Suisse - Allemagne (Mondiaux 2010, quart de finale)

Un jour historique

EHRHOFF_Christian-Allemagne-20100516-859Un évènement aura de toute manière lieu ce soir dans le hockey mondial : une nation hors du top-7 accèdera aux demi-finales, ce qui n'est arrivé que deux fois dans l'histoire, en 1992 et 1998, à chaque fois avec la Suisse. Elle s'y voit de nouveau cette fois-ci, forte d'un excellent début de tournoi, malgré un fléchissement une fois sa qualification à une des deux premières places.

L'Allemagne, elle, n'a rien lâché. Pour se qualifier, elle a dû lutter âprement jusqu'à la fin, et elle le fera encore aujourd'hui. Elle n'a plus battu la Suisse en compétition officielle depuis avril 2002, à l'époque de Hans Zach, et la tendance s'est nettement inversée depuis. Les Helvètes ont pris le dessus sur leur voisine, ils sont des habitués des quarts de finale, mais ils y échouent à chaque fois. C'est dire s'ils sont contents de rencontrer une équipe à leur portée.

Cette joie est partagée. Chacun sait que l'autre est d'un niveau proche et que l'équipe qui montrera le plus de rage de vaincre et de dévouement collectif l'emportera. La Suisse a été impressionnante dans ces domaines la première semaine, l'Allemagne plus laborieuse mais plus constante. Il n'en restera qu'un, et l'occasion ne se représentera pas deux fois. C'est une date-clé pour les deux pays.

Les hommes d'Uwe Krupp savent qu'ils doivent profiter du soutien de leur public, même si c'est la première fois du tournoi qu'ils jouent à Mannheim où la Suisse a ses habitudes. Ils ont remis leur maillot doré du match d'ouverture à Schalke, comme pour montrer sur cette soirée doit elle aussi être historique.

ENDRAS_Dennis-Allemagne-20100516-877Un Plüss en moins

Dès la deuxième minute, Paolo Duca, qui remplace Romy sur la troisième ligne, trouve le poteau au rebond d'un tir de Savary. Mais les premiers duels dans la bande sont plutôt en faveur des Allemands. Leur patinage plus énergique leur vaut d'ailleurs une rapide supériorité numérique, quand Goran Bezina fait trébucher Hager en zone neutre. Mais les Suisses, invincibles en infériorité, ne craignent guère le faiblard jeu de puissance allemand.

Assez vite, la Nati se sort de la pression et réussit à travailler en fond de zone pour ramener des palets dans l'enclave : Monnet pour Brunner, puis Trachsler pour Jenni. Les deux tirs sont bien bloqués par le jeune gardien Dennis Endras. L'Allemagne arrête alors de forcer et recule pour faire bloc autour de sa cage. La Suisse monopolise le palet et Endras connaît ses premières difficultés sur un revers de Rüthemann.

Le match prend donc une tournure assez attendue avec une Suisse qui doit rester patiente, aux prises avec le bloc défensif allemand. Puis c'est le coup de théâtre : écarté de la cage par Christian Ehrhoff, Martin Plüss réplique d'un coup de crosse dans les parties. Le défenseur de Vancouver s'effondre et les arbitres renvoient Plüss aux vestiaires. La Suisse perd un joueur-clé avec son centre de la première ligne, un poste où elle n'a guère de profondeur. La première priorité, c'est de résister aux cinq minutes de pénalité, un défi parfaitement relevé par les joueurs à croix blanche, présents dans leur enclave pour écarter les rebonds. Le lancer le plus dangereux est pour Déruns en contre.

Un but contre trois poteaux

HOSPELT_Kai-Allemagne-20100516-819Sur l'engagement de la deuxième période, Schütz gagne son duel face à Savary - le nouveau premier centre - et Rankel fonce droit à la cage en sept secondes : l'Allemagne part à fond. Mais alors que les cinq minutes se terminent, le capitaine allemand Marcel Goc donne un cross-check dans le dos à son homologue suisse Mathias Seger. Une pénalité inutile en zone offensive, mais sans conséquence car le powerplay helvétique est lui aussi en panne. Le score de 0-0 n'est donc guère surprenant, il est même attendu.

C'est toujours pareil entre ces deux équipes qui doivent s'acharner pour se mettre un but. Après un lancer de la bleue de Bezina, le rebond de Savary passe entre les jambières d'Endras... mais est dévié à côté de la cage. Le tir d'Ambühl sur un palet traînant touche pour sa part le poteau. Les rouges ne sont pas en réussite... et la moindre erreur peut leur être fatale.

