Suisse - République Tchèque (Mondiaux 2010, 2e phase, groupe F)

Qui arrêtera la Suisse ?

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-7946Après son exploit contre le Canada, la Suisse est maintenant chassée et non plus chasseuse, car elle se présente en première de la poule. Un test important l'attend contre des Tchèques qui ont absolument besoin de points pour se qualifier en quart de finale.

La République Tchèque a intégré ses arrières complémentaires Nemec et Mojzis pour la deuxième phase et se présente pour la première fois avec huit défenseurs. Les autres réservistes sont donc rentrés au pays en même temps que le blessé Novak.

Curieux que la patinoire ne soit pas pleine alors que ces deux équipes avaient joué à guichets fermés mercredi et jeudi. C'est le problème de cette formule : les gens achètent leurs tickets plus facilement pour le premier tour, où les matchs sont connus à l'avance, que pour le deuxième tour où les affiches ne sont dévoilées qu'au dernier moment en fonction du classement de la première phase.

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-8026La Suisse se montre immédiatement à la hauteur de sa nouvelle force. L'attentisme appartient au passé. Elle met d'entrée une pression monstre en zone offensive. Et lorsque les Tchèques tentent timidement une contre-attaque par Cervenka et Klepis, la Nati repart de plus belle dans l'autre sens : passe-abandon de Rüthemann pour Bezina qui tire au but, et rebond du revers pour Martin Plüss (1-0, 04'13"). La deuxième ligne tchèque se présente à l'engagement et laisse aussitôt une situation de 3 contre 1 à la Suisse. Dans l'implication, il y a un monde d'écart entre les deux équipes !

Le forechecking suisse pose d'énormes problèmes à la défense blanche. Damien Brunner se procure une grosse occasion après une récupération de palet de Monnet. Les Tchèques se sortent de l'étau et essaient de contrôler le palet en zone offensive, mais les joueurs à croix blanche ne les laissent pas souffler et leur mènent la vie dure physiquement. Ils se retrouvent toujours en surnombre dans les bandes et gagnent donc évidemment la majorité des palets. Il ne reste donc plus que l'exploit individuel : Jakub Klepis réussit une feinte somptueuse face à Marcel Jenni pour s'ouvrir le chemin du but, mais Martin Gerber repousse le palet.

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-8019Marek doit poser un genou à terre pour bloquer un tir rasant sur un 3 contre 2 suisse. Monnet se retrouve seul dans le slot dans la foulée, et les Tchèques ne s'en sortent toujours pas : Jiri Novotny, en possession du palet dans sa zone mais dos au but adverse, se fait bousculer par Thibaut Monnet qui récupère le palet et sert Damien Brunner seul au second poteau. Au lieu de marquer lui-même, celui enchaîne une seconde passe transversale vers le numéro 10 Andres Ambühl qui lève le palet dans le haut du filet (2-0, 14'07"). Un but magnifique, quasi-soviétique dans sa conclusion, et canadien dans son introduction puisque fondé sur le forechecking.

Comme contre la Norvège, Jaromir Jagr essaye de sauver son équipe tout seul : il s'infiltre jusqu'à la cage et passe à toute vitesse devant Gerber pour s'ouvrir l'angle, mais le gardien suisse plonge et réussit à détourner le tir in extremis. Jagr s'occupe aussi du pressing et n'est pas loin de contrer Savary puis Bezina à la sortie de leur zone.

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-8139Quand la sirène retentit, les tribunes se lèvent presque comme un seul homme pour applaudir la Nati. Si bruyants avant-hier, les Tchèques se font de nouveau tout petits.

Les Suisses abordent la deuxième période avec la même ardeur offensive, mais on sent une différence. Au lieu d'avoir un temps d'avance sur l'homme ou le palet, ils ont maintenant un temps de retard. Et les Tchèques marquent en s'appuyant sur le seul domaine où ils ont dominé en première période : les mises au jeu. Martin Plüss perd le palet dans sa zone au cercle d'engagement, et Jan Marek va se positionner devant la cage, d'où personne ne le déloge jusqu'à qu'il reçoive la passe de Jakub Voracek (2-1, 24'47"). C'est la première fois que les cadres Plüss et Seger encaissent un but dans ce tournoi (ils étaient à +6 et +5 avant cette action). Est-ce un tournant ?

