Russie - Allemagne (Mondiaux 2010, demi-finale)

L'Allemagne en veine d'exploit

20100522-Russie-Allemagne-13499Les Allemands sont privés pour la fin du tournoi de leur entraîneur-adjoint Ernst Höfner, logiquement suspendu pour avoir explosé le nez de Timo Helbling venu chercher des noises sur le banc local après le quart de finale. Le cas du défenseur suisse sera jugé ultérieurement. La Russie, quant à elle, est privée de Semin, remplacé par Sushinsky.

La grande surprise est cependant que les deux équipes ont changé de gardien après leur victoire en quart de finale. Semion Varlamov, que l'on pensait installé en numéro 1, est substitué par le double mètre Vassili Koshechkin qui avait la faveur de la presse russe.

Dans le camp allemand, Dennis Endras, héros contre la Suisse avec son blanchissage de 41 arrêts, est également laissé en tribune. Ce n'est pas non plus Dmitri Kotschnew, qui joue en KHL et a l'habitude du jeu russe, qui est titularisé, lui qui avait affronté la Russie en poule (2-3 dans un match déjà serré). Non, c'est le troisième larron, le Canadien naturalisé Rob Zepp, qui est dans les cages. Il n'avait joué que lors du succès contre la Finlande. On comprend d'entrée ce qui attend Zepp, puisque le premier tir de la partie, signé Evgeni Malkin, heurte sa transversale.

20100522-Russie-Allemagne-13434C'est un leurre car la Russie n'arrive pas à imposer son jeu. Les Allemands sont bien en place, et ce sont même eux qui gagnent la plupart des un contre un. La première pénalité est même contre Malkin, pour une obstruction sur le gardien. Les Allemands s'installent, et Nikolaï Kulemin charge alors Korbinian Holzer, envoyé tête la première à un mètre de la bande (11'26"). L'attaquant russe des Maple Leafs de Toronto compromet sans doute là les plans de son club, car le solide défenseur allemand, justement drafté par Toronto, s'apprêtait probablement à sauter le pas cet été. On utilise l'imparfait, car en voyant Holzer ne pas pouvoir se relever seul, totalement KO et les yeux dans le vague, il serait imprudent qu'il prenne ce risque maintenant alors qu'il avait déjà souffert d'une commotion cérébrale.

L'arbitre n'hésite pas et envoie Kulemin aux vestiaires. L'Allemagne, dont le pourcentage en supériorité numérique est inférieur à 5%, doit absolument profiter de ces cinq minutes, avec les quarante premières secondes à 5 contre 3. Le gardien Vassili Koshechkin avance sa grande carcasse, et quand elle est transpercée, il parvient à écarter le palet avec sa crosse, dans son dos : il ricoche sur Barta qui arrive au rebond et passe juste à côté du poteau ! Les Allemands bénéficient d'un petit coup de pouce supplémentaire avec une nouvelle pénalité contre Emelin. Ils ont maintenant près de deux minutes entières avec deux hommes de plus ! Cette fois ça paye : lancer de la bleue de Christian Ehrhoff dans les jambières du gardien et rebond pour Marcel Goc (0-1, 15'30"). C'est le jeune défenseur de NHL Dmitri Kulikov qui a laissé le capitaine allemand tout seul.

20100522-Russie-Allemagne-13450Le match n'en devient que plus intéressant. C'est en dribblant dans sa zone défensive que Pavel Datsyuk est fait trébucher par Kreutzer et obtient un premier avantage numérique pour la Russie. Elle ne le concrétise pas malgré deux déviations d'Aleksei Tereshchenko, l'une trop difficile à exécutrer et l'autre sur le gardien. Après vingt minutes, le public de la Kölnarena : son équipe mène au score face à l'immense favori.

La Russie peut se mettre à douter, surtout qu'elle gâche une nouvelle supériorité numérique en début de deuxième période : le moment le plus chaud est un breakaway de Felix Schütz, qui échoue sur Koshechkin.

À cinq contre cinq, les passes-abandons des rouges ne mettent jamais hors de position le bon bloc défensif allemand. Une passe en retrait trop osée donne un 2 contre 1 à Müller et Schütz, et Koshechkin intervient en coupant la passe avec sa jambière droite. Ovechkin, sifflé à chaque fois qu'il touche le palet (sans doute à cause d'une grosse charge dans les premières minutes), n'arrive jamais à passerindividuellement. Ce sont les Barta ou Ehrhoff qui ressortent de la bande avec le palet. Les Allemands n'ont plus peur de personne.

20100522-Russie-Allemagne-13823Seule la ligne Kovalchuk-Datsyuk-Malkin parvient à mettre le feu en zone offensive. Et c'est elle qui finit par égaliser : feinte de slap de Sergei Gonchar qui passe dans le cercle droit à son coéquipier à Pittsburgh, Evgeni Malkin, pour une reprise imparable (1-1, 31'07").

Le capitaine Kovalchuk trouve aussi une belle passe transversale pour Kulikov dont le slap frappe la transversale. Dans l'ensemble, les Russes restent extrêmement prudents et attentistes dans la construction du jeu, ne semblant pas avoir trouvé la solution au système défensif allemand.

Au début du troisième tiers-temps, Maksim Sushinsky - sur une de ses rares présences car Afinogenov le remplace le plus souvent sur une rotation réduite à trois lignes - manque le palet alors qu'il la cage grande ouverte. La Russie fait monter la pression avec Ovechkin puis Malkin qui repiquent en puissance sur la cage. Après quelques minutes où elle a été totalement dominée, l'Allemagne reprend le contrôle de la situation avec un jeu très direct qui minimise surtout les erreurs.