Marcel Müller presse Seger derrière la cage suisse et offre une belle occasion à Ullmann. Dans la continuité de l'action, la défense concède un dégagement interdit, et Kévin Romy (entré au centre du fait de l'exclusion de Plüss) perd la mise au jeu face à Hospelt. Philip Gogulla est seul au rebond et marque en lucarne (0-1, 30'46"). Les supporters chantent de plus belle et leur "Super Deutschland" semble trouver une énergie nouvelle face à une Suisse soudain tétanisée. Elle subit le jeu jusqu'à la pause, sans parvenir à renverser la tendance.

L'Allemagne redouble évidemment d'efforts défensifs au troisième tiers-temps. Elle protège parfaitement son enclave et les occasions suisses se font attendre. On entre dans les dix dernières minutes quand un bon slap croisé à mi-hauteur de Steve Hirschi contraint Dennis Endras à un magnifique arrêt de la mitaine. Le plus chaud reste à venir quand, sur la même action, Thibaut Monnet tire d'abord sur le poteau puis offre une cage grande ouverte à Damien Brunner... qui rate le cadre (52'50") !

BARTA_Alexander-Allemagne-20100516-852Frustration contre triomphe

L'horloge tourne. La Suisse n'arrive plus à maintenir le jeu en zone offensive. Après un dégagement interdit allemand âprement discuté par Felski, Sean Simpson utilise son temps mort et fait sortir Martin Gerber. L'Allemagne sont six sur la glace : un joueur est entré discrètement alors que la règle interdit de changer. S'agissait-il d'Alexander Barta, qui gagne son engagement face à Trachsler ? Nouvel icing... La Suisse conquiert le palet, mais celui-ci sort deux fois de la zone.

Un dernier engagement se tient à une seconde de la fin, et quand Marcel Goc continue de retenir son joueur après le coup de sifflet, certains joueurs en viennent aux mains. La frustration suisse est grande, surtout pour Timo Helbling qui s'en prend même au banc allemand : il frappe l'entraîneur des gardiens Rupert Meister et l'assistant-coach Ernst Höfner réplique, avant que Krupp ramène tout le monde au calme. Une pénalité de match sera appelée contre Helbling et symbolique, contre le banc allemand.

L'Allemagne triomphe dans ces Mondiaux à domicile en accédant au dernier carré. Philipp Gogulla, auteur du but historique, ferme les yeux pendant l'hymne pour savourer ce moment. La Nationalmannschaft fait un tour d'honneur et son jeune gardien Dennis Endras brandit immense un drapeau allemand pour savourer son blanchissage - aidé de trois poteaux - qui couronne encore plus sa saison fabuleuse.

Désignés joueurs du match : Morris Trachsler pour la Suisse et Dennis Endras pour l'Allemagne.

 

Suisse - Allemagne 0-1 (0-0, 0-1, 0-0)
Jeudi 20 mai 2010 à 20h15 à la SAP Arena de Mannheim. 12500 spectateurs.
Arbitrage de Tom Laaksonen (FIN) et Thomas Sterns (USA) assistés de David Brown (USA) et Jussi Terho (FIN).
Pénalités : Suisse 80' (2'+5'+20', 2', 8'+10'+10'+5'+20'), Allemagne 41' (0', 2', 4'+10'+5'+20').
Tirs : Suisse 41 (12, 10, 19), Allemagne 25 (6, 14, 5).
Évolution du score :
0-1 à 30'46" : Gogulla assisté de Hospelt et Sulzer


Suisse

Gardien : Martin Gerber [sorti de sa cage à 58'36"].

Défenseurs : Julien Vauclair - Mathias Seger (C) ; Félicien du Bois - Roman Josi ; Goran Bezina - Steve Hirschi ; Timo Helbling.

Attaquants : Ivo Rüthemann (A) - Martin Plüss (A) [puis Savary à 15'28"] - Thomas Déruns ; Thibaut Monnet - Andres Ambühl - Damien Brunner ; Paolo Duca - Paul Savary puis Kévin Romy à 15'28" - Romano Lemm ; Marcel Jenni - Morris Trachsler - Björn Christen.

Remplaçant : Tobias Stephan (G). En réserve : Daniel Manzato (G), Nino Niederreiter.

Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Robert Dietrich - Christian Ehrhoff ; Justin Krueger - Alexander Sulzer ; Korbinian Holzer - Constantin Braun ; Nicolai Goc.

Attaquants : André Rankel - Marcel Goc (C) - Felix Schütz ; Marcel Müller - Christoph Ullmann - Michael Wolf (A) ; Patrick Hager puis John Tripp à 35' - Kai Hospelt - Philip Gogulla ; Sven Felski (A) - Alexander Barta - Daniel Kreutzer.

Remplaçant : Rob Zepp (G). En réserve : Dimitrij Kotschnew (G), Sven Butenschön.