Publicité

Bâle - Épinal (match amical)

La prime à Lacasse

Il n'y a pas plus de dauphins dans la Moselle que de requins dans le Rhin. Pourtant vous ne rêvez pas : ce soir, les Basel Sharks accueillent les Dauphins d'Épinal !tibunes_vides_basel

Ceux-ci découvrent la Sankt Jakob-Arena, une magnifique enceinte de 6 000 places qui accueillait autrefois la LNA. Une arène qui sonne désespérément creux ce soir... et depuis que Bâle a retrouvé l'anonymat de la LNB. Même le tournoi d'été organisé ici-même, quinze jours plus tôt, n'a pas attiré les foules malgré la qualité des clubs invités, dont Genève-Servette, Pardubice et le Saint-Pétersbourg des Nabokov, Yashin et Afinogenov ! Excusez du peu...

Les fantômes de l'élite hantent donc ces travées désertées, rappelant que la ville natale de Federer est aussi la capitale du football suisse. En cela, l'écrasante concurrence du FC Bâle, qui joue non loin de là, est un frein certain au développement du hockey bâlois. Celui-ci renaît pourtant aux ambitions, après deux saisons de transition où il a opéré sa reconstruction. Un renouveau orchestré par Dany Gélinas, dont les plus anciens de souviendront de son passage dans la Cité des Images en 96-97 comme entraîneur-joueur.

De cette époque ne subsistent plus, côté spinalien, que les "deux Guillaume" (Chassard et Papelier), qui ont troqué le vert d'alors pour un rose "pétant" qui amuse beaucoup le public rhénan. Le même qui a vu revenir, en Stefan Voegele, le dernier témoin des "années LNA" avec le vétéran Adrien Plavsic. Mais les arrivées les plus significatives restent celles de Jamie Wright et de l'ex-Tourangeau Jonathan Roy, deux pointures qui donnent une nouvelle dimension à l'attaque.

Pas favoris, et pourtant...

Sur le papier, ce Bâle-là vaut presque La Chaux-de-Fonds, qui en avait passé onze aux Dauphins il y a dix jours. Mais voilà, entre temps, Loïc Lacasse est arrivé. Et tout a changé. Demandez aux Rhénans, frustrés du début à la fin par un Lacasse des grands soirs. À moins qu'il ne soit ordinaire, tout simplement...

Quoiqu'il en soit, le Canadien a sorti les arrêts qu'il fallait, quand il le fallait, face à des Sharks mordants d'entrée de jeu. Malgré cette entame à sens unique, l'ICE va profiter de sa première occasion pour ouvrir le score. Maxime Boisclair profitant d'un moment d'inattention pour lancer Jan Plch dans le dos de la défense. Le Slovaque, seul face au gardien, perd un temps le contrôle du puck mais profite de cette "feinte involontaire" pour déjouer Beltrametti (0-1 à 03'28").

LacasseLocCe but décrispe les Vosgiens, qui nivellent un peu plus les rapports de force et font preuve de spontanéité offensive. On le sait, ils disposent en Timo Kuuluvainen d'un puncheur redoutable qui ne ménage pas sa peine dans les deux sens. Ils ont même retrouvé un Jan Hagelberg plus vif que jamais. Mais voilà, Épinal accumule les pénalités en première période et reste tributaire de son gardien, même si le box-play fait montre d'une remarquable ténacité. Aussi Lacasse va t-il céder à l'usure, concédant un rebond brûlant sur un débordement côté gauche d'Evgeni Shiriaev, que Jonathan Roy et Adrien Plavsic sont les plus prompts à exploiter (1-1 à 14'16").

Loïc Lacasse, pas loin d'être "petrikéen" ce soir (comme son prédécesseur au temps de sa splendeur), se fait une belle frayeur sur une sortie "kamikaze" au-devant de Jamie Wright, qui sera finalement rattrapé par le repli défensif (16e).

L'ange-gardien des Dauphins fait apprécier, au retour des vestiaires, sa vitesse d'exécution et son sens de l'anticipation sur un décalage aux petits oignons de Pascal Wittwer sur Dan Weisskopf (25e). Une parade magistrale qui préfigure un deuxième acte difficile pour ses coéquipiers, soumis à un forechecking qui ne laisse aucun répit au porteur du palet. Le rythme helvétique est devenu trop élevé et ce qui devait arriver arriva. Jonathan Roy, dans tous les bons coups, finit par se retrouver seul devant Lacasse. Il vise bien la lucarne mais le Canadien bouche son angle sans pour autant bloquer la rondelle. Jann Fallett profite alors d'une défense réduite à l'état végétatif pour ajuster le petit filet (2-1 à 26'07").

Les Sharks ont fait le plus dur se dit-on, surtout que les Dauphins, dominés, sont clairement émoussés. Sauf que Giacomo Beltrametti, appelé pour pallier l'indisponibilité du titulaire habituel Ivan Mantegazzi, va complètement se rater en voulant contrôler un palet filant derrière sa cage. Jan Simko, monté au pressing, n'en demandait pas tant (2-2 à 32'00"). Voilà l'ICE revenue dans un match qu'elle ne maîtrisait plus...

