Finlande - Slovaquie (Mondiaux 2010, 2e phase, groupe E)

Plus dure sera la chute

Richard Pánik n’avait que trois ans lorsque Miroslav Šatan devenait le meilleur buteur des Jeux olympiques de Lillehammer, les premiers de la toute jeune république slovaque indépendante. Ce soir, les deux générations ont évolué côte-à-côte contre la Finlande. L’arrivée du joueur de Boston a été le grand évènement du week-end pour la formation slave. Là où toutes les stars nationales ont décliné l’offre de Glen Hanlon, Šatan a décidé de filer un coup de main à la patrie après avoir été évincé de la course à la Coupe Stanley par Philadelphie. Sa dernière sortie sous le maillot à la Double-Croix remontait d’ailleurs à Vancouver, contre ces mêmes Finlandais en petite finale. Tout le pays espère que le héros contribuera à redorer le blason terni après la claque reçue vendredi par les Danois (0-6).

Le lendemain de cette déroute, les joueurs sont allés se ressourcer au cirque de Cologne. Les mauvaises langues diront que le numéro de clowns a déjà eu lieu la veille dans la Lanxess Arena. Ivan Majeský, quant à lui, avouait avoir été émerveillé par les jongleurs. Le défenseur de Skellefteå aimerait s’inspirer de ces artistes allemands pour alterner le chaud le froid, la victoire après la déculottée. Mais la performance des Slovaques contre les « bronzés » de Colombie-Britannique a davantage ressemblé à un spectacle de funambules ; ils ont longtemps gardé l’équilibre avant de chuter inexorablement dans le vide. Tout avait pourtant bien débuté, les « Bleus » effectuant sans conteste leur meilleure entame de match dans ces Mondiaux…

ImmonenJarkkoOn ne pouvait guère accuser les compagnons de Richard Lintner de manquer de vigilance dans ce premier tiers-temps. Les hommes de Jukka Jalonen avaient certes pris leurs quartiers dans le camp adverse dans les cinq premières minutes de la partie, mais jamais cependant ils ne se montraient dangereux. Cette légère domination territoriale devait tranquillement s’inverser. Michal Macho faisait frémir la maigre assistance grâce à son face-à-face avec Pekka Rinne mais le gardien nordiste s’interposait efficacement (6'36"). Milan Bartovi?, en position idéale devant les cages finlandaises, ne pouvait pas faire passer le palet à travers le mur improvisé par trois défenseurs blancs (7'26").

En face, Petteri Nummelin faisait déjà parler de lui en frappant dans l’axe derrière les cercles. Peter Budaj ne pouvait faire mieux que repousser de sa jambière, et la pression offensive finlandaise se faisait vivement sentir dans le dos de Vladimír Mihálik qui logeait toutefois le palet avec sang-froid dans les bras du portier slovaque (11'25"). Pánik (11'38") puis Marek Svatoš (13'51") filaient en prison. Mais ni Jarkko Imminen, le plus actif des siens dans cette période, ni Jussi Jokinen ne parvenaient à inquiéter la défense slovaque, qui retenait là parfaitement la leçon dispensée par les voisins scandinaves. Andrej Sekera poussait Sami Vatanen à la faute après avoir lancé l’échappée depuis ses filets jusqu’au cercle gauche à l’opposé (15'16"), mais la Slovaquie ne profitait pas non plus de cette supériorité numérique. Bref, on restait sur notre faim !

Les Slovaques rendaient pour le moment une belle copie. Il leur restait cependant à conclure. La pénalité de Juhamatti Aaltonen (21'25") générait une succession de raids des attaquants slovaques, notamment Šatan et Ivan ?iernik, mais la rapidité d’exécution leur faisait défaut. La fin du power-play semblait parallèlement marquer celle de l’entrain slovaque. Les Finlandais, comme en ouverture de la rencontre, pressait en attaque. Aaltonen (25'59"), Juha-Pekka Hytonen (26'23") et enfin Oskar Osala, seul contre Budaj (28'12"), préparaient le terrain. Topi Jaakola frappait côté gauche et Petri Kontiola s’empressait de récupérer le rebond ; il contournait alors les cages et trouvait l’espace au poteau droit (1-0, 29'30"). Moins d’une minute plus tard, Riku Hahl centrait de derrière les cages slovaques pour Nummelin, entre les ronds, qui tirait de suite et doublait la mise (2-0, 30'13").

