Huet prêté en Suisse

L'opération de dégraissage de la masse salariale continue pour les Blackhawks de Chicago : sans grande surprise, l'équipe a choisi de se séparer de Cristobal Huet. En effet, sans le salaire du gardien français dans la balance, Chicago est passé d'une situation de 4,1 millions de dollars au dessus du salary cap à une situation d'environ 1,5 millions en dessous.

Chicago pouvait assigner Huet à son équipe d'AHL (les Icehogs de Rockford) ou le prêter à un club d'une ligne étrangère. Finalement, il semblerait que les Blackhawks se soient entendus avec l'équipe de Fribourg-Gottéron du championnat suisse sur le principe d'un prêt d'un an. Toutefois, aux dernières nouvelles, Stephen Bartlett, l'agent du gardien français, a déclaré que l'affaire n'était pas encore conclue à 100%. Le club suisse n'aura en tout état de cause qu'une petite partie du gros contrat de Huet (5,625 millions de dollars annuels) à payer pour ce prêt. Le Français sera encore sous contrat avec Chicago pour la saison 2011/12 avant de devenir agent libre pour la saison suivante.

Huet remplacera Sébastien Caron, parti de Fribourg pour rejoindre le Traktor Tcheliabinsk en KHL. Quant aux Blackhawks, après s'être séparé d'Antti Niemi, ils auront un nouveau duo de gardiens Marty Turco - Corey Crawford. Le Français devient le neuvième joueur régulier de l'effectif de l'an passé des Blackhawks à quitter le club cette intersaison. Si la solution de Chicago n'est pas vraiment un modèle de gestion à long terme, elle est plutôt logique : il leur fallait baisser la masse salariale et il paraissait quasiment impossible de le transférer à un autre club de la ligue. Car, s'ils étaient parvenus à un accord avec une autre équipe de NHL, non seulement ils auraient reçu quelque chose en retour (même si cela n'aurait été qu'un tour de draft lointain) mais en plus le salaire de Huet aurait définitivement disparu du salaire du club. Car, dans la solution du prêt, c'est toujours Chicago qui paye le contrat du gardien français.

Quant à savoir si Huet aurait pu être néfaste à son ancienne équipe en restant dans la ligue, il suffisait à Chicago de l'envoyer dans une des équipes de la conférence Est. Ainsi, les Blackhawks n'auraient croisé la route de Huet qu'une seule fois dans la saison. C'est le raisonnement qu'a eu Pierre Gauthier, le manager général de Montréal, en envoyant Jaroslav Halak à St. Louis pour éviter de le rencontrer trop souvent en saison régulière et encore plus pour les playoffs puisqu'ils ne se rencontreront éventuellement qu'en finale de coupe Stanley.

Le vrai frein à un transfert de Huet était le montant de son salaire, donnée sensible alors que la conjoncture est actuellement à une baisse du salaire lors la signature des gardiens agents libres et que huit des trente équipes de la ligue flirtent déjà avec la limite du salary cap. Ainsi, beaucoup des gardiens signés cet été ont vu une baisse de leur salaire, comme Dan Ellis à Tampa Bay ou Marty Turco. Cette conjoncture défavorable a sans doute beaucoup joué dans le départ d'Evgeni Nabokov vers la KHL.

Pour ce qui est de savoir si cette décision est conforme avec le CBA (question à la mode cet été...), il faut remarquer que la situation est très différente de celle de Kovalchuk et des joueurs ayant signé des contrats à très long terme. Pour ces joueurs, le différent avec la ligue vient qu'il s'agit d'une manipulation pour éviter un impact trop important sur la masse salariale tout en permettant au joueur de rester dans l'équipe. Or, dans le cas de Huet, Chicago cherche certes à réduire son impact sur la masse salariale mais ils ne vont pas aligner le Français dans l'effectif l'an prochain. Bill Daly, un commissaire adjoint de la NHL, a déclaré que le fait que Huet joue en Europe "ne serait pas différent à un assignement au club de AHL" et donc compatible avec le CBA. Ce n'est donc pas vraiment une faille du système qui est exploité par le club (comme pour le cas de Kovalchuk) mais c'est plutôt une impasse du système à cause de sa rigidité.