - Brian Gionta (A) ; Tom Pyatt - Dominic Moore - Maxim Lapierre ; Benoit Pouliot - Glen Metropolit - Mathieu Darche.

Remplaçant : Carey Price (G).
En réserve : Ben Maxwell, Ryan O’Byrne et Sergei Kostitsyn.
Blessés : Andrei Markov (genou) et Paul Mara (épaule).


3 étoiles du match : Jaroslav Halak (Montréal), Brian Gionta (Montréal) et Michael Cammalleri (Montréal)



Philadelphia Flyers – Boston Bruins : 2-1
Série à égalité 3 matchs partout

Plus qu’une victoire : il ne manque qu’une victoire aux les Flyers de Philadelphie pour devenir la troisième équipe de l’histoire à remonter un déficit de 3 matchs à 0 pour remporter une série. Cela n’est plus arrivé depuis 1975, avec les Islanders de New York. Coïncidence : 1975, c’est aussi l’année de la dernière coupe Stanley en date de Philadelphie, sans doute un bon présage pour les Flyers de 2010. Ils peuvent compter sur le retour de Michael Leighton qui, bien qu’il n’ait pas joué depuis un mois du fait d’une blessure, a réussi une belle performance (30 arrêts sur 31 tirs). Son homologue Tuukka Rask est lui aussi auteur d’un bon match (25 arrêts sur 27 tirs) même si cela ne suffit pas pour que son équipe l'emporte.

Le match démarre bien pour les locaux, qui sont les premiers à être dangereux : Richards ouvre le score en profitant d’une bousculade devant Rask et marquant dans le but vide (1-0, 6’58). Boston tente d’égaliser : Whitfield profite d’une mauvaise passe lors d’une supériorité numérique des Flyers pour se présenter seul face à Leighton mais il perd son duel (11’14). La deuxième période est très disputée (13 tirs cadrés pour Philadelphie et 12 pour Boston) mais les gardiens dominent pour préserver le score, jusqu’à ce que Brière, sur une supériorité numérique, trouve la lucarne gauche de Rask sur un tir du poignet (2-0, 36’20).

En troisième période, Philadelphie a l’occasion de prendre trois buts d’avance sur un tir de pénalité de Ville Leino, mais Rask se saisit parfaitement du palet avec sa mitaine (52’39, voir photo ci-dessous). Cet arrêt ne sera pas vain puisque Boston finit par revenir à un but de Philadelphia quand Lucic reprend un rebond laissé par Leighton devant son but (2-1, 59’00). La dernière minute est difficile mais les Flyers tiennent leur résultat. Ils prolongent donc leur série à un septième match, qui sera joué à Boston vendredi.

12_05_2
Tuukka Rask arrête le tir de pénalité de Ville Leino – Photo : Getty Images

Tirs cadrés : Philadelphie 27 (8, 13, 6), Boston 31 (9, 12, 10)

Evolution du score :
1-0 à 6’58 : M. Richards (assistances : S. Gagné et D. Carcillo)
2-0 à 36’20 : D. Brière (M. Richards et C. Giroux) en sup. numérique
2-1 à 59’00 : M. Lucic (D. Wideman et Z. Chara)


Philadelphia Flyers

Gardien : Michael Leighton

Défenseurs : Matt Carle – Chris Pronger ; Kimmo Timonen (A) – Braydon Coburn ; Ryan Parent – Lukas Krajicek

Attaquants : Simon Gagné (A) – Mike Richards (C) – Dan Carcillo ; Scott Hartnell – Daniel Brière – Ville Leino ; James Van Riemsdyk – Claude Giroux – Arron Asham ; Andreas Nodl - Blair Betts – Darroll Powe

Remplaçant : Johan Backlund (G)
Absents : Oskars Bartulis, Mika Pyorala, Danny Syvret, David Laliberté, Jared Ross, John Kalinski et Riley Cote
Blessés : Jeff Carter (jambe cassée), Ian Laperrière, Brian Boucher (genoux) et Ray Emery (genou)

Boston Bruins

Gardien : Tuukka Rask

Défenseurs : Zdeno Chara (C) – Johnny Boychuk ; Dennis Wideman – Matt Hunwick ; Andrew Ference – Mark Stuart

Attaquants : Daniel Paille - Patrice Bergeron (A) - Mark Recchi (A) ; Milan Lucic - Marc Savard - Miroslav Satan ; Blake Wheeler – Vladimir Sobotka - Michael Ryder ; Steve Begin - Trent Whitfield - Shawn Thornton

Remplaçant : Tim Thomas (G)
Absent : Brad Marchant
Blessés : Dennis Seidenberg (avant-bras), Adam McQuaid (jambe), David Krejci (poignet) et Marco Sturm (genou)


3 étoiles du match : Mike Richards (Philadelphia), Michael Leighton (Philadelphia) et Daniel Brière (Philadelphia)