Chicago Blackhawks - Philadelphia Flyers (NHL, finale coupe Stanley, match 1)

Tout en haut des gradins de l’United Center, la patinoire de Chicago, on peut lire l’inscription suivante en néons rouges géants : "Welcome to the madhouse" (« bienvenue dans l’asile de fous »). Effectivement, le premier match de cette finale fut bel et bien un match de fou : 11 buts ont été inscrits (dont 5 en première période, égalisant un record NHL de finale de coupe Stanley) et aucune équipe n’a réussi à prendre un ascendant net durant le match car il y a eu quatre changements d’équipe menant au score.

De manière assez curieuse, si l’accent a été nettement mis sur l’attaque dans ce premier match, les premières lignes de chaque équipe ont brillé par leur discrétion. Ainsi, la ligne Byfuglien – Toews – Kane pour Chicago et celle composée de Gagné – Richards – Carter n’ont produit aucun but et chacun des joueurs a terminé avec un différentiel de -2 ou -3. La raison de l’improductivité de la ligne principale de Chicago n’est pas difficile à trouver : Chris Pronger, le défenseur numéro un des Flyers, s’est révélé à la hauteur de l’évènement et a considérablement gêné les attaquants adverses.

On attendait ainsi sa confrontation avec Dustin Byfuglien, meilleur buteur de Chicago dans ces playoffs, dont la présence imposante face au but a donné du fil à retordre aux défenseurs adverses. Pronger a réussi à prendre un certain ascendant sur le géant des Blackhawks en jouant des coudes et de la crosse pour l’empêcher de faire écran face à Leighton ou de reprendre des rebonds.

Fatalement, comme le score a été fleuve, les gardiens n’ont pas été à la fête : Leighton a dû laisser sa place à Boucher après avoir encaissé 5 buts en 20 tirs en un peu plus de trente minutes de jeu. Le vétéran des Flyers a effectué une bonne entrée avec 11 arrêts sur 12 tirs mais sa seule erreur coûte cher puisque c’est lui qui encaisse le but victorieux. Peter Laviolette (l’entraîneur de Philadelphie) a sorti Leighton pour rebooster sa défense, ne considérant pas qu’il ait fait une mauvaise performance ni qu’il porte une responsabilité importante sur les buts. La soirée ne fut pas simple non plus pour Niemi, de l’autre côté de la glace, puisque le jeune Finlandais de Chicago a encaissé 5 buts sur 32 tirs.
 
Chicago apparaissait avant le début de ce match comme le favori logique, recueillant des pronostics favorables de la plupart des observateurs et apparaissant plus consistants que les Flyers, capables du meilleur comme du pire. Ce sont toutefois les visiteurs qui réalisent la meilleure entame de match, grâce notamment à une discipline de fer qui leur permet d’imprimer leur rythme : alors que Chicago est pénalisé à trois reprises pendant cette période, aucune pénalité ne sera sifflé contre Philadelphie de tout le match. Les Flyers mettent donc rapidement la pression devant Niemi : sur leur première supériorité numérique, Richards signe le premier tir dangereux, du poignet, après avoir repiqué depuis la bande droite vers le centre de la zone mais Niemi arrête le tir et ne concède pas de rebond (4’25).
 
Malgré cette première supériorité numérique qui ne donne rien, les Flyers persistent et profitent d’une erreur de la défense : sur un mauvais dégagement de Campbell, le palet reste dans la zone de Chicago grâce à Pronger puis Brière, à la bleue, trouve Ville Leino à droite. Celui-ci tire vers Niemi, en espérant que Hartnell dévie sa frappe. C’est finalement Niemi qui repousse le palet sur Hjalmarsson qui le redirige dans son propre but (0-1, 6’38). Les locaux réagissent vite : sur une attaque où toute l’équipe des Blackhawks occupe la zone offensive, Hossa travaille derrière le filet avec le palet puis se replace à la gauche du but, il temporise puis passe à Brouwer, avancé devant la bleue. Leighton ne se déplace pas suffisamment rapidement pour intercepter la frappe qui atterrit dans sa lucarne droite (1-1, 7’46).
 