Glen Hanlon retrouvait son air penaud. Le pauvre allait encore être servi. Ses ouailles accusaient vraiment le coup et, comme face au Danemark, ne contrôlaient plus rien. Jokinen héritait alors de la rondelle sur la ligne bleue après une diagonale du très inspiré Nummelin, et l’attaquant des Carolina Hurricanes accentuait les ravages de l’ouragan finlandais en ajustant Budaj en un contre un (3-0, 33'26"). Le gardien fera de nouveau les frais de cette soudaine perte de concentration collective en cédant sa place à Rastislav Sta?a après le second souffle. Ses coéquipiers étaient toutefois plus mordants en zone d’attaque en fin de période. Avaient-ils une alternative ? Ils se retrouvaient une nouvelle fois à un de plus sur la glace (Vatanen, 38'01") mais Svatoš dévissait sa frappe alors qu’il était démarqué devant Rinne (38'55").

Menée 1-3, la Finlande avait réussi à enquiller quatre buts et était ainsi repartie avec le bronze olympique il y trois mois. Les Slovaques espéraient bien en ce dernier acte lui redonner la monnaie de sa pièce. Tomáš Tatar reprenait le tir repoussé de Tomáš Starosta et, au-delà de signer sa seconde réalisation dans la compétition, permettait aux siens d’entretenir ce fol espoir de retour (3-1, 41'58"). D’autant plus que ?iernik avait le palet du 3-2 (42'40"). Mais la tâche se compliquait quelque peu lorsque le buteur slovaque écopait de deux minutes (50'01"). Nummelin frappait alors une énième fois (51'13") mais le junior était bientôt de retour. Vladimír Dravecký était parfaitement servi par Šatan mais le joueur de Košice trouvait Rinne sur sa route (53'33").

Les Scandinaves avaient su laisser leurs adversaires s’égosiller et faisaient preuve d’un froid réalisme offensif. L’entreprise slovaque était de nouveau ralentie par la sortie de Mihálik (55'12"). Elle était définitevement stoppée lorsque Nummelin, situé au centre du cercle droit, tirait et que Jokinen, encore lui, reprenait et inscrivait son second but de la soirée (4-1, 56'34"). Le même Mihálik réduisait vainement la marque d’un magnifique slapshot (4-2, 58'01") mais c’est la Finlande qui avait le dernier mot en en rajoutant un dernier par Aaltonen qui glissait le caoutchouc dans les buts délaissés par Sta?a (5-2, 58'54").

La victoire biélorusse contre les Allemands n’a presque servi à rien ; les Slovaques devront battre le pays hôte demain pour accéder en quarts-de-finale. Les Finlandais ont quant à eux un objectif encore plus ambitieux : la première place du groupe.

Jussi Jokinen (Finlande) et Vladimír Mihálik (Slovaquie) ont été élus hommes du match.

Commentaires d’après-match (source : www.hokejportal.sk)

Jussi Jokinen (attaquant de la Finlande) : « Nummelin est un passeur de classe mondiale et il a fait ce soir un grand match. C’est toujours bon de marquer, surtout pour ma confiance, mais la victoire était la chose la plus importante. C’était pour nous le quatrième match que nous devions gagner et nous y sommes parvenus. C’est bon pour la confiance. On peut désormais terminer premier du groupe et on va tout faire pour y arriver. »

Glen Hanlon (sélectionneur de la Slovaquie) : « L’équipe toute entière a rencontré des problèmes à tirer au but. On a bien joué les vingt-trois premières minutes. Macho a eu un face-à-face, plusieurs joueurs ont eu des occasions. On a mis une pression offensive lors de nos supériorités numériques mais on n’a finalement pas su les utiliser. Ensuite on a cessé de respecter notre plan de jeu, on a commencé à perdre le palet en zone neutre. Les Finlandais ont marqué trois fois et, soudainement, ce fut un autre match. Après le but de Tatar, je pensais que l’on allait revenir comme contre les Russes. On n’était pas loin de réduire le score à 2-3. Ce n’est pas que nous avons mal joué aujourd’hui, mais bien faire pendant cinquante minutes ne suffit pas. On a perdu notre concentration pendant dix minutes et les Finlandais en ont profité. Ce ne sera pas simple demain contre les Allemands car ils sentent qu’ils ont une occasion incroyable de réussir leur championnat. Mais cela est aussi vrai pour nous. »

