Conférence de presse des Gothiques

« L’effectif est bouclé »

Voilà ce que déclarait le président amiénois Thomas Henno lors de la conférence de presse des Gothiques le 7 juin au Coliseum. Au groupe, à l’édifice des Gothiques, il manquait une pièce qui se révèle être de taille : Kevin Hecquefeuille, international français formé à Amiens et passé dans les rangs du champion grenoblois a officialisé ce jour son retour en Picardie après deux ans dans les meilleurs championnats européens.

"Je suis très content, confie la dernière recrue amiénoise. C’est un choix de ma part de revenir ici et de retrouver ce club. J’ai parlé avec le président en décembre qui m’a fait part de ses intérêts pour moi quand, de mon côté, je ne savais pas encore ce que je voulais faire. J’ai pris la décision de revenir en tant qu’arrière, ce qui sera un nouveau challenge pour moi. J’en prends la responsabilité. L’affaire s’est fait rapidement. »

Rapidement, c’est le mot. De bonnes discussions avec le staff amiénois contre la lenteur de Ryan Mahrle à signer son contrat, le président Henno a vite choisit : « Mahrle était un joueur avec qui j’étais en contact. Pour le reste, c’est très simple : Il avait une date butoir de retour de son contrat, signé. Il a joué un peu la montre et l’échéance est arrivée quand Kevin qui nous plaisait vraiment est revenu vers nous, après des discussions plus tôt dans l’année. C’est une bonne surprise de voir Kevin parmi nous. »

Exit donc l’Américain, welcome Canada Air Hockey : Si l’international français arrive en apothéose, le Président amiénois n’a pas manqué de rappeler les arrivées prochaines des Thompson, Bergin et Deniset : « J’ai eu récemment ce dernier au téléphone, reprend Henno, et il se montre très enthousiaste à l’idée de venir. C’est un gabarit moyen. Pour les autres, il y a une volonté d’amener du poids ». En effet, en plus d’une énième arrivée d’un lot de trois canadiens (qui cependant viennent d’échelons supérieurs à ceux de leurs prédécesseurs), le Tchèque Martin Tomasek venu tout droit de l’élite slovaque, tchèque et – excusez du peu – de la Superliga russe ancêtre de la KHL, posera lui aussi ses bagages à Amiens.

Alors des kilos, certes, mais des jeunes, aussi, pour compléter un « effectif plus court que celui de l’an dernier » dixit Thomas Henno. Pour ces jeunes, c’est l’entraineur Antoine Richer qui se charge de présenter les trois protégés d’Olivier Duclos : les U18 Florent Neyens, Aina Rambelo et le Cadet Marius Serer sont décrits comme des guerriers. De l’audace, ces jeunes produits amiénois devront en avoir pour garder leurs places dans la cour des grands. Avec en plus l’arrivée d’un Léo Bertein back up élite qui gardera la cage des juniors, on peut dire que les Roses changent tout en gardant un groupe semblable. Evoluer sans tout casser, les Mortas, Bachet, Kowalczyck, Pazak et consorts sont là pour « mêler l’expérience à la jeunesse dans ce groupe » admet le président Henno.

Raison supplémentaire pour apprendre des autres, trois jeunes suédois de 1990 (Mathias Lundqvist, Mathias Kippola et Mathias Sandberg) feront partie du camp d’été avec le groupe en août prochain. Les trois scandinaves jouant dans la deuxième division de leur pays (au MB Hockey) pourront engranger de l’expérience et seront possiblement conservés en fonction de critères sportifs et financiers. Cette triple participation au camp d’été se fait dans le cadre d’un partenariat avec un club suédois.

Reste que le groupe évoluera encore en Rose l’an prochain, couleur qui ne dérange pas Kevin Hecquefeuille : « Je suis parti, le maillot était noir et blanc. Je reviens, il est rose. Honnêtement, cela ne change strictement rien pour moi. Je porterai ce que l’on me donnera et je jouerai avec. » À ce sujet, le Président justifie : « On ne va pas faire un retour en arrière, du moins pas sous ma présidence. Le maillot changera encore un peu, mais pas énormément. »

Les objectifs, du reste, sont annoncés par Thomas Henno : « On a une équipe capable d’aller en demi-finale et de faire partie des quatre premiers du championnat. On vise aussi la Coupe de France. Pour le moment, nous mettons la Coupe de la Ligue de côté car sa formule pourrait être revue. De plus, il ne faut pas trop s’éparpiller. »

Adrien Lhermitte

Photos : Jérémy Beuvin