Épinal - Fribourg-en-Brisgau (Eurotournoi, 1re journée)

2010-08-19-epinal-freiburg

Hagelberg sonné, match arrêté...

Décidément, rien ne se passe comme prévu à Épinal. Privés de Loïc Lacasse et Maxime Boisclair, toujours bloqués au Canada, faute de visas, les Spinaliens doivent composer sans Pellegrino, dont l'arrivée était imminente. Quant à la remise en glace du "hangar" de Poissompré, elle ne s'est pas convenablement opérée. Du coup, les Vosgiens ont dû attendre mercredi soir pour rechausser les patins. Une séance écourtée par Stéphane Gervais, qui se ressent encore d'un genou récalcitrant.

Et comme si cela ne suffisait pas, l'ICE vient de perdre son défenseur Jan Hagelberg, mal retombé après une charge de Barry Noe en début de troisième période. Un incident suffisamment grave pour justifier l'arrêt prématuré de ce premier match de l'Eurotournoi de Colmar, deuxième du nom. Fribourg-en-Brisgau menait alors 2 à 1...

Pas si mal pour une première !

Cette rencontre, les Spinaliens l'ont pourtant prise par le bon bout. D'ailleurs, comme le dit Christer Eriksson, l'entraîneur mulhousien, "le match est le meilleur entraînement possible" et la compétition suffit à réactiver certains automatismes ; l'équipe n'ayant pas subi de réel bouleversement à l'intersaison. Ce qui n'est pas le cas des Wölfe, profondément rajeunis avec de tous nouveaux étrangers. Le petit play-maker Dustin Sylvester, malade, n'est pas de la partie. Mais Petrik, lui, est bien là...

Non, vous ne rêvez pas, un Petrik est bel est bien présent à Colmar... mais pas Stan, bel et bien parti au Kazakhstan ! En fait, il s'agit d'Imrich Petrik... et ce n'est pas le premier venu ! À seulement 26 ans, le gaillard revendique déjà sept saisons d'Extraliga et une expérience internationale non négligeable. Fribourg n'avait plus disposé d'un gardien de cette envergure depuis la pige d'Edgars Masalskis à l'automne 2006...

L’ICE dispose elle aussi d'un nouvel "ange-gardien". Et là encore, ce n'est pas n'importe qui ! Mais voilà, faute de visa, Loïc Lacasse n'est pas là. Du coup, c'est Mathieu Perrin qui s'y colle. Un sacré baptême du feu pour le jeune spinalien, qui n'est pourtant pas inquiété dans ces premiers instants. La faute à des Dauphins entreprenants et qui retrouvent, par séquence, ce jeu instinctif et caractéristique d'une ligne Simko-Petrak-Plch à nouveau réunie. Pas étonnant qu'elle se procure les meilleures occasions. Si Jan Simko dévisse son tir, son compère Michal Petrak, qui avait jailli au rebond d'un tir flottant de Jan Hagelberg, ne cadre pas (01'32").

Si les Dauphins sont d'attaque en cette fin d'après-midi les Wölfe, eux, n'ont pas grand-chose à se mettre sous la dent et s'en remettent à un Petrik vigilant, sans qui l'ardoise aurait été plus conséquente...

Fribourg laisse passer l'orage

Mais voilà, aux temps forts succèdent les temps faibles nés, pour la plupart, d'un enchaînement malvenu de pénalités. Des sanctions qui changent la donne et poussent Mathieu Perrin à la faute sur un débordement de Tobias Kunz. Le même qui, après son tour de cage, voit Billich bonifier un rebond très excentré, que Perrin a laissé filer sur sa gauche (0-1 à 12'27").

Un but contre le cours du jeu pour des Wölfe disputant-là leur premier match de préparation, sur une glace qu'ils connaissent bien. En fait, ils jouent presque à domicile. Un sentiment d'appartenance amplifié par la présence de nombreux supporters, tous affublés de chandails reflétant les grandes heures du hockey fribourgeois. Tous partagent également l'envie d'oublier une saison catastrophique, qui les aurait relégués en Oberliga sans la faillite de Riessersee.

Les hommes de Markus Berwanger renversent doucement la tendance. Voilà qu'ils exploitent mieux les espaces à l'image d'un enchaînement Capraro-Danner rondement mené et stoppé tant bien que mal par Perrin (18e). Mark Heatley, lui, fait encore passer une belle suée au gardien vosgien après avoir éliminé Benoît Quessandier (18e).

En signant cet été en Forêt-Noire (où est également né son frère Dany, qui brille en NHL), Mark Heatley marche plus que jamais sur les traces de son père, Murray, buteur redoutable au début des années 80. Sauf qu'il n'a pas réellement hérité d'un vrai sens du but et utilise surtout son physique pour poser les écrans et jouer les déviations.

StehleBenjaminAu retour des vestiaires, Jan Simko et Benoît Quessandier se créent une double occasion à bout portant, qu'Imrich Petrik enraye magistralement (24e). Ce grand gabarit prend beaucoup de place devant le filet et sera, à n'en pas douter, un réel atout pour Fribourg.

