Pologne - France (match 2)

HENDERSON_Brian-100509-058Cela fait un an que les sélectionneurs ont ouvert l'équipe de France à de nouveaux gardiens pour préparer la relève. Florian Hardy et Henri-Corentin Buysse avaient ainsi été testés la saison passée, le premier étant depuis devenu un régulier des convocations. Un troisième nouveau venu fait son baptême du feu ce soir : Ronan Quemener, le gardien breton qui s'est révélé à Gap lors du dernier championnat après avoir été doublure à Rouen.

Le gardien débutant n'a pas la tâche facile car la France a déjà perdu 5-1 le premier match hier. Il faut dire que la Pologne est regroupée depuis deux semaines sans interruption et qu'elle a participé à un tournoi de clubs pour se roder. Aujourd'hui encore, les locaux démarrent mieux. Nikolai Lopuski est l'attaquant polonais le plus dangereux. Quemener doit déjà s'interposer, notamment face à Urbanowicz tout seul dans le slot à la septième minute.

Les Français parviennent cependant à convertir une supériorité numérique : juste avant le retour du prisonnier, le Franco-Polonais Teddy Da Costa ouvre le score contre ses quasi-compatriotes. La Pologne répliquera dans la même configuration par Jakub Witecki, joueur de quatrième ligne placé devant la cage (1-1).

La patinoire d'Opole est bien remplie avec 2000 personnes, soit dix fois plus qu'en championnat pour les rencontres du club local. En dépit de cet intérêt pour l'équipe nationale, les spectateurs se disent souvent déçus du niveau de ce match internatonal. Ils se plaignent notamment d'un manque de patinage, qui est peut-être cependant aussi dû à une glace de qualité moyenne.

Dès le début du deuxième tiers-temps, Erwan Pain obtient un face-à-face avec le gardien Krzysztof Zborowski, mais le perd. La plus grande occasion manquée est cependant celle de Damian Słaboń, qui tire sur le poteau alors qu'il a la cage grande ouverte à la 26e minute. Cette deuxième période est gâchée par la Pologne qui dilapide trois phases de 5 contre 3, après en avoir déjà connu une au premier tiers. Avec deux hommes de plus, les Polonais semblent incapables de trouver des solutions. Ils se contentent fréquemment de tirs mous dans le plastron du gardien. Et lorsqu'enfin ils soignent leurs lancers, Quemener répond présent.

MANAVIAN_Antonin-100511-492En troisième période, le capitaine polonais Leszek Laszkiewicz marque après une excellente passe de Dziubiński sur une contre-attaque rapide (2-1). Zborowski doit réaliser plusieurs trois arrêts à bout portant en deux minutes opour conserver cet avantage. Les Polonais continuent à placer des contres, mais Quemener réussit un exploit à neuf minutes de la fin en captant de la mitaine le tir d'urbanowicz.

On a l'impression que la France a les moyens de revenir. Dès qu'elle accélère, c'est la panique dans la zone défensive polonaise. Quemener quitte sa cage à une minute de la fin, les Bleus poussent et provoquent une pénalité de Filip Drzewiecki. À 6 contre 4, la pression s'accentue encore. Brian Henderson dévie victorieusement un lancer de la bleue de Da Costa... à six secondes et demie de la sirène (2-2) ! Une égalisation qui fait du bien et compense un peu l'écroulement de dernière minute contre l'Autriche en février.

Même devenu défenseur, Kévin Hecquefeuille continue de faire office de spécialiste des penaltys sous le maillot tricolore. Il gagne son duel et est imité par Damien Raux : victoire. Les Français peuvent être satisfait du large progrès réalisé par rapport à la première confrontation. Ils ont beaucoup défendu en infériorité, et avec brio. Cela signifie cependant qu'il faudra être vigilant sur les pénalités : Antonin Manavian, qui s'était tenu à carreau la veille, en a pris quatre ce soir. Les deux gardiens sont élus hommes du match, et Quemener a ainsi parfaitement réussi son début en bleu.

Désignés joueurs du match : Krzysztof Zborowski pour la Pologne et Ronan Quemener pour la France.

Commentaires d'après-match

Viktor Pysz (entraîneur de la Pologne) : "Nous avons rempli notre mission de gagner un match sur deux, même si la vérité est que nous avons perdu un match presque gagné. Les situations de 5 contre 3 manquées ont été des moments importants. En l'absence du meilleur joueur d'hier Tomasz Malasiński, la première ligne n'a pas été aussi efficace qu'à Tychy. Beaucoup de joueurs faisaient leurs débuts en équipe nationale et avaient les mains qui tremblent. Nous avons eu des problèmes pour pratiquer un jeu propre, l'état de la glace n'a cessé d'empirer et nos adversaires se sont vite adaptés à ces conditions."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "Après le match d'hier, nous savions que nous devions être plus concentrés et disciplinés. Cette plus grande implication a été évidente tout au long du match. Nous avons vu plus de détermination et de combativité. C'est le bon côté de cette jeune équipe. Les jeunes joueurs sont souvent les otages de leurs émotions, mais ils doivent penser au hockey et pas seulement jouer sans discipline tactique. Je dois aussi féliciter la défense qui a été excellente en infériorité numérique. Notre gardien a fait un grand match aujourd'hui. Il a été incroyable."

 

Pologne - France 2-2 (1-1, 0-0, 1-1) / 0-2 aux tirs au but
Jeudi 2 septembre 2010 à 18h30 à Opole. 2000 spectateurs.
Arbitrage de Jacek Rokicki assisté de Mariusz Smura et Leszek Kubiszewski.
Pénalités : Pologne 10', France 22'.
Évolution du score :
0-1 à 12'11" : T. Da Costa assisté de S. Treille et Kara (sup. num.)
1-1 à 19'27" : Witecki (sup. num.)
2-1 à 43'01" : Laszkiewicz assisté de Witecki et Dziubiński
2-2 à 59'54" : Henderson assisté de T. Da Costa (sup. num.)

Tirs au but :
France : Da Costa (manqué), Hecquefeuille (réussi), Raux (réussi).
Pologne : Laszkiewicz (manqué), Rzeszutko (manqué).


Pologne

Gardien : Krzysztof Zborowski.

Défenseurs : Patryk Wajda - Jarosław Kłys ; Mateusz Rompkowski - Bartosz Dąbkowski ; Michał Kotlorz - Marian Csorich ; Paweł Dronia - Paweł Skrzypkowski.

Attaquants : Leszek Laszkiewicz - Damian Słaboń - Damian Kapica ; Marcin Kolusz - Krystian Dziubiński - Mikołaj Łopuski ; Jarosław Rzeszutko - Maciej Urbanowicz - Filip Drzewiecki ; Tomasz Kozłowski - Marek Wróbel - Jakub Witecki ; Piotr Kmiecik.

Remplaçant : Przemysław Odrobny (G). Absent : Tomasz Malasiński.

France

Gardien : Ronan Quemener [sorti de 58'55" à 59'54"].

Défenseurs : Teddy Trabichet - Kévin Hecquefeuille ; Kévin Igier - Antonin Manavian ; Thomas Roussel - Maxime Moisand.

Attaquants : Sacha Treille - Teddy Da Costa - Vincent Kara ; Loïc Lampérier - Brian Henderson - Erwan Pain ; Alexandre Mulle - Julien Baylacq - Nicolas Arrossamena ; Jérémie Romand - Damien Raux - Julien Albert.

Remplaçants : Florian Hardy (G), Benjamin Dieude-Fauvel. Absent : Luc Tardif.