La Nati a ensuite deux supériorités numériques enchaînées pour des fautes de Rachunek et de Mojzis, mais elle devient approximative à l'instar de Plüss qui rate un contrôle. Un peu plus tard, Rolinek part même à 2 contre 1 en infériorité et il faut même la vidéo pour lui dénier le but. La deuxième ligne tchèque Marek-Rolinek-Voracek met encore une forte pression en zone offensive sur sa présence suivante, avec le soutien de Blatak pour pincher à la bleue, et on a l'impression que le match s'est complètement retourné.

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-8218Et puis, Timo Helbling trouve une passe le long de la bande pour Andres Ambühl qui part à 2 contre 1 avec Monnet. Sa feinte de passe fait se coucher le défenseur Tomas Mojzis, et il surprend alors Vokoun en tirant au premier poteau (3-1, 31'47").

La Suisse n'est cependant pas guérie et son jeu de puissance suivant - crosse haute de Klepis - le prouve tant il est mal construit. Dès qu'elle revient à cinq, la République Tchèque réduit à nouveau l'écart : engagement gagné par Roman Cervenka devant Martin Plüss et tir lointain de Miroslav Blatak dans la lucarne opposée (3-2, 34'41"). Et voilà que les impeccables Plüss et Seger, qui ont masqué leur gardien sur cette action, ont accumulé une fiche de -2 en un tiers...

Mathias Seger est ensuite suivi en prison par Thibaut Monnet, autre joueur exemplaire depuis le début de la compétition. Les Tchèques peuvent faire basculer le match pendant 1'16" à 5 contre 3... mais ils ne le font pas. La Suisse redevient compacte au bon moment et bloque ainsi les tirs. Cela ressemble à un nouveau tournant...

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-8231Pour que cela le soit tout à fait, il faudrait que le powerplay suisse fonctionne. Ce n'est toujours pas le cas en troisième période. Damien Brunner s'infiltre certes une fois dans la boîte, mais son revers en angle échoue dans le petit filet.

La Suisse fait cependant les choses simplment : chaque palet est écarté, et si possible envoyé au fond, mais en maintenant une pression physique constante sur l'adversaire pour l'empêcher de construire son jeu. Une fois en zone défensive, la Nati resserre les rangs et laisse très peu d'espaces aux techniciens tchèques près de son but. Sa constance dans l'effort lui permet ainsi de conserver son avance jusqu'au bout. Vladimir Ruzicka demande certes son temps mort et sort son gardien tôt, à deux minutes de la fin, mais Jagr, qui double les présences, se fait contrer à la ligne bleue par Seger qui vise la cage vide... et la manque de très peu. Le numéro 68 se résigne à regagner le banc, et ses collègues restent coincés dans la balustrade sans pouvoir porter le danger devant la cage face à des Suisses prêts à former une marée humaine pour en barrer l'accès.

Puisque la Suisse a maintenant tout d'une grande, on peut même se permettre de faire la fine bouche après une nouvelle grande victoire. Martin Plüss avait réussi jusqu'ici un championnat du monde parfait, sauf aux mises au jeu où il a un bilan négatif comme tous ses collègues. Comme deux de ses engagements ont coûté deux buts, la bonne impression a été tempérée. Mais devinez qui a gagné la dernière mise au jeu à une seconde de la fin ? Plüss évidemment !

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-8297La Suisse est maintenant en position idéale après avoir battu coup sur coup les Canadiens et les Tchèques. Mais elle avait fait exactement la même chose à Turin, et cela ne l'avait pas empêché de tomber en quart de finale. Tel est maintenant le défi de Sean Simpson : préparer ce cap fatidique des quarts, avec deux rencontres d'ici là face à la Norvège lundi et à la Suède mardi. Cela devrait permettre à la Nati de se maintenir dans les deux premières positions du groupe, et d'obtenir ainsi un adversaire abordable qu'elle obligera à se déplacer à Mannheim, où elle a maintenant ses habitudes.

Les Tchèques, en revanche, sont maintenant en très grand danger. Si la Suède prend encore un point pendant que la Norvège bat la Lettonie, battre cette dernière ne leur suffira plus : il leur faudra prendre un point face au redoutable Canada, sous peine de dire adieu aux quarts de finale !

