Épinal - Mulhouse (Eurotournoi, match pour la 5e place)

Spinaliens sans buteurs... mais quand même vainqueurs !DufournetAdrien

Pas de miracles à Épinal, où le poids des absences a condamné l'ICE à la dernière place de son groupe. L'équation était pourtant simple. Un succès face aux universitaires nord-américains et les Lorrains se qualifiaient pour la "petite finale". Une défaite, en revanche, les condamnaient à être "du matin" face aux Scorpions mulhousiens. En s'inclinant (5-7), les Spinaliens ont donc gagné le droit de disputer ce derby de l'Est inhabituellement matinal...

Les plus nostalgiques n'ont pas oublié les "années D1", synonymes d'affiches enflammées et passionnées face aux Scorpions d'alors. En ces temps-là, Mulhouse était la bête-noire absolue des Dauphins... mais c'était une autre époque.

Aujourd'hui, ces Mulhousiens fortement remaniés à l'intersaison veulent effacer leur déroute du vendredi. Eux qui avaient donné du fil à retordre à l'Étoile noire (1-3) sont en effet passés à la moulinette des GCK Lions (1-13)...

Déjà privée de Stéphane Gervais et de Jan Hagelberg, la défense vosgienne doit faire sans Benoît Quessandier, en délicatesse avec son genou. La voilà donc réduite à sa plus simple expression. Les Scorpions, eux, sont au complet. Flanqués, comme depuis le début de leur préparation, d'un maillot d'échauffement les rendant difficilement reconnaissables pour un oeil non averti.

Bien sûr, quelques visages familiers sautent aux yeux. Lilian Prunet, évidemment, dont l'expérience s'ajoute à celle d'Ales Cerny, le nouveau patron de la défense. Le Tchèque venu du Mont-Blanc est même le défenseur numéro du jeu de puissance. Un premier powerplay menaçant devant Mathieu Perrin, le jeune gardien spinalien, qui se montre rapidement décisif devant Kulevicius et Croteau.

David Croteau, qui fait son grand retour à Mulhouse, était très apprécié du public à l'époque (pas si lointaine) de la division 2 pour son jeu spectaculaire et son sens du but. Lui et Kevin Gadoury, autre forte individualité, se ressemblent dans leur façon d'exploiter les espaces. Démonstration sur une interception d'Aubry en zone neutre, alors qu'Épinal évolue en suépriorité numérique. Le capitaine alsacien met aussitôt Gadoury sur orbite, qui remporte de justesse son duel avec Perrin (0-1 à 07'06"). Pas le temps de souffler que Fabien Leroy, dans la foulée, dégaîne un shoot gagnant en pleine lucarne (1-1 à 07'38").

Gasnier assure, Perrin étonne

Mickaël Gasnier, impuissant sur ce coup-là, voit ensuite Niko Mäntylä toucher du bois (17e) mais démontre bientôt qu'il n'est pas l'un des meilleurs gardiens de division 1 pour rien. Il veille au grain et sort le grand jeu face aux gâchettes spinaliennes Petrak, Plch et Chassard, qui ne manquent pas de faire parler la poudre en supériorité numérique. Mathieu Perrin, lui, marque des points dans l'éventualité d'une concurrence avec Nicolas Ravel car une place est à pourvoir derrière le Canadien Loïc Lacasse, attendu dans le courant de la semaine. Très sûr, Perrin fait les arrêts qu'il faut, quand il faut face à des Scorpions plus entreprenants.

Dans tous les bons coups, Kevin Gadoury ne s'économise pas en patinage et pourrait presque rivaliser dans ce domaine avec Jan Simko, qui dispose lui-aussi d'une sacré pointe de vitesse. Le Slovaque est d'ailleurs lancé en profondeur, sur une ouverture étonnement précise de Leroy et qui prend la défense à revers. Par chance pour Mulhouse, Yann Marez intervient d'un poke-check salvateur devant Gasnier (26e).

Après avoir perdu Hagelberg et Quessandier au cours de ce tournoi, l'ICE voit Yvan Charpentier quitter prématurément ses coéquipiers après avoir goûté à la médecine de Martin Barnay (42'59"). L'ex-Villardien n'a pas fait dans la dentelle avec cette boîte, qui fait suite au saignement d'un Mulhousien dans l'arrondi, ce qui a engendré le report des cinq secondes de jeu restantes en début de troisième période.TimoKuuluvainen

En retrait depuis le match contre Fribourg-en-Brisgau jeudi, Timo Kuuluvainen paraît plus discret depuis son repositionnement au centre par Santino Pellegrino. Le Finlandais n'est guère plus inspiré que ses coéquipiers dans le dernier geste et voit son tir à bout portant finir bien au chaud dans la mitaine de Gasnier (47e). Un sacré numéro celui-là qui voit Simko, deux minutes plus tard, rater l'immanquable au second poteau, sur un caviar de Jan Plch (49e). Maxime Boisclair les auraient mises celles-là...

