Suisse - Suède (Mondiaux 2010, 2e phase, groupe F)

La passe a un nom : Mårtensson

20100518-Suede-Suisse-11582Cette "finale" du groupe F a le mérite d'éviter les calculs. On sait que le vainqueur de ce match rencontrera en quart de finale le Danemark, néophyte à ce niveau éliminatoire, tandis que le perdant devra affronter l'Allemagne chez elle, poussée par son public. Il ne fait guère de doute que la Suède comme la Suisse préfèrent la première solution, et elles donneront donc tout pour gagner. Surtout qu'il y a un autre enjeu à terminer en tête : éviter potentiellement le favori russe en demi-finale.

Tobias Stephan joue comme prévu ce dernier match du second tour, tout comme il l'avait fait pour le dernier match du premier tour en battant le Canada. La Suède repose elle aussi son numéro 1 théorique Gustavsson au profit du junior Jacob Markström.

Comme hier face aux Norvégiens, la Suisse n'a plus que son groupe de supporters francophones pour l'encourager. Mais contrairement à hier, elle entre bien dans son match. Elle est présente physiquement et met la pression comme sait le faire.

En une action, cependant, la Suède étale toute sa classe : le superbe une-deux entre Magnus Pääjärvi-Svensson et Tony Mårtensson déroute totalement la défense et le gardien (0-1, 03'02"). Cette première ligne est exceptionnelle. En une présence, Mårtensson délivre deux passes géniales, d'abord à Marcus Nilson sur une remontée de palet initiée par le capitaine Magnus Johansson, puis à Pääjärvi-Svensson seul dans l'axe qui tire à côté.

20100518-Suede-Suisse-11648Dans le genre, Linus Omark n'est pas mal non plus. Après une excellente conservation de palet, il passe de derrière la cage à son "jumeau" Johan Harju, mais Tobias Stephan sauve son camp d'un très bon réflexe de la jambière gauche.

Si la Nati est en difficulté aujourd'hui, ce n'est pas par manque d'effort comme hier, mais par la qualité impressionnante des passes suédoises, à la fois suffisamment fortes et millimétrées.

À ce niveau technique, la Suisse redevient une équipe de second rang. Et comme Jacob Markström répond présent à chaque fois qu'elle se pique de vouloir lui mettre un but, les raisons d'espérer deviennent minces. En plus, elle a perdu Julien Vauclair au cours de cette première période : blessé sur une mise en échec, il est ménagé pour la suite.

En deuxième période, Johan Harju paraît décidé à démontrer qu'il est capable d'autre chose que de gâcher les occasions offertes par son copain Omark. Placé en haut du cercle gauche, il envoie un slap puissant et parfaitement placé, à mi-hauteur au poteau opposé (0-2, 20'48").

20100518-Suede-Suisse-11689La Suède maîtrise tellement le palet qu'elle peut se permettre de le faire tourner pendant trente secondes à six contre cinq lors d'une pénalité différée, tout en prenant des lancers. Victor Hedman - en photo à droite à la lutte avec Plüss -  s'avance alors à hauteur du second poteau pour convertir une passe de la bande droite de Mårtensson (0-3, 23'30"). Sean Simpson demande alors son temps mort.

La démonstration suédoise reste totale. Le moindre espace est impitoyablement exploité. Même Erik Karlsson, qui a connu quelques déboires dans ce championnat, s'y met. Depuis le cercle gauche de sa zone défensive, il trouve une formidable longue passe pour Niklas Persson posté dans l'axe à la ligne bleue offensive. Son échappée échoue d'un rien face à Stephan.

Même dans les duels, les Suisses sont maintenant inférieurs. Plüss se fait "manger" par Nylander qui part en contre et sert Wallin dont le tir frôle la lucarne. Mais sur une très belle conduite de palet de Roman Josi qui déborde sur la droite, Christian Bäckman retient Plüss et le pousse contre la cage (37'42"). C'est la première pénalité du match ! Quatre minutes plus tard que lors de Suède-Canada où Bäckman avait déjà posé le premier son fessier sur le banc des punitions. Le hockey propre et sans bavure de la Tre Kronor donne décidément lieu à des rencontres d'une fluidité admirable ! Le jeu de puissance suisse, en revanche, est moins fluide. Inexistant serait le mot juste.

20100518-Suede-Suisse-11745La Suède se détache inexorablement dans la dernière période. Un lancer de Jonathan Ericsson est d'abord dévié contre la balustrade, et le palet revient à Fredrik Pettersson qui n'a plus qu'à le pousser devant la cage ouverte. C'est ensuite Mårtensson qui entraîne le gardien Tobias Stephan loin de ses filets pour servir en retrait Pääjärvi-Svensson seul dans le slot (0-5, 44'41"). Pour autant, ce n'est pas la troisième passe décisive de Mårtensson. C'est en fait... un but, car le palet n'a pas été dévié par son coéquipier, mais par une crosse helvétique. Les supporters suisses chantent jusqu'au bout, mais leur équipe déchante.