Jusque-là, Bâle n'a jamais encaissé plus de deux buts depuis le début de sa préparation, contre des adversaires de son niveau (Ajoie, Ravensburg et les GCK Lions). Les hommes de Dany Gélinas se sont même payés le Slovan Bratislava (2-1) dans le cadre de leur tournoi estival.  La défense rhénane est pourtant très jeune, avec un seul joueur dépassant les 26 ans. En l'occurrence Adrien Plavsic qui, à 40 balais, sort de trois années d'inactivité forcée (à cause d'un genou récalcitrant). Du haut de ses 218 matchs de NHL et ses 250 apparitions en LNA, le médaillé d'argent d'Albertville n'a visiblement rien perdu de sa vision du jeu ; lui qui mise beaucoup sur son sens du placement.

De son côté Loïc Lacasse fait mieux que limiter les dégâts. Il est en train de voler le match. Jonathan Roy, malgré tous ses efforts, n'y arrive pas. Stefan Voegele non plus, même si Dario Gartmann, profitant d'un changement de ligne hasardeux, l'avait lancé en profondeur. Le capitaine bâlois, revenu de Rapperswil à l'intersaison, voit son tir se dérober (50'25"). Même un contre mené à la vitesse de l'éclair par Roy et Shiriaev n'y fera rien (59e), ce diable de Lacasse ayant encore et toujours le dernier mot.

score_baselJonathan Roy finira par en venir à bout, après des tentatives ratées par Mäder, Schiriaev et Wright dans une séance de penaltys à rallonge. Grâce à un petit filet de Simko et un plomb sous la barre de Chassard, l'ICE mène rapidement 2-0 avant que Boisclair et Petrak n'échouent devant Beltrametti. Un revers gagnant de Plavsic plus tard et c'est Kuuluvainen qui entérinait le succès spinalien d'un tir sec entre les bottes.

Un succès qui en appelle d'autres

Épinal doit beaucoup à Loïc Lacasse, qui a réitéré ses bonnes dispositions entrevues mardi devant plus forte adversité. C'est forcément de bon augure pour la suite des événements, même si l'autre recrue canadienne de l'été, Maxime Boisclair, en est encore au stade de l'acclimatation. Le natif de Port-au-Prince n'est pas un grand patineur, on le sait, et la meilleure façon pour lui de se faire remarquer reste de scorer. Mais s'il ne met pas un peu plus d'entrain, son premier but risque de se faire attendre longtemps...

Bâle s'incline pour la deuxième fois de suite à domicile après avoir perdu samedi en fusillade, déjà, face aux Allemands de Ravensburg. Les hommes de Santino Pellegrino, eux, pourront savourer un succès toujours valorisant face à un représentant de LNB. Oui, la soirée était faste pour la Ligue Magnus avec la victoire de Rouen à Langenthal (4-3)...

 

Bâle - Épinal 2-2 (1-1, 1-1, 0-0 / 2-3 aux tirs au but
Vendredi 3 septembre 2010 à 20h00 à la St. Jakob-Arena de Bâle. 453 spectateurs.
Arbitrage de Philipp Clément (SUI) assisté de Julien Dumoulin (SUI) et Daniel Zosso (SUI).
Pénalités : 12' contre Bâle ; 12' contre Épinal.

Évolution du score :
0-1 à 03'28" : Plch assisté de Boisclair et Leroy
1-1 à 14'16" : Plavsic assisté de Roy et Schiriaev
2-1 à 26'07" : Fallett assisté de Roy et Gartmann
2-2 à 32'00" : Simko

Tirs aux buts : Simko (0-1), Mäder (raté), Chassard (0-2), Schiriaev (raté), Petrak (raté), Wright (raté), Boisclair (raté), Roy (1-2), Plch (raté), Plavsic (2-2), Wright (raté), Plch (raté), Keller (raté), Kuuluvainen (2-3).

 

Bâle

Gardien : Giacomo Beltrametti

Défenseurs : Adrien Plavsic (A)- Lars Hezel ; Laurent Emery - Dan Weisskopf ; Uint Guerra (à l'essai) - Frédéric Iglesias ; Adrien Stocker.

Attaquants : Stefan Voegele (C) - Jonathan Roy - Evgeni Schiriaev ; Pascal Wittwer- Thomas Keller (A) - Jamie Wright ; Dario Gartmann - Tassilo Schwarz - Jann Fallett  ; Claudio Isabella - Stefan Mäder - Leandro Gfeller.

Remplaçant : Damien Osterwalder (G). Absents : Ivan Mantegazzi (commotion cérébrale), Elias Bianchi (blessé), Marc Grieder (double fracture de la clavicule), Yannick Heid, Pascal Mäder, Severin Brand et Alessio Guantario (surnuméraires).

Épinal

Gardien : Loïc Lacasse.

Défenseurs : Peter Slovak - Fabien Leroy ; Niko Mäntylä - Jan Hagelberg ; Guillaume Papelier (A).

Attaquants : Jan Simko - Michal Petrak (A) - Guillaume Chassard ; Timo Kuuluvainen - Maxime Boisclair - Jan Plch (C) ; Nathan Ganz - Erwan Agostini - Kévin Benchabane ; Anthony Rapenne - Tarik Chipaux - Jonathan Gury.

Remplaçant : Mathieu Perrin (G). Absents : Stéphane Gervais (ménisque), Benoît Quessandier, Yvan Charpentier, Nicolas Ravel.