Finlande - États-Unis (Mondiaux 2010, groupe D, 3e journée)

Le choc... du maintien

JOHNSON_Jack-2009-7802Si l'on pensait bien au début de ces championnats du monde que ce duel entre Américains et Finlandais serait décisif, on ne peut que s'étonner en constatant qu'il opposera deux équipes qui veulent éviter la poule de relégation ! En effet, l'équation de ce soir est très simple. Le vainqueur gagne le droit de continuer son chemin tandis que le vaincu sera plongé dans les affres de la lutte pour le maintien !

L'entame de match est bien sûr tendue vu l'enjeu et il faut attendre une petite minute trente pour voir une première éclaircie, venue de Finlande, mais Clemmensen use bien de ses jambières pour repousser la tentative à mi-distance de Pihlström puis le rebond de Tommi Santala. Alors que les Finlandais sont les plus prompts à trouver des positions de tirs, ce sont les Américains, en contre et avec un peu de chance, qui ouvrent la marque. Jack Johnson, à la neutre côté droit, envoie le long de la bande à Kreider qui, sur un pas, passe à David Moss lancé. Celui-ci s'avance et veut décaler Ryan Potulny au second poteau, mais c'est la crosse de Topi Jaakola, qui s'était jeté pour couper la passe, qui dévie le palet et le fait passer derrière Petri Vehanen (0-1, 3'30").

Dans le jeu offensif, les deux équipes s'appuient sur des méthodes bien différentes. Les Finlandais varient les sorties de zone, prennent le temps de s'installer dans la zone offensive, mais leurs nombreux lancers ne trompent pas Clemmensen et les avants manquent de puissance physique pour être bien placés aux rebonds. De l'autre côté, les Américains usent et abusent des contres individuels. Et comme leurs lancers de loin ne trouvent que rarement le cadre, ils tentent d'envoyer au fond mais sont bien reçus par les charges adverses. Car s'il y a bien un point où les deux équipes se retrouvent, c'est bien celui-là : une fois en défense, les mises en échec sont solides et le physique prend le dessus.

Finalement, la plus dangereuse action finlandaise a lieu à six minutes du terme de la période. Profitant d'une passe en retrait ratée, Juhamatti Aaltonen déborde sur la droite et centre pour son capitaine Sami Kapanen dont la reprise est encore repoussée par la jambière de Clemmensen. Les Lions sont pour une fois les plus prompts au rebond et Kapanen rend la politesse à Aaltonen dont la tentative de trouver la lucarne opposée est compromise par la mitaine du portier américain.

Plus la fin du tiers approche et plus les hommes de Scott Gordon se rendent maîtres du palet. Ils finissent par s'installer durablement dans la zone adverse et, s'il ne trouve pas de solution de tir vraiment intéressante, ils finissent par provoquer une faute de Jaakola qui, après son but contre son camp, redonne des sueurs froides à sa nation. Mais hormis un premier tir dès la mise en jeu, les Américains ne parviendront jamais à être dangereux, accumulant les passes ratées...

ImmonenJarkkoDès l'entame de la deuxième période, les Finlandais montrent leurs intentions par deux lourds lancers de la bleue signés de la paire Niskala/Vatanen… Mais, une fois de plus, Clemmensen veille. Puis ce sont les Américains qui sont à leur tour pénalisés lorsque Christian Hanson produit une charge avec la crosse bien inutile dans le dos d'Aaltonen... Deux minutes pour que les Finlandais essayent d'éviter l'humiliant tour de relégation. Malheureusement, les Lions sont catastrophiques dans ce domaine de jeu, avec un zéro pointé, et ils font une nouvelle fois la preuve de leur incapacité à concrétiser l'avantage numérique.

Finalement, c'est "à l'américaine", en contre, que'ils vont trouver le chemin des filets. Alors que les joueurs à l'étoile (bien pâle en ces temps-ci d'ailleurs) multiplient les tentatives d'envoyer au fond, Puistola récupère, passe à Immonen qui donne à Leo Komarov lancé à la neutre. Sitôt la bleue franchie, il envoie un missile à mi-hauteur que la mitaine de Clemmensen ne peut capter (1-1, 35'52"). Finalement, le pressing finlandais porte ses fruits en cette fin de période puisqu'il aboutira à un cinglage de Hillen. Cette pénalité trouvera sa conséquence dans l'ultime période.

En effet, il ne faut pas attendre longtemps pour voir les Scandinaves briser le mauvais sort qui les empêchait de marquer en power-play. Dès la mise en jeu gagnée, Mikko Mäenpää envoie au fond. Les Lions sont les premiers sur la rondelle, font circuler, le puck arrive à la bleue à Petteri Nummelin qui décale Mäenpää qui remet aussi à ce même Nummelin désormais dans l'axe. Le shoot puissant du défenseur de Lugano, dévié par Jarkko Immonen dans le slot, troue Clemmensen et donne l'avantage à son équipe (2-1, 40'18").

