Chicago laisse partir Antti Niemi et signe Marty Turco

niemiLa période est actuellement à la signature des agents libres en NHL. Mais tous ne sont pas sous le même régime : il y a les agents libres restrictifs (RFA, « restricted free agent ») et ceux qui ne le sont pas (UFA, « unrestricted free agent »). La restriction concerne les jeunes joueurs qui terminent leur premier contrat de NHL et elle donne à leur équipe une priorité pour les signer.

Une autre équipe peut parfaitement conclure un accord avec le joueur RFA mais l’équipe d'origine garde toutefois la priorité puisqu’il lui suffit d’offrir au joueur les mêmes conditions que ses concurrents pour que le joueur reste. Ainsi, les Sharks de San José ont conclu un accord avec Nicklas Hjalmarsson, défenseur RFA des Blackhawks de Chicago. Ceux-ci ont alors réagi avec un contrat identique à celui de San José pour conserver leur défenseur suédois. S'ils ne l'avaient pas fait, ils auraient reçu un choix de draft de compensation de la part de San José.

Le marché des RFA n’est donc pas vraiment un marché, car les contrats se négocient généralement entre les joueurs et leur club d’origine. Il y a donc peu de mouvements et les joueurs finissent majoritairement par re-signer. Au contraire, le marché des UFA attire tous les regards car ces agents libres changent généralement de club.

Les RFA peuvent toutefois se retrouver sous les feux des projecteurs quand ils ne parviennent pas à trouver d’accord avec leur équipe. Les deux parties se retrouvent alors devant un « arbitrator », chargé de trancher sur le salaire auquel le joueur peut prétendre. Le club a ensuite le choix : soit ils re-signent le joueur pour un an avec le salaire défini par l’arbitrage, soit ils laissent partir le joueur, qui devient alors UFA. C'est ce qui vient de se produire pour Antti Niemi, deux mois après avoir remporté la coupe Stanley avec Chicago.

La manœuvre de San José évoquée auparavant ne visait pas vraiment à s’offrir les services de Hjalmarsson, mais plutôt à compliquer encore un peu plus la situation de Chicago vis-à-vis de sa masse salariale. En effet, le Suédois a obtenu une augmentation significative de son salaire, qui n’aurait peut-être pas aussi importante si les Sharks n’avaient pas forcé la main de Chicago. Le défenseur de 23 ans est ainsi passé de 666 000 à 3,5 millions de dollars par an.

Cela a forcé Stan Bowman, le manager général des Blackhawks, à continuer l’opération de dégraissage de l’équipe. Après avoir transféré Ladd, Eager, Byfuglien et Sopel à Atlanta, il a envoyé Reasoner (à peine arrivé à Chicago par le transfert des quatre premiers joueurs) en Floride. Mais cela restait insuffisant et un des enjeux était alors la re-signature ou non de Niemi. Le club offrait au Finlandais un contrat de 2 millions alors que le joueur attendait 3 millions. Les deux parties sont donc passées par l’arbitrage vendredi, qui a conclu à un salaire de 2,75 millions pour Niemi.

Les Blackhawks avaient deux jours pour faire leur choix. Il n’était pas forcément simple ou évident : certains fans pensaient que Bowman allait re-signer le Finlandais alors que d’autres ont déduit qu’il allait partir. Derrière ce problème, il y avait la question de l’avenir de Cristobal Huet. En effet, si Bowman faisait revenir Niemi, cela aurait voulu dire que le salaire de Huet devait absolument être éliminé de la masse salariale, soit en l’envoyant à Rockford en AHL soit en le transférant.

TurcoFinalement, Bowman a tranché : il a laissé partir Niemi et a signé le vétéran Marty Turco, 35 ans, pour un an. L’intérêt de la signature de Turco est limpide : l’ancien portier des Stars a accepté un salaire de 1,3 millions de dollars. Même s’il n’est peut-être plus aussi fort que lors de ses meilleures années avec Dallas, Turco est néanmoins un gardien de qualité avec des statistiques de l’an passé comparables à celles de Niemi. Avec un duo Huet – Turco pour se partager les buts, la situation de Chicago ressemble étrangement à celle du début de la saison 2008/09, quand Khabibulin et le Français étaient en concurrence.

Le Russe était alors dans la posture du vétéran dont le club ne parvenait pas à se débarrasser, alors que Huet était le vétéran nouvellement engagé pour être le numéro un. Car s’il y a bien une chose que le départ de Niemi nous apprend, c’est la difficulté de Chicago pour transférer Huet. En effet, si Bowman avait pu transférer le gardien français et garder Niemi, il l’aurait sans doute fait.

Pourtant, la situation n’est pas tout à fait identique à celle d’il y a deux ans, car un troisième homme pourrait s’immiscer dans le jeu. Ainsi, Bowman pense sans doute que Corey Crawford, 25 ans, est bientôt prêt pour le grand saut en NHL. En effet, le Québécois garde les buts de Rockford en AHL depuis cinq saisons et il est pressenti pour être le titulaire du futur pour Chicago. Toutefois, le manager général n’a pas voulu précipiter l’arrivée de Crawford dans l’effectif des Blackhawks, et il n’a disputé que 8 matchs avec Chicago depuis 2006. Si Crawford est donc la solution de moyen terme, il n’est pas forcément la solution de court terme.

Cela laisse donc peut-être une chance à Cristobal Huet de récupérer son statut de numéro un. On peut ainsi se souvenir que Khabibulin avait fini par être titulaire à nouveau grâce à de bonnes performances en 2008/09 et il avait disputé les playoffs avec Chicago. Il faut néanmoins ne pas s’enflammer : d’une part, Huet doit parvenir à être meilleur que Turco et Crawford, et d’autre part, les péripéties de Chicago avec la masse salariale ne sont pas finies et un transfert du gardien français est encore possible. En effet, les Blackhawks sont encore en ce moment au dessus du salary cap pour un montant de 1,684 millions de dollars (situation de la masse salariale de Chicago ici), il va donc encore y avoir des changements dans l’effectif de Chicago.