Désignés joueurs du match : Andres Ambühl pour la Suisse et Miroslav Blatak pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Martin Plüss (attaquant de la Suisse) : "Sur mon but, j'ai spéculé sur le tir de mon défenseur et j'ai pris ma chance au rebond. En ce qui concerne les deux buts tchèques, le premier est en fait une mise au jeu gagnée, mais suivie d'unn rebond défavorable. Le second engagement, je le perds clairement, mais je suis content que ce ne soit pas un but décisif. [...] Personne ne s'attendait à ce que nous ayons quatre victoires de suite. Nous sommes heureux de ce qui nous arrive. Nous avons un nouveau coach, le changement s'est fait rapidement, il n'a pas eu beaucoup de temps pour s'adapter, et malgré cela, tout fonctionne, on ne peut pas vraiment expliquer pourquoi."

Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : "Nous avons démarré comme nous le voulions : du patinage, du forechecking, beaucoup d'énergie. En deuxième période, les Tchèques ont montré leur classe et quelques jeux paresseux de notre part leur ont permis de marquer deux fois. La clé du match a été le 3 contre 5 sans prendre de but face à des gens comme Jagr. La seule chose que je n'ai pas aimée est notre powerplay qui doit être meilleur. C'est mon gros souci actuellement. Nous avons vu des vidéos hier, nous voulons corriger ça, les joueurs veulent y arriver. Le bon côté est que notre penalty killing fonctionne par contre très bien."

Jan Marek (attaquant de la République Tchèque) : "La dernière fois que j'ai marqué, c'était en match de préparation en Suisse. Mais mon but n'est pas la question. J'ai trente ans, je me fiche de combien de buts j'inscris, je veux que l'équipe gagne. Rien d'autre ne m'intéresse. Que 'est-il passé. S'il n'y avait pas eu Vokoun, il y aurait eu 0-6 après le premier tiers. Nous savions que nous ne pouvions pas les sous-estimer après leur match contre le Canada. Je ne peux pas l'expliquer. Contre la Suède, nous jouons de façon fantastique, et là c'est terrible. On n'a pas d'autre choix que de gagner nos deux dernières rencontres. Il faut battre la Lettonie à tout prix lundi."

 

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-8106

 

20100515-Republique_Tcheque-Suisse-7997Suisse - République Tchèque 3-2 (2-0, 1-2, 0-0)
Samedi 15 mai 2010 à 20h15 à la SAP Arena de Mannheim. 7206 spectateurs.
Arbitrage de Rafaïl Kadyrov et Konstantin Olenin (RUS) assistés de'Ivan Diedioulia (BLR) et Anton Semionov (EST).
Pénalités : Suisse 4' (0', 4', 0'), République Tchèque 8' (0', 6', 2').
Tirs : Suisse 24 (13, 6, 5), République Tchèque 32 (8, 15, 9).
Évolution du score :
1-0 à 04'13" : Plüss assisté de Bezina et Rüthemann
2-0 à 14'07" : Ambühl assisté de Brunner et Monnet
2-1 à 24'47" : Marek assisté de Voracek
3-1 à 31'47" : Ambühl assisté de Helbling
3-2 à 34'41" : Blatak assisté de Cervenka


Suisse

Gardien : Martin Gerber.

Défenseurs : Julien Vauclair - Mathias Seger (C) ; Goran Bezina - Steve Hirschi ; Félicien du Bois - Roman Josi ; Timo Helbling.

Attaquants : Ivo Rüthemann (A) - Martin Plüss - Thomas Déruns ; Thibaut Monnet (A) - Andres Ambühl - Damien Brunner ; Kévin Romy - Paul Savary - Romano Lemm ; Marcel Jenni - Morris Trachsler - Paolo Duca.

Remplaçants : Tobias Stephan (G), Nino Niederreiter. En réserve : Daniel Manzato (G).

République Tchèque

Gardien : Tomas Vokoun [sorti à 58'05"].

Défenseurs : Petr Cáslava (A) - Michal Rozsival ; Petr Gregorek [sorti à 30'] - Karel Rachunek ; Miroslav Blaták - Ondrej Nemec ; Tomas Mojzis - Michal Barinka

Attaquants : Jakub Klepis - Roman Cervenka - Jaromir Jagr (A) ; Jan Marek - Tomas Rolinek (C) - Jakub Vorácek ; Jiri Novotny - Petr Vampola - Lukas Kaspar ; Petr Hubacek - Petr Koukal - Martin Ruzicka.

Remplaçant : Ondrej Pavelec (G). Absents : Jakub Stepanek (G), Filip Novak (épaule droite), Marek Kvapil (en réserve).