En face, les rebonds de Perrin sonnent comme autant d'avertissements sans frais. Jusqu'à ce "wraparound" gagnant de Tobias Kunz, qui enrhume Fabien Leroy avant de mystifier le troisième gardien spinalien Nicolas Ravel, qui venait de faire son entrée (0-2 à 33'29").

Comme prévu, Raphaël Marciano, qui supplée Santino Pellegrino sur le banc, profite de cette première pour procéder à une vaste revue d'effectif. Une esquisse de quatrième ligne se dessine avec Rapenne, Benchabane et Gury. Guillaume Papelier et Erwan Agostini, toujours aussi précieux dans son abattage, côtoyant Nathan Ganz, la révélation de la saison passée, sur le troisième trio. Sur les six énumérés, seul Agostini n'a pas été formé à Épinal...

La proportion des jeunes formés au club est encore plus remarquable à Fribourg. Elle dépasse même les 50 % ce soir avec David Danner, revenu de trois années en DEL, Sacher, Ketter, Stehle et une ligne Kunz-Weissleder-Billich pleine de vivacité. Sans oublier les Kästle et autres Linsenmaier, autant de "jeunes loups" venus se faire les dents en Alsace. Avec un mention spéciale pour Jonas Falb, qui a la lourde charge de remplacer Dustin Sylvester, dont l'absence pèse indéniablement sur Chris Capraro.

C'est tout l'inverse pour Timo Kuuluvainen, seule recrue spinalienne opérationnelle ce soir. Sous ses faux airs de Tomi Karlsson, le Finlandais possède un bon coup de patin et tire au but dès qu'il en a l'occasion. Une spontanéité payante lorsqu'il s'amène côté gauche et décoche un tir excentré. Petrik repousse et Chassard, en embuscade, jaillit pour réduire l'écart (1-2 à 39'33").

Plus de peur que de mal pour Jan Hagelberg

S'il convient de tout relativiser à ce stade de la préparation, il faut bien reconnaître que Kuuluvainen a réussi ses grands débuts spinaliens, contrairement à Karlsson, son prédécesseur. Jan Hagelberg avait lui fait forte impression l'an passé, ici-même, claquant notamment trois buts en autant de matchs. Le Finlandais, peut-être inspiré par les lieux, est bien parti pour remettre ça... sauf qu'une charge assénée par Barry Noe le met proprement K-O (41'14").

Hagelberg ne peut s'en relever et reste là, sonné, au milieu de la glace, entouré de ses coéquipiers et du soigneur fribourgeois, le seul présent sur les lieux. Après trente minutes d'attente et d'angoisse, l'ancien du Kiekko-Vantaa est évacué vers le centre hospitalier de Colmar, où les premiers examens n'ont pas révélé d'hémorragie selon Vosges-Matin.

C'est Raphaël Marciano qui annonçait, au micro, la fin prématurée d'un match interrompu durant près de trente minutes. Le constat est mitigé pour les Spinaliens, pleinement rassurés quant à leurs possibilités actuelles mais tristes d'avoir perdu l'un des leurs au "combat".


Épinal - Fribourg-en-Brisgau 1-2 (0-1, 1-1, 0-0 match arrêté à 41'14").
Jeudi 19 août 2010 à 17h00 à la patinoire municipale de Colmar.
Évolution du score :
0-1 à 12'27" : Billich (sup. num.)
0-2 à 33'29" : Kunz
1-2 à 39'33" : Chassard assisté de Chipaux et Kuuluvainen

Épinal

Gardien : Mathieu Perrin puis Nicolas Ravel à 32'04".

Défenseurs : Peter Slovak - Fabien Leroy ; Jan Hagelberg - Benoît Quessandier ; Niko Mäntylä.

Attaquants : Jan Simko - Michal Petrak (A) - Jan Plch (C) ; Timo Kuuluvainen - Tarik Chipaux - Guillaume Chassard; Guillaume Papelier (A) - Erwan Agostini - Nathan Ganz ; Anthony Rapenne - Kévin Benchabane - Jonathan Gury.

Absents : Loïc Lacasse et Maxime Boisclair (retenus au Canada), Stéphane Gervais (genou), Yvan Charpentier.

Fribourg-en-Brisgau

Gardien : Imrich Petrik.

Défenseurs : Dennis Meyer - David Danner (C) ; Milan Karlicek - Patrik Gogulla ; Mirko Sacher - Daniel Ketter ; Christopher Kasten - Lutz Kästle.

Attaquants : Mark Heatley - Patrick Vozar (A) - Barry Noe ; Chris Capraro - Jonas Falb - Benjamin Stehle ; Chris Billich - Ibrahim Weissleder - Tobias Kunz ; Steven Billich - Nikolas Linsenmaier - Robin Slanina.

Remplaçant : Christoph Mathis (G). Absents : Dustin Sylvester (malade), Kevin Lavallée (pied).