États-Unis - Italie (Mondiaux 2010, poule de relégation, 3e journée)

L'Italie retourne en division I

RAMOSER_Roland-20100508-2164L'impératif est de battre les États-Unis et c'est un peu comme défier le bon sens, surtout après avoir vu l'attaque italienne bloquée par les Bleus et par les Kazakhs quand il était important d'inscrire un bon nombre de buts. Que le Kazakhstan puisse freiner l'orgueil de la France, personne n'y croit ; donc personne ne prend en main la calculatrice et on part en quête d'un exploit.

Les Américains jouent pour gagner et le font comprendre tout de suite avec des tirs de la bleue de Yandle et Gilroy pendant que De Marchi est sur le banc des punitions. L'Italie s'essaie au contre avec une combination Egger-Hofer et est près de prendre l'avantage quand Ramoser manque d'un souffle un rebond de Clemmensen.

Les États-Unis recommencent à pousser et leur pression s'atténue seulement quand Jack Johnson, l'unique rescapé de l'argent de Vancouver, va en prison. Peu après son retour de la glace, De Marchi sort encore deux minutes, et en dix secondes, Brandon Dubinsky marque en position isolée (1-0). Les Américains ralentissent, mais un poteau de Scandella à 13' les réveille et c'est encore la défense italienne qui a le plus de travail. Encore un frisson à 20 secondes de la première pause quand Iannone manque de peu la déviation sur tir de Borgatello.

Tout de suite Souza, bien servi par Egger, sollicite Clemmensent, puis, pendant une pénalité de Nystrom, Scandella est encore proche de l'égalisation. Maintenant l'Italie joue. Ansoldi crée pour Ramoser, mais la passe de démarquage est interceptée d'un souffle, et un tir de Borgatello n'a pas une meilleure fortune. L'Italie est contrainte à défendre pendant une pénalité d'Ansoldi, mais celui-ci, à peine rentré, centre pour Ramoser. Le capitaine n'y arrive pas et Plastino va sur le palet, contraignant le gardien américain à se surpasser.

C'est ensuite à Bellissimo de mériter les applaudissements pour deux interventions consécutives devant Moss et Lundin. À part ces arrêts, la bone période des azzurri continue : Borgatello lance Ansoldi en un contre un et Clemmensen gagne son duel ; une minute plus tard le gardien américain est contraint au rebond par un grand tir d'Oberrauch, mais Parco n'arrive pas sur le palet repoussé devant la cage. Le but arrive à 34' quand Souza profite d'une erreur de Kennedy pour démarquer Scandella qui enfile à ras glace (1-1).

Ce qui manque à l'Italie pour poursuivre son assaut est une meilleure gestion des engagements : le palet est presque toujours perdu, et à chaque fois il faut le reconquérir en dépendant beaucoup d'énergie sur le plan physique et en permettant aux adversaires de se réorganiser. De Mannheim arrivent les nouvelles de l'avantage de la France, et malgré le meilleur tiers-temps de l'Italie dans ces Mondiaux, la rétrogradation se rapproche.

MARGONI_Stefano-20100508-2349Troisième tiers-temps : tir de Iannone, puis poteau américain de Johnson et tour de cage de Hanson. À 46'49" le Johnson italien (Trevor) reconquiert un palet en défense et le cède à Iannone, celui-ci passe à Margoni qui entre en zone et tire du cercle gauche. Clemmensen est déséquilibré et le palet lui passe sous les jambières pour finir dans les filets (1-2).

Le classement placerait alors l'Italie en tête, mais les États-Unis ne veulent pas risquer d'autres critiques sur leur Mondial et leur coach Scott Gordon leur demande d'élever le rythme. L'égalisation arrive pendant que Trevor Johnson est en prison : action sur la droite de Gilroy, passe à Dubinsky qui fond vers Bellissimo et sert de l'autre côté Polutny alors que Ramoser est en retard au marquage. Le but est inévitable (2-2). La France est sauvée, l'Italie rétrogradée.

Les azzurri essaient encore avec De Marchi, mais maintenant les Américains ont le match en mains et Bellissimo sauve devant Foligno (55'). Dernière occasion italienne à une minute de la fin avec Egger et Borgatello dont le tir se bloque sous les jambières de Clemmensen, et c'est encore Bellissimo qui sauve face à Moss en un contre un.

On en est à l'inutile prolongation, les jeux étant faits. Peu à signaler : un tir d'Ansoldi, un de Souza et une parade de Bellissimo encore devant Moss. Aux tirs au but, Oshie se montre le meilleur. Il tire six des huit pénaltys américains et en marque trois pour vaincre la résistance italienne. Il sera ensuite temps d'analyser avec calme la prestation de l'Italie qui devra repartir de la division I.

Désignés joueurs du match : Brandon Dubinsky pour les États-Unis et Stefano Marchetti pour l'Italie.

 

États-Unis - Italie 2-2 (1-0, 0-1, 1-1, 0-0) / 3-2 aux tirs au but
Mardi 18 mai 2010 à 12h15 à la Veltins Arena de Gelsenkirchen. 5864 spectateurs.
Arbitrage de Christer Lärking (SUE) et Milan Minar (TCH) assistés d'Ansis Eglitis (LET) et Christian Kaspar (AUT).
Pénalités : États-Unis 8' (2', 6', 0', 0') ; Italie 14' (6', 4', 4', 0').
Tirs : États-Unis 51 (16, 11, 19, 5) ; Italie 28 (5, 11, 9, 3).

Évolution du score :
1-0 à 11'45" : Dubinsky assisté de Greene et Potulny (sup. num.)
1-1 à 34'00" : Scandella assisté de Souza
1-2 à 46'49" : Margoni assisté de Johnson et Iannonen
2-2 à 51'08" : Potulny assisté de Dubinsky et Gilroy (sup. num.)

Tirs au but :
États-Unis : Oshie (marqué), Johnson (arrêté), Potulny (arrêté).
Italie : Egger (marqué), Scandella (arrêté), Ansoldi (à côté).
Tirs supplémentaires : Egger (arrêté), Oshie (arrêté), Fontanive (marqué), Oshie (marqué), Fontanive (à côté), Oshie (arrêté), Egger (arrêté), Oshie (marqué).


États-Unis

Gardien : Scott Clemmensen.

Défenseurs : Jack Johnson (C) - Matt Greene ; Andy Greene - Jack Hillen ; Mike Lundin - Keith Yandle ; Matt Gilroy - Taylor Chorney.

Attaquants : Nick Foligno (A) - Brandon Dubinsky - David Moss ; T.J. Oshie - T.J. Galiardi - Kyle Okposo ;Chris Kreider - Ryan Polutny - Eric Nystrom (A) ; Tim Kennedy - Ryan Carter - Christian Hanson.

Remplaçant : Ben Bishop (G). Absent : David Leggio (en réserve).

Italie

Gardien : Daniel Bellissimo [sorti de 59'24" à 60'00"].

Défenseurs : Michele Strazzabosco (A) - Nick Plastino ; Stefano Marchetti - Christian Borgatello (A) ; Trevor Johnson - Matt De Marchi ; Armin Hofer.

Attaquants : Michael Souza - Alexander Egger - Giulio Scandella ; Roland Ramoser (C) - Luca Ansoldi - Nicola Fontanive ; Stefano Margoni - Patrick Iannone - Giorgio De Bettin ; Max Oberrauch - Manuel De Toni - John Parco ; Stefan Zisser.

Remplaçant : Adam Russo (G). Absents : Thomas Tragust (G), Jonathan Pittis (ligaments croisés du genou), Armin Helfer (en réserve).