Rouen II - Orléans (Tournoi de Meudon, 3e journée)

Deux adversaires en mal de glace

2010-08-29-rouen2-orleansOrléans et la réserve de Rouen ont accepté avec d'autant plaisir l'invitation à ce tournoi de Meudon que ces deux équipes n'ont pas de glace chez elles. Les Renards n'auront leur patinoire prête que le 4 septembre, et les Normands le lendemain.

La raison de ce manque de glace à Orléans est que le calendrier de la patinoire municipale se calait jusqu'ici sur les habitudes de la D3. Une mise en glace plus précoce a été demandée pour l'an prochain. Pour l'instant, le promu en D2 est sur la route. Il avait demandé un "entraînement plus petit match" à Tours, et a été pris par surprise en arrivant où des arbitres officiels attendaient pour jouer un match amical à blanc. Orléans enchaîne donc son quatrième match en six jours sans avoir disputé le moindre entraînement, et a dû jongler en fonction des obligations des uns et des autres.

Le premier match fut assez "amusant" dans ce registre : le défenseur slovaque David Gren, que son père avait aidé à déménager, l'a raccompagné à l'aéroport de Beauvais... mais s'est perdu sur la route du retour ! Il est arrivé pendant le premier tiers... au moment où son collègue Tomas Smolka s'est pris un palet dans le visage (sept points de suture). Orléans a tenu 2-2 jusqu'à la mi-match avant de craquer contre Meudon (3-9), mais s'est repris contre Deuil/Garges hier (5-2).

À Rouen, on sait reprendre la glace tôt depuis belle lurette, mais cet été, la dalle de l'île Lacroix est en réfection. C'est pourquoi l'équipe première est partie en tournée en Suisse pour tâter de la glace. L'équipe 2, elle, a obtenu une heure de glace au Havre jeudi avant d'arriver ici. Sa faim de glace a mangé tout cru une Entente Deuil/Garges trop dilettante le premier jour (4-3), mais hier, les jeunes Dragons ont subi un retour de flamme. Ils ont été battus 9-1 par Meudon. Surinterprétant la consigne de "protéger leur gardien", donnée après une mauvaise charge reçue le premier jour par Rodolphe Goëchon (au repos aujourd'hui), ils ont perdu leurs nerfs et ont connu deux expulsions.

Les deux équipes en sont donc au même point : une victoire, une défaite et beaucoup de fatigue. Pour trouver jambes plus lourdes et patins plus usés, il faut regarder du côté des deux arbitres, qui cumulent les six rencontres du tournoi pendant que la plupart de leurs collègues, plus privilégiés, sont en stage national à Marseille ! Ils se relèveront courageusement de leurs diverses chutes, souvent aidées par des joueurs qui viendront les percuter.

2010-08-29-rouen2-orleans1L'accumulation des rencontres ne favorise pas un jeu très dynamique. Orléans est le plus mal en point, qui peine à sortir de sa zone et prend quatre pénalités dont un surnombre idiot. Heureusement, le gardien Marek Pastorek veille au grain et capte dans sa mitaine un tir de Maxime Lefebvre. Après un 5 contre 3 mal négocié par Rouen, le jeu s'équilibre et l'inévitable Pavol Milec n'a besoin que d'une occasion pour marquer (0-1, 15'05"). Le Slovaque aura marqué 5 des 9 buts orléanais dans ce tournoi !

La deuxième période commence par deux pénalités rouennaises. Roman Moreau part en contre en infériorité et dribble le défenseur Alexandre Aufrère, mais Orléans s'installe mieux la seconde fois. Un jeu en triangle de Baron et Degay cherche le finisseur Milec dans le slot : ses coéquipiers tournent mais le Slovaque ne quitte pas la glace lors du jeu de puissance. À la mi-match, Rouen commence à accélérer, et Roman Moreau conclut dans l'axe un 3 contre 1 (1-1, 34'01").

Le rythme s'élève au troisième tiers-temps, et les occasions deviennent plus fréquentes car certains joueurs peinent à suivre les contre-attaques. Orléans accuse le coup physiquement et concède de nouveau pénalité sur pénalité après une charge dans le dos de Chelossy. Rentré à la mi-match, le gardien Arthur Noale se montre présent à 3 contre 5 quand le danger s'approche de sa cage.

