Suède - République Tchèque (Mondiaux 2010, groupe C, 3e journée)

On a retrouvé les Tchèques !

20100513-Republique_Tcheque-Suede-5868Les Tchèques avaient été portés disparus dans ce championnat du monde, sur la glace comme autour. C'est devant des tribunes vides que les hommes de Ruzicka ont affronté la France et la Norvège. Pour le public tchèque, ces deux rencontres devaient être de simples hors-d'oeuvre qui ne comptaient pas.

Le problème est que leur équipe a avalé de travers le saumon norvégien et qu'elle risque de commencer la deuxième phase avec zéro point si elle perd encore ce soir. Vu les performances suisses et l'esprit de revanche canadien, elle serait alors en très grand danger de rater les quarts de finale pour la première fois de son histoire.

Mais aujourd'hui, tout est différent. À la faveur du jour férié (l'Ascension), les Tchèques sont venus par milliers et ils remplissent à eux seuls la moitié de la SAP-Arena, à guichets fermés comme hier soir. Les pauvres supporters suédois sont perdus comme des pissenlits au milieu d'une pelouse peinte de rouge et de blanc. Si vous n'avez jamais vu de pissenlits dans une prairie rouge et blanche, c'est que vous n'avez pas le sens de la métaphore... ou que c'est moi qui ne l'ai pas. Des vikings perdus sur une immense banquise maculée de sang, vous préférez ? Oui ? Euh, lâchez cette hache et avalez votre bave, vous me faites peur...

20100513-Republique_Tcheque-Suede-6132Pour effacer ce début de Mondial qui n'a pas existé, Viadimir Ruzicka a changé ses lignes : Jakub Klepis monte sur le premier trio de Jagr, son coéquipier à l'Avangard Omsk (Klepis va cependant quitter la Sibérie cet été). Tomas Rolinek glisse sur le deuxième trio et Petr Hubacek est renvoyé en quatrième ligne. Les paires défensives ont aussi été modifiées.

La Suède, pour sa part, a perdu son buteur Mattias Weinhandl : victime d'une commotion cérébrale il y a six semaines en KHL, l'auteur du hat-trick contre la France s'est plaint de maux de tête et a été renvoyé chez lui. Fredrik Pettersson, buteur efficace cette saison avec Frölunda, a été inscrit dans l'équipe, sans prétendre le remplacer.

Les Tchèques ne sont pas seulement nombreux dans les tribunes, ils sont aussi bruyants. Ce sont des milliers de voix qui crient "Cesky" et poussent derrière leur équipe. Des milliers de voix qui atteignent la glace et qui tétanisent peut-être les Suédois : alors que Jagr est parti en prison après vingt secondes de jeu, le jeu de puissance scandinave vire à la débandade. D'abord, semble-t-il en voulant éviter un hors-jeu, Jimmie Ericsson (dont le frère Jonathan vient d'intégrer la défense) se blesse au genou dans une collision avec son coéquipier Marcus Nilson. Puis, sur l'action suivante, Erik Karlsson se fait voler le palet en plein centre de la glace par Tomas Rolinek. Le capitaine tchèque s'envole en infériorité numérique vers Vokoun et le feinte pour glisser le palet au ras du poteau droit (0-1, 00'54").

20100513-Republique_Tcheque-Suede-6072À la dixième minute, c'est au tour de Carl Gunnarsson - relégué septième défenseur ce soir - de donner un palet dans sa zone défensive. Son coéquipier à Toronto, Jonas Gustavsson, sauve encore les meubles dans un drakkar viking en perdition.

Mais les meubles flottent-ils ? On se pose la question quand Nylander et Engqvist sont pénalisés à vingt-sept secondes d'intervalle. Les Tchèques jouent à 5 contre 3, mais ne trouvent qu'une position de tir, quand Jagr trouve Cervenka au milieu du triangle. Son tir échoue dans la botte gauche de Gustavsson. Et quand Michael Nylander sort de prison, il part en breakaway et voit Vokoun refermer l'espace entre ses jambes.

Cette double infériorité tuée peut-elle relancer Tre Kronor en perdition ? Pas tout de suite : Rolinek, servi de derrière la cage par Marek, voit son tir repoussé miraculeusement par le haut de la jambière gauche de Gustavsson. Dans une phase à quatre contre quatre, les Tchèques partent à 3 contre 2 et le lancer de Marek du haut de l'enclave est capté du gant par un "Monstret" enfin fidèle à sa réputation ce soir. Il est surtout "monstrueusement" sollicité comme rarement un de ses compatriotes l'aura été : 18 tirs en un tiers-temps ! A-t-on déjà vu une équipe suédoise prendre l'eau à ce point ?