La Tre Kronor se pave donc une voie royale. Contre le Danemark, son principal danger est l'excès de confiance. Tony Mårtensson a réussi ce soir une demi-douzaine de passes de rêve, avec trois buts à la clé. Mais c'est toute l'équipe qui a déroulé son jeu d'une précision technique inégalée. Les relances offensives de Magnus Johansson et de Jonathan Ericsson, la force défensive de Victor Hedman, le patinage de Magnus Pääjärvi-Svensson... Cette équipe est de plus en plus impressionnante, et se pare d'un costume de finaliste potentiel.

La Suisse peut-elle se remettre de la double claque reçue en deux jours après un début de tournoi si réussi ? Peut-être réenclencher la dynamique évaporée. Elle était bien là à l'entame du match, mais elle a fini par se résigner devant le talent suédois et par lâcher l'affaire. Le -4 de l'exemplaire capitaine Mathias Seger illustre la soudaine inversion de tendance que subit la Nati. Pas la meilleure façon de préparer le combat âpre qui l'attend pendant soixante minutes face à une Allemagne euphorique.

Désignés joueurs du match : Marcel Jenni pour la Suisse et Jonathan Ericsson pour la Suède.

Commentaires d'après-match

20100518-Suede-Suisse-11702Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : "Félicitations à l'équipe suédoise, elle était meilleure dans tous les domaines. Malgré le 5-0, nous sommes deuxièmes de notre groupe. Qu'attendiez-vous ? Six victoires d'affilée ? C'est bon pour le Canada ou la Russie, pas pour la Suisse. Quatre victoires, c'est une très bonne performance pour nous. Nous ne nous faisions pas beaucoup de soucis pour ce match, notre cible était le quart de finale. L'Allemagne a fait un super-tournoi, elle est pleine d'énergie depuis le match dans le stade de Schalke, et elle a l'avantage de la glace. Ce sera un match excitant, avec beaucoup de combat, un 1-0 ou un 2-1 comme toujours contre les Allemands."

Goran Bezina (défenseur de la Suisse) : "Après le premier but, on est resté dans le match. Le deuxième nous fait mal car ils étaient clairement six sur la glace, le joueur était à trois mètres de la bande. Mais nous savions ce dont nous sommes capables quand nous jouons notre jeu. Nous n'avons jamais été dans une meilleure situation pour jouer un quart de finale."

Victor Hedman (défenseur de la Suède) : "La Suisse a bien joué dans ce tournoi. On connaissait leur forechecking haut, on a pratiqué un jeu simple. On a concrétisé nos occasions, et Markström a fait un match incroyable. Le Danemark est une bonne équipe mais on les a rencontrés avant le tournoi et on sait comment les jouer."

 

20100518-Suede-Suisse-11647

 

20100518-Suede-Suisse-11775Suisse - Suède 0-5 (0-1, 0-2, 0-2)
Mardi 18 mai 2010 à 20h15 à la SAP Arena de Mannheim. 5757 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Baluska (SVK) et Tom Laaksonen (FIN) assistés d'Ivan Diedioulia (BLR) et Miroslav Valach (SVK).
Pénalités : Suisse 4' (0', 4', 0'), Suède 8' (0', 6', 2').
Tirs : Suisse 24 (13, 7, 5), Suède 32 (8, 8, 9).
Évolution du score :
0-1 à 03'02" : Pääjärvi-Svensson assisté de Mårtensson
0-2 à 20'48" : Harju assisté de Karlsson et Ericsson
0-3 à 23'30" : Hedman assisté de Mårtensson
0-4 à 43'53" : Pettersson assisté d'Ericsson
0-5 à 44'41" : Mårtensson assisté de Nilson et Pääjärvi-Svensson


Suisse

Gardien : Tobias Stephan.

Défenseurs : Julien Vauclair [blessé à 20'] - Mathias Seger (C) ; Goran Bezina - Steve Hirschi ; Roman Josi - Félicien du Bois ; Timo Helbling.

Attaquants : Ivo Rüthemann (A) - Martin Plüss - Thomas Déruns ; Kévin Romy - Paul Savary - Romano Lemm ; Thibaut Monnet (A) - Andres Ambühl - Damien Brunner ; Marcel Jenni - Morris Trachsler - Paolo Duca ; Björn Christen.

Remplaçants : Martin Gerber (G). En réserve : Daniel Manzato (G), Nino Niederreiter.

Suède

Gardien : Jacob Markström.

Défenseurs : Victor Hedman - Magnus Johansson (C) ; Jonathan Ericsson - Erik Karlsson ; Oliver Ekman-Larsson - Christian Bäckman ; Carl Gunnarsson - Sanny Lindström.

Attaquants : Magnus Pääjärvi-Svensson - Tony Mårtensson - Marcus Nilson ; Mikael Backlund - Niklas Persson (A) - Jonas Andersson ; Linus Omark - Andreas Engqvist - Johan Harju ; Michael Nylander - Rickard Wallin (A) - Fredrik Pettersson.

Remplaçant : Anders Lindbäck (G). Absents : Jonas Gustavsson (G), Mattias Weinhandl (commotion), Jimmie Ericsson (genou).