Suède - Allemagne (Mondiaux 2010, match pour la 3e place)

Pas de miracle, cette fois…

20100523-Suede-Allemagne-14071Cette petite finale vaut tout l'or du monde pour l'Allemagne, surprise du chef de ces mondiaux pas comme les autres. La bande à Uwe Krupp, qui s'est totalement replacée sur l'échiquier mondial, a fait déjouer tous ses adversaires en s'appuyant sur un bloc défensif de tous les instants. Une muraille presque infranchissable avec des gardiens solides, mais quasiment novices à ce niveau. Le Canadien naturalisé Rob Zepp, Dimitrij Kotschnew et le Bavarois Dennis Endras, déjà déterminant dans l'excellente saison d'Augsbourg, se sont relayés avec succès devant le filet.

Même la "grande Russie", par deux fois dans ce tournoi, s'est cassé les dents sur le "rideau de fer allemand" signe que la Nationnalmannschaft a passé le stade de la confirmation. Pour autant, cette demi-finale a eu raison de Korbinian Holzer, le robuste arrière de Düsseldorf, légèrement commotionné après la charge de Nikolai Kulemin. Une absence de poids, au propre comme au figuré d'ailleurs, à l'heure de croiser le fer avec la Suède.

L'enjeu du bronze décuple la motivation allemande. Il y a quelques jours encore, ramener une breloque aurait tenu du miracle, voire du fantasme. Pourtant force est de constater que le pays hôte y a toute sa légitimité. Reste maintenant à "bétonner", une dernière fois, pour commencer l'été « bronzés ». Sauf que les Nordiques, depuis trois ans maintenant, ont pris l'habitude de disputer la petite finale. C'était déjà le cas, sans succès, à Québec en 2008 (0-4, contre la Finlande) alors qu'à Berne, l'an passé, ils s'étaient défaits des États-Unis (4-2).

20100523-Suede-Allemagne-14104La Suède a rapidement digéré l'échec tchèque et n'entendait pas rentrer bredouille au pays. Bengt-Åke Gustafsson a pour l’occasion permuté tous ses centres, excepté celui de la première ligne, Tony Mårtensson. Rickard Wallin, qui sort d’une saison difficile à Toronto, a donc rallié le deuxième trio aux-côtés de Mikael Backlund et Jonas Andersson.

Avec quatre buts au compteur (avant ce match), Andersson est le meilleur buteur suédois du tournoi. ex-aequo avec un certain Magnus Pääjärvi-Svensson. Le jeune prodige de Timrå est d’ailleurs le premier en action. Il croise en zone neutre et réceptionne à la rouge une passe tendue de Christian Bäckman avant de faire parler sa vitesse d'exécution. Alexander Sulzer est mis dans le vent et la défense allemande, prise de vitesse, ne peut que constater les dégâts. Dennis Endras, qui sera désigné "MVP" de ce tournoi, voit le tir du Suédois lui passer sous le bras (1-0 à 02'56"). Cela ne pouvait pas mieux commencer pour les Suédois, qui n'auront du coup pas à subir l'attentisme germanique, même s'ils concèdent l'égalisation en contre-attaque.

Alexander Barta, qui sonne la charge côté gauche, choisit de lancer au rond d'engagement, ignorant ses deux coéquipiers montés à sa droite. Gustavsson concède un rebond qui prend la défense à contre-pied. Erik Karlsson en est encore à se demander où est le palet qu'Alexander Barta s'est replacé dans le slot pour mieux déporter le gardien (1-1 à 36'07"). Cologne s'enflamme. Et s'il y avait un nouveau miracle ?

20100523-Suede-Allemagne-14135Problème, la Suède ne l'entend pas de cette oreille et reprend l'avantage au troisième tiers-temps, sur une accélération côté droit de Jonas Andersson. Ce dernier, plutôt que de centrer en première intention, choisit de se remettre sur son bon côté pour adresser un centre-tir filant entre les bottes d'Endras (2-1 à 43'57"). Ce diable d'Andersson scelle ensuite le succès nordique, en cage vide (3-1 à 59'27").

La déception est immense pour les coéquipiers de Christian Ehrhoff, qui a d’ailleurs mérité sa nomination dans l’équipe-étoile du tournoi. Une belle consolation, tout de même, pour le défenseur des Canucks de Vancouver, qui a rejoint le groupe en cours de Mondial. Marcel Goc, l’autre NHLer à « temps plein » de l’équipe, avouait qu'il lui faudrait encore quelques semaines pour prendre la mesure de l'exploit réalisé lors de ces Mondiaux.