Richard Pánik (attaquant de la Slovaquie) : « On s’est bien compris avec Miro Šatan mais personnellement, je n’ai pas toujours été bon. Le sélectionneur a tenté de mélanger les lignes mais on a pris trois buts. Les Finlndais ont mieux joué dans la zone d’attaque et ont souvent tiré. C’est ce qui a fait la différence. Si nous avions marqué les premiers, le match aurait évolué autrement. Nous devons à tout prix jouer différemment et ouvrir le score. »

Richard Lintner (défenseur et capitaine de la Slovaquie) : « On aurait eu besoin de mettre notre premier but plus tôt. On a longtemps joué ce soir dans notre zone de défense. On doit faire plus attention pour recevoir le palet sur la ligne bleue dans de meilleures dispositions car l’on a trop souvent perdu et cela nous a coûté des forces. Les Finlandais se sont ensuite plus facilement installés dans notre camp et nous, nous avons dû plus patiner que nous l’aurions souhaité. J’espère qu'il nous restera des forces contre les Allemands. »

 

Finlande - Slovaquie 5-2 (0-0, 3-0, 2-2)

Lundi 17 mai 2010 à 16h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 3474 spectateurs.
Arbitres : Milan Minar (TCH) et Chris Savage (CAN) assistés de Christian Kaspar (AUT) et Tobias Wehrli (SUI).
Pénalités : Finlande 6' (2', 4', 0'), Slovaquie 8' (0', 4', 4')
Tirs : Finlande 35 (10, 14, 11), Slovaquie 29 (10, 10, 9)

Évolution du score :

1-0 à 29'20" : Kontiola assisté de Jaakola et Kapanen
2-0 à 30'13" : Nummelin assisté de Hahl
3-0 à 33'26" : Jokinen assisté de Nummelin et Puistola
3-1 à 41'58" : Tatar assisté de Starosta
4-1 à 56'34" : Jokinen assisté de Nummelin et Miettinen (sup. num.)
4-2 à 58'01" : Mihálik assisté de Starosta et Bartovi?
5-2 à 58'54" : Aaltonen assisté de Niskala et Rinne (cage vide)

 

Finlande

Gardien : Pekka Rinne.

Défenseurs : Petteri Nummelin (A) – Pasi Puistola ; Janne Niskala – Sami Vatanen ; Lasse Kukkonen (A) – Mikko Mäenpää ; Topi Jaakola.

Attaquants : Antti Miettinen – Jarkko Immonen – Jussi Jokinen ; Sami Kapanen (C) – Petri Kontiola – Juhamatti Aaltonen ; Juha-Pekka Hytonen – Lauri Korpikoski – Antti Pihlström ; Tommi Santala – Riku Hahl – Oskar Osala – Leo Komarov.

Remplaçant : Petri Vehanen (G). En réserve : Iiro Tarkki (G), Juuso Hietanen, Jori Lehterä.

Slovaquie

Gardien : Peter Budaj puis à 40'00" Rastislav Sta?a [sorti de 58'24" à 58'54"].

Défenseurs : Ivan Majeský (A) – Andrej Sekera ; Dominik Gra?ák – Richard Lintner (C) ; Tomáš Starosta – Vladimír Mihálik ; Peter Frühauf.

Attaquants : Marek Zagrapan – Ivan ?iernik – Marek Svatoš ; Andrej Podkonický – Roman Kukumberg – Milan Bartovi? (A) ; Vladimír Dravecký – Tomáš Bulík – Tomáš Tatar ; Michal Macho – Miroslav Šatan – Richard Pánik.

En réserve : Peter Hamerlík (G), Stanislav Gron, Miroslav Zálešák.