Les Flyers ont ensuite l’occasion de reprendre l’avantage quand un cinglage est sifflé contre Patrick Kane. Mais, pendant cette supériorité numérique, alors que toute l’équipe des Flyers occupe la zone des Blackhawks, Bolland effectue un pressing sur Gagné puis sur Coburn, à la bleue et récupère le palet dans la crosse du défenseur. Il remonte ensuite toute la glace, puis tire entre les jambières de Leighton, le palet heurte la crosse du gardien mais rentre malgré tout dans le but (2-1, 11’50), voir photo ci-dessous. Plus tard dans la période, c’est Campbell qui se retrouve pénalisé pour crosse haute et les Flyers ne tremblent pas : un tir de Pronger de la bleue trouve le poteau mais Giroux lui renvoie le palet. Niemi se couche pour arrêter son second tir mais il ne parvient pas à l’intercepter et Hartnell en profite pour marquer (2-2, 16’37), deuxième photo ci-dessous.
 
But de Dave Bolland en infériorité numérique - Photo : Getty Images
 
alt
But de Scott Hartnell - Photo : Getty Images
 
En toute fin de période, Patrick Kane perd un palet à l’entrée de sa zone face à Hartnell, qui trouve Brière face au but. Le Québécois tire malgré deux défenseurs face à lui mais Niemi repousse en se couchant. Toutefois, le palet revient dans la crosse de Brière qui ne manque pas le cadre et trompe le gardien finlandais toujours couché (2-3, 19’33). L’avantage pour les visiteurs à la fin de la première période est finalement logique dans la mesure où ils ont dominé les locaux aux tirs cadrés 17 à 9.
 
alt
But de Daniel Brière (à droite, en blanc et orange) - Photo : Getty Images
 
La deuxième période repart sur les mêmes bases : sur une contre-attaque initiée par Brouwer, Sharp se retrouve en position de deux contre un avec Marian Hossa. Il choisit finalement de tirer du poignet dans la lucarne gauche de Leighton, du côté de sa mitaine (3-3, 21’11). Les visiteurs ne désarment pas, cependant : Leino est mis en échec par deux Blackhawks derrière le but de Niemi mais Brière parvient à récupérer le palet. Il revient face au but et trouve Hartnell, face au slot de Niemi, mais le gardien finlandais s’interpose face à son tir (24’26). La solution vient finalement de la quatrième ligne : Betts récupère un palet à la bande droite et parvient à trouver la lucarne droite de Niemi (3-4, 27’20).
 
La réaction locale est encore une fois rapide : Kopecky rentre dans la zone des Flyers par la bande droite et parvient derrière le but. Il trouve Versteeg face au but et celui-ci doit s’y reprendre à deux fois pour marquer, son premier tir ayant été repoussé par Leighton (4-4, 29’31), photo ci-dessous. Les fans des Blackhawks ont une soudaine frayeur quand, sur une contre-attaque des Flyers, Niemi voit que Powe va devancer Campbell et décide de sortir intercepter le palet. Campbell parvient à éloigner le palet vers la bande gauche mais le but est alors vide. Powe récupère le palet et l’adresse à Laperrière, seul face au but, mais Niemi a réussi à se replacer et intervient face à l’attaquant des Flyers (34’18).
 
alt
But de Kris Versteeg - Photo : Getty Images
 
En fin de période, les locaux reprennent l’avantage au score : Hossa, derrière le filet, trouve Brouwer face au but dont la reprise trompe Leighton (5-4, 35’18). Mais Chicago ne rentrera pas au vestiaire avec cet avantage : sur le côté gauche du but de Niemi, Brière récupère le palet et adresse une transversale vers Asham, placé de l’autre côté. Cette passe sur prend Niemi qui ne parvient pas à arrêter la reprise d’Asham malgré un grand écart (5-5, 38’49).
 
