Déclaration du président de la SASP de Briançon

Je suis Luc Rougny, le président du conseil de surveillance de la SASP Grand Briançonnais Hockey qui s'est créée pour la gestion de nos "Diables Rouges". Certains d'entre vous me connaissent pour m'avoir croisé autour de la buvette de la patinoire, puisque, depuis deux ans maintenant, j'en avais la responsabilité avec mon ami Pierre Roman.

Je vous parle, aujourd'hui, au nom des 17 actionnaires, pour la plupart des socio professionnels de notre ville, afin de vous expliquer ce qui s'est réellement passé autour de notre équipe depuis quelques mois.

Nous nous sommes positionnés pour les raisons suivantes :
- L'amour de ce sport et des joueurs qui nous font vibrer chaque mardi et samedi.
- Parce que la nouvelle équipe municipale avait clairement annoncé lors de son élection de septembre dernier ne plus vouloir assurer la gestion du club.
- Parce que nous n'étions pas d'accord avec la gestion de la nouvelle présidence sur la dernière saison.

En mars dernier, nous nous sommes rapprochés de l'actionnaire majoritaire de la SAEMS des Diables Rouges, à savoir la commune et plus particulièrement son Maire : Gerard Fromm. Nous ne connaissions pas exactement la situation financière de la SAEMS, mais nous avions des doutes sur sa viabilité :
- Déficit d'ISHA, environ 200 000€
- Gestion de la saison 09/10 inquiétante, mais nous ne savions pas exactement... puisque le bilan comptable s'arrêtait au 30 avril 2010.

Par conséquent, avec l'accord de la mairie, nous avons créé avec nos fonds propres, et l'appui indispensable du BAPHC, une SASP (Société Anonyme Sportive Professionnelle). Conscient des difficultés futures de la SAEMS, nous avons négocié l'abandon d'une partie de notre subvention municipale de 350 000€, afin de combler une partie du déficit de la SAEMS, soit 70 000€ pendant 3 ans (210 000€). Cette société nous a permis de démarcher les collectivités publiques, car il faut savoir qu'aujourd'hui et demain elles ne donneront plus aux SAEMS (structure actuelle de la gestion du club). Cela nous a été confirmé par le Conseil Régional, qui nous a proposé un sponsoring de 100 000€, uniquement si nous étions en SASP.

À partir de là, nous avons travaillé sur 2 axes. D'abord, la construction du budget :
- Ville de Briancon : 280 000€
- Conseil général : 94 000€
- Conseil régional : 100 000€
- Communautés de Communes du Briançonnais : 40 000€
- Le privé avec de nouveaux arrivants (France Boissons, Heineken, Eau minérale St Yorre, Café Kimbo, etc), mais aussi des anciens (Géant, McDo, Andaska, Groupama, Kia...)

Pour info, au 15 juin, nous avions 1 050 000€ (y compris entrées prévisionnelles de la patinoire et des buvettes) confirmés pour un budget estimé à 1 300 000€.

En parallèle, nous avons construit l'équipe avec Luciano Basile ; alors là je vous le dis... On l'aime ou on ne l'aime pas, je n'ai pas été toujours d'accord avec lui, il est parfois trop bavard, et j'en parle d'autant plus volontiers que je lui ai dit en face, mais c'est un pro !

Nous sommes montés à la présentation de notre budget à la fédé le 28 juin en compagnie du Président de la SAEMS, de Maryse notre fidèle comptable, de Bernard Rouillard et d'Eric Peythieu (adjoint aux sports), nous étions confiants mais inquiets : car maintenant à la présentation du budget la SAEMS annonce un déficit cumulé de 427 000€, le trou s'était creusé !

Lors de cette présentation, la commune a rassuré la commission de contrôle, nous avons présenté notre projet avec l'épurement des dettes sur trois ans de la SAEMS. Et nous sommes partis confiants ! Réponse dans huit jours, nous ont-ils dit.

