Boston Bruins - Philadelphia Flyers (NHL, demi-finale de conférence, match 7)

Ce que Pittsburgh n’a pas réussi, Philadelphie l’a fait : revenir dans un septième match de série après avoir encaissé plusieurs buts en début de match. Les Flyers sont rentrés dans l’histoire en remportant leur septième match de série alors qu’ils avaient perdu les trois premiers (rejoignant ainsi les Maple Leafs de Toronto de 1942 et les Islanders de New York de 1975), mais ils y rentrent par une plus grande porte encore : les autres équipes n’avaient pas remonté un déficit de trois buts lors de leur septième match. Ce match s’est transformé en miroir de la série : menés 3 à 0, les Flyers sont revenus dans le match pour l’emporter 4 buts à 3.

Sans surprise, c’est Simon Gagné qui a marqué le but victorieux. Après avoir manqué le début de la série, c’est lui qui a donné un second souffle à son équipe en marquant 4 buts lors des 4 victoires des Flyers (dont 2 buts victorieux).

Boston avait pourtant cru avoir fait le plus difficile dans le match en se mettant rapidement à l’abri : les Bruins inscrivent leurs deux premiers buts grâce aux deux seules pénalités de la période. C’est d’abord Ryder qui frappe, il récupère un rebond laissé par Leighton, dos au but et tire en se retournant pour tromper Leighton, masqué par Recchi (1-0, 5’27). Puis, sur leur seconde supériorité numérique, Wideman s’infiltre dans la défense de Philadelphie pour terminer derrière le but et centre pour Lucic, face au slot de Leighton, qui n’a plus qu’à rediriger le palet dans le but (2-0, 9’02). Lucic se montre encore à son avantage en fin de période quand, après avoir récupéré le palet dans sa zone défensive, il mène une contre-attaque avec Savard en 2 contre 1. Savard fixe le défenseur, ce qui permet à Lucic de tirer du poignet entre les jambes de Leighton (3-0, 14’10).

Après à peine un quart d’heure de jeu, Boston mène donc de manière incontestable et peut envisager sérieusement une confrontation avec Montréal, le rival historique, en finale de conférence. Toutefois, Philadelphie ne rentre pas aux vestiaires avec un retard de trois buts : Van Riemsdyk, face au slot de Rask, voit son tir ralenti par l’intervention à la crosse de Mark Stuart. Toutefois, le palet glisse le long du patin de Rask pour terminer dans ses filets (3-1, 17’12).

Le scénario se précise quand, en début de deuxième période, Philadelphie revient à portée de tir de Boston : Hartnell propulse un rebond laissé par Rask dans la lucarne de ce dernier d’un revers (3-2, 22’49). Philadelphie met la pression sur Boston (11 tirs cadrés contre 6) pour revenir au score et cela fonctionne : Brière s’avance face à Rask et, voyant que le gardien finlandais bloque l’angle, il fait le tour du but pour tirer. Son tir est dévié par Hunwick pour rentrer dans le but (3-3, 28’39).

Au début de la troisième période, le scénario offre donc un suspense parfait puisque les deux équipes sont à égalité. Sans surprise, cette période est plutôt fermée (8 tirs pour Philadelphie et 5 pour Boston), aucune équipe ne voulant prendre de risque. La situation se décante quand une pénalité est sifflée à l’encontre de Boston pour surnombre. Ce qui rappelle de mauvais souvenirs aux fans des Bruins : en 1979, Boston s’était incliné face aux Canadiens de Montréal suite à une pénalité pour avoir eu trop de patineurs sur la glace. Preuve que l’histoire peut se répéter, les Flyers vont en profiter pour prendre un avantage qui se révèlera définitif : sur la supériorité numérique, Simon Gagné récupère le palet face au but, suite à un tir de Mike Richards bloqué par un défenseur, et trompe Rask d’un tir du poignet du côté de la plaque du gardien finlandais (3-4, 52’52).

La ligue nationale avait choisi de faire sa communication autour des playoffs sur le thème « l’histoire s’écrit durant les playoffs » (« History will be made »). Ils ne pensaient pas si bien dire. De manière assez ironique, les Flyers, entrés dans les playoffs en tant que septième équipe (sur huit) de la conférence Est, vont avoir l’avantage de la glace lors de la finale de conférence puisqu’ils vont rencontrer la seule équipe classée derrière eux : la huitième, les Canadiens de Montréal.

14_05_1
Les Flyers de Philadelphie fêtent leur victoire devant des fans de Boston dépités – Photo : Getty Images

Boston Bruins – Philadelphia Flyers 3-4
Philadelphie remporte la série 4 matchs à 3

Tirs cadrés : Boston 25 (14, 6, 5), Philadelphia 27 (8, 11, 8)

Évolution du score :
1-0 à 5’27 : M. Ryder (M. Recchi et Z. Chara) en sup. numérique
2-0 à 9’02 : M. Lucic (D. Wideman et J. Boychuk) en sup. numérique
3-0 à 14’10 : M. Lucic
3-1 à 17’12 : J. Van Riemsdyk (C. Giroux)
3-2 à 22’49 : S. Hartnell (V. Leino et D. Brière)
3-3 à 28’39 : D. Brière (S. Hartnell)
3-4 à 52’52 : S. Gagné (M. Richards et V. Leino) en sup. numérique


Boston Bruins

Gardien : Tuukka Rask

Défenseurs : Zdeno Chara (C) – Johnny Boychuk ; Dennis Wideman – Matt Hunwick ; Andrew Ference – Mark Stuart

Attaquants : Blake Wheeler - Patrice Bergeron (A) - Mark Recchi (A) ; Milan Lucic - Marc Savard - Miroslav Satan ; Daniel Paille – Vladimir Sobotka - Michael Ryder ; Steve Begin - Trent Whitfield - Shawn Thornton

Remplaçant : Tim Thomas (G)
Absent : Brad Marchant
Blessés : Dennis Seidenberg (avant-bras), Adam McQuaid (jambe), David Krejci (poignet) et Marco Sturm (genou)

Philadelphia Flyers

Gardien : Michael Leighton

Défenseurs : Matt Carle – Chris Pronger ; Kimmo Timonen (A) – Braydon Coburn ; Ryan Parent – Lukas Krajicek

Attaquants : Simon Gagné (A) – Mike Richards (C) – Dan Carcillo ; Scott Hartnell – Daniel Brière – Ville Leino ; James Van Riemsdyk – Claude Giroux – Arron Asham ; Andreas Nödl - Blair Betts – Darroll Powe

Remplaçant : Johan Backlund (G)
Absents : Oskars Bartulis, Mika Pyörälä, Danny Syvret, David Laliberté, Jared Ross, John Kalinski et Riley Cote
Blessés : Jeff Carter (jambe cassée), Ian Laperrière, Brian Boucher (genoux) et Ray Emery (genou)


3 étoiles du match : Simon Gagné (Philadelphia), Milan Lucic (Boston) et Daniel Brière (Philadelphia)