L’entame de la troisième période est aussi très enlevée : Versteeg, sur la gauche de la zone des Flyers, sert Bolland, face au but, mais Boucher parvient à arrêter le déviation du centre (40’12). Sur un mauvais dégagement de leur zone, les défenseurs des Flyers se mettent ensuite en danger : Versteeg trouve Kopecky seul sur le côté gauche de la zone. L’ailier slovaque s’approche de Boucher et celui-ci sort pour couper l’angle. Mais Kopecky se montre patient et dépasse le gardien pour glisser le palet dans le but (6-5, 48’25), voir photo ci-dessous. Kopecky avait réussi un bon début de playoffs (aligné avec Patrick Sharp et son compatriote Marian Hossa sur la troisième ligne) avait été écarté de l’effectif suite au retour de Troy Brouwer. Après cinq matchs d’absence, il revient dans l’effectif suite à la blessure d’Andrew Ladd et se distingue grâce à ce but. Philadelphia ne reviendra plus, malgré quelques actions intéressantes comme une déviation de Carter puis un tir de Brière que Niemi, avancé devant son but, capte de la mitaine (57’54).
 
Le deuxième match de la série aura à nouveau lieu à l’United Center de Chicago, lundi soir.
 
alt
But de Tomas Kopecky - Photo : Getty Images

Chicago Blackhawks – Philadelphia Flyers : 6-5
Chicago mène la série 1 match à 0
 
Tirs cadrés : Chicago 32 (17, 9, 6), Philadelphia 32 (9, 15, 8)
 
Evolution du score :
0-1 à 6’38 : V. Leino (D. Brière et C. Pronger)
1-1 à 7’46 : T. Brouwer (M. Hossa et B. Sopel)
2-1 à 11’50 : D. Bolland en inf. numérique
2-2 à 16’37 : S. Hartnell (D. Brière et C. Pronger) en sup. numérique
2-3 à 19’33 : D. Brière (V. Leino et S. Hartnell)
3-3 à 21’11 : P. Sharp (T. Brouwer et N. Hjalmarsson)
3-4 à 27’20 : B. Betts (A. Asham et D. Powe)
4-4 à 29’31 : K. Versteeg (T. Kopecky et D. Keith)
5-4 à 35’18 : T. Brouwer (M. Hossa et N. Hjalmarsson)
5-5 à 38’49 : A. Asham (D. Brière et S. Hartnell)
6-5 à 48’25 : T. Kopecky (K. Versteeg et D. Bolland)
 

Chicago Blackhawks
 
Gardien : Antti Niemi
 
Défenseurs : Brent Seabrook - Duncan Keith (A) ; Niklas Hjalmarsson - Brian Campbell ; Brent Sopel - Jordan Hendry
 
Attaquants : Dustin Byfuglien - Jonathan Toews (C) - Patrick Kane ; Troy Brouwer - Patrick Sharp (A) - Marian Hossa ; Tomas Kopecky - Dave Bolland - Kris Versteeg ; Ben Eager - John Madden - Adam Burish
 
Remplaçant : Cristobal Huet (G)
En réserve : Colin Fraser, Nick Boynton et Bryan Bickell
Blessés : Kim Johnsson et Andrew Ladd
 
Philadelphia Flyers
 
Gardien : Michael Leighton puis Brian Boucher à 35’18.
 
Défenseurs : Matt Carle – Chris Pronger ; Kimmo Timonen (A) – Braydon Coburn ; Ryan Parent – Lukas Krajicek
 
Attaquants : Simon Gagné - Mike Richards (C) - Jeff Carter (A) ; Scott Hartnell - Daniel Brière - Ville Leino ; James Van Riemsdyk - Claude Giroux - Arron Asham ; Ian Laperrière - Blair Betts - Darroll Powe
 
En réserve : Oskars Bartulis, Mika Pyörälä, Danny Syvret, David Laliberté, Jared Ross, John Kalinski, Dan Carcillo, Andreas Nödl et Riley Cote
Blessé : Ray Emery (genou)
 

3 étoiles du match : Troy Brouwer (Chicago), Marian Hossa (Chicago) et Chris Pronger (Philadelphie).