Les Scandinaves se contenteront de cette troisième place dans ce Mondial sans dessus-dessous. Avant de partir, le sélectionneur Bengt-Åke Gustafsson fait parler de lui une dernière fois en prenant un temps mort à une seconde de la fin, ce qui lui permet de faire symboliquement entrer en jeu le gardien remplaçant Anders Lindbäck qui n'avait pas joué du tournoi.

Désignés joueurs du match : Magnus Johansson pour la Suède et Christian Ehrhoff pour l'Allemagne.

Les trois meilleurs Allemands du tournoi selon leurs entraîneurs : Dennis Endras, Felix Schütz et Marcel Goc.

Les trois meilleurs Suédois du tournoi selon leurs entraîneurs : Jonas Gustavsson, Jonathan Ericsson et Magnus Pääjärvi-Svensson.

20100523-Suede-Allemagne-14020Commentaires d'après-match

Uwe Krupp (entraîneur de l'Allemagne) : "Nous avons travaillé aussi dur que nous le pouvions encore. Quand on ne marque qu'un but, c'est difficile de gagner un match. Comme je l'ai déjà dit, notre évaluation d'un match n'est pas liée au résultat. Nous avons joué constamment bien dans ces Mondiaux et nous avons atteint le maximum."

Sven Felski (attaquant de l'Allemagne) : "Nous pouvons être très fiers d'avoir été les porte-étendards de notre sport. C'était mon dernier match en équipe nationale. On verra combien de temps je continue en club. Heureusement les gars me maintiennent jeune."

Dennis Endras (gardien de l'Allemagne) : "Quand on joue une finale, on veut la gagner. Mais les Suédois étaient très forts et  ne nous ont pas laissé grand-chose. J'espère que les sponsors ont pu voir qu'on doit pouvoir faire quelque chose au hockey sur glace. On ne doit pas laisser perdre ça."

Christian Ehrhoff (défenseur de l'Allemagne) : "J'ai demandé à Bengt-Åke Gustafsson pourquoi il a pris un temps mort à 0,7 seconde de la fin. Je n'ai pas compris la réponse, mais ça ne se fait pas. Mais c'est digéré. Chaque joueur a livré une grande performance. La défense a été bonne, le gardien vraiment super."

Bengt-Åke Gustafsson (entraîneur de la Suède) : "Ce temps mort n'avait rien à voir avec l'Allemagne. J'ai été critiqué par les médias suédois après la demi-finale, parce que j'avais pris un temps mort et que nous avions ensuite concédé l'égalisation. C'était seulement pour les médias suédois."

 

20100523-Suede-Allemagne-14231

 

Suède - Allemagne 3-1 (1-0, 0-1, 2-0).
Dimanche 23 mai à 16h15 à la Lanxess-Arena de Cologne. 15 873 spectateurs.
Arbitres : Chris Savage (CAN) et Vladimir Sindler (TCH) assistés de Jussi Terho (FIN) et Miroslav Valach (SVK).
Pénalités : Suède 4' (0', 0', 4') ; Allemagne 6' (0', 2', 4').

Évolution du score :
1-0 à 02'56" : Pääjärvi-Svensson  assisté de Bäckman
1-1 à 36'03" : Barta assisté de Kreutzer
2-1 à 43'57" : Andersson assisté de Wallin et Johansson
3-1 à 59'27": Andersson assisté de Johansson (cage vide)

 

Suède

Gardien : Jonas Gustavsson.

Défenseurs : Victor Hedman - Magnus Johansson (C) ; Jonathan Ericsson - Erik Karlsson ; Oliver Ekman-Larsson - Christian Bäckman ; Carl Gunnarsson - Sanny Lindström.

Attaquants : Magnus Pääjärvi-Svensson - Tony Mårtensson - Marcus Nilson ; Mikael Backlund - Rickard Wallin (A) - Jonas Andersson ; Linus Omark - Niklas Persson (A) - Johan Harju ; Michael Nylander - Andreas Engqvist - Fredrik Pettersson.

Remplaçant : Anders Lindbäck (G). Absents : Jacob Markström (G), Mattias Weinhandl (commotion), Jimmie Ericsson (genou).

Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Robert Dietrich - Christian Ehrhoff ; Justin Krueger - Alexander Sulzer ; Nikolai Goc - Constantin Braun ; Frank Hördler - Sven Butenschön.

Attaquants : André Rankel - Marcel Goc (C) - Felix Schütz ; Marcel Müller - Christoph Ullmann - Michael Wolf (A) ; Sven Felski (A) - Alexander Barta - Daniel Kreutzer ; John Tripp - Kai Hospelt - Philip Gogulla.

Remplaçant : Rob Zepp (G). Absents : Dimitrij Kotschnew (G), Patrick Hager (fracture du métacarpe), Korbinian Holzer (commotion).