Edge US - Fribourg-en-Brisgau (Eurotournoi, 2e journée)

VozarPatrickC'était ce soir l'entrée en lice de l'attraction du tournoi, la troupe nord-américaine d'Edge US. Composée d'anciens universitaires en quête d'un club européen, la troupe était venue en effectif relativement faible, notamment en défense. À Mulhouse, le coup était jouable (victoire 5-3), mais ce soir, c'est contre le vainqueur de la précédente édition, les Wolves de Freiburg, qu'il faut jouer. C'est donc renforcée du... capitaine de l'équipe locale de Colmar (Laurent Blanck) que la troupe nord-américaine abordait la soirée.

Face à eux, Fribourg-en-Brisgau est venu presque au complet (seul manquait le Canadien Lavallée) soit quatre lignes devant comme derrière. Le loup allemand a été sérieusement remanié depuis sa précédente venue à Colmar car de nombreux cadres sont partis (Bares, Ivan, Mac Ilveen, Dubé, Gorgenlander, Bousquet, etc). La troupe est jeune mais emmenée par quelques lascars bien rodés, ou en devenir (Capraro, Sylvester, Danner notamment).

La rencontre promettait... enfin au début, mais plus au bout de vingt minutes !

Mais que s'est-il passé pour que les nord-américains rentrent aux vestiaires avec déjà six buts dans les jambes ? Rien, juste une entame de match cauchemardesque : premier tir, premier rebond mal capté par le gardien Mannix, et Barry Noé ouvre le score (0-1 à 0'17"). La quatrième ligne teutonne vient de rentrer sur la glace qu'elle exploite la nonchalance de la défense adverse par Christian Billich (0-2 à 1'41"). Ce n'est pas fini : un nouveau mauvais repli défensif, et Benjamin Stehle conclut un centre de Steve Capraro (0-3 à 3'16"). Aïe, la soirée va être longue pour la défense nord-américaine déjà à l'agonie.

Heureusement, après ces moments de flottement, les attaquants laissent parler la vitesse face à des Fribourgeois qui se contentent dès lors de laisser venir. Le jeu est très rapide de chaque côté, tout en restant intense au niveau duels physiques. C'est donc du hockey très agréable à regarder qui est offert au public plutôt nombreux (essentiellement composé de fans allemands). Cependant, Edge US n'arrive pas vraiment à proposer d'actions collectives construites, les joueurs finissent souvent seuls leurs actions, comme sur ce break de Cook gêné au dernier moment par Christoph Mathis et un de ses défenseurs (17'40"). Auparavant, c'est Mirko Sacher qui avait logé le palet dans un trou de souris (0-4 à 13'31"), avant que le poteau ne sauve Mannix battu (18'10"). Ce n'est que partie remise puisque dans la foulée, c'est toujours Sacher, habilement décalé, qui exploite un centre de Nathan Kunz (0-5 à 18'22") puis Patrick Vozar qui exploite immédiatement le même filon, c'est-à-dire la mitaine gauche de Mannix, assurément le point faible du gardien (0-6 à 18'51"). 6-0 au bout de vingt minutes, le match est donc plié.

En deuxième période, le jeu reste rapide mais Freiburg garde la main en inscrivant un septième but par Dustin Sylvester qui profite que le nouveau gardien Simpson est décalé (0-7 à 27'46"). Les Nord-Américains peinent à inquiéter Mathis. Le cas échéant, ils manquent de lucidité comme sur cette action où Thomas est bien décalé (32'49"). Ils scoreront pourtant par deux fois, chaque fois par Cook lors de deux supériorités promptement et habilement jouées (34'10" et 36'26").

Le dernier tiers commencera pour eux par une bouffée de chaleur : Simpson rate sa sortie de cage mais il compense aussitôt par un plongeon "à la Lhenry (finale Ligue Magnus 2004-2005, match retour à Tours, pour ceux qui se souviennent !) qui évite une huitième réalisation  fribourgeoise (40'08").

Oh, il arrivera quand même, ce huitième but, il tombera même sans doute à point pour doucher les espoirs d'Edge US. Car ces bougres de yankees avaient fini par scorer deux nouvelles fois : tout d'abord par Layne, en deux fois (3-7 à 48'07") puis par Cunningham qui ne se gênait pas pour allumer à bout portant Mathis (4-7 à 49'07"). Un petit vent de fronde allait-il souffler sur la patinoire colmarienne ? Que nenni! David Danner s'empressait de conclure un contre turbo de la paire Vozar-Heatley (4-8 à 50'42"). C'est qui le patron, sur le match ? Freiburg ! Ben voilà !

Et donc les dix dernières minutes n'apportaient plus grand chose, Edge US n'avançait plus : à patiner comme des fous pendant 50 minutes, ils auraient dû prévoir que les lames seraient bouffées jusqu'à la semelle ! Freiburg de son côté gérait la fin de match sans trop de problèmes.

Pour Edge US, le gros problème venait d'abord de la défense... enfin, de ce qui était supposé l'être : trop lents, trop imprécis, un premier gardien pas vraiment dans son match... et Laurent Blanck qui faisait de son mieux pour ne pas faire de bourde (mission plutôt réussie d'ailleurs !). Le deuxième problème venait d'un manque évident de cohésion, les attaques se résumaient souvent à des raids en solo. Curieux quand même si on examine leurs supériorités, plutôt bien menées, elles. Il leur restait le patinage et la rapidité d'exécution. Petite mention spéciale aux attaquants n°18 (Layne) et n°16, sans doute les plus dangereux de l'équipe.

Freiburg a très bien commencé son match, c'est ensuite plus facile pour contrôler. Ils ont su se montrer rapides, physiques, mais aussi un peu passifs devant leur gardien. Ceci dit, le premier gardien, Imrich Petrik, était sur le banc. Le retour de Danner devrait pourtant apporter un peu de pêche au niveau relances, alors que les Sylvester, Capraro ou Stehle apportent, eux, un "plus" devant.

 

Edge US - Fribourg-en-Brisgau 4-8 (0-6, 2-1, 2-1)
Vendredi 20 août 2010 à 20h30 à la patinoire de Colmar. 700 spectateurs environ.
Arbitrage de Stéphane Rousselin.
Tirs : Edge US 30 (10, 8, 12) ; Freiburg 29 (12, 7, 10).
Pénalités : Edge US 16' (8', 4', 4') ; Freiburg 20' (10', 6', 4').

Évolution du score:
0-1 à 00'17" : Noe assisté de Heatley
0-2 à 01'41" : Billich assisté de Kunz
0-3 à 03'16" : Sylvester assisté de Capraro
0-4 à 13'31" : Sacher
0-5 à 18'22" : Sacher assisté de Kunz (sup num.)
0-6 à 18'51" : Vozar assisté de Heatley
0-7 à 27'46" : Sylvester assisté de Capraro
1-7 à 34'10" : Cook assisté de Layne et Sullivan (sup num.)
2-7 à 36'26" : Cook assisté de Hateleid et Thomas (sup. num.)
3-7 à 48'07" : Layne
4-7 à 49'07" : Cunningham assisté de Thomas et Cook
4-8 à 50'42" : Danner assisté de Vozar et Heatley