OKPOSO_Kyle-USA-7910Mais les Nordiques ne changent pas de régime, et si les Américains s'enhardissent, sentant la poule de relégation s'approcher, les Finlandais se font un plaisir de les prendre désormais en contre. C'est sur l'un deux que le match bascule un peu plus du côté de l'équipe de Jukka Jalonen. C'est une nouvelle fois Nummelin qui fait office de maître à jouer en se débarrassant de trois adversaires dans la neutre pour servir côté opposé Sami Kapanen dont le lancer trouve la lucarne opposée (3-1, 57'58"). Avec deux buts d'avance, les Finlandais font un pas de plus vers la seconde phase d'autant plus que, lorsque le coach américain tente son va-tout en sortant son gardien, il voit son équipe se faire pénaliser vingt secondes plus tard pour un cinglage du remuant TJ Galiardi sur Lasse Kukkonen. De difficile, la tâche apparaît désormais impossible pour les joueurs de la bannière étoilée.

Pourtant, alors que les Finlandais font tourner le palet dans la zone adverse, Yandle finit par intercepter le palet pour lancer TJ Oshie, seul à la lutte avec Puistola. Oshie, avec son physique d'étudiant américain mal dégrossi, se sert de son poids pour éloigner le dernier défenseur, se retourner et propulser le palet hors de portée du gardien adverse (3-2, 59'43"). Il reste dix-sept secondes à jouer, il n'y a plus le choix pour les Américains. Le jeu reprend au centre de la glace avec une cage vide. Les Américains gagnent la mise en jeu, Oshie tente de déborder côté droit mais le palet est renvoyé au-dessus du plexi par un défenseur finlandais. Les bleus réclament un retard de jeu mais l'arbitre ne bronche pas.

Plus que dix secondes ; Dubinsky remporte la mise en jeu ; Kyle Okposo récupère le puck mais confond vitesse et précipitation en tentant un tir dans un angle impossible... La rondelle est repoussée, se colle contre la bande et c'est comme ça que l'équipe finaliste des Jeux Olympiques se retrouvent contrainte de jouer la poule de relégation pour espérer conserver sa place dans l'élite mondiale ! Même si l'équipe présente ici n'a rien à voir avec celle qui a évolué avec brio sur les glaces de Vancouver, c'est un sacré camouflet pour cette grande nation du hockey mondial.

Commentaires d'après-match

Scott Gordon (entraîneur des États-Unis) : "J'ai apprécié notre effort. Nous avons travaillé dur. Cela a été un challenge pour nous de marquer et ça a encore été le cas ce soir. Il faut reconnaître les mérites de la Finlande, elle a bloqué beaucoup de tirs et nous a rendu l'acès à la cage difficile."

Jack Johnson (capitaine des États-Unis) : "C'est dur à avaler. Je souhaiterais avoir une explication à ce qui s'est passé, mais je n'en ai pas. Je ne pense pas avoir jamais joué dans une poule de relégation. Ce qui est fait est fait et nous devons maintenant gagner nos trois dernières rencontres pour que l'équipe puisse jouer en groupe A l'an prochain."

 

Finlande – États-Unis 3-2 (0-1, 1-0, 2-1)
Mercredi 12 mai 2010 à 20h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 17633 spectateurs.
Arbitrage de Milan Minar et Vladimir Sindler (TCH) assistés de Frantisek Kalivoda (TCH) et Peter Sabelström (SUE).
Pénalités : Finlande 2' (2', 0', 0') ; États-Unis 6' (0', 4', 2').
Tirs : Finlande 43 (14, 17, 12) ; États-Unis 22 (8, 6, 8).
Évolution du score :
0-1 à 03'30" : Moss assisté de Kreider et Johnson
1-1 à 35'52" : Komarov assisté de Puistola et Immonen
2-1 à 40'18" : Immonen assisté de Nummelin et Mäenpää (sup. num.)
3-1 à 57'58" : Kapanen assisté de Nummelin et Aaltonen
3-2 à 59'43" : Oshie assisté de Yandle (inf. num.)


Finlande
 
Gardien : Petri Vehanen.
 
Défenseurs : Petteri Nummelin (A) – Pasi Puistola ; Janne Niskala – Sami Vatanen ; Mikko Mäenpää – Lasse Kukkonen (A) ; Topi Jaakola.
 
Attaquants : Jussi Jokinen – Jarkko Immonen – Antti Miettinen ; Sami Kapanen (C) – Petri Kontiola – Juhamatti Aaltonen ; Antti Pihlström – Tommi Santala – Lauri Korpikoski ; Leo Komarov – Juha-Pekka Hytönen – Jori Lehtarä.
 
Remplaçant : Pekka Rinne (G). Absent : Iiro Tarkki (G).

États-Unis
 
Gardien : Scott Clemmensen [sorti de 58'20" à 58'42" puis à 59'43" à 60'00"].
 
Défenseurs : Jack Johnson (C) – Keith Yandle ; Andy Greene – Matt Greene (A) ; Mike Lundin – Jack Hillen ; Matt Gilroy – Taylor Chorney.
 
Attaquants : TJ Galiardi – Ryan Potulny – David Moss ; TJ Oshie – Brandon Dubinsky – Kyle Okposo (A) ; Nick Foligno – Christian Hanson – Ryan Carter ; Eric Nystrom – Tim Kennedy – Chris Kreider.
 
Remplaçant : Ben Bishop (G).