20100513-Republique_Tcheque-Suede-6170La réaction scandinave est attendue au deuxième tiers-temps. Après deux minutes fortes, elle se clme rapidement. Et puis Rickard Wallin entre en zone et fait une passe-abandon pour Magnus Pääjärvi-Svensson dont le tir est bloqué par Tomas Vokoun... ou pas. Le palet lui passe sous le bras et glisse tout doucement derrière la ligne de but malgré le plongeon désespéré d'un défenseur. Le gardien des Florida Panthers tourne la tête trop tard (1-1, 24'03").

Cette égalisation peut-elle faire douter les Tchèques ? Jiri Novotny se fait sanctionner en contre-attaque pour une obstruction sur le gardien. On assiste à une infériorité numérique "aux trois quarts réussie" : Hubacek, Voracek et Rachunek sont très agressifs dans les coins et harcèlent les Suédois, alors que le quatrième homme (Gregorek) reste passif quand le palet arrive devant la cage. Toujours est-il que la pénalité est tuée, et qu'à sa sortie de prison, Novotny reçoit une relance de Vokoun et part à 2 contre 1 dans le dos de Karlsson. Il sert son collègue Hubacek qui marque en lucarne (1-2, 29'18"). En plus de cette mention d'assistance, le gardien tchèque rattrape largement son but encaissé. Dans cette deuxième période, ce sera à son tour de faire face à 18 tirs !

20100513-Republique_Tcheque-Suede-5817Les supporters tchèques lancent une ola. Ils applaudissent bien fort quand Vokoun se met en grand écart sur une passe au second poteau du capitaine suédois Magnus Johansson... et quand ce même Johansson est pénalisé sur la contre-attaque. Puis ils huent de tous leurs poumons le méchant adversaire qui a laissé Cervenka étendu sur la glace. Comme les Tchèques ont déjà "fait le mort" deux fois en première période, et que le meilleur marqueur d'Extraliga se relève lui aussi frais comme un pinson (pardon, comme un gardon éventré servi avec un bol de sang frais, promis, j'arrête les petites fleurs et les petits oiseaux...), les arbitres ne se laissent plus avoir. Pas de 5 contre 3, et pas de danger à 5 contre 4.

Urmel, l'agile mascotte du Mondial dont on se demande comment elle fait pour ne jamais tomber à forcer de bondir de siège en siège et de sauter par-dessus les barrières avec son costume, se repose pour sa part en s'asseyant sur une des surfaceuses à la pause, d'où il envoie des T-shirts propulsés dans la foule avec de l'air comprimé. Il a même la présence d'esprit de baisser sa grosse tête quand la surfaceuse rentre dans son souterrain : ce n'est toujours pas aujourd'hui qu'il se blessera...

20100513-Republique_Tcheque-Suede-6234Erik Karlsson a connu une soirée catastrophique, alors qu'il avait été réussi une excellente fin de saison à Ottawa. Il a été impliqué dans les deux buts tchèques, et on sent qu'il veut compenser par ses instincts offensifs. Une excellente relance lance une bonne action collective, mais en venant au soutien de l'attaque il ne cadre pas son tir. Sur sa présence suivante, Karlsson se pique de dribbler en zone neutre et d'y aller tout seul, mais il est contré en entrée de zone par Jaromir Jagr qui lance la contre-attaque : Cervenka teste deux fois Gustavsson dans le slot.

Vokoun aussi est maintenant dans son match et capte d'une superbe mitaine un tir d'Ekman-Larsson entre les cercles. Le trop peu mobile Gregorek accroche à sa ligne bleue à dix minutes de la fin, mais la supériorité numérique ne donne rien. Elle est à peine terminée qu'Andreas Engqvist prend une pénalité stupide après avoir perdu le palet dans la zone offensive. La pression est forte après les lancers de Blatak, même non cadrés, car Klepis et Jagr luttent pour les rebonds. Mårtensson est pénalisé à son tour à trois minutes de la sirène, et c'est la fin des haricots pour la Suède, qui doit défendre au lieu de pousser pour égaliser.

20100513-Republique_Tcheque-Suede-5980Bien sûr, Bengt-Åke Gustafsson demande son temps mort et sort son gardien, mais Klepis intercepte le palet et part à 2 contre 1 vers la cage vide. Magnus Pääjärvi-Svensson sort "opportunément" du banc (grâce à un collègue sorti quelques mètres plus loin) pour accrocher le Tchèque avant qu'il ne puisse marquer, mais cette pénalité met de toute manière un terme aux espoirs suédois. Le public tchèque debout applaudit son équipe. Alors qu'on avait eu l'impression d'assister à un enterrement de première classe avant-hier, le hockey tchèque n'est pas mort.