20100522-Russie-Allemagne-13698L'horloge tourne à l'avantage du pays-hôte, mais à cinq minutes de la fin, Felski concède une pénalité inutile en accrochant Tereshchenko en zone neutre. Une supériorité numérique capitale à cet instant. Braun laisse Malkin au rebond sur un tir en angle d'Ovechkin, mais Zepp bloque vite ce palet. Gonchar trouve une passe pour Datsyuk, mais la rondelle saute et le centre de Detroit peine à le contrôler. Les cinq stars russes (Kovalchuk est le cinquième), restées deux minutes sur la glace, n'a donc pas fait la différence.

À deux minutes de la fin, l'Allemagne s'installe en zone offensive et Philip Gogulla pivote pour une passe en retrait vers Justin Krueger à la bleue... Pavol Datsyuk intercepte, s'échappe à 2 contre 1, fait croire à la passe et crucifie Zepp au premier poteau (1-2, 58'10"). C'était presque la seule prise de risque allemande du match, lourde de conséquences. Gogulla, le buteur du quart de finale, a cette fois gâché l'exploit. Uwe Krupp sort son gardien, l'Allemagne s'acharne en zone offensive jusqu'à la fin, mais en vain.

Les Allemands sont passés tout près de ce qui aurait été le plus gros exploit de l'histoire des championnats du monde dans un match à enjeu. La Russie s'est sentie en danger pour la première fois dans ce Mondial, ce qui pourrait lui servir en finale contre les Tchèques.

Désignés joueurs du match : Vassili Koshechkin pour la Russie et Rob Zepp pour l'Allemagne.

20100522-Russie-Allemagne-13704Commentaires d'après-match

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Nous avons eu un départ difficile. Après avoir pris un but de retard, il était très dur de percer la défense allemande. L'Allemagne a encore joué avec beaucoup de coeur. Nous étions bien préparés, nous savions que ce ne serait pas un match facile. Je crois que ce match était une très bonne publicité pour le hockey sur glace. En particulier parce qu'on a pu voir qu'une équipe avec beaucoup de stars et une autre avec beaucoup de coeur pouvaient livrer un super match. [...] Nous voulions donner une chance à notre second gardien. Semin ne se sentait pas bien, mais il jouera demain, comme Varlamov."

André Rankel (attaquant de l'Allemagne) : "Je pense que nous pouvons être très fiers de notre match. Au premier tiers, je crois que nous étions même la meilleure équipe. Peut-être avons-nous laissé passer l'occasion de mettre des buts, surtout en supériorité. Le match pour la troisième place ne sera pas facile, mais nous donnerons toujours de notre mieux. Celui qui nous aurait que nous jouerions pour une médaille, nous l'aurions pris pour un fou. C'est une chance unique et nous voulons la saisir."

 

20100522-But_de_la_victoire_russe-13844

 

20100522-Les_larmes_apres_le_but_russe-13865Russie - Allemagne 2-1 (0-1, 1-0, 1-0)
Samedi 22 mai 2010 à 18h00 à la Lanxess Arena de Cologne. 18734 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Baluska (SVK) et Jari Levonen (FIN) assistés de Roger Arm (SUI) et Frantisek Kalivoda (TCH).
Pénalités : Russie 31' (4'+5'+20', 2', 0'), Allemagne 8' (2', 4', 2').
Tirs : Russie 32 (9, 6, 17), Allemagne 27 (13, 7, 7).
Évolution du score :
0-1 à 15'30" : M. Goc assisté d'Ehrhoff et Schütz (double sup. num.)
1-1 à 31'07" : Malkin assisté de Gonchar et Kovalchuk
2-1 à 58'10" : Datsyuk


Russie

Gardien : Vasili Koshechkin.

Défenseurs : Denis Grebeshkov - Konstantin Korneïev ; Sergei Gonchar - Dmitri Kalinin ; Alekseï Emelin - Ilya Nikulin ; Dmitri Kulikov - Vitali Atyushov.

Attaquants : Aleksandr Ovechkin (A) - Sergei Fedorov (A) - Maksim Sushinsky ; Ilya Kovalchuk (C) - Pavel Datsyuk - Evgeni Malkin ; Aleksandr Frolov - Alekseï Tereshchenko - Viktor Kozlov ; Nikolaï Kulemin [expulsé à 11'26"] - Artyom Anisimov - Maksim Afinogenov.

Remplaçant : Aleksandr Eremenko (G). Absents : Semyon Varlamov (G), Aleksandr Semin, Sergei Mozyakin (en réserve).

Allemagne

Gardien : Dimitrij Kotschnew.

Défenseurs : Robert Dietrich - Christian Ehrhoff ; Justin Krueger - Alexander Sulzer ; Korbinian Holzer [sorti KO à 11'26"] - Constantin Braun ; Nicolai Goc - Sven Butenschön.

Attaquants : André Rankel - Marcel Goc (C) - Felix Schütz ; Marcel Müller - Christoph Ullmann - Michael Wolf (A) ; Sven Felski (A) - Alexander Barta - Daniel Kreutzer ; John Tripp - Kai Hospelt - Philip Gogulla.

Remplaçant : Rob Zepp (G). Absents : Dennis Endras (G), Patrick Hager (fracture du métacarpe), Frank Hördler (en réserve).