Et là, patatras ! Le 30 juin, la SASP n'est pas reconnue, le budget doit être repensé. Le 6 juillet, les membres de la SAEMS et du BAPHC montent présenter le nouveau budget de la SASP, avec une première baisse de la masse salariale. Le 8 juillet Je monte de nouveau à Paris pour rencontrer le président de la fédération Luc Tardif en compagnie de Gérard Fromm. Fromm lui explique que seule une SASP est possible. Il s'engage et confirme (vote unanime du conseil municipal le 5 juillet) que la mairie veut régler les dettes de la SAEMS et prendra la présidence jusqu'a épurement du passif.

La commission de contrôle demande encore des efforts de réduction de la masse salariale des joueurs - et uniquement des joueurs - de 100 000€, nous transigeons à 50 000€ et 50 000€ sur d'autres postes avec Tardif qui nous soutiendra auprès de sa commission si nous faisons des efforts ! Deux jours après, la commission de contrôle nous indique qu'elle a bien noté que nous avions baissé la masse salariale de 100 000€, mais qu'il manquait encore 50 000€ sur les joueurs ! Alors là, je deviens fou ! Vous pouvez avoir une équipe de "peintres" dirigée par un entraîneur à 20 000€/mois. J'écris au Maire et à Tardif en gros cela suffit ! Il faut imaginer que Luciano pendant trois jours a appelé les joueurs pour baisser leurs salaires et merci à eux, ils ont tous dit oui, Luciano et Alex Rouillard ont accepté également la baisse de leur rémunération. Pendant la nuit, je réfléchis et me dis que ce n'est pas possible, j'accepte donc de baisser encore de 50 000€ (au début nous étions à 680 000€/an pour finir à 508 000€/an), et oui, je sais, il faut faire comme d'autres clubs en France, il faut trouver des astuces et laisser des joueurs sur le carreau ! Je confirme par mail à Tardif, qui me répond, je cite : "il fallait le faire pour avoir une chance d'aboutir".

Et à notre grande joie, nous sommes validés vendredi 23 juillet, mais pas la SASP, la SAEMS avec un contrat d'objectifs à signer avant le lundi 26 juilletà midi, accompagné d'un chèque de 45 000€ pour dépassement de la masse salaire joueurs sur la saison 2009/10.

J'appelle Tardif, il m'indique qu'il n'est pas arrivé à convaincre sa commission de contrôle, m'indique qu'il va convoquer un conseil fédéral le lundi 26 à 16 heures, alors que nous devons rendre notre décision à midi ! Dimanche soir, il me rappelle, pour m'informer que sur les sept membres du Conseil fédéral quatre ont voté en défaveur de notre projet. La fédération a décidé, pour des "raisons d'éthiques sportives", de valider la SAEMS, avec un déficit maintenant de 472 000€ (et oui il y a la prune !).

Avec un sponsor en moins : la région pour 100 000€. Plutôt qu'une SASP qui s'engageait à régler 210 000€ du passif de la SAEMS et une commune qui avait délibéré pour solder la dette, pour un hockey enfin sans politique et luttes partisanes qui tuent à petit feu notre Briançonnais.

Voilà pourquoi nous n'avons pas signé lundi matin, car si nous reprenions avec la SAEMS, nous ne faisions pas trois mois de la saison en gérant le quotidien. J'ai sûrement été naïf de penser que le travail, l'abnégation, la transparence et l'honnêteté payaient dans le sport, mais je ne changerai pas ! Nous allons explorer toutes les pistes, y compris juridiques, pour faire valoir nos droits, en attendant notre structure reste ouverte pour un départ en division 3.

En ce qui concerne la SASP, je vous ai tout dit, pour la gestion de la SAEMS, je le sentais venir depuis quelques mois, mais "je n'avais pas les clefs", d'autres les ont, j'espère qu'ils auront le courage de s'expliquer. En attendant, je pense aux joueurs et à leur famille, à l'encadrement technique et administratif, aux vrais bénévoles (je sais qu'ils se reconnaîtront) à vous supporteurs, et a mes amis de la SASP (Paulo, Sébastien, Stephan, Bernard, Hugues, Philippe, Pierre, Daniel et tous les autres...). Je vous tiendrai au courant autant que possible.

Merci de m'avoir lu, Diablement Vôtre
Jean-Luc Rougny