Ce résultat n'arrange pas la Norvège qui aurait eu plus intérêt à garder les Tchèques trois points derrière elle. Pourra-t-elle maintenant résister aux Tchèques, Canadiens et Suédois qui sont tous à égalité de points avec elle à l'abord du second tour ? En tout cas, avec la Suisse qui fait la course en tête, chaque point vaudra de l'or, car même une quatrième place n'aurait rien d'enviable s'il préfigure un quart de finale face aux favoris russes.

La Suède est en panique après le match : comme Bergfors a quitté l'équipe le week-end dernier par mécontentement sur son rôle - sans doute provisoire - de réserviste, elle n'est venue qu'avec 13 attaquants et en a perdu 2 sur blessure entre-temps... Les deux substituts sur place étant des défenseurs (Sanny Lindström et David Rundblad), il n'y a plus de quoi faire quatre lignes complètes. Est-il envisageable de finir le tournoi ainsi ? Oui, selon l'entraîneur Gustafsson, dont les déclarations à demi moqueuses révoltent les journalistes suédois. Non, selon le reste de l'encadrement qui dit réfléchir à une solution d'urgence...

Désignés joueurs du match : Niklas Persson pour la Suède et Tomas Vokoun pour la République Tchèque.

20100513-Republique_Tcheque-Suede-5880Commentaires d'après-match

Bengt-Åke Gustafsson (entraîneur de la Suède) : "Nous n'étions pas là en première période, mais nous sommes revenus ensuite pour faire un bon match. [...] Nous n'avons que onze attaquants. Ce sont des faits. Il n'y a pas d'autre option. Sauf si on recrute [les retraités] Jörgen Jönsson [commentateur radio] et Andreas Johansson [commentateur télé]. Il n'y aura pas de renfort extérieur. Beaucoup de joueurs d'Elitserien sont restés depuis longtemps sans rien faire. Ceux qui sont ici travaillent depuis sept à huit semaines avec l'équipe, on ne va pas les écarter juste pour amener quelqu'un. Nous avons de bons défenseurs offensifs. Tous peuvent plus ou moins jouer à l'aile, pour ainsi dire."

Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avons fait une super entame de match, mais nous n'avons pris qu'un but d'avance. Ensuite, ce fut un bon match entre deux bons gardiens. Nous savions que si nous perdions ce soir nous aurions zéro point. Pour les joueurs, c'est toujours mieux de jouer la Suède que des équipes plus faibles. Ils ont donc tout donné sur la glace."

 

20100513-Republique_Tcheque-Suede-5816
Linus Omark et Martin Ruzicka

 

20100513-Republique_Tcheque-Suede-6225Suède - République Tchèque 1-2 (0-1, 1-1, 0-0)
Jeudi 13 mai 2010 à 20h15 à la SAP Arena de Mannheim. 12500 spectateurs.
Arbitrage de Rafaïl Kadyrov et Konstantin Olenin (RUS) assistés de
Konstantin Gordenko (RUS) et Anton Semionov (EST).
Pénalités : Suède 16' (6', 4', 6'), République Tchèque 12' (4', 6', 2').
Tirs : Suède 32 (6, 18, 8), République Tchèque 37 (18, 9, 10).

Évolution du score :
0-1 à 00'54" : Rolinek (inf. num.)
1-1 à 24'03" : Pääjärvi-Svensson assisté de Wallin
1-2 à 29'18" : Hubacek assisté de Novotny et Vokoun


Suède

Gardien : Jonas Gustavsson.

Défenseurs : Victor Hedman - Magnus Johansson (C) ; Jonathan Ericsson - Erik Karlsson ; Oliver Ekman-Larsson - Christian Bäckman ; Carl Gunnarsson.

Attaquants :
Magnus Pääjärvi-Svensson - Rickard Wallin (A) - Marcus Nilson ;
Jonas Andersson - Niklas Persson (A) - Andreas Engqvist ;
Linus Omark - [Persson ou Mårtensson] - Johan Harju ;
Michael Nylander - Tony Mårtensson - Fredrik Pettersson ;
Jimmie Ericsson [1 présence, blessé aux ligaments du genou].

Remplaçant : Jacob Markström (G). Absents : Anders Lindbäck (G), Mattias Weinhandl (commotion).

République Tchèque

Gardien : Tomas Vokoun.

Défenseurs : Petr Cáslava (A) - Michal Rozsival ; Petr Gregorek - Karel Rachunek ; Miroslav Blaták - Michal Barinka ; Filip Novak [une présence].

Attaquants : Jakub Klepis - Roman Cervenka - Jaromir Jagr (A) ; Jan Marek - Tomas Rolinek (C) - Jakub Vorácek ; Jiri Novotny - Petr Vampola - Lukas Kaspar ; Petr Hubacek - Petr Koukal - Martin Ruzicka ; Marek Kvapil [1 présence].

Remplaçant : Ondrej Pavelec (G).