Mais voilà, le buteur canadien d'origine haïtienne n'est pas là et les Dauphins n'en finissent plus de gaspiller leurs munitions face à un Gasnier il est vrai très inspiré. Et comme souvent en pareil cas, c'est l'adversaire qui enfonce le clou. Une pluie de pénalités s'abat sur les Scorpions mais l'international lituanien Kulevicius, bien intégré au duo Croteau-Dufournet, passe entre les gouttes et marque dans un trou de souris (1-2 à 54'30").

Le match paraît plié mais Pellegrino rappelle Perrin au banc et Kuuluvainen, sur une dernière pression spinalienne, finit par trouver l'ouverture. Arrachant du coup la prolongation (2-2 à 59'18").

D'entrée, David Croteau s'engouffre dans une brèche pour filer au but adverse. Problème, Mathieu Perrin l'attend de pied ferme et plonge dans les patins du Canadien. Déséquilibré, il essaye bien de récupérer le disque mais n'est pas Ovechkin qui veut (61e)...

Sans le savoir, les hommes de Christer Eriksson ont laissé passer leur chance. Michal Petrak va se venger d'un but refusé par Gilles Durand quelques secondes auparavant en débordant côté gauche pour trouver Jan Simko dans l'enclave. L'arrière-garde alsacienne laisse une seconde de trop au Slovaque pour ajuster le petit filet de Gasnier (3-2 à 62'32").

Au final, la victoire est là mais le club de la Cité des Images était trop diminué pour faire meilleure impression dans cet Eurotournoi. Place maintenant à un autre défi, de taille celui-là face à La Chaux de Fonds, un poids lourd de la LNB suisse. Un déplacement mardi aux Mélèzes qui "sent le sapin" sachant qu'Épinal est toujours très loin de sa configuration optimale. Et sans Lacasse, il risque effectivement d'y avoir quelques dégâts...

 

Commentaires d'après-match (dans les Dernières Nouvelles d'Alsace). 

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : "On leur donne ce match. On doit progresser dans la gestion du match. Quand tu joues contre des équipes qui sont plus fortes que toi, tu dois être malin. Si tu joues sur leur terrain, tu es mort. Il faut jouer avec la tête."

 

Épinal - Mulhouse 3-2 après prolongation (1-1, 0-0, 1-1, 1-0)
Dimanche 22 août 2010 à 10h30 à la patinoire municipale de Colmar.
Pénalités : 12' contre Épinal ; 22' contre Mulhouse.

Évolution du score :
0-1 à 07'06" : Gadoury assisté d'Aubry (inf. num.)
1-1 à 07'38" : Leroy assisté de Ganz (sup. num.)
1-2 à 54'30" : Kulevicius assisté de Dufournet
2-2 à 59'18" : Kuuluvainen assisté de Plch et Leroy
3-2 à 62'32" : Simko assisté de Chassard et Petrak (sup. num.)


Épinal

Gardien : Mathieu Perrin [sorti de sa cage à la 60e].

Défenseurs : Peter Slovak - Fabien Leroy ; Niko Mäntylä - Yvan Charpentier.

Attaquants : Guillaume Papelier [A, puis Chipaux] - Timo Kuuluvainen - Jan Plch (C) ; Jan Simko - Michal Petrak (A) - Guillaume Chassard ; Nathan Ganz - Erwan Agostini - Kévin Benchabane ; Anthony Rapenne - Tarik Chipaux - Jonathan Gury.

Remplaçant : Nicolas Ravel (G). Absents : Stéphane Gervais (genou), Jan Hagelberg (traumatisme crânien), Benoît Quessandier (genou), Loïc Lacasse et Maxime Boisclair (en attente de visa).

Mulhouse

Gardien : Mickaël Gasnier.

Défenseurs : Ales Cerny - Maximilien Tromeur ; Lilian Prunet - Stanislav Mistrik ; Yann Marez - Martin Barnay ; Benoît Salvin.

Attaquants : Adrien Dufournet - David Croteau - Dovydas Kulevicius ; Kevin Gadoury - Julien Aubry - Dave Bertrand ; Michaël Marchand - Ondrej Pekarik (à l’essai) - Jonathan Boehrer ; Mans Papaux, Maxime Mathieu , Antoine Delhostal.

Remplaçant : Joffrey Pingrit (G).