Le score nul satisfait les deux équipes, qui ont eu leur dose et sont pressées de rentrer, mais l'arbitre rappelle qu'il faut un vainqueur. On s'accorde pour une séance de tirs au but brève, dont le gagnant terminera deuxième du tournoi. Tomas Smolka marque le penalty vainqueur par un tir en lucarne, et les deux gardiens orléanais contribuent à ce succès : Pastorek, rentré spécialement pour ce penalty, stoppe la tentative du capitaine rouennais Alexandre Sucré, tandis que Noale revient pour détourner le tir de Bertrand.

Un partage des tâches sympathique quand l'on sait qu'Arthur Noale avait mal vécu le recrutement d'un gardien étranger, que son entraîneur Gilbert Ledigarcher justifiait par un nombre de rencontres plus important en D2. Vexé, il préférait devenir deuxième gardien dans un club de D1 plutôt que rester, avant d'être convaincu de participer à l'aventure de la montée "en famille".

Commentaires d'après-match

Gilbert Ledigarcher (entraîneur d'Orléans) : "On est morts, là ! On est douze joueurs contre quatre lignes, le regret est de ne pas avoir eu l'effectif au complet. Si on m'avait dit qu'on battrait la D1 de Deuil/Garges et Rouen, j'aurais acheté ! Je suis satisfait de mes recrues. Nous avons deux bons gardiens, les deux défenseurs slovaques ne sont pas exceptionnels mais ils font leur travail, et Milec nous tire comme prévu. Les quatre garçons venus de Slovaquie sont prêts physiquement. Cela montre aux Orléanais que la préparation d'été n'est pas à négliger."

Julien Guimard (entraîneur de Rouen 2) : "Nous n'avons pas de glace depuis quatre mois. Le but du jeu était de juger mon équipe pour voir où on en était. On a un bon état d'esprit, qu'il faut garder pour la saison."

 

Rouen II - Orléans 1-1 (0-1, 1-0, 0-0) / 1-2 aux tirs au but
Dimanche 29 août 2010 à 12h00 à la patinoire de Meudon-la-Forêt. 25 spectateurs.
Arbitrage de MM. Wolff et Rochier.
Pénalités : Rouen II 6' (2', 4', 0') ; Orléans 32' (8', 4', 10+10').
Tirs : Rouen II 31 (8, 9, 14) ; Orléans 15 (4, 6, 5).
Évolution du score :
0-1 à 15'05" : Milec assisté de M. Noale
1-1 à 34'01" : Moreau assisté de Sucré et Lefebvre
Tirs au but :
Orléans : Déhu (réussi), Paul (arrêté), Smolka (réussi).
Rouen II : Lefebvre (réussi), Sucré (arrêté), Bertrand (arrêté).


Orléans

Gardien : Marek Pastorek puis Arthur Noale à 29'51".

Défenseurs : Tomas Smolka - Morgan Noale ; David Gren - Alexandre Aufrère.

Attaquants : Mickaël Degay - Jérémy Baron - Pavol Milec ; Nicolas Viguier - Lucas Déhu - Alexandre Paul ; Yohann Marouillat - Alexis Chelossy - Seydou Diarra.

Absents : Thomas Saint-André (accrochage sur la route), Numa Mineur (vacances), Gianni Vigezzi (travail), Antoine Aubert (famille).

Rouen II

Gardien : Thibaut Maggi.

Défenseurs : Paul Seraudie - Nicolas Lehericey ; Franck Pihan - Matthieu Chevalier ; Alexandre Verin - Alexandre Goncalves ; Clément Hondier - Nicolas Levasseur.

Attaquants : Alexandre Sucré (C) - Maxime Lefebvre - Roman Moreau ; Thomas Dreyfus (A) - Valentin Dumélie (A) - Matthieu Bertrand ; Julien Thomas - Kévin Lorcher - Antoine Thomas ; Kévin Marias-Magill - Damien Bourguignon - Maxime Joly.

Remplaçant : Guillaume Duquenne (G).